Les Elliott Ness de la finance

Hier c’était Norbourg, aujourd’hui c’est au tour de Nortel. La GRC vient en effet de porter des accusations au criminel contre l’ancien PDG de Nortel Networks et de deux de ses collaborateurs. Ils sont notamment accusés d’avoir trompé les investisseurs en falsifiant les états financiers et des documents et en produisant un faux prospectus.

Les faits reprochés se seraient déroulés entre le 1er janvier 2002 et le 30 juin 2003 et les trois individus ont été congédiés en avril 2004. Alors pourquoi, comme dans le cas de Norbourg, a-t-il fallu attendre tout ce temps avant que des accusations soient portées ? Est-ce que la GRC se traîne les pieds et laisse aller des filous sans intervenir parce qu’elle accorde moins d’importance aux crimes économiques ?

Je ne le crois pas. D’ailleurs, cela m’a frappé hier quand un officier de la GRC a déclaré que les crimes dont sont accusés Vincent Lacroix et ses sbires étaient « des crimes violents » compte tenu de leurs conséquences.

S’il faut trouver une explication, c’est dans la nature même de ce type d’enquête. Frank Dunn, l’ex-PDG de Nortel, soutient qu’il n’y a pas fraude, mais seulement des « erreurs ». Toutes les entreprises se trompent un jour ou l’autre dans leurs prévisions de revenus ou de profits parce que les conditions du marché ont brutalement changé. Plusieurs commettent des erreurs dans leurs états financiers, par inadvertance ou par incompétence, et les actionnaires sont en droit de rouspéter. Mais pour qu’il y ait fraude, il faut qu’il y ait une intention préalable de tromper. Cette preuve est plus difficile à établir et à soutenir devant les tribunaux.

La GRC a également déposé des chefs d’accusation aujourd’hui contre une autre entreprise torontoise, Royal Group Technologies. Pour ces deux dossiers, la GRC a mobilisé 50 agents pendant trois années. Se sont-ils traînés les pieds ? Pas le temps ! Il leur a fallu examiner à la loupe 20 millions de documents pour arriver à une preuve béton qui résistera aux experts de la défense.

La bonne nouvelle, c’est que nous savons maintenant que des crimes commis contre les investisseurs et les épargnants seront punis. La mauvaise, c’est que ce sera toujours plus difficile à prouver que dans un cas de meurtre prémédité devant témoins !

Laisser un commentaire

Pas seulement la GRC, toutes les polices du monde ont tendance à sous-estimer le crime des cols blancs. Maintenant depuis quelques années les choses changent. On l’a vu avec la série de condamnations sur Wall Street. Malheureusement ici on se retrouve avec des sentences-bonbons fait que les 5 gars arrêtés hier vont se retrouver avec 5 à 10 ans, environ 2 ans réels en-dedans.

Comme ils sont allés souvent en Suisse, ils ont sans doute caché des sommes suffisantes pour le reste de leur vie. Ils doivent être morts de rire!

En passant, vous en connaissez beaucoup d’Africains qui travaillent sur le rue St-Jacques? Où sortent Serge Beugré, directeur général de Norbourg et Félicien Souka, l’informaticien qui manipulait les rapports

Ouais, le privé est bien plus efficace que le publique. Miracle qui est cru seulement par les Elvis Grattons. Pour eux ce n’est pas du vol mais seulement une erreur.

Le scandale des commandites, c’est de la petite bière, comparé à la pointe de l’iceberg de Nortel, Norbourg, le magna lord, et tous les autres. Les consommateurs qui y ont investi y ont perdu leur fric. Ils n’ont pas perdu 2$ sur une tranche de steak mais souvent les économies qu’ils ont gagnés pendant toute leur vie.

===========

«Plusieurs commettent des erreurs dans leurs états financiers, par inadvertance ou par incompétence, et les actionnaires sont en droit de rouspéter. » (Pierre Duhamel)

Ben oui je me suis trompé et je ne m’en souviens pas.

Vu que c’est public (le marché de la bourse est comme un IGA mais ils vendent et échangent des actions), ils devraient êtres suivis à la loupe par des inspecteurs indépendants.

L’avantage du privé, c’est que Nortel, Norbourg, Royal Group Technologies et les autres ne m’ont pas coûté un sous contrairement à la Gaspésia, GIRES, le métro de Laval et les autres.

Quand la GRC va enquêter sur les manipulation comptable du gouvernement qui cache des déficits depuis de nombreuses années ?

C’est la différence entre le privé et le public. Au privé les croche finissent en prison. Au public, ils ne sont imputable de rien.

Un très petit groupe de Québécois ont perdu de l’argent avec Nortel, malgré tout les responsable devront répondre de leurs actes devant un juge, Collectivement, c’est tous les Québécois qui se sont fait avoir avec les déficits cachés par des manipulations comptables, mais personne n’aura a répondre aux question d’un juges.

Vraiment, encore une fois c’est le privé qui donne l’exemple à suivre.

Norbourg n’a pas coûté un sous!!!!

Allez donc le répéter en pleine face des milliers de personnes qui ont perdu les économies de leur vie.

Et DG qui parle d’un exemple à suivre.

Voilà qu’en plus le grand protecteur du privé nous dit qu’un tout petit groupe s’est fait avoir, comme si ce n’était pas grave. Encore mieux voilà qu’il se fait le défenseur de la collectivité lui qui déteste l’état au point qu’il disparaisse.

Qui a fait les calculs pour le métro de Laval?

Qui a mis de l’argent du métro dans ses poches?

Appelez la GRC maintenant c’est urgent.

Mais probablement que vous parlez sans preuves, juste des oui dires.

@Gilles Laplante
Harper va dépenser 490 milliards pour la Défense au cours des 20 prochaines années. Le Canada n’a aucun ennemi connu!
C’est plus de 100 milliards qui vont être pris dans les poches des Québécois si on reste dans le Canada. Une moyenne de 5 milliards par année!
Savez-vs c’est quoi 5 milliards? C’est plus de 3 ans d’entretien des routes au Québec! 3 ans d’entretien de route pour une armée qui n’a pas d’ennemi!!!!
—–
@Gagnon
Un petit groupe qui avait du Nortel? Lol. Nortel faisait partie de l’action de BCE. Des tonnes de veuves ont du BCE. Ils ont séparé l’action et bien des veuves ont gardé Nortel puisqu’à la fin du siècle, Nortel n’en finissait plus de monter. Au top il a atteint 124$. Lorsqu’il a planté à 60$, Clément en recommandait l’achat (« c’est pas cher à ce prix-là…!)
On voit que tu connais rien à la bourse

Les manipulation comptable de Vincent Lacroix ont fait perdre moins d’argent que les manipulation comptable du gouvernement qui ce sont déroulé depuis presque 10 ans.

Lacroix a été mis en prison. Aucun député n’aura a répondre des manipulation comptable du gouvernement.

Idem pour Nortel. C’est un petit groupe qui a été touché. Quand le gouvernement manipule ces chiffres, c’est la totalité des québécois qui est floué.

Au privé, les croches finissent en prison, au public, ils finissent avec une grosses pensions.

« Au privé, les croches finissent en prison, au public, ils finissent avec une grosses pensions. » (DG)

Seulement les ceuse qui se font pogner la main dans le sac.

Gagnon bouché tu répète il rèpète… et toujours pas de preuves.

Le vol n’a pas la même significations pour tout le monde.

Ben voyons, Monsieur Noel, le pays du Québec aurait une armée! Les pays n’ont pas besoin d’ennemis pour avoir une armée – la Suisse, pays neutre, a environ 7 millions d’habitants, 220,000 conscrits et 3,600 militaires professionnels, un budget de trois milliards – pour un territoire beaucoup, beaucoup plus petit que celui du Québec. J’ai toujours lu que le pays du Québec aurait non seulement une armée mais chercherait à faire partie de NORAD et de l’OTAN. L’argent que vous ne dépenserez pas via Ottawa, vous la dépenserez quand même, et peut-être plus.

« Il est bien plus facile de s’en sortir dans le public qu’au privé. »

On veut des noms.

Tous les ministre des finances depuis la loi sur le déficit zéro qui ont manipuler les chiffres pour cacher le déficit.

« Lacroix a été mis en prison. Aucun député n’aura a répondre des manipulation comptable du gouvernement. » -DGagnon

Il faudrait que le moraliste Gagnon apprenne deux nouveaux mots: légal et illégal.

Qu’il donne la preuve d’actes illégaux commis par « le gouvernement » qui n’ont pas été sanctionnés!

Après, il pourra continuer à faire de l’esbrouffe!

Les termes légal et illégal ne peuvent être utilisé pour juger de la moralité d’un politique gouvernementale, car c’est lui-même qui décide de ce qui est légal ou pas.

Si demain le meurtre serait décriminalisé, ca n’en rendrait pas l’acte plus vertueux pour autant.

Donc de s’assir sur son derrière et d’attendre que le gouvernement commette des actes « illégaux » est un peu naif. Mais je suis sur que tous les gens comprennent ca en fait, ils vont s’inventer des termes comme « constitutionnel », « légal » pour se fabriquer un comfort dans leur petite tête.

Pour ce qui est de Norbourg, effectivement, ca n’a rien couté au contribuable.

Fleurent fait semblant de ne pas comprendre, car quand on parle des contribuables, il redirige la mire sur les investisseurs qui ont choisis volontairement d’investir dans cette affaire. Bien sur, il sait que les termes investisseurs privé et contribuables n’ont pas la même définition, mais on s’essaye quand même…

Pour en revenir au sujet, je serais curieux de savoir ce que Lacroix faisait mirroiter comme rendements.

Surement pas du simple 3-4%, parce qu’il y a beaucoup d’institutions fiables avec bonne réputation qui offrent ca déja.

Une compagnie qui manipulerait ses chiffres en n’utilisant pas les méthodes comptables standard pour caché un déficit agirait-elle dans la légalité ?

Les fraudes du privé ne coûtent rien au public: mensonge!

«Le scandale Norbourg coûte très cher à l’Autorité des marchés financiers et par le fait même aux contribuables.

Selon le réseau TVA, l’AMF a déboursé jusqu’ici près de 6 millions $, et la facture n’a pas fini d’augmenter.»

http://lapresseaffaires.cyberpresse.ca/article/20080624/LAINFORMER/80624128/5891/LAINFORMER01/?utm_source=Fils&utm_medium=RSS&utm_campaign=LPA_S_INFORMER

6 millions…

On est loin de la Gaspésia et des déficit caché par le gouvernement !

« On est loin de la Gaspésia et des déficit caché par le gouvernement ! »

Les fraudes du privé ne coûtent rien au public: mensonge!

C’est tout!

Ces fraudes ne coûte rien au public, ils coûte à leur actionnaires.

Car fraude ou pas, L’AMF existerait de la même manière que la police existerait.

Raymond sait très bien que ce qui a couté aux contribuables, c’est l’enquête de l’AMF, et non la fraude comme telle.

Son problème à définir entre privé et public doit venir du fait que le système d’éducation public québécois s’acharne beaucoup à mettre le libellé « Public » sur tout ce qui bouge. Restaurant? Public. Bar? Public. Centre d’achat? Public, etc.

À preuve du contraire, Norbourg n’était pas une compagnie d’État.

Une fraude qui coute automatiquement aux contribuables par example; les commandites. 200 quelques millions DIRECTEMENT des poches des payeurs de taxes, ENSUITE, l’enquête financée par ceux-ci.

@ FrancisD

C’est le public qui paie pour nettoyer les salissures du privé.

Les commandites en sont un bon exemple: ce sont des entrepreneurs privés qui ont fraudé le public!

Votre analyse ne fait aucune différence entre le capital privé et un budget public et comment ceux-ci ont été ammassé.

Aussi, expliquez moi comment un « privé » peux vous forcer (litérallement) à investir dans son entreprise ?

Par contre, l’argent des commandites, je ne crois pas avoir eu un mot à dire si l’on aurait du effectivement « poolé » cet argent pour tel projets.

Une fraude privée offre une possibilité aux gens de ne pas se faire avoir (ne pas y investir).

Tandis qu’une fraude au public, l’argent y étant impliquée fût ammassé par voie de taxes et impôts. Dans ce dernier cas, l’option de ne pas y « investir » est plutôt limitée voire interdite.

Et c’est le contribuables qui payent, sans possibilité de réparation, pour les salissures au public.

Au moins quand il y a des salissures dans le privé, ya des têtes qui tombent.