Les leçons de Marcel Côté

Quelques impressions de Pierre Duhamel sur l’économiste et homme politique Marcel Côté, décédé dimanche à l’âge de 71 ans. Un passionné qui a beaucoup fait pour le Québec — et pour Montréal en particulier, dit le blogueur.

marcel-cote
Photo : La Presse Canadienne

Marcel Côté mérite amplement tous les bons mots qu’on a entendus à son sujet depuis sa disparition subite, dimanche matin. L’étendue et la diversité de ces éloges illustrent l’importance du personnage et l’ampleur de sa contribution à la société québécoise — et à Montréal en particulier.
Blogue Economie

Je n’étais pas un intime de Marcel Côté, mais j’ai eu de nombreuses fois l’occasion de lui parler ou de l’interviewer.

Je me permets de schématiser quelques impressions qui me sont venues en tête lorsque j’ai appris son décès.

1. Marcel Côté avait beaucoup de talents et un intellect impressionnant, mais c’est son attitude envers les autres qui m’a toujours impressionné. On avait toujours le sentiment qu’il était très heureux de nous rencontrer et qu’il nous accordait beaucoup de considération. C’était un as des relations interpersonnelles, et je pense que c’est pour cela qu’il avait des adversaires, certes, mais pas d’ennemis. Il n’y avait rien de pompeux, de cassant ou de désagréable chez lui, sauf l’expression d’un réel bonheur d’être avec des gens et d’échanger avec eux.

2. Cela faisait de lui le roi incontestable des réseaux. Grandes entreprises ou PME, business ou culture, politique ou philanthropique : Marcel Côté connaissait tout le monde. Il s’impliquait corps et âme dans les causes qui l’intéressaient… et tout semblait l’intéresser ! Il mettait ses immenses réseaux au service des uns et des autres et des causes qu’il épousait. Un jeune entrepreneur avait un projet pour une publication culturelle ? Marcel Côté connaissait évidemment les investisseurs susceptibles de lui donner un coup de main.

3. C’était un passionné. Il était intense et pouvait même être colérique. Il aimait les joutes intellectuelles et «challenger» les idées reçues. Son dernier article, paru dans La Presse au sujet du projet de train sur le pont Champlain, est la plus belle illustration à la fois de sa volonté d’intervenir dans le débat public et de l’originalité de sa pensée. Surtout, il semblait tellement content de partager ses dernières intuitions ou ses dernières recherches.

4. Marcel Côté était un entrepreneur à succès, un économiste de fort niveau, un conseiller politique recherché, un philanthrope sollicité et un formidable empêcheur de tourner en rond. Mais il était surtout un citoyen, actif dans sa communauté, toujours prêt à donner un coup de main et à porter un éclairage sur les enjeux publics.

5. Il n’y a jamais assez de Marcel Côté dans une société.

* * *

À propos de Pierre Duhamel

Journaliste depuis plus de 30 ans, Pierre Duhamel observe de près et commente l’actualité économique depuis 1986. Il a été rédacteur en chef et/ou éditeur de plusieurs publications, dont des magazines (Commerce, Affaires Plus, Montréal Centre-Ville) et des journaux spécialisés (Finance & Investissement, Investment Executive). Conférencier recherché, Pierre Duhamel a aussi commenté l’actualité économique sur les ondes du canal Argent, de LCN et de TVA. On peut le trouver sur Facebook et Twitter : @duhamelp.

Laisser un commentaire

J’ai rencontrer plusieurs fois M Côté et discuté avec lui de beaucoup de sujets et d’idées et c’était vraiement intéressant d’entendre son point de vue et le comparer avec le nôtre même si on avait des idées politiquement différentes, il était respectueux cependant pour améliorer la société québécoise nos orientations se ressemblaient souvent.

Une question m’obsède depuis le décès de Marcel Côté: Pourquoi ne pas nous avoir fait connaître cet homme merveilleux au moment de l’élection à la mairie? Comme citoyenne de Montréal, je le connaissais peu et les informations qui circulent maintenant m’auraient été fort utiles pour arrêter mon choix. J’ai vraiment l’impression que les journalistes ont failli à la tâche. J’aimerais connaître votre avis.