Les Québécois et l’argent

L’argent est-il «sale» ? Y a-t-il trop d’inégalités entre les mieux nantis et le reste de la société ?

Les Québécois sont-ils nés pour un petit pain ? L’argent est-il «sale» ? Y a-t-il trop d’inégalités entre les mieux nantis et le reste de la société ? Ces questions, et bien d’autres, sont soulevées dans une fascinante série de trois reportages sur l’argent animés par Bernard Derome, sur les ondes de Télé-Québec.

De nombreux gens d’affaires connus et des artistes qui ont remarquablement réussi témoignent de leur rapport à l’argent et à la richesse, ce qui rend les reportages très dynamiques.

Ce que je retiens des deux premiers épisodes ? D’abord que l’argent est un outil avant d’être une récompense pour le risque encouru ou un objet de convoitise. L’argent n’est pas une finalité, mais le début d’un processus qui génère encore plus d’argent.

Pour l’entrepreneur et mécène Charles Sirois, l’argent est pour l’entrepreneur ce qu’est la peinture pour l’artiste-peintre. Ce dernier a besoin de peinture pour dessiner son œuvre et l’entrepreneur a besoin d’argent pour créer une entreprise. Sans argent accumulé, Charles Sirois ne pourrait pas contribuer à la création et au développement de dizaines d’entreprises à titre d’investisseur.

Pour le Beauceron Marcel Dutil, il faut dégager des profits pour constamment réinvestir dans l’entreprise et maintenir ainsi les emplois et le dynamisme des collectivités où elles sont implantées.

Pour Alexandre Taillefer, l’argent est plutôt un facilitateur qui permet la réalisation de grandes choses utiles à l’ensemble de la société. Le financier Jean-Guy Desjardins propose cette autre image : l’économie est un moteur et l’argent (les finances), la pompe à gaz.

L’argent ne fait évidemment pas le bonheur, et la réussite individuelle ne saurait se limiter à la seule accumulation d’argent. En revanche, l’argent nous libère des tracas quotidiens et nous ouvre plusieurs options. C’est ce que dit Pierre Karl Péladeau, qui associe l’argent à la liberté et à la maîtrise de son destin.

Dans la même catégorie
Boutique Voir & L'actualité

Obtenez jusqu’à 40% de plus pour votre prochaine sortie

4 commentaires
Les commentaires sont fermés.

Je ne veux pas être méchant mais je pense qu’au Québec plus qu’ailleurs (en tout cas ailleurs en Amérique) l’enrichissement est perçu comme un processus qui implique en bonne partie de s’approprier plus ou moins honnêtement les avoirs des autres, par opposition à créer soi-même de la richesse par sa propre initiatible et productivité.

C’est pour ça que les « riches » sont moins respectés ici (et qu’il y en a moins) et c’est aussi pour ça qu’on vote pour des gouvernements qui s’approprient plus volontiers la richesse ambiante (après tout si vous voulez vous emparer des possessions de votre voisin c’est plus commode et surtout beaucoup moins dangereux de faire faire ce boulot de spoliation par l’état que d’aller vous servir vous même…).

Résidu de morale catholique tout ça? Si vous avez entendu les propos récents du Pape (apparemment un autre illettré économique) ça me semble évident…

Fascinante parce qu’on vous y voit… Pas comme riche, mais comme commentateur.
J’ai été surpris de voir comment celui qui se promène en hélico pouvait massacrer le français.

Aldo est milliardaire, l’un des plus riches au Québec. Qu’a cela ne tienne: le gouvernement socialiste de Pauline va lui donner une subvention de 52 millions de dollars pour la création de 400 emplois. Ca fait 130,000 piasses par emploi! J’en peux plus de ce type de capitalisme de BS

http://affaires.lapresse.ca/economie/commerce-de-detail/201401/17/01-4729738-creation-de-400-emplois-chez-aldo.php?utm_categorieinterne=trafficdrivers&utm_contenuinterne=cyberpresse_B2_la-presse-affaires_1243376_section_POS1

Cet investissement du gouvernement provincial se compose d’un prêt gouvernemental de 40 millions de dollars, assorti d’une contribution non-remboursable de 10 millions de dollars et d’une subvention de plus de 2 millions provenant d’un plan de formation de la main-d’oeuvre d’Emploi Québec.

Pour les go-schistes, lorsque l’État (politiciens et fonctionnaires corrompus) possède l’argent, c’est honorable MAIS lorsque ce même argent est entre les mains de personnes parfaitement honnêtes et intègres, c’est honteux et infamant…

Voilà…tout est là!