Les pièges du salaire minimum

À 8$ l’heure, en 2007, le salaire minimum sera au plus haut niveau qu’il est possible d’atteindre sans répandre le chômage.

Le 1er mai prochain, le gouvernement du Québec fera passer le salaire minimum de 7,75$ à 8$ l’heure. Cette décision équivaut à trois bonnes nouvelles. La première est que le salaire minimum du Québec rejoindra au sommet ceux de l’Ontario et de la Colombie-Britannique. Dans ces trois provinces, le salaire minimum sera le même, soit 8$ l’heure. Mais les travailleurs au salaire minimum du Québec jouiront d’un important avantage sur leurs collègues ontariens et britanno-colombiens, parce qu’au Québec le coût de la vie est 15% moindre qu’en Ontario et 10% moindre qu’en Colombie-Britannique. Le salaire minimum du Québec procurera aux travailleurs au bas de l’échelle le pouvoir d’achat réel le plus élevé de tout le Canada.

La deuxième bonne nouvelle est que le revenu annuel disponible d’une personne seule travaillant à temps plein au salaire minimum au Québec sera supérieur au seuil de faible revenu couramment utilisé par Statistique Canada. Travailler 40 heures par semaine au taux de 8$ l’heure assurera un revenu annuel brut de 16 640$ et un revenu disponible de 14 960$ (après impôts, cotisations et crédits). Ce n’est pas un gros revenu, puisqu’il est tiré d’un salaire minimum. Malgré tout, il dépassera le seuil de faible revenu disponible de Statistique Canada. Modifié en fonction du coût de la vie, ce seuil sera de 14 710$, en 2007, pour une personne seule vivant au Québec.

À lui seul, le salaire minimum à 8$ n’élimine pas la pauvreté des familles. Pour ces dernières, il faut l’apport d’autres mesures d’aide de l’État, comme les prestations pour enfants, la prime de travail, etc. Mais pourquoi donc ne pas porter plutôt le salaire minimum à 10$, comme certains le proposent?

La raison est que s’il est trop élevé, le salaire minimum détruit l’emploi et répand le chômage. Le salaire est le coût de la main-d’œuvre. Or, plus la main-d’œuvre coûte cher, moins les employeurs (surtout les PME) en embauchent. Il s’agit d’éviter que le revenu supplémentaire que l’on gagne grâce à un taux horaire plus élevé ne soit annulé par la réduction du nombre d’emplois et d’heures travaillées. Il faut donc augmenter le salaire minimum autant qu’on peut, mais sans dépasser le niveau où l’emploi des travailleurs peu qualifiés ou peu expérimentés (l’emploi des jeunes, notamment) commence à être sérieusement atteint. Un compromis est nécessaire.

Où se situe ce compromis? La recherche contemporaine au Canada et aux États-Unis a démontré de manière assez convaincante ce qui suit. Si le salaire minimum équivaut à moins de 45% du salaire moyen, l’emploi et le nombre d’heures travaillées tiennent bon. Mais si le salaire minimum dépasse 50% du salaire moyen, le chômage commence à se répandre parmi les travailleurs situés au bas de l’échelle. Dans les années 1970, au Québec, le salaire minimum a grimpé jusqu’à 58% du salaire horaire manufacturier. Le taux de chômage des jeunes de 15 à 24 ans a explosé à 17%, soit 10 points au-dessus du taux de chômage des hommes de 25 à 54 ans. Depuis 2001, le salaire minimum s’est stabilisé à 46% du salaire moyen. Le taux de chômage des jeunes n’a dépassé celui des hommes que de six points. Cela a un effet considérable sur les perspectives d’emploi des jeunes et des autres petits salariés.

Avec le relèvement annoncé, qui le portera à 8$ en mai prochain, le salaire minimum du Québec s’établira encore à 46% du salaire moyen des employés payés à l’heure. Qu’on maintienne cette ligne de conduite, adoptée depuis 10 ans au Québec, constitue la troisième bonne nouvelle. Dans les circonstances économiques actuelles, la barre des 8$ est à peu près le maximum auquel on peut hisser le salaire minimum pour combattre la pauvreté sans détruire l’emploi et répandre le chômage parmi les travailleurs au bas de l’échelle. Le geler à 7,75$ pendant qu’il augmente dans les autres provinces aurait été sans-cœur. Le porter bien au-dessus de 8$ aurait été téméraire et irresponsable.

Pierre Fortin est professeur d’économie à l’Université du Québec à Montréal.

Dans la même catégorie
Boutique Voir & L'actualité

Obtenez jusqu’à 40% de plus pour votre prochaine sortie