« L’innovation, c’est l’information »

Peu de gens ont une vision aussi profonde de l’innovation que Pierre-André Julien, professeur d’économie à l’Université du Québec à Trois-Rivières, titulaire de la chaire de recherche Bell pour des PME de classe mondiale et directeur de l’Institut de recherche sur les PME. Lui et les 22 chercheurs de cet établissement multidisciplinaire — ingénieurs, comptables, informaticiens, psychologues, sociologues, statisticiens, professeurs de gestion et de finance — ont étudié et conseillé des milliers d’entreprises.

***

L’entreprise québécoise fait-elle assez de recherche ?

Environ 90 % de l’innovation se fait en dehors des centres de recherche. Et 80 % des PME innovent constamment.

Pourquoi en entend-on si peu parler ?

— Les grandes innovations radicales, qui changent tout, sont rares. Certains disent que ça n’existe même pas. Prenez le lecteur CD. Avant sa création, toutes ses composantes étaient déjà connues : le laser, le CD, le plastique, le lecteur, l’informatique. Mais quelqu’un a saisi l’occasion de le créer. Tout comme Bill Gates, fondateur de Microsoft, n’a rien inventé : il a vu le travail des autres, et il a innové en trouvant le moyen de mettre au point et de commercialiser son système d’opération Windows.

L’innovation prend toutes les formes…

— Parfois, ce peut être aussi simple que de déplacer une machine dans l’usine pour améliorer le flux de production ou réduire la surchauffe d’un appareil. J’ai vu un industriel de Saint-Jean-Port-Joli, le président de Plastiques Gagnon, revenir d’une foire à Francfort avec une machine de 250 000 dollars. Il l’a mise au milieu de l’usine et a laissé ses employés jouer avec. Ils ont ainsi eu des idées sur la meilleure façon de l’utiliser.

Sur 100 idées, 10 sont intéressantes et une seule aboutira à un produit commercialisé. Il faut donc générer des milliers d’idées. Chez Lassonde (les jus Oasis), 3 % des idées parviennent à la mise en marché : les gens de la société ont élaboré des systèmes internes pour canaliser les bonnes idées. Une entreprise qui misera tout sur une seule innovation sera imitée ; si elle en a 200, elle deviendra inimitable. Pour innover, l’entrepreneur doit créer une organisation participante.

C’est-à-dire ?

— Qui permette à chacun d’utiliser son savoir dans une foule de petites choses. En pratique, les patrons de PME ne doivent pas être les seuls à aller à des congrès, conférences ou foires : d’autres employés doivent pouvoir y aller, ils doivent informer leurs collègues de leurs observations ou découvertes, et c’est de ce flot de renseignements que jaillissent les idées. L’innovation, c’est l’information. C’est un processus tourbillonnaire.

Dans la même catégorie
Boutique Voir & L'actualité

Obtenez jusqu’à 40% de plus pour votre prochaine sortie