Les États-Unis, deuxième pays le plus inégalitaire

Que les riches soient de plus en plus riches et les pauvres de plus en plus pauvres n’est pas qu’une croyance populaire de l’autre côté de la frontière, explique Kathy Noël. La blogueuse présente ici le coefficient de Gini, reconnu mondialement pour mesurer les inégalités de revenus.

Photo: Chip Somodevilla/Getty Images
Photo: Chip Somodevilla/Getty Images

Le président américain Barack Obama exagère-t-il quand il dénonce le fossé qui se creuse dans son pays entre les riches et les pauvres ?

Non. Pas quand on regarde les statistiques. Que les riches soient de plus en plus riches et que les pauvres soient de plus en plus pauvres n’est pas qu’une croyance populaire, du moins de l’autre côté de la frontière.

Connaissez-vous le coefficient de Gini ? Ce coefficient reconnu mondialement sert à mesurer les inégalités de revenus dans un pays. Il a été développé par le statisticien italien Corrado Gini.

Il se situe entre 0 et 1, où 0 signifie l’égalité parfaite (tous auraient le même revenu) et 1, l’inégalité totale (une seule personne détiendrait l’ensemble des revenus).

Dans les principaux pays industrialisés, ce coefficient varie de 0,25 à 0,58. Le Québec a l’un des coefficients les plus faibles (0,29), ce qui signifie qu’il se classe parmi les pays les plus égalitaires. Le Québec est toutefois moins égalitaire que la Suède (0,27), mais plus égalitaire que le reste du Canada (0,32), que la France (0,30) et que les États-Unis, dont le coefficient atteint 0,38, ce qui en fait le deuxième pays le plus inégalitaire parmi les pays industrialisés.

Les dix pays les plus égalitaires :

Islande 0,244
Slovénie 0,246
Norvège 0,249
Danemark 0,252
République Tchèque 0,256
Finlande 0,260
Slovaquie 0,261
Belgique 0,262
Autriche 0,267
Suède 0,269

Les dix pays les plus inégalitaires:

Chili 0,501
États-Unis 0,380
Israël 0,376
Portugal 0,344
Royaume-Uni 0,341
Espagne 0,338
Grèce 0,337
Japon 0,336
Australie 0,334
Irlande 0,331

Précision: La différence marquée entre les États-Unis et le Chili est due au fait que le palmarès n’incluait ni le Brésil ni le Mexique puisque les données utilisées dans le calcul du coefficient après taxes et transferts n’étaient pas disponibles.

Source : OCDE, coefficient de Gini, après taxes et transferts, données de 2010, sauf pour L’Irlande (2009) et le Chili (2011).

Dans la même catégorie
Boutique Voir & L'actualité

Obtenez jusqu’à 40% de plus pour votre prochaine sortie

33 commentaires
Les commentaires sont fermés.

J’imagine que le 32 canadien inclut le Québec. Si on l’enlève, il monte au moins à 33, voire 34.
L’écart entre le Québec et le ROC serait donc important.

« Le Québec a l’un des coefficients les plus faibles (0,29), ce qui signifie qu’il se classe parmi les pays les plus égalitaires. » (sic)

Le Québec n’est pas un pays mais la province d’un pays!!!

Et qui plus est, c’est en grande partie grâce à l’extrême générosité du Canada (et plus particulièrement de l’Alberta, autre province canadienne) si le Québec peut encore se qualifier d’égalitaire.

Enlevez-lui la très chevaleresque péréquation et il se comparera à la Grèce et autres.

« Le Québec n’est pas un pays mais la province d’un pays!!! »

Désiformation pour décourager la séparation du Québec.

Le Québec était un état avant la fédération, est un état et restera un état légal même si certains disent province. La population du Québec est quasiment unanime pour dire le Québec à l’exception des fédéraleux.

Vous soulignez la générosité de l’Alberta que le Québec et l’Ontario ont financés par charité. l’Alberta et la CB sont trop pauvre pour payer pour payer la péréquation canadienne. Ce sont principalement le Québec et l’Ontario qui financent la péréquation parce que ce sont eux qui ont 70% de l’économie.

Donc le Québec paye la majeure partie de la péréquation qu’il reçoit, moins un ou deux milliards, parce que les économistes ne s’entendent pas sur le montant.

Avec 3% du budget, ont est loin très de la Grèce.

@ Francois 1

Méfiez des faux libertariens et des dretteux du Québec. Je vous le répète, ce sont des professionnels, menteurs, désinformateurs spécialisés pour descendre la population du Québec, leur but étant que les Québécois se sentent des minus pour ne pas se séparer du Canada.

» Ce sont principalement le Québec et l’Ontario qui financent la péréquation parce que ce sont eux qui ont 70% de l’économie. » (sic)

Des références?

En 2012, bien que la population québécoise ne représente que 23,1% de la population canadienne, les paiements de péréquation du gouvernement fédéral versés au Québec représentent 53,3% de toute la péréquation canadienne! Plus du double de notre poids démographique !

Source: http://www.fin.gc.ca/fedprov/mtp-fra.asp

L’affirmation était « Ce sont principalement le Québec et l’Ontario qui financent la péréquation parce que ce sont eux qui ont 70% de l’économie. »

Donc votre source est sans rapport.

Est-ce que je dois vous donner des références comme à petit enfant pour vous dire que ce sont Québec et l’Ontario qui sont les principaux fournisseurs de taxes à Ottawa?

Si ils sont les principaux fournisseurs de taxes, ils sont les principaux fournisseur de péréquation.

On connaît votre radotage sur la péréquation sauf que les chiffres eux, vous donnent tort. Cette grande « générosité » comme vous dites ne vient pas de l’Alberta mais bien des québécois. Si le Québec est la plus égalitaire des provinces, c’est qu’elle se paie en grande partie ses services comme l’explique ci-dessus l’économiste Pierre Fortin :

« Les transferts fédéraux aident le Québec à financer ces dépenses. En 2009, grâce aux paiements de péréquation, le Québec a obtenu en transferts fédéraux un milliard de dollars de plus que ne pouvait le justifier sa stricte part de la richesse canadienne. Néanmoins, il est clair que ce sont les 23 milliards de nos impôts et taxes en surplus, et non pas le milliard du fédéral, qui financent principalement les dépenses supplémentaires du Québec.

Ailleurs au Canada, on affirme souvent d’un air entendu que si les Québécois se paient plus de services publics que les autres Canadiens, c’est parce que l’État québécois vit aux crochets du fédéral. Vous savez maintenant que cette affirmation est de la bouillie pour les chats. Que l’État dépense plus au Québec est indéniable. Mais en 2009, les transferts fédéraux n’ont contribué à payer son excédent de dépenses qu’à hauteur d’un milliard. Ses impôts et ses taxes, à hauteur de 23 milliards. » cf Le Québec vit-il aux crochets du Canada ? http://www.lactualite.com/opinions/chronique-de-pierre-fortin/le-quebec-vit-il-aux-crochets-du-canada/

Voir ma réponse ci-haut déjà publiée à un autre illettré économique: Par Francois 1 le 17 janvier 2014 à 8 h 22 min

Comme réplique, votre gros 53,3 % est risible. Vous voulez nous faire croire que le poids d’un demi-raisin est plus imposant que celui d’une citrouille entière. Même à 100% de la péréquation, ce ne serait que le poids d’un raisin contre celui d’une citrouille. Sincèrement, votre analyse est ridicule.

Ah! Ah! Les fameuses inégalités. La nouvelle tarte aux pommes des socio-démocrates! Oui le Québec est une terre d’égalité. En effet les québécois sont égalitaires…dans la pauvreté. Un peu avant Noël, l’Institut de la statistique du Québec nous apprenait que : « Pour 2012, le revenu disponible des ménages par habitant s’élevait à 26 347$ au Québec, […] derrière la moyenne canadienne de 29 907$. En 2007, l’écart de revenu entre le Québec et le reste du Canada était de 12,5%. En 2012, il atteignait 15%. Les Québécois sont au neuvième rang canadien, derrière toutes les provinces, sauf l’Île-du-Prince-Édouard. Le revenu disponible des ménages englobe tous les revenus perçus par les ménages, y compris les transferts provenant des gouvernements, comme l’aide sociale, dont on soustrait les impôts et les cotisations versés aux gouvernements. C’est le revenu dont les ménages disposent pour consommer ou pour épargner, l’argent qui est vraiment dans leurs poches. »

http://www.lapresse.ca/debats/chroniques/alain-dubuc/201312/17/01-4721932-le-quebec-9e-sur-10-est-ce-normal.php

Nous devançons l’Île-du-Prince-Edouard! L’île-du-Prince-Edouard, bordel! Montréal, a-t-elle encore encore quatre universités, dont au moins une ou deux sont encore considérées de classe mondiale, et nous sommes au neuvième rang! Là, on est pas juste égalitaire dans la pauvreté. Il y a vraiment quelque chose que nous ne réalisons pas correctement.

Pendant ce temps, l’émigration (ceux qui quittent la province) s’accélère. À ce sujet, il est toujours étonnant de chercher à comprendre pourquoi des gens veulent quitter le paradis de l’égalité. À moins que cela ne soit une politique pour justement atteindre l’égalité, exiler nos riches ou nos futurs riches. Je rappelle à vos lecteurs qu’un riche au Québec, c’est 42000$. En effet, c’est à ce moment « astronomique » que nos riches commencent à payer la taxe santé!

http://www.montrealgazette.com/technology/Number+Quebecers+leaving+province+rise/9360879/story.html

Mme Kathy Noël, vous avez commis un lapsus….! Lorsque nous sommes au Québec nous ne sommes pas dans un pays mais dans une province du Canada qui est notre pays!! Donc il faudrait connaître l`indice de plusieurs provinces et/ ou états partout à travers le monde pour pourvoir porter un jugement sur votre article!! Désolé mais comparer un pays de 350 millions d`habitants à une province du Canada qui a environ 8.5 millions d`habitants c`est de l`amateurisme profond. C`est bizarre mais je n`ai pas vu l`indice Gini du Vietnam, Pakistan, Inde, Brésil etc…

Bonjour,
Merci pour votre commentaire. L’étude ne concernait que les pays membres de l’OCDE pour lesquels il existe des données comparables sur les écarts après impôts et transferts.

Les défis du Québec sont énormes. Le livre de Thomas Piketty, intitulé « Le capital du XXIe siècle », montre qu’une croissance peu élevée favorisera une concentration de la richesse et un montée des inégalités. L’aggravation du fossé entre les plus riches et les plus pauvres est le principal risque qu’encourt le monde au cours des années à venir, nous met en garde le Forum économique mondial (WEF), avant les changements climatiques et les conflits armés. Or la croissance de la Province étant dans la longue durée inférieure à celle du Canada et des États-Unis, la situation s’aggravera plus rapidement ici. Regardez bien notre oligarchie s’enrichir et dominer de plus en plus le politique. Bienvenue, Berlusconi et tutti quanti. D’autant plus qu’avec sa dette publique et ses niveaux déjà élevés de taxation, il restera au Québec très peu de marge pour redistribuer cette richesse qui lui échappe par ailleurs (abris fiscaux).
Nous ne pouvons compter pour nous déprendre de cette impasse, que sur l’éducation, la recherche-innovation et l’immigration. Dommage que notre gouvernement s’applique à multiplier les mesures vexatoires envers les immigrants, et qu’il renonce, depuis le printemps-érable, à sélectionner les meilleurs à l’université.

Québec bashing!

« La croissance économique est-elle plus faible au Québec qu’ailleurs au Canada ?
Non, pas vraiment. Le taux de croissance pour le Québec est historiquement plutôt faible, mais le mal est canadien, pas seulement québécois. » (L’Actualité 10 jan. 2014 Pierre Fortin)

« Or la croissance de la Province (« »Québec » ») étant dans la longue durée inférieure à celle du Canada et des États-Unis, la situation s’aggravera plus rapidement ici. »

« La croissance au Québec en 2014 pourrait surprendre un peu à la hausse, plus près de 2% que des prévisions encore inférieures», a indiqué M. Vachon devant des analystes réunis hier à Toronto lors de la conférence annuelle des présidents de banques… »
…la baisse du dollar canadien devrait bénéficier davantage que prévu aux manufacturiers et aux exportateurs. «Nous observons déjà un regain dans nos prêts commerciaux à ces entreprises», a dit M. Vachon. » (la presse 15 janvier 2014)

« « La hausse du PIB du mois d’août est généralisée dans presque tous les grands secteurs d’activité économique », a souligné l’ISQ. Cette activité a toutefois été plombée par un recul de 0,5 % dans le secteur de la construction. » (le Devoir 29 novembre 2013)

« RBC affirme que l’économie québécoise continue de montrer des signes encourageants: les affaires ont repris dans plusieurs industries de transformation. De plus, les principaux produits d’exportation ont enregistré des gains notables cette année et RBC s’attend à ce que cette hausse du rendement commercial se poursuive en 2014. » (les affaires 17/09/2013)

« Le Conference Board optimiste quant à la croissance au Québec…..Cette prévision est plus élevée que celle du gouvernement québécois » (Radio Canada 9 décembre 2013)

« La région métropolitaine de Québec connaît une croissance économique exceptionnelle depuis quelques années. Forte d’une économie diversifiée qui s’appuie sur le développement d’industries clés à fort potentiel de croissance, la région occupe aujourd’hui une place de choix sur l’échiquier mondial. » (Québec International)

« La croissance de l’économie du Québec est plus forte » (Argent 28 juin 2013 )

« Nous ne pouvons compter pour nous déprendre de cette impasse… »

Faux! De la désinformation.

Québec bashing?

Comment se fait-il que beaucoup plus de Québécois qui ont vécu ici quittent cette province qu’il y en a qui veuillent y entrer?

Ce n’est aucunement du bashing. Ça se nomme la RÉALITÉ!

Oui…oui…je sais; c’est un nouveau mot pour vous mais vous devriez vous y habituer et vite car vous le verrez revenir souvent.

Comment se fait-il plutôt, que ce soit VOUS, qui n’avez pas quitter le Québec, avec tout ce que vous écrivez à son sujet ?

Typique d’un nationaleux à la Georges W Drainville.: vous êtes avec nous ou vous êtes contre nous!!!

Vous pouvez gratter le dos de votre copain, mais vous n’avez pas rapport rapport.

L’intervention 16 janvier 2014 à 20 h 17 min ne parlait pas d’immigration.

D’ailleurs au sujet de l’immigration vous faites de la désinformation.

C’est du Québec bashing, sujet auquel vous nous avez habitué depuis des années.

Fin des émissions pour vous.

Bebaille!

L’égalité quesse ça donne???

Voici ce que ça donne: l’Institut Fraser a publié son classement annuel des libertés économiques pour les 50 États américains et les 10 provinces canadiennes. Sans grande surprise, avec un indice de 4,3/10, le Québec s’est classé en 60e et dernière position pour une 12e année consécutive…

Oui…oui…le Québec est en DERNIÈRE position pour la DOUZIÈME ANNÉE consécutive!

En fait, pour pouvoir attirer des investisseurs dans notre société « égalitaire », nous devons subventionner ces derniers PLUS que TOUTES les autres provinces canadiennes RÉUNIES!!!

Voilà où ça mène l’égalité: drette dans la pauvreté!

l’Institut Fraser!

De la bouillie libertarienne pour les chats . Donc mensonge, cherry picking, désinformation. Des « ting tang » orange qui ne sont pas capable de raisonner, mais capable de résonner comme des cloches.

La liberté économique est un dogme libertarien inspiré d’Adam Smith même chose, que de la bouillie pour les chats. Même des groupes libertariens américains le contestent.

Je vous met au défi de me donner l’indice de liberté économique de la Chine.

Je vous met au défi de me donner l’indice de liberté économique du Québec, des USA et du Canada.

Je vous met au défi de me donner l’indice de liberté économique de la Chine.

Je vous met au défi de me donner l’indice de liberté économique du Québec, des USA et du Canada.

Voyant que vous ne communiquez pas aux lecteurs l’indice que je vous demandais, je le fais pour vous.

Troisième attaque contre le messager.

En 2010:

Indice de liberté économique du Canada 79,90

Indice de liberté économique des USA 73,30

Indice de liberté économique Rwanda 67,70

Indice de liberté économique du Québec 60,30 le pays qui a le mieux résisté à la crise économique.

Et finalement le grand vainqueur la Chine, pays le plus prospère de la planète avec 51,20 comme indice l’indice économique, le plus bas et l’économie la plus prospère de la planète.

Comme je vois le disais l’indice de liberté économique c’est de la bullshit.

Ceci est enregistré dans mon disque dur et la prochaine fois que vous parlerez de cet indice le ciel va vous tomber sur la tête.

Encore une fois, par manque d’arguments pertinents, Francois 1 veut nous mener sur une autre piste et faire dévier le débat. Ça sent le hareng cher Francois 1.

Intéressant, parmi les « étoiles » de Madame Noël l’Islande a fait faillite alors que le Danemark, la Suède et la Belgique sont aux prises avec une bulle immobiliere monstre et un endettement des ménages qui est « off the chart!! »

Un commentaire semblable s’applique au Canada d’ailleurs. Bref c’est facile d’avoir l’air riche quand on est cribblé de dettes, on verra ce qui arrivera avec votre coefficient quand ces déséquilibres se corrigeront…

@ pbrasseur

Toujours dans votre bulle immobilière depuis 6 ans.

Vous abstenez bien de parler de la bulle immobilière aux USA et de leur endettement catastrophique et qui dépensent sans compter dans l’armement.

Avec vous, tous les malheurs de la planète s’expliquent par l’endettement des ménages. C’est devenu aussi obsessionnel que Francois 1 avec sa péréquation.

Je n’y peux rien si c’est la croissance de l’endettement qui fait rouler l’économie Canadienne depuis 10 ans!

A vous de me dire comment une chose pareille peut se terminer sans heurts.

Ah bon! Parce que vous croyez que le pétrole de l’Alberta a été pour rien dans l’économie canadienne depuis 10 ans. C’en dit long sur vos connaissances économiques.

Le pétrole albertain a joué un grand rôle dans l’économie canadienne et le Québec, principal bénéficiaire du généreux programme de péréquation canadien est très bien placé pour la savoir.

Mais, avoir des revenus est une chose mais s’endetter en est une autre. On peut très bien faire $200,000.00 par année et s’endetter de $210,000.00.

L.important n’est pas réellement le revenu mais ce qu’il reste dans nos poches une fois les dépenses enlevées.