L’importance du budget fédéral

Peu de Québécois se soucient des budgets fédéraux, alors que ceux du Québec attirent davantage leur attention. Et il y a de très bonnes raisons derrière cette indifférence relative, explique Pierre Duhamel.

_AW11294231955_low
Photo : La Presse Canadienne

Jeudi, le ministre fédéral des Finances, Joe Oliver, a annoncé qu’il présentera le 21 avril prochain le nouveau budget de son gouvernement — le dernier avant les élections. Il nous a aussi annoncé qu’il sera équilibré, ce qui était déjà dans les plans.
Blogue Economie

Peu de Québécois se soucient des budgets fédéraux, alors que ceux du Québec attirent davantage leur attention. Il y a de très bonnes raisons derrière cette indifférence relative.

Depuis toujours, le débat politique québécois est centré sur les besoins, les attentes, les revendications et les ambitions de leur gouvernement provincial. En général, la politique fédérale intéresse moins les Québécois, même ceux d’allégeance fédéraliste. Le débat souverainiste-fédéraliste se passe au Québec, et il captive et déchire à la fois ses citoyens.

Il y a d’autres raisons, qui s’expliquent par la nature même du régime fédéral. Les services directs à la population, comme la santé, l’éducation et l’aide sociale, sont de juridiction provinciale. Ottawa a ses responsabilités en matière de défense et de relations internationales, mais il agit aussi comme un immense banquier qui redistribue des fonds collectés partout au pays.

Au cours de l’exercice financier 2014-2015, Ottawa prévoyait verser 74,7 milliards de dollars aux particuliers avec les prestations aux aînés et aux enfants et l’assurance-emploi. Il prévoyait aussi redistribuer 62,6 milliards de dollars aux provinces pour les aider à financer leurs différents programmes.

L’un de ces programmes est le système de péréquation, qui est conçu pour permettre à toutes les provinces, indépendamment de leur capacité fiscale, à fournir un niveau comparable de services publics. Ces paiements sont passés de 10,9 milliards de dollars en 2005-2006 à 16,7 milliards en 2014-2015. Pendant cette période, le Québec a vu ses paiements de péréquation presque doubler, passant de 4,7 milliards à 9,2 milliards. Ils seront de 9,5 milliards de dollars pour l’année en cours.

Le financement des transferts aux particuliers, ainsi qu’aux provinces et territoires, paraît toujours un peu abstrait, mais il a la capacité de compliquer ou de faciliter extraordinairement le travail des gouvernements provinciaux.

Une autre raison qui justifie l’intérêt relatif d’un budget fédéral, c’est que le gouvernement a considérablement diminué le niveau de stress des citoyens en refusant d’augmenter le fardeau fiscal. L’enjeu à Ottawa, ces dernières années, n’est pas tant de savoir si le gouvernement va hausser les impôts, mais de savoir qui bénéficiera le plus des baisses d’impôt et de taxes.

Ce budget est néanmoins important. Il devrait donc marquer la fin des déficits budgétaires fédéraux. Nous pourrions même avoir la surprise de constater que l’exercice qui s’est terminé il y a deux jours s’est conclu par un solde budgétaire positif. Ottawa était en effet en situation de léger surplus pour la période allant d’avril à janvier. Il prévoyait un déficit de 2,9 milliards de dollars pour 2014-2015.

Le budget permettra de mieux apprécier les répercussions de la baisse importante du prix du baril de pétrole. Le PIB canadien affichait un recul au cours de deux des trois derniers mois pour lesquels nous avons des données. Quel effet la baisse du pétrole aura-t-elle sur les recettes du gouvernement — et, à terme, sur sa capacité de maintenir ses transferts aux provinces au niveau actuel ? Nous devrions en savoir davantage le 21 avril prochain.

Cela dit, il faudrait relativiser les déboires économiques de l’Alberta. Les économistes de la Banque de Montréal (pdf) prévoient que la croissance du PIB albertain sera de 2,2 % en moyenne pendant les cinq prochaines années. C’est deux fois moins qu’entre 2010 et 2014. C’est donc substantiel.

Par ailleurs, la BMO évalue à 1,7 % la croissance de l’économie québécoise entre 2015 et 2019. C’est encore bien inférieur à la performance attribuée à l’Alberta, malgré le dégonflement de son industrie pétrolière.

* * *

À propos de Pierre Duhamel

Journaliste depuis plus de 30 ans, Pierre Duhamel observe de près et commente l’actualité économique depuis 1986. Il a été rédacteur en chef ou éditeur de plusieurs publications, dont des magazines (Commerce, Affaires Plus, Montréal Centre-Ville) et des journaux spécialisés (Finance & Investissement, Investment Executive). Conférencier recherché, Pierre Duhamel a aussi commenté l’actualité économique sur les ondes de la chaîne Argent, de LCN et de TVA. On peut le trouver sur Facebook et Twitter : @duhamelp.

16 commentaires
Les commentaires sont fermés.

Vous écrivez « Il devrait donc marquer la fin des déficits budgétaires fédéraux » alors que vous devriez écrire que ce sera la fin des déficits des conservateurs car quand ils ont pris le pouvoir, Paul Martin avait réussi à balancer les budgets fédéraux et il y avait des surplus. Je pense que c’est important de le souligner car les conservateurs se vantent d’être préoccupés par l’équilibre budgétaire et l’économie alors que leur bilan est loin d’être positif à cet égard. Ils dépensent comme des soulons et l’économie en prend pour son rhume! Ils ont mis tous leurs oeufs dans le panier du pétrole et cela a des répercussions partout au pays.

Mais ce qui est pire ce sont leurs excès à même l’argent des contribuables. Ils se livrent à de la propagande éhontée en dépensant beaucoup plus que tous leurs prédécesseurs en publicité, qui, en fait, est la plupart du temps inutile pour les contribuables et ne vise qu’à leurs gains partisans. Ils s’engagent dans des opérations militaires très coûteuses pour un petit pays comme la Canada – la grenouille qui se prend pour un boeuf, avec les conséquences que ça peut avoir du côté de la sécurité publique. Ils subventionnent les sables bitumineux au détriment de notre environnement et les pipelines alors que les citoyens se posent beaucoup de questions sur leur pertinence et leur efficacité et ils ont détruit les protections environnementales, en particulier les évaluations de l’Office nationale de l’énergie à même nos taxes. Ils ont renié l’accord de Kelowna avec les peuples autochtones du pays, ce qui a aggravé leur situation générale et coûte de plus en plus cher encore aux contribuables à cause des impacts de la pauvreté, de l’incertitude territoriale et de la persistance du colonialisme au pays. Au plan international, ils gèrent très mal les fonds en délaissant l’aide à la pauvreté et en se concentrant sur le soutien aux industries canadiennes à l’étranger.

La liste est longue et le budget fédéral est très pertinent car il prévoit comment le gouvernement Harper va dépenser l’argent que les Québécois paient en impôts et taxes fédéraux. À la veille des élections c’est le temps pour les gens de se réveiller et constater comment ce gouvernement a mal géré nos économies.

M. DUHAMEL… EST-CE QUE LES CONSERVATEURS QUI SE VANTENT DE L’ÉQUILIBRE BUDGÉTAIRE… NE L’AURAIT-IL PAS FAIT AU DÉTRIMENT DE LA RECHERCHE SCIENTIFIQUE, DE L’ENVIRONNEMENT, DES CHÔMEURS, ETC. ETC. NON MONSIEUR JE NE SUIS PLUS FIER DE VIVRE DANS LE CANADA DE HARPER! PENSEZ SÉRIEUSEMENT AU GOUVERNEMENT QUI VA LEUR SUCCÉDER… IL N’Y A PLUS DE MARGE DE MANOEUVRE POSSIBLE!

«Paul Martin avait réussi à balancer les budgets fédéraux et il y avait des surplus. »

Oui grâce la la TPS créée pas les conservateurs et en réduisant les transfert au provinces. Harper a réussi à réduire le déficit créé lors de la crise financière en coupant dans ses propres dépenses alors qu’il a réduit les impôts.

Ce n’est pas faux, par contre Paul Martin l’a fait en 2 ans, plutôt que 6.

M. Duhamel,

En résumé vous nous dites que ce gouvernement de Harper a bien géré les finances, mais en réalité, il a fait des records de gaspillage sans raison en soupoudrant l’argent des contribuables qui sont dans le besoin sur les entreprises. En plus ce gouvernement a fait du Canada un grand pollueur et au point de vu militaire encore du gaspillage de guerre et a gaspillé de l’argent dans les F35 qui ne marchent pas et ne marcheront jamais.

Le jupon de votre propagande dépasse de plus en plus.

Depuis quand laisser l’argent dans les poches de ceux qui l’ont gagné est devenu du «gaspillage»?

« Depuis quand laisser l’argent dans les poches de ceux qui l’ont gagné est devenu du «gaspillage»? »

Avez-vous lu ce que youlle a écrit? Il/elle donne les F35 en exemple, comment en arrivez-vous à comprendre que c’était de l’argent qui a été laissé dans les poches de ceux qui l’ont gagné?

Mais je peux surenchérir : les dépenses en publicité pour dorrer le blason du parti conservateur est du vrai gaspillage.

Pour VRAIMENT connaitre à quel point Harper a défiguré le Canada, il faut absolument lire:

SCIENCE ON COUPE de Chris Turner…

Je ne suis pas fédéraliste, mais cela me fait, tout de même, mal au coeur de voir ce que le Canada est devenu sous le contrôle de l’idéologie ÉVANGILISTE, républicaine et anti-science….

Téléchargez ( 4-5 min. ) : http://ici.radio-canada.ca/tele/zone-doc/2014-2015/episodes/350292/droite-religieuse-canada

Voyons, quelle idée de nous mettre un lien vers de la propagande. Même l’ombudsman de Radio-Canada a admis que ce reportage était de la propagande!

Qui contrôle le portefeuille de cet ombudsman ???

Qui est le maitre de la propagande, du musèlement des scientifiques et des avis contraires à ses politiques ????

Avec la débâcle pétrolière il est bien possible que le fédéral retombe en déficit avant longtemps. Mais il faut quand même féliciter ce gouvernement pour ce budget équilibré atteint grâce au contrôle de ses dépenses et sans hausses de taxes et impôts, au pire on aura obtenu un peu de marge de manœuvre si la situation économique se détériore. Et un bravo particulier pour l’augmentation du plafond du CELI, une mesure qui profite grandement à la classe moyenne qui utilise à profusion ce véhicule d’épargne.

Pendant ce temps au provincial le gouvernement augmente ses prélèvements tous azimuts et (suite au rapport Godbout) jongle avec l’idée de taxer 100% des gains de capitaux…

Avec un déficit 3,3 milliards de dollars pour les huit premiers mois de l’exercice financier 2014-15 vous dites: « Mais il faut quand même féliciter ce gouvernement pour ce budget équilibré… »

Faut féliciter Hard peur pour un déficit de 3,3 milliards??????????

« Dans sa mise à jour économique de l’automne, le gouvernement Harper disait s’attendre à un déficit de 2,9 milliards de dollars pour l’exercice 2014-15. » (RC)

OUAIS! OUAIS! Heu! Bin ouais! Çé pas fort.

BRAVO à notre gouvernement Conservateur au Fédéral qui est devenu un exemple international de rigueur et de solidité pour toute la planète.

En fait, l’Alberta est responsable de 73 % de la hausse observée à l’échelle nationale depuis 25 ans. Et l’étude publiée par

Environmental Defence et Greenpeace pointe directement un coupable : l’industrie des sables bitumineux. « Tandis que les autres

sous-secteurs de l’industrie pétrolière et gazière ont vu leurs émissions se stabiliser ou diminuer, celles des sables bitumineux

ont monté en flèche, si bien qu’elles ont doublé depuis l’an 2000 », précise-t-on.

Or, si les sables bitumineux sont exploités selon les prévisions de l’industrie, les émissions de l’Alberta « approcheront le total

combiné de l’Ontario, du Québec et de la Colombie-Britannique » d’ici 2020, évaluent les auteurs de l’étude. L’Alberta est déjà la

plus grande émettrice de CO2 parmi toutes les provinces canadiennes. Ses émissions dépassent même celles de l’Ontario et du Québec

combinées

BRAVO…. L’Alberta étouffera très riche…..

« BRAVO à notre gouvernement Conservateur au Fédéral qui est devenu un exemple international de rigueur et de solidité pour toute la planète. »

Bravo a la rigueur déficitaire depuis des années tu veux dire?

Le petit chien de poche « guerroyeux » des américains du fédéral canadien veux nous faire enter dans le même trou que les USA en faillite.

Et t’es content d’entrer dans ce trou.

Cocu, mais content qu’ils disent