Les Russes boudent le porc du Québec

Dur coup pour les producteurs de porcs du Québec. Au premier trimestre de 2013, leurs exportations vers la Russie, leur deuxième marché en importance, ont chuté de plus de 20 %.

Cet effondrement est lié à la décision, prise par les autorités russes en décembre dernier, d’interdire l’importation des produits issus de porcs nourris à la ractopamine, un additif alimentaire qui stimule la croissance des animaux et permet d’obtenir une viande plus maigre et plus protéinée. Depuis, les producteurs québécois n’expédiaient au pays de Poutine que du porc certifié exempt de cette substance. Mais en avril, la Russie a resserré une fois de plus ses contrôles et a établi sa propre liste d’abattoirs ayant accès à son marché. « Un seul abattoir québécois passe le test avec succès », déplore Martin Charron, vice-président de l’office de promotion Canada Porc International. Selon lui, les Russes cherchent d’abord à soutenir leur industrie porcine, fortement ébranlée par la hausse des prix du grain.

Mais la Russie ne fait pas cavalier seul. L’Union européenne, le Japon et la Chine interdisent la ractopamine, que dénonce aussi Consumer Reports, un important groupe américain de défense des consommateurs. Martin Charron se veut rassurant : « Santé Canada, qui a des critères d’évaluation très stricts, a mené des études poussées sur la ractopamine avant d’approuver son usage. »

LE MARCHÉ S’EFFONDRE
Exportations québécoises de porc vers la Russie

2009 : 49 millions $

2010 : 99 millions $

2011 : 254 millions $

2012 : 345 millions $

2013 : chute de 21 % au premier trimestre

Laisser un commentaire

Ah…tiens…la Russie qui fait subir au Québec les mêmes politiques que celui-ci fait subir aux autres états avec la « gestion de l’offre »…

Il y a enfin une justice dans ce bas monde!

À François : la gestion de l’offre, c’est transparent, connu et en place depuis 40 ans et inclus dans les calculs de niveaux de barrières tarifaires globales que peuvent utiliser les pays au niveau du commerce agroalimentaire. La ractopamine, elle, sert de paravent aux Russes puisque, depuis l’ouverture de leurs marchés au porc étranger, c’est la débandade.

Commentaire insignifiant et ignorant de votre part.