L’Europe est allemande

En quittant Francfort samedi matin, une pensée s’est imposée : l’Allemagne est plus puissante que jamais et impose sa loi.

À preuve, cette controverse cette semaine au sein de l’Union européenne. Le premier ministre luxembourgeois et le ministre italien des Finances veulent lancer des obligations de la zone euro, une proposition immédiatement rejetée par l’Allemagne. Le géant européen s’oppose également à un renforcement du fonds destiné à soutenir financièrement les États pris dans le tourmente, élargissement soutenu par plusieurs autres pays.
Vous voulez savoir qui aura le dernier mot ? Qui finira par imposer sa raison ? L’Allemagne, évidemment. L’Allemagne dont tout le monde parle à Bruxelles et à la Francfort (BCE).

L’Allemagne qui est plus que jamais la locomotive économique du continent. Le partenaire le plus puissant, le plus populeux et celui qui défie toutes les prévisions en affichant une croissance qu’on serait tenté de considérer comme insolente et spectaculaire dans les circonstances.

Les instituts de prévisions économiques tablaient sur une augmentation de 1,4 % du PIB allemand en 2010. La banque centrale allemande prévoit maintenant une croissance de 3,7 %, la meilleure depuis la réunification du pays en 1991. La demande intérieure a pris du mieux, mais ce sont surtout les exportations qui ont nourri le moteur économique allemand avec une forte croissance. En juin, la hausse des ventes à l’étranger atteignait 28,5 %. Son excédent commercial représente 6,7 % de son PIB, ce qui est bien supérieur à la performance chinoise de 4,2 %.

Comment cela s’explique-t-il ?

D’abord, l’Allemagne reste une grande puissance industrielle. On y fabrique des voitures, des machines, des produits chimiques et plein d’autres choses que veulent les pays émergents. À preuve, la Chine est maintenant son premier client. L’industrie représente près de 30 % du PIB allemand; je pense que c’est unique dans les pays dits développés.

L’Allemagne est restée très compétitive face à ses concurrents européens. Depuis 10 ans, les coûts de main-d’oeuvre ont augmenté substantiellement plus chez ces voisins. Pour mieux affronter la crise, syndicats et patrons ont convenu de « corseter» (comme dit Amid Faljaoui) les salaires pour soutenir les exportations et maintenir l’emploi.

L’Allemagne reste un pays où les taxes sont très élevées selon les critères nord-américains. Le Figaro affirme même que 60 % de la littérature mondiale sur les problèmes d’impôts est imprimée en allemand. Ceci dit, elle ne s’en tire pas trop mal face à ses voisins et concurrents. Le niveau de taxation représente 39,3 % du PIB, mais c’est moins que la France avec 42,9 %.

Surtout , les Allemands taxent moins les entreprises et le capital. Les cotisations sociales sont moins élevées qu’en France (16,1 % du PIB contre 15,1%), mais ces cotisations sont substantiellement moins lourdes pour les employeurs allemands.

Enfin, l’Allemagne est un grand bénéficiaire de l’Union européenne et de la zone euro. Son marché « intérieur » est maintenant plus grand que celui des États-Unis et a éliminé tous les risques de change.
La question que tout le monde se pose découle de ce constat. À partir de quel point est-il plus avantageux pour les Allemands de quitter la zone euro plutôt que de soutenir sa monnaie unique, et, conséquemment ses États les plus fragiles ? Elle seule peut sauver l’euro et les institutions européennes. Le voudra-t-elle ?

Laisser un commentaire

«une croissance de 3,7 %»
Premier exportateur au monde avec 20% de personnes âgées!
Icite, on capote parce qu’on est rendu à 15%.
Depuis des années, on nous ment au sujet de notre démographie dans le seul but de nous vendre des politiques complètement débiles d’immigration.

On y fabrique » plein d’autres choses que veulent les pays émergents »… Comme quoi ? Enfin, il me semble avoir lu quelque part que l’Allemagne a depuis plusieurs années une politique de promotion de l’énergie renouvellable, ce qui a mené à des avancements technologiques en grande demande dans les pays émergents. Je sais, on ne fera sans doute pas une autre élection là-dessus (en tout cas pas au PLC!) mais je persiste à penser qu’on manque le bateau ici au Canada en ne misant pas plus sur le développement technologique relié à l’énergie renouvellable. C’est un secteur créateur d’emplois en Allemagne et créateur de produits d’exportation. Ce devrait l’être aussi au Canada. L’OCDE ce matin confirme que nos écoles produisent une main d’oeuvre qualifiée. Nous perdons du temps précieux. Nous avons besoin de vrais leaders.

A mon avis une forte croissance n’est pas incompatible avec le vieillissement, d’ailleurs les chiffres Allemands le prouve.

Un force de travail plus vieille c’est aussi une main d’oeuvre plus expérimentée donc plus productive.

Il est possible que dans sa phase initiale le vieillissement de la main d’oeuvre aide la productivité, le bassin de main d’oeuvre conservant sa taille ou même croissant et gagnant en expérience. Même chose pour le chômage qui se retrouvre toujours plus chez les jeunes et les travailleurs moins expérimentés. Une main d’oeuvre plus expérimentée favorise un chômage plus faible.

Au Québec nous sommes encore dans cette phase en ce moment…

Mais à partir de très bientôt, en 2012 je crois, la taille du bassin du main d’oeuvre va commencer à diminuer au Québec. Pas juste ça mais ceux qui vont quitter seront les plus expérimentés donc les plus productifs. C’est là que l’avantage du vieillissement risque de se transformer en problème.

«Dans 50 ans, le Royaume-Uni et la France seront plus peuplés que l’Allemagne»

On ne peut pas faire pareille projection parce que trop d’impondérables peuvent se produire d’ici là. Qui aurait prédit il y a 50 ans que les Québécois cesseraient de se marier et de faire des familles de 13 enfants?
On peut prédire, à partir de la réalité actuelle, le portrait démographique des 20 prochaines années. Mais 50 ans, désolé, c’est de la science fiction.

Pour l’instant, l’Allemagne et le Japon sont deux grandes réussites économiques avec 20% de personnes âgées. Ici, on nous traumatise parce qu’on a 15% de vieux!

La puissance économique de l’Allemegne est dans l’esprit de son peuple, même chose pour le Japon. Il y a une force intérieure dans ces nations qui en assure le succès.

Pendant plusieurs siècles la France à été le pays dominant en Europe continentale par sa population et son esprit créateur.

Le problème du Québec c’est qu’on arrive pas à conserver un capital national. C’est à dire que nous avons tendance à vendre trop rapidement nos entreprises plutôt que de les développer. De plus notre marché principal est le Canada et les USA.

Et quand ça va mal aux USA notre économie en souffre. Il faut développer des nouveaux marchés et surtout mettre notre génie créateur à l’oeuvre. Ce ne sont pas les capitaux qui font le succès c’est le génie humain, en fait c’est les deux.

En matière de génie humain le Québec et le Canada sont choyés. Ce qui m’étonne après toutes ces décennies nous ne sommes pas pas encore arrivé à créer une sorte d’entente tacite entre le patronat et certains syndicats. Avis aux syndicats doctrinaires qui font énomément de torts au Québec.

Ca fait des années qu’on nous dit, qu’on nous répète sur tous les tons que la population du Québec va se mettre à décliner à partir de 2016, puis 2021 et là 2030. On nous dit que lorsque la population du Québec va décroître, la fin du monde va être tout près. On va souffrir, on va dégringoler, puis on va disparaitre.

Or, allez voir le parcours allemand. Depuis 2006, la population allemande décroit de 200,000 hab par année! C’est du monde. Deux Trois-Rivières qui disparaissent chaque année en Allemagne!
Pourtant, l’Allemagne n’en finit plus de péter des scores de productivité et d’exportation comme quoi le discours qu’on nous sert sur le vieillissement et le décroissance de la population est une immense, une gigantesque fraude intellectuelle.Tiens, comme le déficit et la dette!

http://fr.wikipedia.org/wiki/D%C3%A9mographie_de_l%27Allemagne

@rob

Pour la énième fois, le problème du Québec ce l’est pas la proportion de vieux ni l’âge qu’il a actuellement mais la vitesse exceptionnelle à laquelle il vieillit.

Population 8 millions dont au moins 1/3 de boomers qui vont pratiquement tous avoir pris leur retraite d’ici 15 ans.

@Loraine King – L’allemagne fabrique et exporte des biens chers et sophistiqués qu’elle exporte partout dans le monde, ça va des voitures (souvent performantes et chères) aux machines outils utilisées dans les manufactures des pays émergents. A mon avis un des grands avantages en ce moment pour l’allemagne est de n’avoir pas connu de bulle immobilière, cela signifie entre autre qu’il y a eu moins d’endettement et plus d’épargne qui a pu être investi dans la productivité et les entreprises. C’est d’ailleurs un modèle qui commence à émerger au États-Unis où on voit depuis quelques temps les exportations augmenter, les exportations de bien très sophistiqués à très haute valeur ajoutée. C’est ça l’avenir pour nos pays, mais pour se rendre là il faut cesser d’encourager le crédit facile et l’endettement des ménages comme le fait par exemple le Canada avec la SCHL. C’est le propre du libre marché capitaliste de trouver toujours la solution la plus payante, à condition que vous le laissiez faire…

L’Allemagne proprietaire de l’Europe. L’union européenne ne tient que grâce à l’allemagne. Mais voila cette union tiendra-t-elle ? Les européens n’en sont pas sûr du tout. Depuis toujours les allemands ont misé sur la qualité de leurs produits et à long terme ça paye ! Les français sont peut-être les plus productifs, mais leur petit Sarko à la grande gueule a fait perdre des marchés substanciels aux français avec des alliances « pas catholiques ».De plus les syndicats des pays européens ont des attitudes trés négatives et sont encore infestés par des idéologies d’un autre temps.

RIEN DE NOUVEAU, LA FIERTEE, « »NATIONAL » » LA DETERMINATION ALLEMANDE, « »LA DICIPLINE ALLEMANDE » »,.

L Allemagne prend ses forces

1 dans ses technologies performantes sans reelle competition : autos Mercedez-Benz et moteurs Diesel

2 de Voisins a economies stables et solides: la Suede, la Norvege, le Danemark, la Belgique, la Suisse, la France et l Autriche

Le Canada, malheureusement, a Un Seul Voisin et ce voisin est affaibli par son voisin Mexicain.

Le Mexique constitue actuellement le Talon d Achille de l economie americaine et par voie de consequence du Canada egalement.

C’est pas tres étonnant, l’Europe l’a presque qu’été en 1944 , les allemands sont un peuple tres déterminé et si je m’abuse qualifié dans tou les domaines par leur systeme d’éducation exeptionnel.