L’Ontario a un problème de char

L’Ontario n’est plus ce qu’elle était. Après avoir été le moteur économique du Canada pendant près d’un siècle, elle a été dépassée par les provinces de l’ouest et devra prendre un sérieux tournant pour rétablir sa situation économique et budgétaire.

Le problème ontarien se résume en un seul mot : automobile. S’il fallait en trouver un deuxième, ce serait dollar. Un article du Globe And Mail résume parfaitement la situation.

Il y a 10 ans, on produisait en Ontario 3 millions de véhicules par année. La production a baissé de moitié pendant la récession. La situation s’est améliorée,  mais on assemble presque 1 million d’automobiles et de camions de moins qu’au début de la précédente décennie.

198 000 personnes étaient à l’emploi de l’industrie automobile ontarienne il y a 10 ans. Il n’y en a plus que 131 000 aujourd’hui. Cela veut dire que 67 000 postes bien payés ont été abolis ou n’ont pas été remplacés.

Le surplus commercial du Canada dans l’automobile était de 20 milliards de dollars en 2001. Le Canada accusait un déficit de 11,9 milliards de dollars en 2011. C’est un retournement de presque 32 milliards de dollars en une décennie.

Voilà pourquoi l’Ontario souffre plus que quiconque de la montée du dollar canadien. Je ne dis pas qu’il n’y aurait aucun mérite pour le Québec à se rapprocher de l’économie ontarienne et du niveau de vie de ses citoyens (Martin Coiteux affirme que ce n’est même pas le cas), mais force est d’admettre que le géant ontarien est blessé et souffrant.

 

 

27 commentaires
Les commentaires sont fermés.

Plus je vous lis plus je constate que les problèmes ou les avantages des régions du canada sont liés à des dynamiques induites par des secteurs trop dominants (avec effet soit positifs ou négatifs) dans l’économie. Quand une province a une industrie unique ultra dominante, on cri au génie et quand le secteur périclite on regarde une autre région qui bénéficie d’une industrie dominante et on dit: « comparé à eux, ils font dur » dans mais le fond ils sont pas mieux, ils se base aussi sur une stratégie (ou simplement ils bénéficient) sur la performance d’une autre mono industrie.

Une industrie subventionné qui tombe? Qui l’eût cru…

et avec cette obsessions de fermer les centrales à charbon, l’Ontario va vite devenir comme le QUébec…

Est-ce que l’industrie automobile américaine a suivi la même évolution?

Ontario et Québec, même modèle même fiasco. Les différences sont juste une question de timing.

Et puisque ensemble ils comptent pour 60% de l’économie (ne comptons pas sur la maritimes) que dire du Canada dans son ensemble.

Mais surtout ne pas s’en faire, Banchand, McGuinty et les autres clowns s’occupent de notre bonheur!!!!

Pour faire suite à ma question en #3…

C’est pour confirmer le diagnostic du Globe & Mail que le problème de l’Ontario vient de la valeur du dollar canadien.

Si l’industrie américaine s’est complètement rétabli, cela viendrait confirmer l’explication du G&M. Si non, il faudrait considérer que d’autres facteurs pourraient être en cause.

La valeur du dollar est définitivement un facteur. Mais la concurrence du Mexique et de la Corée ne serait-elle pas également un facteur important?

« Mais la concurrence du Mexique et de la Corée ne serait-elle pas également un facteur important? »

Il y a des voitures mexicaines?

Pour le reste : c’est la concurrence qui a fait tomber GM et Chrysler. Quand on parle de la main invisible…

Ne pas s’assoir sur ses lauriers et diversifier, diversifier, diversifier!

That’s the name of the game!

C’est comme ces centaines de villages québécois monoindustriels (la plupart vivaient de la forêt): ils sont maintenant en train de fermer.

200,000 emplois! Zéro au Québec.

Y’a 4 millions de jobs au Québec

Vous vous rendez compte? Si le Québec avait eu toutes ces usines, le taux de chomage baisserait de 5 points! On tomberait à 3% de chomeurs.
Et pouvez-vous imaginer les taxes et impots que ca représenterait dans l’économie québécoise?

L’économie ontarienne c’est pas chinois:
1) L’auto
2) Les sièges sociaux (volés à Montréal)
3)Le gouvernement fédéral

Le Québec n’a rien eu de celà. Nous, on a dû construire notre économie à la sueur de notre front

Grâce aux sables bitumineux qui gonflent de façon anormale la valeur du dollar canadien.

@LeMoutonGris:
« Il y a des voitures mexicaines? »

VW Jetta, Ford Focus, PT Cruiser, Nissan Sentra, Cadillac SRX, Saab 9-4X, etc…

On parle d’usine d’assemblage évidemment. Les pièces peuvent venir de n’importe où, quoique le Mexique est maintenant un important producteur de pièces également.

« On parle d’usine d’assemblage évidemment. »

L’énumération incluait la Corée, qui est l’hotesse de plusieurs marques. j’étais confus

« Grâce aux sables bitumineux qui gonflent de façon anormale la valeur du dollar canadien. »

ce qui facilite les importations. considérant la rigueur de notre climat et notre petite population, ça aide

On ne sait même pas qu’il se fabrique beaucoup d’automobiles au Mexique dixième producteur mondial, on ne sait même pas que le Mexique est un très important fabriquant de pièces auto avec ses 1 000 fournisseurs, 30% à capital local, troisième producteur mondial des USA et sa vient nous faire la leçon et la morale économique pour nous dire quoi faire.

M. Duhamel,

Je reviens lire vos billets depuis quelques jours.

Pourriez-vous être plus précis?

« Le surplus commercial du Canada dans l’automobile était de 20 milliards de dollars en 2001. Le Canada accusait un déficit de 11,9 milliards de dollars en 2011. »

Surplus canadien de l’auto en 2001 que vous comparez au déficit canadien tout court en 2011.

« Voilà pourquoi l’Ontario souffre plus que quiconque de la montée du dollar canadien. Je ne dis pas qu’il n’y aurait aucun mérite pour le Québec à se rapprocher de l’économie ontarienne et du niveau de vie de ses citoyens… »

Que voulez-vous dire?

Se rapprocher en nombre de piasses ou se raprocher sur le genre d’économie?

« … mais force est d’admettre que le géant ontarien est blessé et souffrant. »

Bien oui le géant ontarien souffre, mais le Québec lui soufre moins, il est plus petit….???

On ose pas le dire mais le Québec et l’Ontario souffrent de la même maladie : la maladie hollandaise causée par les hydrocarbures de l’Alberta.

Vous avez une formation en économie et vous écrivez dans les médias. Alors vous savez certainement écrire.

Alors pour qui écrivez-vous?

@ Youlle (# 14):

Dur coup pour vous et vos semblables…

L’Islande considère sérieusement adopter le dollar canadien!

Ne savent-ils donc rien sur la théorie du complot du Gouvernement Canadien qui veut affamer le pauvre petit Québec via un dollar fort?

Vite, une visite en Islande de votre Lisée s’impose. Et même un nouveau livre (en islandais!)?

La principale raison pour laquelle le Québec s’en tire mal face à nos voisins américains s’appelle la PRODUCTIVITÉ.

« L’Islande considère sérieusement adopter le dollar canadien! »

Ils adopteront le rond de cuir si sa leur chante. Rien à voir avec l’Ontario.

Pour ce qui est de la productivité vous perdez votre temps ici. C’est chez Bombardier, Québécor et les entreprises du Québec qu’il faut convainque. L’employé n’y peut rien.

« On ose pas le dire mais le Québec et l’Ontario souffrent de la même maladie : la maladie hollandaise causée par les hydrocarbures de l’Alberta. »

Pourtant, en 1994, Landry prônait l’adoption du billet vert, à une époque ou le $CAN valait 0,72$

@ Youlle

L’arrivée du dollar canadien en Islande est l’équivalent d’une forte appréciation de leur devise (bien plus grande que ce que nous avons connu ici par rapport au dollar US).

@David:
« L’arrivée du dollar canadien en Islande est l’équivalent d’une forte appréciation de leur devise (bien plus grande que ce que nous avons connu ici par rapport au dollar US). »

???

Peux-tu nous expliquer un peu ce phénomène économique?

Merci.

Ils veulenet que les investisseurs étrangers aient confiance en leur économie et y investissent. Avec une devise forte comme le dollard canandien, les investisseurs auront davantage confiance, comme on le vit au québec mais que les séparatistes ne réalisent pas.

@ GastonDeGatineau

Regardes la valeur du dollar canadien et de la couronne islandaise. On est foutrement loin de la parité.

en ontario c`est un problème de char…..c`est pas leur faute à eux(sic)
et quand vous parler du Québec c`est un problème
de sociétée parce qu`au Québec les habitants
sont une gang de lache qui ne sont pas productif… On voit bien de quel coté vous êtes……

@ David

« Regardes la valeur du dollar canadien et de la couronne islandaise. On est foutrement loin de la parité. » (en réponse au # 18 et 19)

On voit bien que vous ne savez pas de quoi vous parlez.
—–

Pour en revenir au sujet, je répète que si l’Est du Canada avait sa monnaie ils seraient gagnant et non influencés par le pétrole de l’Ouest.

De plus le dollar canadien serait celle de moins de 10 millions avec sa maladie hollandaise à elle seule. Tout ce qui est manufacturation dans l’Ouest serait foudroyé et nous on aurait la paix.

Avec la monnaie présente ce n’est pas tout d’exporter moins, mais on fait beaucoup moins ou pas d’argent avec ce qui traverse aux US.

@David:
Si l’Islande adopte le dollar canadien, elle devra acheter des dollars canadiens en payant avec ses couronnes islandaise.

Cela devrait générer une augmentation de la demande du dollar canadien sur le marché des devises. Apparemment, quand la demande augmente, la valeur augmente.

Au fur et à mesure que l’Islande achètera des dollars canadiens, leur couronne pourra en acheter de moins en moins.

Toi, tu prétends que leur couronne va s’apprécier: « L’arrivée du dollar canadien en Islande est l’équivalent d’une forte appréciation de leur devise (bien plus grande que ce que nous avons connu ici par rapport au dollar US). »

Il semble donc que j’ai tout croche. Alors, explique moi ce qui ne fonctionne pas dans mon raisonnement.

Merci.

Aux séparatistes: et si le Québec se séparait du Canada, quelle monnaie utiliserait-on?

La « piasse à Lévesque »? Théorie plus que vaseuse au point où aucun séparatiste économiste sérieux (oui…oui…ça existe! Mais sont rares…) ne la préconise!

Continuer à utiliser le dollar canadien? Pourquoi alors se séparer et dépendre entièrement d’une monnaie étrangère sur laquelle nous n’aurions plus aucune emprise?

Le dollar US? Voir paragraphe précedent.

L’Euro? Voir paragraphe précédent PLUS la crise européenne.

Alors les boys…on fait quoi???

@ Youlle

Drôle de te voir détourner la conversation. Normal, le cas de l’Islande montre que la maladie hollandaise c’est une excuse de perdant.

@ GastonDeGatineau

Wow… Je n’ai pas dit que la couronne va s’apprécier, j’ai dit exactement le contraire !

Je vais te ré-expliquer le tout…

En adoptant le dollar Canadien, c’est comme si la devise islandaise, du jour au lendemain, augmentait sa valeur pour devenir à parité avec le dollar canadien i.e. l’Islande remplace une devise de faible valeur par une devise très forte !

Capiche ?

Inutile de discuter pour rien.
A quelle provence Canadienne le monde fait confiance?
En dehors la France qui investira au Quebec?
Si Quebec aura du petrole ou sa propre monnaie a quoi servira t-il puisque les gens ne sont pas productif? J’ai habite 10 ans a Montreal,
suffisant pour faire quelques commentaires.
Pourquoi Ontario et BC ont profite des milliards de dollars des imigrants de Hong Kong et non pas Quebec? Ce n’est pas seulement une question de langue!
Il faut voir la realite et pas faire des chateaux en espagne. On peut toujours rever, cela ne coute rien!