Les bibliothèques ont la cote.

À New York, 40 millions de personnes se sont pressées dans les bibliothèques au cours des 12 derniers mois. Du jamais-vu !

En raison de la crise économique, «nous voyons des tonnes de nouveaux visiteurs franchir nos portes pour venir utiliser les ordinateurs, notre Wi-Fi et profiter de nos services de recherche d’emploi gratuits», précise Stefanie Arck, responsable des communications des bibliothèques publiques de Brooklyn.

Dans la plupart des bibliothèques, un kiosque d’aide à l’emploi voisine désormais avec le comptoir de prêt. Si les emprunts de livres, DVD et CD ont augmenté de 7 % des premiers mois de 2008 à ceux de 2009, la participation aux programmes offerts par les bibliothèques (aide à l’emploi, cours de langues, etc.) a bondi de 447 % en un an!

L’affluence entraîne son lot de désagréments. Plus de sans-abri trouvent refuge dans les bibliothèques, tandis que nombre de chômeurs y traînent leur déprime. Le New York Times rapporte même une hausse des incidents violents dans les bibliothèques du pays.

À Montréal, la Grande Bibliothèque a effectué 27 000 prêts supplémentaires en mars par rapport au même mois l’an dernier, une augmentation de 6 %.