L’essence à côté de ses pompes

Le litre d’essence atteint aujourd’hui 102 cents le litre à Montréal, une hausse de plusieurs cents depuis la semaine dernière. Voilà une hausse bien difficile à comprendre. Quel curieux mécanisme pourrait bien pousser par le haut le prix de l’essence alors que nous sommes en pleine crise économique ? Permettez-moi de jouer à l’avocat du diable et tenter d’expliquer ce qui paraît injustifiable.

Le prix du baril de pétrole se maintient autour de 58 dollars depuis quelques jours alors qu’il était à environ 40 dollars en début d’année, soit une augmentation de plus de 40 %.

Pourquoi alors cette augmentation du prix du baril de pétrole alors que la demande mondiale a chuté d’environ 2 millions de barils par jour à cause de la crise ?

C’est que la production, elle, a fléchi de plus de 4 millions de barils par jour depuis le sommet de l’été dernier. Faites les comptes, nous nous retrouvons encore dans une situation de déséquilibre qui a tendance à pousser le prix vers le haut.

Seule une hausse de la production pourra rétablir cet équilibre. Or, certains pays producteurs souhaitent obtenir au moins 75 dollars le baril et ne feront pas de zèle en ouvrant grand ouvert le robinet.

Fondamentalement, ce marché est déséquilibré, car il n’y a tout simplement pas assez de pétrole produit pour répondre à la hausse de la demande mondiale. Le prix va rebondir dès que l’économie repartira pour de bon, que le transport des marchandises reprendra sa croissance et que les consommateurs russes et chinois auront à nouveau les moyens d’acheter un premier véhicule.

Le temps de l’essence pas chère est déjà terminé et le temps de l’essence très chère est pour bientôt.

Photo : Paul Sakuma / PC
Laisser un commentaire

En grandes pompes.

L’affaire est simple tu veux du pétrole « mon pétrole » et bien paye le, un point c’est tout, ou je ferme la valve (la «valse des lilas» comme dirait mon ancien boss.)

Les producteurs en majorité des états ne sont pas obligés de donner leurs biens comme le Québec l’a fait. Ils veulent le vendre le gros prix ce qui est bon pour leurs affaires.

Mais cette situation met en rogne les libertariens et les libéralistes parce que l’état supposément nono, selon eux, et est incapable de prendre des décisions pour faire du fric.

Mais le libertarien le plus populaire de ce blogue, nous écrira peut être que l’énergie alternative réglera ce problème d’ici 35 ans.

L’ère du pétrole cher est débutée et elle continuera parce qu’il n’y a pas d’alternative moins chère que le double du prix et encore plus rare.

Et en avant la musique. Swing la baquesse….

Une question comme ça

Si le prix augmente, se pourrait-il que la demande baisse à nouveau et que le prix baisse aussi? la loi de l’offre et la demande. J’ai souvent l’impression qu’on va jouer au yo-yo à l’avenir avec le prix de l’essence.

Monsieur Duhamel-

Je suis en desaccord avec vous, en ce qu’il est plus que probable que les pays producteurs ne disposent tout simplement pas de reserves supplementaires de petrole: c’est la geologie, et non la politique, qui explique pourquoi l’offre ne parvient pas a suivre la demande.

Je ne saurais trop vivement conseiller le site suivant: http://www.theoildrum.com pour qui voudrait en savoir plus: une solide base en anglais comme en sciences exactes est requise, mais en bref, on y demontre qu’une reduction radicale de la consommation mondiale d’energie aura lieu, non seulement parce que la production mondiale de petrole baisse de facon ineluctable, mais aussi parce qu’aucune des « alternatives » qu’on propose ne pourrait remplacer le petrole, et ce, pour des raisons qui relevent de la physique et de la biologie elementaires.

La bonne nouvelle, c’est que le Quebec est une des rarissimes societes occidentales (la Norvege en est une autre) dont la premiere source d’energie n’est pas le petrole (ni d’ailleurs une source de CO2, ce qui risque de peser de plus en plus lourd lorsqu’on verra la catastrophe climatique vers laquelle nous nous dirigeons si nous continuons a nous servir d’energies fossiles), et qui IPSO FACTO pourrait envisager un « apres-petrole » sans effondrement radical de son economie ou de son niveau de vie. En ce sens je pense que M. Duceppe, qui dans sa recente lettre ouverte invite le Quebec a reduire sa dependance au petrole, est le seul politicien (avec Madame May du parti vert) a comprendre (un peu?) ce qui se passe. La chute de la production mondiale de petrole sera LE facteur-clef de l’economie mondiale des prochaines decennies: toute politique socio-economique n’en faisant pas l’alpha et l’omega de notre avenir vaut moins que rien.

@Etienne: le scenario que vous decrivez ressemble drolement a ce qui nous est arrive l’ete dernier: d’abord le baril de petrole frole les 150$ US, puis nous rentrons en recession, puis suit la chute du prix du petrole: pour un temps l’offre satisfaisait la demande. Mais malgre la recession la demande continue sa croissance tandis que l’offre stagne: nous subirons des hausses de prix, tot ou tard: ce sera plus tot si l’economie repart (et la hausse en question risque de nous replonger dans une recession ou une depression), plus tard si le marasme continue. Je suis d’accord avec vous, on va bel et bien jouer au yo-yo…

« La devise américaine perd de sa valeur, donc le prix du pétrole augmente. » (DG)

Ben oui un cauchemar pour les libertariens droitistes et les libéralistes la devise américaine fond ce que les gauchistes des libéralistes américains avaient prévu.

Mais les chinois applaudissent!

http://lapresseaffaires.cyberpresse.ca/economie/macro-economie/200905/11/01-855432-la-chine-sera-le-prochain-moteur-de-leconomie-mondiale.php?utm_source=bulletinLPA&utm_medium=email&utm_campaign=retention
///////////

“@ Yvon Fleurent:
Tu as encore tout faux:”

Cré Gagnon vu que tu es incapable d’avis personnel, as-tu quelque chose de plus nouveau et de moins parti-pris que ton idole de ton dernier copier-collé?

Les chinois applaudissent Gagnon!

http://lapresseaffaires.cyberpresse.ca/economie/macro-economie/200905/11/01-855432-la-chine-sera-le-prochain-moteur-de-leconomie-mondiale.php?utm_source=bulletinLPA&utm_medium=email&utm_campaign=retention

Le libre marché est faussé au Québec: N’oublions pas que nos collectivistes québécois ont promu la création de la Régie de l’Énergie du Québec qui fixe UN PRIX PLANCHER de l’essence, mais pas de prix plafond, histoire de protéger les petits indépendants. Aucune autre province n’a de ce genre de protection privilégiée et ils paient moins cher en moyenne leur essence… Nos collectivistes seraient-ils à côté de leurs pompes?

On se souvient tous de la saga du Costco de Saint-Jérôme qui a été forcé D’AUGMENTER le prix de son essence à plusieurs reprises pour satisfaire à la philosophie anti-capitaliste de nos collectivistes!

Avec de tels alliés, les Québécois n’ont pas besoin d’ennemis.

Tout à fait juste, Monsieur Duhamel. Je m’attarderai ce-soir à relire vos billets et les commentaires classés dans votre catégorie Crise pétrolière, juste pour voir comment évoluent votre pensée et celle de vos lecteurs alors que nous traversons cette crise financière. J’ai toujours vu un lien entre la crise financière et la flambée des prix du pétrole d’il y a un an.

Je lisais chez Bloomberg que le Qatar pour la première fois de son existence fera plus d’argent de son fonds d’investissement que de l’exploitation du pétrole (!) Le dit fond a été créé en 2005.

http://www.bloomberg.com/apps/news?pid=20601091&sid=aFxNERmPLLrc&refer=india

Autre passage que je retiens de cet article :

That will make Hamad (premier ministre du Qatar), who turns 50 this year, steward of a growing pile of cash at a time when funds tied to fossil fuel wealth have blown up. Norway’s Government Pension Fund-Global bled a record 633 billion kroner ($90.5 billion) last year, wiping out all of the gains since that nation began investing its oil revenue 12 years ago.

‘Wall of Money’

“The key challenge will come as the wall of money hits Qatar in the next three to five years,” says Kapil Chadda, head of global banking at HSBC Qatar, the Doha-based unit of HSBC Holdings Plc.

Et oui, 90,5 milliards de pertes pour le fond de retraite norvégien, nouvelle qui devrait consoler un peu les Québécois. La ministre des finances de la Norvège vient de déposer un projet de loi pour forcer la vente exclusive d’automobiles neuves hybrides, dès 2015. Je m’ennuie de Dion.

Pendant ce temps, au Qatar, on fait face à un mur de problèmes reliés au fait qu’on a trop d’argent et qu’on ne sait pas quoi en faire, quoi que je suis convaincue que Hamad trouvera des bons placements un peu partout dans le monde.

Le problème se résoudra quand une autre forme d’énergie remplacera le pétrole. Tant que le pétrole demeurera seul en lice, ceux qui le possèdent en abuseront. Et nous, impuissnats nous le subirons, vu que les gouvernements de pleutres qui nous gouvernent se montrent incapables de tracer la ligne entre l’abus et le raisonnable.

Au plus fort de la crise, le baril de pétrole valait 150 $, alors que sa valeur véritable se situe autour de 40 USD$. Ceux qui ne voinet pas ou se situe le problème sont soit autistes soit des aveugles volontaire.

Payer le juste prix se digère bien, mais constater que les pétrolières abusent du système et se remplissent le poches et que nos gouvernements se taisent en faisant la même chose, voilà d’où vient la frustration. Si vous avez l,occasion de parler avec un travailleur de l’Alberta sur les grands chantiers, vous constaterez aussi que l’argent y coule à flot parce qu’il y en a beaucoup. Les pétrolières intégrées siphonnent l’usager sans vergogne et contrôlent le marché avec la complicité de nos élus. L’impression sinon la certitude de se faire voler n’enlève pas la préoccupation environnementale, mais elle augmente le sentiment d’impuissance et la rage au coeur.

L’essence n’est pas chère, comparée au BIXI : 15 millions pour 3 000 vélos. ET combien par abonné, quand on fera les comptes?

@ Gilles de NDH

Avec une économie artificellement boosté, un dollar surévalué, ainsi qu’une demande trop haute, c’est normal que le prix augmente. On appelle ça l’offre et la demande et l’effet des politiques monétaristes.

Au fait… ceux qui le possèdent… il y en a partout dans le monde (USA, Canada, Russie, Moyen-Orient, etc.), le problème c’est souvent que les gros producteurs sont des états qui suivent les courants politiques.

@ Fleurent

Lâchez votre partisanerie de gamin et cessez de blaster les libéraux et libertariens pour rien. La manipulation monétaire qui cause l’inflation est dénoncée par les libertariens et c’est loin d’être un pays libéral… ça vous dérangerais un peu de rigueur intellectuelle, d’honnêteté et de maturité?

Je pense que ce qui se passe dans le domaine du pétrole (comme dans d’autres d’ailleurs) c’est que ceux qui détiennent la ressource ont compris qu’ils tiennent leurs clients (nous) par un endroit sensible qu’on ne nommera pas. Ils ont compris que peu importe le prix demandé, on va payer car une fois accro à la mobilité que nous fournissent nos voitures, il nous est tout bonnement impossible de retourner aux carioles avec chevaux. Tout comme pour l’huile à chauffage : si vous êtes pris avec cette forme de chauffage, vous savez pertinemment que vous n’avez pas le choix de vous chauffer au Québec et que les hausses subies l’an dernier, vous n’aviez pas le choix de les subir et d’en faire les frais. Ces temps derniers, on voit partout des dirigeants d’entreprise avec une morale tellement douteuse qu’on en vient à penser que même les Hells sont des enfants de choeur. Crise par-ci, fraude de 50 milliards par-là, ça n’arrête plus de sortir ce genre de nouvelles. Conclusion : Les pétrolières ne sont pas plus croches que les autres, elle ne font que suivre le mouvement. J’espère juste que quelqu’un de droit ayant un sens moral du bien et du mal va se pointer et redresser le parcours. Il y en a un qui me semble pas pire aux États-Unis, à quand le nôtre?

@ Yvon Fleurent:

Si la devise va se planter, c’est justement à cause des gauchistes et de leurs politiques keynésiennes qui consistent à imprimer de l’argent.

http://research.stlouisfed.org/fred2/series/AMBSL

Ce n’est pas une question d’opinion, c’est une question de fait.

Tout comme ce n’est un fait que la hausse du prix du pétrole a ralenti considérablement l’utilisation de la voiture.

http://mjperry.blogspot.com/2009/01/traffic-volume-continues-to-decrease-in.html

@ tous ceux qui croient que les « groses méchantes pétrolières » maipulent le prix du pétrole: comment expliquez-vous qu’elles n’ont pu freiner la DESCENTE des prix que nous avons connu l’année dernière? Hein?

Si nos gouvernements gauchisto-socialistes ne nous extorquaient pas autant de taxes et autres sur le prix de l’essence pour le redistribuer à des fraudeurs (voir http://www.cyberpresse.ca/actualites/quebec-canada/national/200905/12/01-855932-aide-sociale-50-millions-a-des-fraudeurs.php ), plutôt que de l’investir sur les infrastructures utiles aux automobilistes, prix serait raisonnable et nos routes seraient pavées d’or.

@Kevin #11

@ Fleurent – Lâchez votre partisanerie de gamin et cessez de blaster les libéraux et libertariens pour rien.

Petit problème.

Yvon Fleurent parlait de libéralistes et de libertariens (commentaire #5)

Quelques lectures vous permettraient sans doute de saisir la différence entre libéraux et libéralistes…

@ Warren Peace

Je parle de libéraux classique.. qui sont très très près des libertariens. Les libéraux actuels sont des interventionnistes de droite.

Fleurent est commande d’habitude dans le champ. Mais, aussi, il effleure une vérité, c’est un fait que le pétrole continueras de monter. Mais, comme j’ai déjà dit ici, à plusieurs reprise, c’est incompréhensible que les prix montent et descendent de la façon qu’il font ici.
Jamais en rapport avec le prix du baril, pendant des années, c’était pourtant l’explication classique. Depuis que le prix du baril descend, l’excuse ne tient plus, surtout que les réserves de pétrole et d’essence à travers l’Amérique déborde. Mais, ici, à chaque fête, weekend, période de vacances, les prix montent d’un coup sec. Encore cette fois-ci, les prix ont monté de 0,08 le L et au sud de la frontière, ils avaient baissés de 0,02 le gallon pour s’établir à l’équivalent de 0,66CAN le litre!
Comme déjà dit, les moutons aiment se faire tondre.

@ captjack

Il arrive quoi si les producteurs coupent la production?

Il arrive quoi si des spéculateurs l’achète?

Les réserves pleines elles n’augmentent pas la production.

Pour les jours de fête oui c’est une autre affaire ainsi que les différence de prix selon les endroits au Québec.

Pourquoi ne faisons tout bonnement pas venir notre essence de l’autre côté de la frontière? Louons plusieurs camions-citernes et vendons-nous l’essence moins chers .Nous pourrions payer 0.65$L US (environ 0.75$L CAN) aux USA. Donc une économie d’environ 0.30$ le litre.