Les paradis fiscaux en quatre minutes (et demie)

Selon le Fonds monétaire international, 50 % des transactions internationales transitent par des paradis fiscaux. On y trouve également plus de 4000 banques, où des sommes d’argent difficiles à évaluer dorment, en secret, à l’abri de l’impôt. Mais, concrètement, comment ça fonctionne ? Voici une vidéo expliquant quelques-uns des stratagèmes utilisés.

Dans la même catégorie
Boutique Voir & L'actualité

Obtenez jusqu’à 40% de plus pour votre prochaine sortie

3 commentaires
Les commentaires sont fermés.

Je ne connais vraiment pas grand-chose à la fiscalité pourtant j’ai facilement compris le message de « Paradis fiscaux en quatre minute (et demie) » , ce qui est tout à l’honneur de la clarté d’exposition du petit vidéo!
Bravo pour ce message éclairant, énoncé dans un français agréable, bien articulé, à l’usage de simples mortels qui n’ont pas de formation en haute finance.
Ce qui m’a le plus surpris c’est que des Sociétés ayant pignon sur rue, mondialement connues, puissent utiliser impunément ces stratagèmes.
J’ai aimé cette information intelligente et bien présentée
Dominique Erpicum

Malheureusement, c’est presque impossible à enrayer. Même les compagnies avec des CEO intègres doivent se prêter à cette technique pour rester dans la concurrence. Il faudrait que tout les pays ( autant les pays industrialisés que les paradis fiscaux ) participent à un sommet et prennent des décision drastiques pour les appliquer en même temps. Notamment déterré les compagnie a numéros qui ne produisent, ni ne vendent de produits mais qui servent seulement au transfère d’argent et leur imposer de lourde peines. Comme le problème N,est pas prêt d’être réglé ( et ne le seras surement jamais ) un seul conseil a tous : acheter lorsque possible dans les plus petite entreprise québécoise. Souvent elle font affaire a de petit distributeur local qui eux n’ont pas recours a cette pratique dégueulasse et l’ont peut s’assuré que de la production jusqu’à la vente les taxes se retrouvent dans les coffre de l’état ! ( pour être ensuite dépensées de manière stupide par notre gouvernement, mais ça on n’y peut rien 😛 )

Les pertes fiscales pour les différents États de la planète sont faramineuses, la pratique est connue de tous les politiciens (ceux qui légifèrent et qui sont supposés prioriser l’intérêt des collectivités qu’ils représentent) malgré ça ce genre de fraude fiscale (parce que ça en est bien une) est toujours tolérée. Lorsque l’économie mondiale croule comme en 2008-2009 et que des deniers publics sont utilisés pour corriger les dégâts occasionnés par le système capitaliste actuel et que ça devient évident et indécent que c’est toujours les mêmes qui s’en sortent au détriment des collectivités alors les politiciens ne pouvant le nier clament bien haut (ex: le président français et celui des USA) qu’il faut mettre de l’ordre, mieux réglementer, démanteler les paradis fiscaux, amener les sociétés et les particuliers qui fraudent le fisc de cette façon à payer leurs impôts comme les autres. Mais dès que la situation de crise s’estompe, mais après avoir investi massivement des fonds publics pour redresser la situation ils se remettent à nouveau à genou devant les les groupes de pressions qui représentent ces parasites de la société et ça continue « business as usual ».

C’est une chose de connaitre le stratagème c’est toute une autre affaire de l’enrayer et là-dessus la balle est dans le camp des politiciens qui nous représentent et force est de constater qu’ils manquent de leadership.