Les vaccins des autres

Deux sous-disciplines économiques — l’économie comportementale et la théorie des jeux (game theory) — ont beaucoup à voir avec la récente éclosion de la rougeole en Californie, qui poursuit son chemin jusqu’au Québec.

152414941-little-girl-looking-at-plaster-where-she-has-gettyimages
Photo : Getty Images

Il y a trois semaines, nous avons ramené notre petit troisième à la maison pour la première fois. Son frère (2 ans) et sa sœur (5 ans) en sont complètement amoureux, lui donnant des câlins chaque matin avant leur départ pour la garderie, et dès leur retour, en soirée.

Blogue EconomieMalheureusement, ma fille aînée a rapporté un petit «extra» de la garderie, cette semaine : le virus de la varicelle. Elle a reçu ce joli cadeau d’un petit copain non vacciné de la garderie, malgré le fait qu’elle est elle-même vaccinée.

La belle routine des grands câlins à son tout petit frère a donc été bouleversée toute la semaine.

Le taux d’efficacité de l’unique dose du vaccin contre la varicelle recommandé au Québec se situe autour de 85 % (contre tout type de varicelle), et de presque 100 % (contre la varicelle sévère). Ma fille n’a donc pas été chanceuse, mais elle va s’en sortir.

Aussi, dans le cas de la varicelle, l’allaitement devrait protéger mon beau bébé — mais cela n’est évidemment pas garanti. C’est pourquoi la pauvre aînée a dû rester le plus possible à quelques mètres du nouveau venu toute la semaine.

De nombreuses autres maladies contre lesquelles les vaccins devraient nous protéger sont cependant beaucoup plus dangereuses. J’ai peur et je suis enragée.

Ainsi, je comprends mieux que jamais la colère de la maman torontoise dont le petit a été mis en contact avec la rougeole à cause de parents qui refusent de faire vacciner leur enfant.

Je risque d’être moins que courtoise la prochaine fois que je croiserai les parents de ces petites bombes de microbes qui côtoient non seulement mes enfants à la garderie, mais aussi des enfants de moins de 18 mois qui n’ont pas encore eu l’occasion de recevoir des vaccins… ou qui ont eu le privilège aveuglé d’avoir des parents qui les ont refusés pour eux.

À part pour faire passer un peu de ma frustration, pourquoi donc est-ce que je parle de ce sujet dans le blogue Économie ?

C’est parce que deux sous-disciplines économiques, l’économie comportementale et la théorie des jeux (game theory), ont beaucoup à voir avec la récente éclosion de la rougeole en Californie, qui poursuit son chemin jusqu’au Québec.

La recherche en théorie des jeux montre que dans un «jeu» où le coût de vaccination est plus grand que zéro, le taux de vaccination devient inférieur au taux optimal pour la société. Au Québec, les vaccins sont, dans la plupart des cas, gratuits — dans le sens financier du terme.

Mais il y a plusieurs «coûts» non financiers : le temps requis pour aller à la clinique, le malaise d’entendre pleurer l’enfant qui reçoit la piqûre et, évidemment, le risque — souvent imaginaire ou exagéré — d’effets secondaires (le faux lien entre le vaccin contre la rougeole et l’autisme, par exemple).

La recherche en économie comportementale montre aussi que la population met plus de poids sur une perte que sur un gain. Or, il n’existe presque aucun parent de la présente génération qui ait vu une «perte» associée à l’une de ces maladies graves (une personne paralysée par le polio ; une autre devenue stérile à cause des oreillons ; un bambin tué par la coqueluche…). Il y a donc une tendance à croire que le «gain» de protection est petit, étant donné que les risques liés à ces maladies sont perçus comme minimes.

Ainsi, les parents ont tendance à surévaluer les coûts associés aux vaccins et à en sous-évaluer les bénéfices. Devant ce constat, il n’est pas surprenant que de nombreuses personnes choisissent de ne pas faire vacciner leurs enfants.

Les décisions de ces parents transforment leurs enfants en petits parasites, mettant potentiellement en danger tous ceux et celles avec qui ils seront en contact.

Les parents de ces parasites n’ont malheureusement aucune responsabilité légale envers les personnes qu’ils mettent en danger.

Que faire, alors ? Il existe malheureusement très peu d’études portant sur les moyens les plus efficaces de combattre ce comportement et d’assurer le taux optimal pour la société.

Des chercheurs offrent tout de même quelques leçons.

Côté «carotte» : la recherche montre que les internautes accorderaient autant de crédibilité aux commentaires d’inconnus qu’à l’information diffusée par les organismes publics. Ainsi, il faut poursuivre les campagnes provaccination sur Facebook ! Et il n’est donc pas du tout inutile d’argumenter sur les divers sites Web contre les diverses théories de la conspiration antivaccination. Les organismes publics devraient aussi considérer faire un peu plus de promotion sur l’importance de la vaccination. Même si ces campagnes ont un coût, elles risquent de prévenir des maladies beaucoup plus coûteuses advenant leur succès.

Côté «bâton» : la façon «gentille» d’éduquer les parents fonctionne moins bien que les règles établies par les médecins (qui pourraient refuser de suivre des patients refusant les vaccins) ou que les règles dressées par les écoles qui rendent la vaccination obligatoire. Les garderies, écoles et cliniques médicales pourraient afficher le taux de vaccination de la population qu’elles desservent.

Comme Hillary Clinton le disait sur Twitter : «La planète Terre est ronde. Le ciel est bleu. Et les vaccins fonctionnent.» Il est temps qu’on arrête de tolérer si gentiment les personnes qui prétendent le contraire. C’est trop dangereux.

* * *

À propos de l’auteure

Laura O’Laughlin est économiste principale chez Groupe d’analyseElle est l’une des créatrices du premier Indice québécois d’équité entre les générations (IQEG). Toute opinion exprimée dans ce texte ne représente que ses opinions personnelles.

Laisser un commentaire

Ma fille avait reçu ses vaccins (dont les vaccins dits vivants) et avait eu un PTI (Purpura Thrombopénique Idiopathique) ou une baisse du taux de plaquettes dans le sang. Cela avait été dû à la vaccination de mon enfant. Avec les vaccins vivants. À ce moment, sa pédiâtre a reconnu que les vaccins non-vivants auraient été plus bénéfique pour elle.

« Que faire, alors ? Il existe malheureusement très peu d’études portant sur les moyens les plus efficaces de combattre ce comportement et d’assurer le taux optimal pour la société. »

(1)

L’etat pourrait par exemple imposer que des enfants qui frequentent un lieux comme CPE, garderies etc …. aient recu des vaccins. Les auters enfants ont le droit a l’integrite, le droit a la vie, le droit a etre dans un lieu relativement securitaire.

(2)

Ensuite, l’etat n’est pas obliger d’offrir le choix … et sur le fond dans la mesure ou l’enfant ne peut pas offrir de consentement … peut-on meme parler de choix ….

Sur le plan de santé publique il me semble que les droits collectifs se justifient pleinement …. et aussi en regard des droits individuels de l’enfant enr egard des croyances de ses parents.

(3)

Ensuite je remarque qu’on tente de le taire ici et la les origines du probleme dans ce cas ci, probablement des menaces de poursuites de sectes ( ou groupe spirituelle selon une nouvelle de la presse qui a pris le bord assez vite en arriere fond de leur site web).

http://www.lapresse.ca/actualites/sante/201502/12/01-4843805-rougeole-des-membres-dun-groupe-spirituel-antivaccinaliste-ont-rapporte-le-virus.php

Mais le reel est que dans le cas ici c’est la « SECTE » oui la « SECTE » la mission de l’esprit saint qui utilise l’idee repugnante de selection naturelle et de survie du plus fort … en regard d’enfant … c’est ca la raison de la non vaccination …

(4)

Un moment donne va falloir reflechir collectivement sur les enclaves de folies , les enclaves de non droit, les enclaves de non science et ou il faut que les enfants glorifient un monsieurricher ….ou il faut que les enfants aient une frayeur du monde alentour ….

On peut bien dire que ces enfants sont la propriete de leur parents et s’en laver les mains …. mais ces enfants doivent-ils avoir des demi droits …

(5)

A nouveau a la question quoi faire …. dans ce cas ci …. il commencerait a etre temps qu’on revoit le concept de maltraitance d’enfant a la DPJ pour inclure les maltraitance psychologique et verbale qui deviennent des phobies, des carences intellectuelles et sociales profondes et durables.

On attend quoi pour sortir les enfants de situations qui relevant clairement de maltraitance
C’est de ca qu’on devrait parler.

(6)

ensuite …

Et dans le fond comment meme penser que c’est pas la police qui devraient pas etre dans le dossier et le directeur des poursuite criminelle et penale s’assurer personnellement qu’on poursuive ….

(7)

On attend quoi dans les medias pour parler a d’ex membre de la secte, de gens qui ont de la famille pris la dedans …

Je me souviens d’une entrevue ca doit bien faire 10 ans d’un ex membre qui decrivait les sequelles profonde que le secte a generer chez lui…. a croire que les medias volontairement font pas le suivi des dossier

(8)

A croire comme dans le cas des Mennonites qui ont fuit un moment donne avec leur enfant ou plus recemment les hassidiques … on va regarder et se taire … comme une societe qui aime pas les enfants ….

Juste pour les curieux et ceux qui comprennent pas le probleme ici des cas de rougeole et que ca rien a voir avec du monde ici et la qui se font pas vacciner pour x ou y raisons molles …

Ici on se retrouve avec des lieux ou la majorite du monde sont pas vacciner … des especes de lieux qui deviennent des vecteurs au niveau de la santé publique …

http://exruefrontenac.com/nouvelles-generales/societe/3251-mission-de-lesprit-saint-gilles-francur

»

Radio-Canada a obtenu les résultats des tests des 200 enfants suivis par la commission scolaire, dont les trois quarts sont membres de la Mission de l’Esprit-Saint. Le taux de réussite est de 59 % en mathématiques au niveau primaire, mais chute à 27 % au niveau secondaire. Pour la lecture, il est de 61 % au niveau primaire, et de 48 % en français au niveau secondaire.

»

»

De plus, les jeunes filles qui sont membres de cette communauté se marient souvent à l’âge de 14 ans et abandonnent l’école pour faire des enfants et s’occuper d’eux. « Les filles se marient vraiment à 14 ans, j’en ai vu. Et une fois mariées, elles ne vont plus à l’école », assure une ex-membre.

»

http://www.radio-canada.ca/nouvelles/societe/2006/09/28/004-mission-saint-esprit.shtml

« Gilles Francœur considère que plus ils sont jeunes, plus ils sont aptes à engendrer des enfants de Dieu. «Vers 16 ou 17 ans, c’est l’âge idéal», reconnaît le leader de la secte. »

http://tvanouvelles.ca/lcn/judiciaire/archives/2012/11/20121126-204046.html

»

Pendant plusieurs années, le père et la mère, tout deux issus de la secte, ont frappé leurs six enfants à coups de pied et de ceinture, dès que ceux-ci ne respectaient pas les règles très strictes qui leur étaient imposées. Au moindre écart de comportement, les enfants, qui ont aujourd’hui de 12 à 18 ans, se faisaient tordre un bras, frapper au visage ou plaquer fortement contre un mur.

Mariés à 18 ans seulement, le père et la mère des enfants issus de deux familles membres de la Mission de l’Esprit-Saint ont été bannis de la secte en 2009, après avoir quitté le movement

»

http://tvanouvelles.ca/lcn/judiciaire/archives/2011/05/20110510-214514.html

»

Pendant des décennies, un père de huit enfants aurait fait vivre un véritable enfer à ses quatre filles en les violant à répétition dès leur plus jeune âge. Il s’en serait également pris à sa petite-fille, il y a quelques années. Tout cela, en justifiant ses gestes par les croyances avancées par la secte dont il était adepte. »

La théorie des jeux est tout juste bonne à démontrer que la coopération est plus efficace que toutes formes de décisions égocentriques, mais au-delà, je ne miserais pas trop là-dessus.

Vous avancez des théories complexes pour tenter d’expliquer un phénomène plutôt marginal (tempête médiatique autour d’une poignée de cas de rougeoles… *facepalm*) alors que dans les faits, ce n’est pas si compliqué.

Mis à part quelques illuminés, les gens qui ne font pas vacciner leurs enfants ne sont pas anti-vaccins; ils sont pro-sciences. Ils cherchent à comprendre et à s’informer car non, au risque de vous péter votre balloune, le débat est loin d’être clos sur la sécurité des vaccins.

Avant de me lyncher sur la place publique en me traitant d’hérétique, je vous inviterais à me présenter les études scientifiques sur lesquelles reposent votre confiance en la sécurité des vaccins. » Mon médecin me dit que » n’est malheureusement pas accepté quant la santé de mes enfants est en jeu.

Faisons ensemble un petit tour de piste, voulez-vous.

Les vaccins sont sécuritaires et sans danger vous dites ? Alors pourquoi avons-nous au Québec un programme d’indemnisation des victimes d’une vaccination ? Unique au Canada à part ça, quelle fierté !

http://www.msss.gouv.qc.ca/sujets/santepub/vaccination/index.php?indemnisation

Il a besoin d’être paufiné, c’est vrai, mais au moins, on a un ! Voici un ouvrage intéressant sur la question :

http://www.editionsyvonblais.com/product-detail/lindemnisation-des-victimes-de-la-vaccination/

Mieux encore, nos voisins américains ont ce qu’ils appellent dans le jargon, la Vaccine Court, ou de son nom officiel, The National Vaccine Injury Compensation Program :

http://www.uscfc.uscourts.gov/vaccine-programoffice-special-masters

Programme qui, soit dit en passant depuis son inauguration, a indemnisé près de 3500 familles à la hauteur de 3 milliards de bidous… payés par les contribuables, j’ajouterais, et non par les pharmaceutiques qui sont exemptes de poursuites.

http://www.hrsa.gov/vaccinecompensation/statisticsreport.pdf

Je pense qu’on a établit que les vaccins ne sont pas 100% sécuritaires. D’ailleurs, je ne veux pas vous dire comment faire votre travail de journaliste, mais il semblerait que ayez omis un petit détail croustillant quant la supposée efficacité du vaccin ROR. En effet, deux scientifiques de Merck ont viré leur capot de bord et ont tiré la sonnette d’alarme comme quoi l’efficacité du ROR n’est aussi élevé que ce que Merck prétend :

http://www.huffingtonpost.ca/lawrence-solomon/merck-whistleblowers_b_5881914.html

La formule » one size fits all » pour la vaccination massive de nos enfants est de plus en plus remise en cause par des scientifiques de renommées, pas juste par des beat-nick bio vivant dans des roulottes en bambou :

http://www.huffingtonpost.ca/lawrence-solomon/vaccine-skeptics_b_4548510.html

Petite anecdote, suite à son vaccin ROR de 18 mois, mon fils a été hospitalisé pour une laryngite aiguë pendant 4 jours. Il a failli ne pas se rendre à l’urgence. Dans les mois qui suivent, il commence à perdre ses acquis et devient extrêmement sensible à son environnement. 1 an plus tard, il est diagnostiqué autiste.

Autisme régressif, qu’on me dit. Je pose alors la question : les vaccins auraient-ils pu être la cause ? Un élément déclencheur ? Mon fils avait-il une prédisposition génétique qui l’auraient rendu susceptible à des dommages causés au cerveau ? On me répond que je suis un anti-science sectaire gradué de l’université Google qui se gargarise sur le thé chaï et que je prends trop de bain de boue wrappés dans le Glad à +30 degrés…

Les vaccins ne causent pas l’autisme régressif vous dites ? Peut-être… ou peut-être pas. Si vous avez lu les liens que j’ai listé précédemment, vous aurez remarqué qu’un article fait référence au CDC, le Center for Disease Control aux US (l’autorité en matière d’immunologie est de santé) qui sont eux aussi, dans l’eau chaude… bouillante même.

L’un des principaux co-auteur de la principale étude sur laquelle s’appuie le CDC pour affirmer qu’il n’y a pas de lien entre autisme régressif et vaccin ROR a lui aussi viré son capot de bord et a affirmé, de concert avec ses collègues, avoir falsifié les données pour faire parler les résultats en leur faveur. En gros, ils ont volontairement omis les données recensées chez les enfants afro-américains qui seraient eux beaucoup plus susceptibles de développer l’autisme régressif.

Je renifle trop de pots de colle vous dites ?!? Je vous invite à lire le communiqué émis par la firme d’avocat représentants ce cher scientifique, Dr. William Thompson :

http://www.morganverkamp.com/august-27-2014-press-release-statement-of-william-w-thompson-ph-d-regarding-the-2004-article-examining-the-possibility-of-a-relationship-between-mmr-vaccine-and-autism/

Oh et en passant, ce scientifique (qui a remis plus de 1000 documents au sénateur de la Floride Bill Posey, qui est en charge de l’enquête) s’est fait offrir l’immunité par l’administration Obama afin de venir témoigner devant le Congrès :

http://dailycaller.com/2015/02/03/obama-admin-grants-immunity-to-cdc-scientist-that-fudged-vaccine-report-whistleblower-plans-to-testify-before-congress/

Comme disent les chinois, I wish I was making this up.

Maintenant après avoir lu tout ceci, après avoir bien pris le temps d’assimiler la notion que oui, les vaccins peuvent potentiellement blesser les enfants, est-ce si difficile d’imaginer que certains parents, en cas de doutes, préfèrent s’abstenir ? Que certains parents sont pro-vaccins, pro-science et surtout, pro-sécurité ?!

Maintenant permettez-moi de vous poser une question de priorité. Voici les chiffres tirés du CDC sur la progression de l’autisme aux US :

1995: 1 sur 500
2001: 1 sur 250
2004: 1 sur 166
2007: 1 sur 150
2009: 1 sur 110
2012: 1 sur 88
2014: 1 sur 68 et 1 sur 42 chez les garçons

OK oui c’est vrai, on a de meilleur outils pour diagnostiquer, mais je pense que votre esprit critique comprend que quelque chose ne tourne pas rond chez nos enfants et que ce n’est pas juste la génétique qui explique cette hausse fulgurante de cas d’autisme. Pas juste l’autisme… les allergies, le diabète, les maladies chroniques et auto-immunes, toutes sont en hausses. Nos enfants composent la génération la plus malade jusqu’ici ayant une espérance de vie moindre que la précédente. Je ne dis pas que les vaccins sont la seule cause ici, mais j’invite à regarder l’ensemble du portrait, incluant la vaccination massive, one size fits all, de nos enfants sans même considérer une minute que certains n’ont pas le système immunitaire assez fort pour supporter les dites injections.

Mais je m’égare, revenons-en à la question de priorité que je souhaite vous poser; un cas sur 68 d’autisme aux États-Unis versus 121 cas de rougeoles sur une population de 300 millions. Elle est où, l’épidémie – et par conséquent l’esprit critique de nos politiciens (et de nos journalistes) – je vous le demande ?

Merci Dominique. J’ai eu aussi envie de prendre la plume pour remettre les pendules à l’heure mais je n’en ai pas eu le courage. Pas que j’aie peur de me faire mettre au ban de la société mais parce que cela aurait pris un long texte pour expliquer tout les tenants et aboutissants des vaccins et toutes les nuances nécéssaires. Or depuis, deux semaines, on est dans une véritable chasse aux sorcières hystérique, digne du moyen-âge , face aux gens qui osent émettrent des doutes sur la science des vaccins officielles. Hystérie relayée par une caste médiatique complaisante.Or, comme vous le dites, la science est avant tout une affaire de doute et contrairement à ce que croit la majorité, la vraie démarche scientifique ne devrait jamais mener à dire que l’on a trouvé la vérité (Ce que font actuellement les pro-vaccins) . Tout au plus doit-on se contenter de dire que suite à une démarche scientifique, nous avons prouver que l’hypothèse que nous épousons (qu’elle quelle soit) est moins fausse que ce que nous croyions auparavant. Donc que l’on s’approche de la vérité tranquillement mais qu’il y a toujours place a une explication plus complète qui saura expliquer tel ou tel phénomène observable. Il y a et doit donc toujours y avoir place aux doutes et à la remise en question et cela même pour les théories les plus solidement démontrés qui prennent alors nom de loi ( en physique par exemple, qui aurait cru que les avancées en physique quantique viendrait un jour remettre en question des lois qui semblaient aussi immuables que celles issues de la physique newtonienne) Dans cette optique, qui sont donc vraiment les anti-sciences? Et je n’ai même pas parler des enjeux monétaires considérables liés au commerce des vaccins. Oh, je les entend déjà crier que je suis un conspirationniste de bas étage et donc que tout ce que je dis doit être mis au rencart. Mais dites-moi gens bien pensant certains dans leur certitude, si il était tentant pour une poignée d’entrepreneur de prendre en otage le secteur des travaux publics de Montréal pour se remplir les poches de quelques dizaines ou centaines de millions. Et ce malgré la supposée vigilance des pouvoirs publics. (Qui en bout de ligne étaient, tel que révélé par la commission Charbonneau, eux-même gangrenés par la corruption de certains fonctionnaires ) Alors dites-moi gens bien pensant, pourquoi cette même tentation ne pourrait se reproduire dans un marché mondial des vaccins évalués à 54 milliards de dollars. La nature humaine changerait-elle du domaine de la construction au domaine médicale. Je pose la question, c’est tout.

Dominique, j’approuve. Et j’ajouterais ceci : c’est un fait que les campagnes de vaccinations ont apporté de grands bienfaits au sein des populations ces 60 dernières années, on ne peut le nier. Ce n’est pas tant l’innocuité des vaccins que l’on remet en question, que l’innocuité des compagnies pharmaceutiques qui ne rechignent pas à « créer des maladies » pour faire de l’argent. Les campagnes anti-vaccins sont en fait des campagnes anti-compagnies pharmaceutiques. Ils nous ont trahis trop souvent et la lumière sur l’épisode H1N1 n’a jamais été faite. La complaisance, sinon la relation incestueuse, de nos institutions publiques censées nous protéger, envers ces compagnies pharmaceutiques, n’aide en rien à créer un climat de confiance. C’est à nos gouvernements que revient la responsabilité de rendre les compagnies pharmaceutiques imputables. Des organismes indépendants devraient prouver l’innocuité des vaccins et de tout autre médicament et d’en faire rapport à nos gouvernements. En fait, j’irais même plus loin. On devrait enlever la responsabilité de rechercher et de fabriquer les médicaments et vaccins des mains de compagnies à profits afin de contrôler la qualité des produits. Ce serait cher, mais comment retrouver cette confiance perdue? En attendant, je ne peux blâmer les parents d’avoir peur.

Merci Dominique d’avoir pris le temps de remettre les pendules à l’heure! J’appuie à 100%. Je ne peux pas croire que des personnes qui se disent journaliste véhiculent des informations sans aucun fondement et qui souhaitent en plus que le gouvernement oblige les enfants à être vaccinés pour aller à l’école! Ça me dépasse complètement.

Merci Dominique! Les gens doivent cesser cette chasse aux sorcières contre les rares (1 à 2 % au Québec) personnes qui ne font pas vacciner leurs enfants. Il faut que ceux qui osent se doter du titre de journaliste cessent de déblatérer de telles inepties en traitant de parasites les enfants non vaccinés.

Il faut aussi que les gens comprennent que la vaccination ne crée pas de bulle magique autour des gens et que les virus peuvent être transmis par des gens vaccinés, car la seule différence entre une personne vaccinée et une personne non vaccinée, selon la théorie vaccinale, c’est la vitesse de réaction du corps pour combattre le virus. Mais la personne vaccinée entre tout autant en contact avec le virus qu’une personne non vaccinée, et peut tout autant le transmettre à d’autres gens pendant la période d’incubation.

De plus, comme on peut le lire sur les emballages de certains vaccins, la transmission d’un virus vivant est possible jusqu’à 28 jours après la vaccination. Donc, une personne qui reçoit le vaccin RRO peut transmettre les virus jusqu’à 28 jours après l’injection. Je me demande si Mme O’Laughlin apprécierait qu’on traite ses enfants récemment vaccinés de parasites…

Merci Dominique d’avoir pris le temps de répondre et de remettre les pendules à l’heure. Moi aussi je suis dépassée de voir des personnes qui se prétendent journalistes véhiculer autant de désinformation. J’appuie vos propos à 100%

Moi je vais vous repondre …

(1)

« Mais je m’égare, revenons-en à la question de priorité que je souhaite vous poser; un cas sur 68 d’autisme aux États-Unis versus 121 cas de rougeoles sur une population de 300 millions. Elle est où, l’épidémie »

C’est parce que tu prends des chiffres dans un contexte ou il y a vaccination concernant la rougeole dans la population qu’il n’y a pas beaucoup de cas ….

Je veux juste que les internautes admire la logique 2 minutes de l’internaute ( logique tordu que j’ai lu ici et la d’adeptent de pseudo science) .

(a)

L’internaute au lieu de comparer par exemple combien d’enfants auraient la rougeole sans vaccination vs combien en ce moment. Plutot que de faire une comparaison avant la vaccination.

Non ce qu’il fait c’est qu’il regarde le nombre de cas de rougeole dans un contexte de vaccination et dit oui mais c’est pas beaucoup donc vaccination pas utile.

(b)

C’est pas beaucoup parce qu’on vaccine innocent ….

Il n’y a pas d’epidemie parce qu’on vaccine innocent …

(c)

Ce qui inquiete c’est qu’on atteigne le % qui ferait en sorte que la protection ne serait pas suffisante et que le nombre de cas augmente et que sur le nombre des deces surviennent. C’est ca le propos.

Je vais etre franc des fois je me demande si du monde ont meme un QI aux alentour du milieu de la courbe de Gauss et non pas tres tres loin a gauche ….

(2)

« . Donc que l’on s’approche de la vérité tranquillement mais qu’il y a toujours place a une explication plus complète qui saura expliquer tel ou tel phénomène observable. Il y a et doit donc toujours y avoir place aux doutes et à la remise en question et cela même pour les théories les plus solidement démontrés qui prennent alors nom de loi ( en physique par exemple, qui aurait cru que les avancées en physique quantique viendrait un jour remettre en question des lois qui semblaient aussi immuables que celles issues de la physique newtonienne) Dans cette optique, qui sont donc vraiment les anti-sciences? »

(a)

Les adeptent des pseudo sciences qui se presentent comme en faveur de la science et des incompris c’est pas nouveau …

(b)

Exemple ici …. c’est l’habituel rhetorique du bouleversement qui sert a montrer que n’importe quelle theorie pourrait etre vrai ….

(c)

Mais la science fonctionne pas de cette maniere …

Le reel c’est que la physique Newtonienne et plus generalement ce que l’on nomme physique classique, malgre que la mecanique quantique permet de decire les particules, malgre la relative generale et resteinte …, sont les lois qui sont TOUJOURS utilise pour decrire la plupart des phenomenes autour de nous … et en ingenerie …

Un pont on le construit pas en utilisant l’equation de schrodinger sur chacune des particule qui le compose … pas plus qu’on utilise les correction relativiste ….

On arrive a peine a resoudre meme numeriquement l’equation de schrodinger pour des atomes avec un nombre restreint de particule et l’appliquer avec des approximations importantes aux molecules …

(d)

La physique classique est correcte dans certaines limites. Newton est toujours ben ben utile et decrit parfaitement le reel dans certaines limites.

(e)

Et donc quand vous parlez de nouveaux modeles qui peuvent survenir et qui raffine les modeles precedents … le reel est que le nouveau modele doit a tout le moins decrire aussi correctement les observations actuelle que le precedent … ca c’est le minimum qu’on demande … et donc dans cette perspective la il ne scrappe pas le modele precedent , il generalise, englobe, raffine …

(f)

Mon point, je pense que vous connaissez rien a la physique, rien aux mathematiques, rien au science, rien a l’epistemologie et que vous faites un charabia a 2$ qui prend sa source dans une vision naïve, superficielle de la science et dans les discours des pseudo sciences.

—–

(3)

Internaute (1) et (2)

Je pense que vos propos sont dangereux et de la desinformation et a mon sens ne representent aucunement une opinion de bonne foi et c’est manifeste que vos propos servent a tromper.

Vous vous presentez comme ouvert et du cote de la science, mais sur le fond aucune evidence scientifique ne pourrait vous convaincre ….

Vous etes pas du cote de la science vous etes du cote des pseudo sciences.

Et vous essayez d’utiliser un jargon pseudo scientifique pour justifier vos croyances.

Bonjour Ian,

Merci de votre réponse. Voici la mienne à la vôtre. Mais contrairement à vous, je ne vous affublerrai pas d’épithètes désobligeantes et autres insultes pour vous discréditer. Il me semble que c’est là, l’arme du pauvre. Vos arguments devraient suffire non? Pourquoi tirer sur le messager. Je conçois que la discussion sur les vaccins deviennent rapidement émotionelle et passionée mais tentons de garder de la civilité. Deuxio, la vrai science, puisque vous vous en réclamer se doit d’être aussi sans passion que possible. C’est à dire que la seule passion qui devrait animer le chercheur est de trouver la vérité quelle qu’elle soit et non celle qu’il préfère ou désire. La réalité est, et le but de la science est de la découvrir et de l’expliquer en permettant autant que faire se peut de faire abstraction justement des subjectivités du chercheur. Cela reste une vue de l’esprit bien sur, car tout être humain possède des subjectivités qui vont influencer son regard et donc potentiellement les résultats de ses recherche. D’ou l’importance dans la démarche scientifique que d’autres reproduise une expérience x pour voir si il arriveront au même résultat. Mais trêve de blabla, je ferai comme vous et j’y irai point par point. Donc,

1- Le point sur l’épidémie de rougeole vs l’autisme et tutti quanti. D’abord personne, en tout cas pas moi, ne nie que les vaccins est une certaine efficacité. Ce que la plupart des gens qui ont des réserves face à la vaccination, soutiennet c’est qu’il y a des risques associés à celle-ci. Et que mettant dans la balance les risques versus les bénéfices, ils optent pour le principe de précaution et ce qui leur semble le plus prudent. Voyez donc, déjà comment leur façon de voir le problème est plus similaire à votre façon de penser que vous ne voulez bien le croire. La seule différence réside donc dans ce que contient chaque plateau de la balance. Mais revenons à notre propos. Il y a donc 160 et quelques cas de rougeole au US en 2014, cette année pour l’instant au Qc une quinzaine et c’est la panique. Il faudrait lyncher tout les anti-vaccins. Pendant ce temps, il y a des centaines de milliers, voir des millions d’enfant à qui on diagnose l’autisme et la croissance de la courbe est phénoménale. Comme l’explique Dominique, meilleur méthode de diagnostique d’accord, peut-être cela explique t-il une partie de l’augmentation. Mais ça semble un peu court pour expliquer l’explosion de cas. Pour avoir une réponse, il faudrait plus de recherche et mettre tout sur la table.Pourrait-il y avoir d’autres facteurs? et oui, incluant les vaccins. La réponse ne nous est pour l’instant pas connu. Et avant que vous me citiez la fameuse étude anglaise qui a été largemment discréditée comme fausse et etc, je vous rappelle que le fait de discréditer cette étude ne permet pas de dire hors de tout doute qu’il n’y a pas de lien entre la vaccination et l’autisme. Tout au plus permet elle de dire que le lien que se chercheur avait établi n’est pas réel. Que ce chercheur, pour x ou y raisons a erré. Donc que jusqu’à maintenat on ne peut établir de lien entre vacin et autisme. Ceci ne veut pas dire qu’il n’y en ait pas. Seul plus de science et le futur nous le dira. Car dois-je vous le rappeler aussi, que l’on est loin mais très loin d’avoir compris tous les méchanismes du corps humain.

2- suite et fin demain si j’ai le temps

Tout d’abord, oui, La Mission de l’Esprit-Saint est une secte,que d’aucuns ont traité pudiquement de groupe spirituel, qui prétend à l’eugénisme, le hasard de la vie ayant donné à leur fondateur le prénom d’Eugène. Leurs enfants, non vaccinés ont contracté la maladie en visitant Disneyland, comme plusieurs petits Américains; « quelques-uns », dixit leur leader ont dû être réhydratés à l’hôpital.

Il y a dans l’air du temps, une méconnaissance de ce qu’est la démarche scientifique. Cette méconnaissance ouvre la voie aux techniques de confusion de firmes comme Edelman, lesquelles oeuvrent pour des clients comme les grandes pétrolières. La méthode scientifique fonctionne ainsi: quelqu’un émet une hypothèse;; on procède ensuite à des expériences pour en vérifier le bien-fondé, et s’il y a reproductibilité, l’hypothèse est acceptée. Le doute scientifique est un outil pour avancer; quand les évidences, documentées! s’accumulent, l’hypothèse devient théorie, et on passe à autre chose. Ce n’est pas la communauté scientifique qui conteste aujourd’hui la théorie de l’évolution ou celle du réchauffement climatique. Et ce n’est pas la communauté scientifique qui conteste non plus le bien-fondé de la découverte de Jenner. La vaccination a permis l’éradication de la variole, et on en était à celle de la polio lorsque les choses, politiques! ont dérapé au Moyen-Orient.

Vivre avec les maladies contagieuses coûte cher; l’éradication est la meilleure solution. La rougeole était la prochaine sur la liste. Hélas, on n’en
est plus là.

Parce que d’aucuns ont intérêt à semer le doute. Pour pouvoir continuer à vendre du pétrole et à se faire élire. Au sud, il y a les Rand Paul et Chris Christie qui surfent lâ-dessus, et au nord on a tous nos bons anti-sciences ci-devant réformistes.

Est-ce cet article sert de propagande, un blog economique ou des enfants sont clairement identifies comme parasites pourquoi laisser sous-entendre le souhait de pouvoir poursuivre les parents d’enfants non-vaccines. Traites les gens de la sorte dans les medias est inconcevable. Ce texte pourrait facilement etre interpreter comme un appel a la discrimination et la stigmatisation des non-vaccines, un peu comme souhaiter que l on puisse blamer les citoyens au lieu des compagnies qui publicisent leurs vaccins comme efficaces avec des etudes biaises. A croire que cette personne souhaite blame les non-vaccines pour ce qui ne tourne pas rond dans la societe comme les nazi avec les juifs en les identifiants de loin et en les forcant a habiter dans des gettho en leurs retirant l accès aux endroits publique un peu la meme chose que la segregation des noirs aux etats-unis (des restaurants pour les blancs des bus pour les blancs des epiceries pour les blancs des ecoles pour les blancs et de meme pour les noirs) c est une honte de plublier un article de la sorte et croire que cela est socialement responsable et acceptable de blamer. Comment la dame peut avoir accès au status vaccinal de « l enfant parasite » qui a infecte sa fille avec la varicelle. Aucune credibilte serieusement decues de lire cette publication

Étant une anti- vaccins, je trouve tout à fait aberrants de lire des commentaires aussi drastiques sur les supposés bienfaits des vaccins. Je ne me considère vraiment pas comme étant une mère irresponsable, faisant particulièrement attention à l’alimentation étant conséquente avec le mode de vie que nous avons choisi il devient logique de refuser toute substance douteuse à notre fils.