Les États-Unis sont-ils encore dans le coup?

Ce se serait passé le 28 mars dernier sans que rien n’y paraisse. Pourtant, cette nouvelle pourrait être considérée comme l’acte de naissance d’un nouveau monde, une journée qui se retrouvera dans les livres d’histoire et dont on se souviendra. Il y a eu 1492. Il y a 2012.

Le 28 mars, la somme des PIB des pays les moins avancés a dépassé celle des pays les plus riches. « La fin d’une aberration qui a duré un siècle et demi » écrivait un chroniqueur australien cité par le site Slate.fr. Ce nouveau monde succède à celui dominé par les États-Unis et, avant eux, la Grande-Bretagne. Ce sont des pays comme la Chine et l’Inde qui prendront dorénavant le relais, comme cela était le cas avant la grande révolution industrielle qui avait propulsé l’économie britannique du 19e siècle.

Et si ce n’était pas le cas ?

Les pays du BRICS (Brésil, Russie, Inde, Chine et Afrique du Sud) comptent déjà pour 20 % de l’économie mondiale et leur croissance a plus que doublé celle des États-Unis au premier trimestre de l’année. Cet élan n’est pas irrésistible pour autant. Leur croissance est en forte baisse depuis le début de l’année et leurs marchés boursiers sont déprimés.

Surtout, il ne faut pas compter les Américains pour battus. En cette journée de fête nationale chez nos voisins, le site Business Insider fait une liste de 31 bonnes nouvelles économiques, une sorte de cadeau d’anniversaire à des citoyens américains qui n’ont pas toujours le moral depuis quatre ans.

Que disent ces données ? En gros, qu’il ne faut pas compter les Américains pour battus.

Les États-Unis comptent les plus grandes entreprises, selon les profits, les capitalisations boursières et le nombre d’employés.

Les Américains sont les travailleurs les plus productifs au monde.

Les États-Unis dominent pour les dépenses en R&D, comptent 20 des 25 universités les plus renommées au monde et trois fois plus de détenteurs de prix Nobel que le second pays en lice. Ils sont largement en tête pour le nombre de brevets et de marques de commerce et c’est là qu’on publie, et de loin, le plus grand nombre d’articles scientifiques.

Le secteur public américain est le plus petit des pays industrialisés en proportion du PIB, c’est là que l’essence et le diesel sont les moins chers dans ces mêmes pays et les États-Unis sont devenus le plus grand producteur mondial de gaz naturel, grâce à l’exploitation des gaz de shale.

Le billet vert compte encore pour 60 % des réserves mondiales de devises et son économie est encore la plus grande.

On saura dans quelques années si 2012 aura effectivement marqué un changement d’époque ou ne sera qu’une note en bas de page dans le grand chapitre sur la domination économiue américaine.

 

 

Laisser un commentaire

Et il y a plus de personnes dans les prisons américaines qu’il y en a dans les prisons chinoises et les prisons russes réunies!

En d’autres mots, malgré tous leurs défauts, les USA continuent d’être le pays où le capitalisme est le plus appliqué.

Et n’en déplaise aux hordes gauchistes antiaméricaines tant que ça va rester vrai (que Dieu nous préserve du contraire) ce pays restera le plus riche du monde et un phare d’innovation et de progrès.

En fait je pense même que les USA sont à l’aube d’une renaissance économique qui risque d’en surprendre plusieurs. Et ce qui ne gachera rien leur balance commerciale sera grandement aidée par le développement du gaz de shiste qui rendra le pays pratiquement autosuffisant en énergie d’ici dix ans…

2% des nouvelles technologies et découverte scientifique viennent du domaine anglophone. Le reste vient des autres pays et est PUBLIÉ en anglais. La majorité des prix nobel ne sontpas américains. Quand ils le sont (dans le domaine de l’économie par exempe) ont prouve ensuite que leur travaux sont faux et ne correspondentpas aux faits observés.

L’enseignement secondaire aux États-Unis ne sait plus quoi enseigner et qui engager et sur quelle base. De plus les États-Unis forme 3 fois moins d’ingénieur qu’au Mexique. Les manuels scolaires étant les mêmes partout (un calcul reste un calcul) la matière est donc la même.

Je sais aussi pour devoir travailler avec ce concept que beaucoup de l’argent obtenu par le fisc américain vient d’une taxe sur le rapatriement des profits faits à l’étranger.

Sans compter que les américains appliquent une théorie monétariste qui est complétement fausse. Elle pose entre autres comme assise que jamais les gens ne changeront d’emploi et qu’ils ont donc un revenu à vie défini. Cela ne correspond à rien…

Bref on verra.

Les États-Unis sont également dominants au chapitre de l’embonpoint, de l’obésité morbide et des diverses formes de diabètes ; ils sont aussi à la tête du système de santé le plus coûteux de la planète et ce sont eux aussi qui produisent et exportent le plus de déchets de toutes sortes.

On pourrait dire en somme que ce pays est dominant tant pour le meilleur que pour le pire. « Alles ist relativ » (tout est relatif) comme disait Albert Einstein qui somme toute est mort à Princeton (un de ces nombreux Prix Nobel étasuniens) quoiqu’il soit né juif et allemand.

Cela dit, les États-Unis ont une capacité prodigieuse pour intégrer les gens venus de toutes sortes d’horizons et je pense qu’aucun pays au monde ne peut rivaliser sur ce chapitre, ce qui constitue d’après moi une très grande force qui permet d’envisager le meilleur pour tous et non pas le pire pour l’humanité.

J’aimerais préciser enfin que selon la terminologie actuellement en vigueur de par chez nous, je devrais certainement appartenir (puisque j’ai une conscience sociale) à ces : « hordes gauchistes antiaméricaines ». Je conçois que peut-être, que certains droitistes pro-américains gagneraient à raffiner la nature et l’essence de leur langage. Cela permettrait d’avancer enfin tous ensembles dans la bonne direction ce qui m’apporte le sentiment qu’en toute fin, on ne s’en porterait pas plus mal.

Les classements d’universités sont basés en partie sur la réputation plutot que sur les qualités intrinsèques de l’université. C’est pour ça que les universités américaines se retrouvent dans le top 25. Enlèvez cet élément subjectif, et c’est une autre paire de manches.


Vous, si vous deviez naître aujourd’hui en 2012. Préfèriez-vous naitre en Chine ou aux États-Unis?
(pour bien répondre, vous devez visualiser sur 20, 40, 60, voire 80 ans)

Pourquoi le développement du « reste du monde » se ferait-il au détriment des USA?

Certes, le pays va perdre de l’influence géopolitique et oui, faire manufacturer ne pourra peut-être plus se faire pour des sub-peanuts, mais c’est tout simplement un retour à une situation plus normale.

Aussi, selon les données de l’OMS, la qualité de vie de la population mondiale s’améliore sans cesse (plus lentement pour l’Afrique sub-sahariennen pour le moment), tant mieux non?

Si toute la planète se met à être une pépinière d’innovation et de développement, imaginez l’avenir. Ce serait dommage que les USA prennent panique et essaie de garder le contrôle de la planète par la force. S’il choisissent ce chemin, ils vont y perdre au bout de la ligne et indirectement, ça va nous coûter cher ici.

@PBrasseur : Quand il est question de géopolitique internationale, tu devrais éviter d’utiliser des termes vagues comme « capitalisme » sans préciser ce dont tu parles. C’est déjà assez compliqué comme ça, on est mieux de s’en tenir à du concret. Libre à toi de te dire de droite et de vôter CAQ ou Libéraux si tu penses que ces « professionnels » de la politique y comprennent quelque chose. LOL?

J’ai pleinement confiance que les USA sortent de cette crise dans un avenir assez rapproché. Les droits et les valeurs individuelles sont très importants aux USA, ce qui est un gros atout dans une société, mais l’honnêteté en prend pour son rhume depuis trop longtemps et trop souvent. Les fraudes massives que l’on a vues, et celles dont on lit encore les détails aujourd’hui (Barclay’s) n’inspirent confiance à personne, et surtout pas aux investisseurs. Les gens se protègent du mieux qu’ils peuvent, malheureusement en adoptant parfois des mesures dont on sait qu’elles encouragent les monopoles et diminuent la saine concurrence.

Merci pour le lien – les tableaux sont très révélateurs de la perception que les Américains se font d’eux-mêmes.

5 ans que l’économie des états unis est dans la merde, 5 ans et rien ne pointe à l’horizon.

Pendant ce temps les autres pays avancent.

Plusieurs pays dont la Chine investissent davantage dans l’éducation et les USA au contraire coupent dans l’éducations et mettent des profs à la porte.

Pourtant on sait que c’est celui qui aura investit dans l’éducation qui sera le plus avancé.

Il faudrait arrêter de penser que le BRICS va continuer éternellement comme ça. Ils vont frapper un mur eux aussi, comme nous avons fait à quelque reprises.

Est-ce qu’ils vont être capable de se relever?

Il y a des dizaines de peuples différents en Chine et plusieurs extrêmement pauvres, vont-ils tolérer ça encore longtemps?

La dictature oligarque Russe va-t-elle pouvoir continuer à faire ce qu’elle veut encore longtemps, est-ce que le peuple va tolérer ça encore longtemps?

Et on pourrait continuer la liste. En Occident nous avons su gérer plusieurs crise dans le passé et à passer à travers. La démocratie et le respect des droits de la personne a su amener une grande stabilité et a pousser le peuple à accepter les hauts et et les bas. Ce n’est pas le cas pour le BRICS, et si le peuple ne veut pas suivre, la bulle peut éclater assez vite.

L’Argentine au début du 20ième siècle était une puissance éconmique mondiale, les dictatures qui ont suivi ont tout sacagé.

Je ne dit pas que l’Occident est parfaite et que nous ne pouvons basculer à tout moment mais nous nous avons prouver que nous pouvions gérer la richesse collective et certaines disparités.

@bete politique

Si les chinois et les russes ne tuaient pas autant de criminels, il y aurait pas mal plus de monde en prison. Prisons tellement minable que l’espérance de vie en est raccourci, ce qui fait aussi un certain ménage.

@Etienne

Le problème des BRIC c’est qu’il doivent leur succès essentiellement au cheap labor. Il y avait tellement de rattrapage à faire dans ces pays qu’une fois qu’ils se sont ouvert (même partiellement) au libre marché les progrès ont été remarquable et très rapide. C’était comme couper dans du beurre avec un couteau réchauffé…

Les prochaines phases seront plus difficiles car il s’agira alors de compétionner à armes égales (avec des salaires plus ou moins équivalents), pour réussir il faudra entreprendre, innover, etc… Bref il faudra un modèle économique efficace basé avant tout sur une méritocratie.

Or on en est loin, des pays comme la Chine et l’Inde sont gangrenés par la corruption et les marché y sont loin d’être libres. La Chine manipule et contrôle des secteurs entiers de son économie et sa devise, l’Inde est encore très socialiste et souvent paralysée par les innombrables (et très corruptibles) réglementations.

On verra bien mais mon petit $2 est encore placé sur la case USA… Quoique on en dise ce sont encore eux qui applique le moins mal (…) le libre marché capitaliste, et ça au bout du compte c’est la seule route vers la prospérité.

Monsieur Duhamel

Désolé de briser votre fantasme d’une americium qui domine encore mais la grande Europe écrase l’oncle Sam sur tous les plans. Il serait temps que vous diversifiez vos sources d’information avant d’être gagné par la ringardise de ceux qui vive dans le formol.

Emmanuel Todd, le démographe, celui qui a prédit avant bien des experts l’implosion de l’URSS, a aussi récemment prédit la perte d’influence des EU a partir d’un petit indicateur en apparence banal : le taux de mortalité infantile. Cet indicateur situe les EU presque dans la zone des pays sous-développés.
Todd accordant une influence déterminante à l’évolution des structures familiales profondes en conclu à une perte d’influence qui a déjà commencé à se manifester. Le nombre de brevet et autres « happy » facteurs ne sont pas en mesure de freiner un tel indicateur qui reflète des choix de société fondamentaux.

C’est vrai, il ne faut pas compter les Américains pour battus. Mais c’est aussi vrai de dire qu’il ne faut pas les donner pour éternels gagnants.

Après tout les continents se déplacent. Pourquoi le pouvoir économique ne se déplacerait-il pas lui aussi ?

Vous dites Yolle «on sait que c’est celui qui aura investit dans l’éducation qui sera le plus avancé»

Vous devriez écrire à Jhonny Charest je pense qu’il n’a pas compris ça lui.

Si j’écoute Dr. Prof. Franz Hörmann, la fin de notre système capitaliste est annoncée, du simple fait que notre système d’intérêt a une croissance exponentielle et non linéaire.
Son raisonnement est d’ordre mathématique.
Et le processus est bien commencé en Europe, mais pour cela il faut lire des médias européens car ici au Québec on s’intéresse plus aux faits divers qu’a la vraie vie.

Il faut arrêter de parler et d’écrire les « américains » en parlant seulement des USA. Les Canadiens et les Mexicains font partie de l’Amérique du Nord… et sont aussi des américains. Les gens de ce pays sont des Étatsuniens. Il est plus que temps de les remettre à leur place « américaine ».

Les États-uniens (je suis Américain puisque j’habite l’Amérique, il en eat ainsi pour les Argentins, les Mexicains, etc.)ne sont pas plus développés que les autres pays du G8 ou du G20. Ils vivent actuellement, en éducation, les mêmes problèmes que ceux que nous rencontrons au Québec, en Ontario, et ailleurs en Occident et dans le monde. En ce qui concerne les 51 systèmes éducatifs publics que l’on y retrouve, ils sont aussi performants que les systèmes canadiens. La réputation de certaines de leurs universités ne doit pas nous leurrer, car elle est souvent le produit de la propagande. Quant à leur avenir, je ne suis pas inquiet, mais je m’interroge sur le nôtre. Il faut se souvenir que les États-Unis est le seul pays à avoir largué deux bombes atomiques sur des populations humaines…

Certaines personnes ont besoin d’un cours de francais.

Un resident de St-Basile-le-Grand est un grandbasillois.
Un resident de St-Bruno-de-Montarville est un montarvillois.
Un resident des Etats-Unis d’Amerique est un Americain.
Un resident de l’Amerique du Nord (car il n’y pas d’Amerique, seulement LES Ameriques ou l’Amerique du Nord, Central ou du Sud) est un Nord Americain.

@ bête politique (# 1):

C’est qu’en Chine, on les exécute plutôt que de les envoyer en prison.

En Russie? C’est le goulag!

@ Serge Drouginsky (# 4):

« Les États-Unis sont également dominants au chapitre de l’embonpoint, de l’obésité morbide et des diverses formes de diabètes… » (sic)

C’est sûr qu’au Bengladesh, ces maladies sont plutôt rares…

N’importe quoi!

@ rod (# 5):

Et j’imagine que vous nous enverrez « bientôt » les références supportant votre affirmation?

@ Youlle (# 9):

Content de voir que vous avez finalement compris.

Deopuis que la Chine s’est ouverte au monde CAPITALISTE, elle ne cesse de progresser.

BRAVO Youlle.

C’est tout de même un début encourageant.

Continuons le combat!

@ Marquis (# 12):

L’Europe domine les USA???

Grèce, Islande, Irlande, Espagne, Italie, Portugal, et même la France sont des pays au bord du gouffre.

Seule la besogneuse Allemagne s’en sort relativement bien…

N’importe quoi…

@ monsieur François 1 ((# 21) :

Mes propos faisaient suite aux conclusions du très pertinent article de Pierre Duhamel qui se terminait comme suit :
« On saura dans quelques années si 2012 (…) dans le grand chapitre sur la domination économique américaine. »

– Si je me suis permis de préciser certaines formes de dominations, c’était pour faire suite à ces propos. J’ai relevé effectivement que dans le secteur de la santé et les dépenses afférentes, les Etats-Unis exerçaient aussi leur domination. Les dépenses en santé aux Etats-Unis représenteront en 2012, 9,8% de son PIB, ce qui représente des sommes considérables (soit près de 1500 milliards de dollars).

Au Canada les dépenses de santé ne représenteront que 8,6% de notre PIB, c’est aussi considérable et difficile à gérer, si ce n’est que le PIB du Canada est presque 9 fois plus petit que celui des USA. Et au Mexique les dépenses de santé ne représentent que 3,75 %.

Malheureusement, les coûts associés aux problèmes de sur-pondération sont en croissance et le surpoids est devenu plus nuisible pour la santé que la consommation de cigarettes. D’autre part, il n’y a pas de lien direct entre les dépenses de santé et l’espérance de vie. Lorsqu’un nombre de personnes souffrent de diverses maladies dues essentiellement au mode de vie, l’alimentation et la sédentarité, l’espérance de vie baisse quelques soient les sommes allouées à la santé.

Vos propos : « C’est sûr qu’au Bengladesh, ces maladies sont plutôt rares… » ; envers la population du Bengladesh sont dans le contexte dont vous en faites usages, à tout le moins insultants pour cette population qui s’est relevée tant de la famine que des guerres civiles. Je me garderais contrairement à vos propos, d’avoir l’impertinence d’écrire que vous dites n’importe quoi. Je vous laisse le bon soin d’interpréter ce que vous écrivez comme bon vous semble.

– D’autres part vous dites dans d’autres commentaires (# 24, lesquels ne me sont pas adressé) que la France est au bord du gouffre, le PIB de la France était en 2010 de 2563 milliards de dollars, il était de 2808 milliards en 2011 soit une augmentation de 9,6%. Sur la même période l’Allemagne faisait un peu mieux 10,4% et le Canada 11,5%.

L’Espagne a vu accroître son PIB de 9%. D’autre pays comme la Suisse font effectivement beaucoup mieux (+26,1%) grâce notamment au secret bancaire. Suivant l’hypothèse où vous estimeriez que mes propos sont encore n’importe quoi, prenez en note que ces informations proviennent du FMI.

Quant à la besogneuse Allemagne, la durée hebdomadaire moyenne du travail est de 37,5 heures, elle est de 41 heures en France, de 43,7 heures en Grèce et de 53,6 heures en Turquie.

– Comme vous avez réponse à tout, vous allez me dire que les français ne travaillent que 35 heures. C’est la durée conventionnelle, la loi permet de travailler jusqu’à 48 heures/semaines.

@Daniel – il y a les nord-américains, les sud-américains et les quoi pour l’Amérique centrale ?

Les americains sont les plus endettes du monde, environ 60 trillions. (fed, states, hypotheques,cartres de credits, etc.)Presentement les ricains font des deficits annuels d environ 8% a 9% du PIB afin d obtenir une maigre croissance du PIB de 2%. En passant, les americains ne sont pas les plus productifs du monde, c est la France, par heures travailles biensur.

Bonjour a vous tous,
Puis je vous recommander de Respecter les USA svp.
ils sont un groupe fier,patriote et politisés et sont en mesure de former l’unité afin de se relever.Ce q

N’oublier pas ce qu’ils ont accopmpli pour l’Europe, eux ne les oublies pas tout comme nous au Canada.

Ils sont 250 millions approx…
Au Canada on est 40 !!!

Et soyez plus cool avec vos interlocuteurs. nous sommes entres amis !!!

🙂