Les Jeux Récréation : épelle-moi un succès

Pierre Renaud voulait seulement aider son fils à apprendre à lire. Il aide maintenant des centaines d’enfants.

Les Jeux Récréation : épelle-moi un succès
Photo : Matthieu Rivard

LAURÉATE EX AEQUO : PME

Retrouvez tous les finalistes et les gagnants des Prix québécois de l’entreprise citoyenne 2010 >>

Lorsqu’il avait six ans, Gabriel Renaud manquait de motivation pour apprendre à lire. Afin de l’aider, son père, Pierre Renaud, a alors imaginé un jeu à partir des « étiquettes-mots » utilisées pour l’apprentissage de la lecture en 1re année du primaire. Aujourd’hui, ce sont des centaines d’enfants qui cultivent leur amour de la lecture grâce au jeu Récréation, lancé en 2005, et grâce au Concours national de lecture, qui a suivi en 2007.

En 2001, le premier tableau de jeu a été tracé au crayon-feutre sur un grand carton jaune et les étiquettes-mots ont été découpées dans des feuilles de papier. Le but : partir de l’école et se rendre jusqu’au parc d’attractions en épelant des mots simples. « Ce jeu a vraiment motivé Gabriel à apprendre à lire. Alors, je me suis dit que ça pourrait sans doute aider d’autres enfants », explique Pierre Renaud. Récréation se joue maintenant sur un plateau rigide aux couleurs vives, avec des pions et des cartes illustrées.

Concevoir, élaborer, faire fabriquer et mettre en marché un jeu de société, ça demande beaucoup de temps. Presque l’équivalent d’un deuxième job à temps plein pour ce policier de 47 ans, coordonnateur provincial du programme d’intervention en milieu scolaire de la Sûreté du Québec.

Mais l’entrepreneur a trouvé l’expérience « tellement gratifiante et enrichissante » qu’il s’est lancé dans une nouvelle aventure liée à son jeu : le Concours national de lecture, destiné aux élèves du primaire. Cinquante écoles situées en milieu défavorisé ont participé le printemps dernier au troisième Concours : les écoliers jouent à Récréation jusqu’au couronnement d’un vainqueur par école. Celui-ci reçoit une paire de billets pour La Ronde, tandis que les autres participants peuvent recevoir des livres ou le jeu Récréation. L’an prochain, l’ex-entraîneur de hockey et sénateur Jacques Demers sera président d’honneur du quatrième Concours. Pierre Renaud se réjouit chaque fois qu’un enseignant lui raconte l’intérêt que son jeu suscite chez des élèves auparavant peu motivés. « Il faut intervenir tôt auprès des jeunes à risque pour éviter le décrochage, dit-il. La lecture, c’est la base de tout l’apprentissage scolaire. »

La passion de ce policier pour son jeu est telle qu’il a entrepris une maîtrise en éducation. Le sujet de sa thèse : les répercussions du Concours national de lecture en milieu scolaire défavorisé. Comme quoi être parent, ça peut mener loin !