Les centres d’affaires hôteliers s’adaptent à la nouvelle réalité des voyageurs

Aux États-Unis, 88 % des hôtels disposent toujours de «centres d’affaires» (business centers). Si certaines bannières s’en sont débarrassés, d’autres préfèrent les réaménager pour les adapter aux besoins actuels des gens d’affaires, explique Gary Lawrence.

En cette époque où la plupart des gens d’affaires se déplacent avec leur bureau virtuel (ordinateur portable, téléphone multifonctions, etc.) et que les hôtels offrent de plus en plus le WiFi gratuit, on pourrait croire à la mort imminente des centres d’affaires hôteliers — les traditionnels business centers.

Et pourtant, il semble qu’il n’en soit généralement pas ainsi, rapporte USA Today : aux États-Unis, 88 % des hôtels disposent toujours d’un business center. Et si certaines bannières (comme Aloft, FourPoints et Elements) se sont débarrassées de ces centres, d’autres préfèrent les réaménager pour les adapter aux besoins actuels des gens d’affaires.

Ainsi, plusieurs établissements Crowne Plaza comptent des imprimantes sans fil que les hôtes peuvent actionner peu importe où ils se trouvent dans l’hôtel. Dans les hôtels Wyndham, on décloisonne les centres d’affaires (qui sont trop souvent des lieux fermés et peu invitants) pour les intégrer aux espaces publics de l’établissement, près de la machine à café et des confortables fauteuils du hall, par exemple.

Pour leur part, les hôtels Westin ont récemment lancé des espaces de travail flexibles baptisés Tangent, qui peuvent autant servir de centre d’affaires que de salle de réunion, avec service de vidéoconférence.

Cela dit, d’autres chaînes hôtelières font plutôt le pari de réaménager les chambres elles-mêmes. Celles de plusieurs Comfort Inn et Comfort Suites sont désormais dotées de stations de recharge avec ports USB, alors que les hôtels Marriott planchent sur une table de travail qu’on pourrait déplacer n’importe où dans la chambre.

Quant aux nouveaux hôtels EVEN, qui commencent tout juste à voir le jour aux États-Unis, ils disposent autant d’un minicentre d’affaires public («hot desk») accessible à tous que de chambres dotées d’une table de travail escamotable avec ports multimédias, d’une tête de lit renforcée (pour travailler assis) ainsi que d’un espace prévu pour ceux qui préfèrent demeurer debout, lorsqu’ils vaquent à leurs obligations professionnelles…

Pour plus de détails, consultez l’article de USA Today.

Pour me suivre sur Twitter, cliquez ici.

 

Laisser un commentaire