L’immigration et l’économie

Il faut lire la dernière chronique de Jacques Attali, dans le magazine français L’Express.

Attali est l’auteur de dizaines d’essais et de romans. C’est aussi un banquier spécialisé dans le micro crédit dans les pays émergents. Cet économiste, ancien conseiller du socialiste François Mitterrand est aujourd’hui mandaté par Nicolas Sarkozy pour trouver des pistes pour relancer l’économie française. En résumé, disons que ce n’est pas un deux de pique.

 

Voici un extrait et l’hyperlien qui vous conduira à sa chronique :

…Ainsi, les pays d’Europe où la croissance est la plus forte sont ceux qui, comme l’Irlande, le Portugal, le Royaume-Uni, l’Espagne et la Suède, savent recevoir des étrangers et faire revenir leurs étudiants partis se former ailleurs. Les 600 000 Européens de l’Est venus depuis moins de dix ans au Royaume-Uni ont au PIB anglais à hauteur et les Pakistanais y ont créé l’essentiel des nouvelles entreprises. En Espagne, le quadruplement en six ans du nombre d’étrangers est à l’origine de la moitié de la croissance. Au Portugal, plus de 300 000 Ukrainiens, venus illégalement, mais qui se sont remarquablement intégrés, représentent un formidable facteur de développement…

Laisser un commentaire

Jacques Attali a bien raison…

Le nationalisme et l’économie c’est comme l’eau et l’huile, ça ne se mélange pas.

Je retiens le passage suivant: remarquablement bien intégré.

Les Ukrainiens ont fait l’effort de s’intégré à leur pays d’accueil ou les Portugais ont fait l’effort de bien les intégrés. Des blancs chrétiens c’est toujours plus facile a intégré en occident.

Peu importe qui a fait les premiers pas, la clé du succès est là: REMARQUABLEMENT BIEN INTÉGRÉ.

« Et encore, les Européens sont particulièrement timides: 1,7% de la population active de l’Union européenne vient de pays tiers, contre 9,9% en Australie, 7,3% au Canada et autant aux Etats-Unis, pays qui recrutent directement, notamment dans le secteur médical, sur les campus de l’Inde, de la Chine et de l’Afrique du Sud »

Mais qu’est-ce qu’il raconte ce con? Au Canada les immigrants font 20% de la population donc environ 20% des travailleurs et non 7,3%

Pour moi, il y a deux sortes d’immigrants:
1- Ceux qui arrivent avec 500,000$ et des connaissances en affaires
2- Ceux qui arrivent dans des conteneurs ou sur des bateaux qui tiennent à peine la mer.
Invitons surtout ceux de la première catégorie et allons-y mollo avec ceux de la deuxième catégorie…C’est simple, non ?

M. Duhamel-

« Pas un deux de pique »: quand on loue le messager plutot que le message c’est generalement mauvais signe, et votre billet ne fait pas exception. M. Attali, dans l’extrait que vous nous infligez, commence par dire que ce sont les pays qui « savent accueillir » les immigrants qui IPSO FACTO obtiennent une croissance economique forte…pour ensuite dire que les 300 000 ukrainiens arrives *illegalement* au Portugal representent un « formidable facteur de developpement ».

« Pas un deux de pique »? Monsieur Duhamel, en tant que professeur, je vous assure que M. Attali est mentalement loin derriere les plus faibles de mes etudiants: ces derniers comprennent parfaitement qu’on ne peut utiliser deux faits contradictoires afin de soutenir une meme proposition.

Je crois parler au nom de bien des lecteurs en disant que nous meritons mieux.

« Le nationalisme et l’économie c’est comme l’eau et l’huile, ça ne se mélange pas. » (David Gagnon)

Sauf… si c’est pour le bien du Canada!

«Bref, ce qui, aux yeux des antinationalistes, n’est qu’un protectionnisme étroit au détriment du bien-être économique des Canadiens pourrait être perçu davantage comme un contre-mouvement visant à protéger la société et la souveraineté canadiennes.»
(ABRAHAM ROTSTEIN)

http://thecanadianencyclopedia.com/index.cfm?PgNm=TCE&Params=f1SEC849325

La piste de la prospérité.

« Je crois parler au nom de bien des lecteurs en disant que nous meritons mieux. » (Etienne (autrefois a Ottawa)

C’est mon cas.

——-

« La mobilité internationale de la main-d’œuvre est un facteur important du développement » (Jacques Attali)

Pourtant on entendait dire il y quelques années que ce sont les entreprises qui devront déménager pour se rapprocher de la main d’œuvre.

Remarquez qu’aujourd’hui c’est en général exactement ce qui se passe.

En entreprise s’il y aune chose dont il faut se méfier, se sont bien les économistes. Trouvez-moi 20 économistes dans le monde dont les prévisions se révèlent constamment exactes pour au moins 2 ans avenir.

Alors à prendre avec des pincettes.

Mélangé.

« Le nationalisme et l’économie c’est comme l’eau et l’huile, ça ne se mélange pas. » (David Gagnon)

L’eau et l’huile sa se mélange mon grand. Quand on mélange de l’eau et de l’huile on appelle ça émulsifier.

@ Raymond Campagna:

Le nationalisme canadien n’est pas mieux que le nationalisme québécois.

@ Yvon Fleurent:

Si tu veux poursuivre dans les métaphores et la mauvaise fois, je te dirais simplement que l’émulsification est un processus qui coûte cher et qui dans le cas présent est inutile.

« Le nationalisme canadien n’est pas mieux que le nationalisme québécois. » (DGagnon)

Nous prenons acte.

Vous avez omis le nationalisme américain.

@ Raymond Campagna:

Les américains sont patriotes mais pas nationaliste. De Gaulle faisant la différence de la manière suivante: « Le patriotisme, c’est aimer son pays. Le nationalisme, c’est détester celui des autres ».

Aux USA, on ne verra jamais l’interdiction de porter le voile dans les écoles.

Le nationalisme américain

«Anatol Lieven essaye de montrer dès les premières pages de son livre à quel point le nationalisme américain est encore vivace. L’esprit de 1914 semble s’être perpétué aux Etats-Unis et les politiques n’hésitent pas à exploiter les passions nationalistes. Ainsi le choc du 11 septembre 2001 a renforcé ce processus nationaliste en donnant aux américains un fort sentiment d’insécurité.
Les élites de la droite américaine sont hantées par un peur de la décadence et se réfugient dans le nationalisme comme les européens l’avaient fait au début du 20ème siècle. La rhétorique employée par ces derniers justifie la répression intérieure et stigmatise certains groupes de la population pour des raisons ethniques et politiques.
L’Amérique n’a jamais connu de guerre sur son sol. Les mémoires des européens laissent toutes une place à au moins un membre de la famille qui a souffert de la guerre. Les destructions humaines et matérielles sont encore présentes dans les mémoires en Europe. Les Etats-Unis manquent de retenue car leur population n’a pas à l’esprit les dégâts causés par des conflits aussi violents.
La vision messianique qu’ont les Etats-Unis d’eux même les amène à se considérer comme le peuple élu. Cette conception de l’Amérique comme pays porteur d’une mission occupe une place centrale dans l’identité nationale. La querelle avec la France apparaît ici comme une dispute entre deux frères voulant le même héritage, celui des Lumières.
La France fourni un parallèle au nationalisme américain par certains aspects de son propre nationalisme. Ainsi sa séparation historique en courants idéologiques et culturels très différents et souvent opposés se retrouve dans l’histoire américaine. Sentiment commun d’une mission universelle et supérieure.»

« ..je te dirais simplement que l’émulsification est un processus qui coûte cher et qui dans le cas présent est inutile. » (David Gagnon)

C’est faux, ce procédé fait partie de la vie de tous les jours même quand on se lave. Si c’est inutile, changez d’exemple M. Gagnon.

Quand on regarde toutes les définitions du patriotisme et du nationalisme, quand on observe les pays supposés patriotes et les pays nationalistes, c’est du pareil au même.

Évidemment M. Gagnon ne prend seulement certains bouts qui font son affaire dans les deux. La propagande de M. Gagnon ressemble étroitement à une religion. Les Québécois ne détestent pas les USA au contraire.

Pour M. Gagnon, ce qui est bon pour le Québec est mauvais pour lui et ce qui est mauvais ou malchanceux pour le Québec, son pays est bon pour lui, il s’en réjouit même.

Quoi qu’en dise M. Gagnon même si le nationalisme est présent Québec la liberté de l’individu est plus grande au ici qu’aux USA. Plusieurs dizaines de personnes que je connais ayant résidées aux USA dont des hommes d’affaires pourraient en témoigner.

Ce n’est pas pour rien que les immigrants choisissent le Québec pour émigrer.

Malheureusement beaucoup trop de Québécois, surtout fédéralistes comme M. Gagnon dénigrent continuellement le Québec.

Les Arabes d’ici ne dénigrent pas le Québec comme le font plusieurs Québécois et M. Gagnon.

@David
C’est donc par patriotisme qu’ils construisent littéralement une clôture tout le tour de leur pays? C’est parce qu’ils s’aiment et non parce qu’ils n’aiment pas les autres?

@ Frédérick Gosselin:

On ne peut pas dire que c’est pas nationalisme, autrement les USA ne produirait pas de bulletin de vote en espagnol.

En fait cette clôture c’est pour des motifs sécuritaires. On sera d’accord pour dire que le rapport qualité-prix de cette mesure est quelque peu ridicule mais on ne parle pas de nationalisme.

Dans le monde, la position géographique du Canada (et par extension celle du Québec) est absolument remarquable.

Non seulement le Canada n’a qu’un seul voisin, les États-Unis, mais ce voisin est plutôt riche. Résultat: l’immigration illégale est un phénomène rarissime. Bref, le Québec et le Canada, contrairement à beaucoup d’autres pays, peuvent se payer le luxe de choisir leurs immigrants.

Malgré ça, nos politiciens trouvent quand même le moyen de s’obstiner sur la question.

Je n’ose même pas imaginer ce qu’on ferait si on était confronté aux mêmes problèmes que les américains (une frontière commune avec un pays pauvres).

@ Yvon Fleurent:

Les USA c’est un pays. Pas le Québec. D’ailleurs je te signale que le projet de constitution présenté par Marois avait déjà été refusé par Marois. Ya pas plus belle preuve d’opportunisme et d’incohérence.

D’ailleurs c’est ridicule quand tu dis qu’il y a plus de liberté ici qu’aux USA. Aux USA je peux envoyé mes enfants à l’école linguistique de mon choix et je peux afficher dans la langue de mon choix.

Aux USA on ne ferme pas des stations de radio pour des peccadilles.

Aux USA les accommodements raisonnables ne scandalisent personne.

Ce n’est pas pour rien que les immigrants vont surtout au USA et pas au Québec.

Je ne dénigre pas le Québec, je dénigre la vision étroite et obtus que les nationalistes ont du Québec. C’est différent.

P.S.: Le savon chez vous, il est gratis ?

« On ne peut pas dire que c’est pas nationalisme, autrement les USA ne produirait pas de bulletin de vote en espagnol. »
(David Gagnon)

«Le Sénat américain déclare l’anglais «langue nationale»: la promotion du chauvinisme et du racisme»

DÉCLARATION DU PARTI DE L’ÉGALITÉ SOCIALISTE
(22 mai 2006)

«Le Parti de l’égalité socialiste condamne catégoriquement le vote jeudi dernier du Sénat pour faire de l’anglais la «langue nationale» des États-Unis. La mesure, ajoutée à la «réforme» de la loi sur l’immigration, n’est que la dernière d’une série d’actions réactionnaires, ignorantes et à courte vue, dont le but est de consolider la base de droite de l’administration Bush et du Parti républicain. Les implications de ces mesures sont vastes et anti-démocratiques.

La proposition est une concession aux éléments de droite et pro fascistes qui oeuvrent à attiser l’intolérance et la haine envers les immigrants en général, et les Hispano-américains en particulier. Elle met en évidence le caractère profondément non démocratique et inconstitutionnel de toutes les mesures promulguées sous prétexte de «sécuriser la frontière».

Bravo, monsieur Gagnon, pour votre conversion et votre apostolat dans le mouvement du Parti de l’Égalité Socialiste!

Hors sujet.

Dire n’importe quoi.

Commentaire 10
« je te dirais simplement que l’émulsification est un processus qui coûte cher… » (David gagnon)

Commentaire 15
« C’est faux, ce procédé fait partie de la vie de tous les jours même quand on se lave. Si c’est inutile, changez d’exemple M. Gagnon. » (Yvon Fleurent)

Commentaire 17
« P.S.: Le savon chez vous, il est gratis ? » (David Gagnon)
Non mais yé pas cher.

Simplement pour dire que les commentaires de M. Gagnon ci haut nous prouve la valeur de son commentaire no 17.

@ Yvon Fleurent:

En effet, le commentaire 17 est un bel exemple du point que je voulais faire ressortir.

Mélanger le nationalisme et l’économie ce n’est pas naturel et il y a un coût a payer.

« En effet, le commentaire 17 est un bel exemple du point que je voulais faire ressortir.

Mélanger le nationalisme et l’économie ce n’est pas naturel et il y a un coût a payer. » (David Gagnon)

C’est une opinion parmi tant d’autres…

« Mélanger le nationalisme et l’économie ce n’est pas naturel » (David Gagnon)

Quel est le principe «naturel» violé?

@D. Gagnon

Comme ça, il n’y a pas de libre-marché au Canada!

Vu que vous avez déclaré que“Le nationalisme canadien n’est pas mieux que le nationalisme québécois.” (Commentaire 10).

Donc les traités de libre-échange ne sont qu’un gros mensonge international vu que selon vous le «libre-marché» n’existe pas…

Brillant.

@ Raymond Campagna:

Bien sûr que non. Je n’ai jamais dit ça, tu me mets des mots dans la bouche.

Merci à Harper qui ne mélange pas nationalisme et économie.

Le «Buy America Act» était une stupidité sans nom.

Heureusement les traité de libre-échanges lui ont fait perdre de l’importance.

@Gagnon

« Le «Buy America Act» était une stupidité sans nom. » (Gagnon)

L’humanité regrette tous jours que vous ne fussiez pas né il y a 150 ans.

Vos lumières auraient permis d’éviter la grande misère qui affecte les démocraties occidentales depuis l’aube du XXème siècle.

Nous réclamons votre présence à la gouverne de l’économie mondiale.

Ne soyez pas faussement modeste.

Vous êtes génial…et vous le croyez!

@ Raymond Campagna:

L’humanité n’a pas besoin de gens comme moi parce qu’un certain Milton Freidman est déjà passé sur notre petite planète.