L’incontournable Chine

Stephen Harper termine un voyage de trois jours en Chine au cours duquel il a signé 23 accords commerciaux totalisant 3 milliards de dollars. Quels seront les résultats tangibles de ces accords et les retombées réelles pour le Canada, nul ne peut le prévoir assurément. Cette approche strictement commerciale nous change des propos sur le Tibet ou les droits de l’homme de l’homme en Chine qui ont le tour d’indisposer les dirigeants chinois.

Je pense que le Canada n’a pas le choix de courtiser sans relâche le géant chinois. Il y a plusieurs raisons pour cela.

1. L’économie canadienne dépend dans une grande proportion des marché extérieurs. En 2008, les exportations représentaient 35, 1 % de son PIB. C’est beaucoup plus que l’économie américaine (12,8 %) et que l’Union européenne (22,6 %). Le Québec se retrouve dans la même situation que l’ensemble du pays avec des exportations qui comptaient pour 31,4 % de son économie en 2008 (auquel nous pourrions ajouter 19,9 % provenant des ventes interprovinciales).

2. L’économie américaine n’est plus ce qu’elle était et le Canada doit réduire sa dépendance économique avec son voisin. D’autant plus que ce voisin est de plus en plus protectionniste et que la mise à niveau du huard ne nous donne plus l’avantage concurrentiel d’il y a 10 ans sur leur marché. Les exportations américaines représentaient 85 % des ventes du Québec à l’étranger en 2000. Elles ne comptent plus que pour que 67 % de nos exportations, nous apprenait hier les économistes du Mouvement Desjardins. La Chine est devenue le troisième client étranger du Québec.

3. Le potentiel économique chinois est trop considérable pour être ignoré. La Banque HSBC estime que le PIB chinois sera de 24 600 000 000 000 dollars en 2050, ou 24 600 milliards de dollars si vous préférez. Cela implique que l’économie chinoise triplera sa taille actuelle (5 900 milliards en 2010) dans les prochaines décennies. Bien des choses peuvent se passer d’ici là, mais la Chine jouera dans tous les cas de figure un rôle accru et sera un acheteur de ressources, de biens et de services encore plus colossal.

Nous n’en avons pas fini avec les pèlerinages en Chine.

 

 

 

 

10 commentaires
Les commentaires sont fermés.

Un article intéressant sur la Chine pour mieux comprendre que l’harmonie du groupe est la valeure suprême et que les plus forts ont la priorité.
Quand il n’y a pas de risque règles sont superflus. A vous de juger. En tout temps vous devez tenir compte des autres et agir de manière responsable.
http://www.ici-shanghai.com/pratique/index.php/2011/05/13/6-conduire-en-chine-le-chaos-organise
J’ai une amie qui me racontais que même si on a un siège réservé au bord de la fenêtre par exemple dans l’avion c’est le premier arrivé qui l’aura. La compétition est constante, les gens ne marchent pas ils courent. Alors il faudra savoir ou est notre place dans le groupe et savoir la garder, pas question de dormir sur ses lauriers.

Les Chinois achètent pour à peine 13G de produits canadiens. Ce n’est même pas un pourcent du PIB.

Par contre les Chinois nous vendent pour 44G. C’est un scandale. Mais personne n’en parle.

La Chine n’achète que ce qu’elle a vraiment besoin du Canada alors que nous on achète un tas de cossins. Allez faire un tour dans un dollorama. La moitié de magasin est chinois. Que de la scrap.

@ lagentefeminine

« J’ai une amie qui me racontais que même si on a un siège réservé au bord de la fenêtre par exemple dans l’avion c’est le premier arrivé qui l’aura. »

C’est complètement faux.

Quand on prend l’avion le siège est indiqué sur la « passe d’embarquement » (boarding pass).

« Les Chinois achètent pour à peine 13G de produits canadiens. Ce n’est même pas un pourcent du PIB. »

Le PIB Québécois serait de 1 300G?

« La Chine n’achète que ce qu’elle a vraiment besoin du Canada alors que nous on achète un tas de cossins. »

Ça c’est bien vrai.

J’aurais aimé que votre billet traite des retombées économiques en fonction des provinces. Qu’est-ce que nous en retirons au Québec? Qu’est-ce que les provinces de l’Ouest en retirent?

« Stephen Harper termine un voyage de trois jours en Chine au cours duquel il a signé 23 accords commerciaux totalisant 3 milliards de dollars. »

Avec cette performance il va falloir que Siffenne se grouille et arrête de manger des beignes.

Ce n’est que le coût de 13 Dreamliners.

Ce n’est pas avec sa que le fédéral va payer le pont Champlain.

@Youlle com7 concurence américaine vous dites
»Par contre J’ai un ami qui dans son domaine a ce qu’il y a de mieux dans son domaine sur la planète comme machinerie. Ses compétiteurs US copient ses procédés’
Ceux qui mentent ne croient jamais les autres.

Très bon dossier ce matin dans La Presse sur la nourriture chinoise, du poison qu’on importe à la tonne!


@youlle
La prochaine fois que je vais voir des stats sur l’analphabétisme au Québec, sur les 43% qui ne sont pas au niveau 3, je vais penser à vous
Beaucoup de gens sont comme vous: ils lisent, mais ne comprennent pas ce qui est écrit parce qu’ils ne maîtrisent pas la langue.
Un niveau 4 aurait tout de suite compris que je parlais du PIB du Canada et non pas du PIB du Québec.

« La prochaine fois que je vais voir des stats sur l’analphabétisme au Québec, sur les 43% qui ne sont pas au niveau 3, je vais penser à vous »

Bon le ciel vient de tomber!

Faire la différence entre l’analphabétisme et une erreur est à son crédit.

Et la ponctuation elle, vous fait-elle penser à vous en lisant les mêmes stats?

Effectivement, il serait criminel d’ignorer la Chine et son immense potentiel.

Une chose m’a frappé sur vos affirmations Monsieur Duhamel et c’est celle-ci: « Le Québec se retrouve dans la même situation que l’ensemble du pays avec des exportations qui comptaient pour 31,4 % de son économie en 2008 (auquel nous pourrions ajouter 19,9 % provenant des ventes interprovinciales). » (sic)

Le Québec dépend donc BEAUCOUP des exportations pour survivre (et plus de la péréquation qui vient aussi des « autres »!!!).

Et si les « autres » en question appliquaient la politique de « l’achat local » telle que préconisée par les verdoyants écolos-gauchistos-québécois, le Québec se retrouverait dans la m… jusqu’au cou non?

Bref, le Québec bénéficie largement des traités de libre-écgange et autres négociés par notre gouvernement fédéral!