L’homme qui perçait des puits

Ce géologue veut faire du Québec une Alberta du gaz naturel.

Photo : Louise Bilodeau
Photo : Louise Bilodeau

Le Québec est assis sur un trésor fabuleux : un énorme gisement de gaz naturel, qui pourrait, si les estimations sont justes, subvenir aux besoins de ses habitants pendant un siècle. Jean-Yves Lavoie brûle d’enthousiasme lorsqu’il en parle. Depuis sept ans, cet ingénieur géologue acquiert des droits d’exploration du sous-sol en bordure du fleuve entre Québec et Montréal. S’il prouve qu’une production à grande échelle peut être rentable, il deviendra le premier Rockefeller de la province. Et les Québécois profiteront de la manne.

Jean-Yves Lavoie a participé à la découverte du gaz dans la vallée du Saint-Laurent en 1974, alors qu’il était prospecteur pour l’État provincial. « L’exploiter était toutefois impossible », raconte le vétéran, qui, à 58 ans, a l’énergie d’un entrepreneur infatigable. Car le gaz québécois est emprisonné dans de petites bulles coincées entre les couches d’argile d’une formation géologique qui porte le nom de shales de l’Utica.

Une nouvelle technique de forage, élaborée aux États-Unis, a ravivé l’espoir des prospecteurs (on injecte de l’eau sous pression pour casser l’argile et libérer le gaz). Junex, la société fondée par Jean-Yves Lavoie – et qui compte André Caillé, ex-PDG de Gaz Métro et d’Hydro-Québec, parmi ses administrateurs -, creuse des puits près de Contrecœur, Nicolet et Québec. Certains de ceux-ci pourraient se mettre à produire du gaz, à la suite de projets-pilotes, dès l’an prochain.

Bien des obstacles restent à franchir avant de penser à une production commerciale, les protestations de groupes écologistes n’étant pas les moindres. Mais les intérêts économiques l’emporteront, croit Jean-Yves Lavoie. Le gaz naturel, plus propre que le charbon pour la production d’électricité, sera bientôt en forte demande en Ontario et aux États-Unis. « Nous avons l’occasion de créer une nouvelle industrie au Québec, qui pourrait rapporter des milliards, dit le géologue. Il faut saisir cette chance. »

Les plus populaires