Les pays émergents ou le tourisme de demain

Des études montrent que les pays comme la Chine, la Russie ou l’Inde attirent de plus en plus de touristes, en plus de générer eux-mêmes une toute nouvelle clientèle de voyageurs.

169814020-caucasian-woman-at-muslim-quarter-xian-china-gettyimages
Photo : Getty Images

« La troisième révolution de l’industrie touristique des 50 dernières années ». C’est ainsi que The Economist a baptisé les répercussions profondes des pays émergents dans le monde du voyage. Car après l’avènement du tourisme de masse, dans les années 1960, puis l’arrivée d’Internet, ce sont désormais les économies en plein essor — telles que la Chine, la Russie et l’Inde — qui bouleversent le tourisme mondial.

Bien que près de 60 % des déplacements mondiaux s’effectuent dans les 34 pays membres de l’OCDE (qui comprennent l’Allemagne, le Canada, les États-Unis et l’Australie), les pays émergents attirent de plus en plus de touristes et génèrent une toute nouvelle clientèle de voyageurs, résume justement un article de l’Organisation de coopération et de développement économiques (OCDE).

Selon l’organisation, dans l’ensemble, le secteur se porte bien : les arrivées de touristes internationaux ont dépassé le milliard en 2012 et devraient atteindre 1,8 milliard d’ici 2030. Mais à en croire les experts, les plages de Cape Cod et les parcs nationaux du Canada n’y seront pas pour beaucoup.

Les touristes des pays émergents se déplacent plus et dépensent davantage. Les voyageurs chinois, par exemple, ont déboursé 129 milliards de dollars américains en 2013, soit 135 % de plus qu’en 2010, et davantage que tout autre pays, selon l’Organisation mondiale du tourisme (OMT).

Les Russes, eux, figuraient au cinquième rang des touristes qui ont le plus dépensé, en 2012, avec 43 milliards de dollars.

Les Indiens sont en outre plus mobiles dans leur pays : le nombre de voyageurs a plus que doublé de 2006 à 2010, passant de 462 millions à 740 millions.

Les pays émergents attirent aussi plus de visiteurs. L’OMT prévoit même que, d’ici 2030, la majorité des touristes internationaux (57 %) se dirigeront vers les destinations où l’économie croît à la vitesse grand V.

Pour l’heure, la Chine cumule le plus grand nombre d’arrivées de touristes internationaux parmi les pays à faible et à moyen revenus, suivie de la Turquie, du Mexique, de l’Afrique du Sud et de l’Inde, révèle la Banque mondiale.

La montée des pays émergents touche toutefois l’industrie du tourisme dans les économies avancées. En 1995, les pays développés accaparaient 83 % des dépenses du tourisme international, mais seulement 72 % en 2012. Les pays émergents ont suivi une progression inverse, leur part des dépenses du tourisme mondial étant passée de 17 % à 28 %.

Pourquoi une telle ascension ? L’OCDE évoque l’allègement des formalités administratives dans certains pays moins avancés. « Grâce aux demandes de visas en ligne et aux contrôles automatiques aux frontières, ils réduisent les délais d’attente. La Turquie, par exemple, a instauré les demandes de visas électroniques en 2013, diminuant ainsi les files d’attente à l’arrivée des touristes. »

À propos de la Chine, The Economist explique que, même si seulement 5 % de la population possède un passeport, au cours des prochaines années, les Chinois seront plus nombreux à voyager et parcourront de plus grandes distances. Parmi les raisons qui expliquent ce phénomène, le magazine britannique mentionne la montée de la classe moyenne, la tendance à prendre des vacances plus longues et les conditions moins restrictives d’obtention d’un visa.