Madame la présidente

Monique Leroux est devenue samedi la première femme élue à la tête du Mouvement Desjardins. Sa victoire est impressionnante sous plusieurs aspects.

Elle représente d’abord un grand pas pour la présence des femmes en affaires. Elle sera probablement la première femme au monde à présider une institution financière, ce qui n’est pas banal.

Son élection témoigne d’un vent de changement chez Desjardins puisqu’elle a battu au sixième tour le candidat de la continuité, Bertrand Laferrière, celui qui dirige le réseau des caisses populaires et qui passait pour l’héritier du président sortant, Alban D’Amours.

Monique Leroux est issue du secteur » capitaliste » de Desjardins puisqu’elle a présidé pendant quelques années la Société financière Desjardins qui regroupe les filiales de d’assurances, de fiducie et de gestion de fonds. Elle avait également dirigé les activités de la Banque Royale au Québec. Depuis 2004, elle est la première vice-présidente exécutive et chef de la direction financière de Desjardins.

Enfin, la nouvelle présidente est une Montréalaise, ce qui n’est pas nécessairement un atout dans une institution traversée par les rivalités entre la métropole et les régions et entre Montréal et son siège social de Lévis.

Comptable de formation, banquière depuis des décennies et versée en finance, membre de plusieurs conseils d’administration et exceptionnellement bien branchée sur les milieux d’affaires, Monique Leroux a toutes les qualités et toute l’expérience voulue pour être à la hauteur du poste. Son élection est la preuve ultime de son intégration chez Desjardins.

Le plus dur reste cependant à faire. La nouvelle présidente devra à la fois consentir à une plus grande répartition des pouvoirs vers les régions tout en donnant au Mouvement une plus grande force de frappe contre ses concurrents du milieu bancaire. Elle devra à la fois réaffirmer et actualiser les principes distincts du mouvement coopératif, tout en l’armant dans le combat quotidien contre ses concurrents capitalistes. Le tout dans un contexte où les institutions financières du monde sont secouées par la crise du crédit.

Voilà un beau mandat. Bonne chance, Madame la présidente.

Laisser un commentaire

M. Duhamel,

Pourriez-vous développer, expliquer et illustrer votre propos, qui sonne comme un glas ou à un bémol bien senti, à ceux qui comme moi ignorent ce à quoi dans le passé des Caisses vous faites référence par ces «rivalités», et en quoi elles menacent le bon choix des décisions à venir?

«Enfin, la nouvelle présidente est une Montréalaise, ce qui n’est pas nécessairement un atout dans une institution traversée par les rivalités entre la métropole et les régions et entre Montréal et son siège social de Lévis.»

Ce qu’il y a de bien avec l’arrivée des femmes au pouvoir c’est qu’elles font la démonstration que ce que disait Lise Payette dans les années 70 était complètement faux.

La ministre Boulet a fait un nombre incalculable de gaffes. Elle est toujours là. La ministre de l’Environnement gère rien et laisse tout faire (contrairement à Mulcair qui drivait). Elle est toujours la.
La ministre de l’Éducation n’a même pas eu le courage de faire la dictée de Guy A! (elle a amené SA dictée pour éviter de gaffer!). Elle est toujours là.

Les ministres de langue française et de l’immigration battent des records d’incompétence. Sont toujours là.

On se moque de l’anglais de Pauline, avez-vous déjà entendu l’anglais de Mme Gagnon-Tremblay? Vs vs souvenez de la Loi sur le Patrimoine familial? Après avoir voté la loi elle avait été la premiere à s’en retirer!! Faites ce que je dis pas ce que je fais.

A part Monique Forget, les 8 autres femmes du cabinet Charest n’arriveraient pas à allumer une 100 watts.

Vous avez vu le cv de Nathalie Normandeau? C’EST LA VICE-PREMIÈRE MINISTRE DU QUÉBEC!!!!

Secrétaire à l’agenda du chef de cabinet du premier ministre, Québec (1988-1990)
Relationniste, service de presse, cabinet du premier ministre, Québec (1990-1992)
Directrice, La Source alimentaire Bonavignon, Maria (1995)
Mairesse de la municipalité de Maria (1995-1998)

Parlant de Pauline, pensez-vous un instant qu’elle va libérer le Québec? Pensez-vous qu’elle fait « libérateur de peuple » comme dirait Félix?

Vs avez vu Mam Tibo rouler grand train avec l’argent de nos taxes? Et l’autre à Ottawa qui a fait une folle d’elle?

Et que dire de la gougoune qui vient de fermer toutes les écoles de Montréal? La même qui s’était tapé un souper à 383$ aux frais des contribuables

Françoise Bertrand a mis Télé-Québec à terre.

Nicole Goyette a fermé Mirabel plutot que fermer Dorval

André Boucher nous a fait perdre les Jeux olympiques. Elle avait ouvert les régistres de Ste-Foy aux opposants. Pompés par André Arthur, 30,000 caves étaient venus signer une pétition contre la venue des Jeux à Québec.

L’idée de Lise Payette à l’effet que notre monde serait meilleur s’il était dirigé par des femmes plutot que des hommes était non seulement faux, mais ridicule. Les femmes ne sont pas meilleures que les hommes.

Bonne chance à Madame Leroux. Sa formation est tout ce qu’il y a d’ordinaire. Elle a une bonne expérience dans le monde des banques, that’s it. On lui confie 135 milliards. C’est le gros de nos économies.

Executive Program, The University of Western Ontario (1994)
BAA, Université du Québec à Chicoutimi (1978)

Présidente de Desjardins Société financière et chef de la direction des filiales (2001-2004)
Première vice-présidente exécutive et chef de l’exploitation, Québecor inc. (2000-2001)
Première vice-présidente, Québec, RBC Banque Royale (1997-2000)
Première vice-présidente, Finances, Groupe financier Banque Royale (1995-1997)
Divers postes chez Ernst & Young, dont celui d’associée directrice, Services au secteur financier québécois (1978-1995)

«Mme Leroux est membre des conseils d’administration de la Société des alcools du Québec, de Fiera Capital, du Groupe Siparex (Europe), de HEC Montréal, de la Fondation de l’Institut de cardiologie de Montréal et de l’Orchestre symphonique de Montréal. Elle a aussi été présidente de l’Ordre des comptables agréés du Québec et gouverneure de l’Institut canadien des comptables agréés.»
Ouais, et ça?
Monique n’a pas juste « une bonne expérience dans le monde des banques ». Elle a l’attitude et l’aptitude, les compétences requises, le savoir, la persévérance. Elle aime les gens, sa passion, et je suis certaine qu’elle s’en tirera à merveille.
Faites-y confiance.

La liste des incompétents mâles blancs francophones est aussi très longue monsieur Noël.

@Catherine Leroux

Monique a travaillé son « social ». Un bon réseau ça aide à atteindre les sommets…

@Étienne
Faut toujours considérer le dénominateur! Et le dénominateur des mâles occupant des postes de pouvoir est mauditement plus grand que celui des femelles fait que le poids des mâles incompétents est beaucoup plus petit. Anyway, mon point était que les femmes au pouvoir ne font pas mieux que les hommes. C’était une autre connerie de Lise Payette.

Monsieur Noël,
Comment pouvez-vous dire que Monique a travaillé son social? La connaissez-vous? Car, bien sûr, tous les candidats à la présidence de Desjardins avaient travaillé leur social.
Monique a eu sa réputation salie par plusieurs d’entre eux et elle s’en est quand même sortie. Vous ne connaissez même pas le cheminement qu’elle a dû faire pour y parvenir. C’est bien beau critiquer, mais le « bon réseau » n’est pas la seule chose.
Si je puis me permettre, qui auriez-vous appuyé?

@Catherine Leroux

Est-ce qu’elle a déjà fait des cours d’anglais à Vancouver?
Je me rappelle vaguement de 2 soeurs Leroux. Mais ça fait tellement longtemps!

Mme Catherine Leroux,

Que ce soit un homme ou une femme, les critères de membre du conseil de si et de ça, président (e) de si et de ça, président (e) de la chambre de commerce, etc. n’est que pour moi de la politique et non pas de la bonne gérance. Quant à la persévérance, dans ces situations, elle n’est souvent que pour sois, et j’en ai trop vu, ils ne pensent qu’à eux.

Ces gens le plus souvent sont là parce que leur principale préoccupation est de grimper dans l’échelle hiérarchique sociale. Ils ont le tour de grimper, mais une fois rendus en haut, ils prennent souvent la place de certains qui auraient été beaucoup plus compétents et moins préoccupés par le prestige des hauteurs et leur « sôcial » hautain.

Cela est valable autant, en politique, en vente, même avec nos administrateurs de la santé et en éducation, en affaires (hier les saints administrateurs de banques). On vote pour une grande geule, on achète l’esthétique, on mange avec nos yeux, on approuve que des apparences.

Manger avec les papilles et le nez, plutôt qu’avec les yeux évite souvent des brûlements d’estomac.

Je ne connais aucunement cette dame, mais pour moi ce sont les résultats qui compte (on n’en parle pas beaucoup), surtout pas les honneurs.

Ceci étant dit, à la caisse, je lui souhaite de prendre les meilleures décisions… pour nous seulement et jamais pour elle.

1- Non vous ne la connaissez pas. Si vous la connaissiez, vous ne parleriez pas d’elle en ces termes.

2- De toute façon, chacun son avis. Rien n’empêche, elle y est quand même parvenue. Alors peut-être avait-elle une bonne compétence pour les gens du mouvement desjardins qui ont voté pour elle, ne pensez-vous pas?

3- « Ce sont les résultats qui comptent (on n’en parle pas beaucoup) » N’avez-vous jamais lu ou entendu que l’actif de Desjardins a doublé depuis qu’elle est chef de la direction financière du mouvement? De plus, laissez lui le temps de commencer. Elle n’est même pas en mandat encore.

4- Non, elle n’a pas été étudier l’anglais à Vancouver.

Je lui souhaite le meilleur, et je suis certaine qu’elle l’obtiendra la connaissant.

Bonjour,

J’aimerais avoir des informations sur la nouvelle Presidente de Desjardins Monique Forget Leroux. Elle est nee le 11 août 1954 et s’est mariee le 21 decembre 1974 à Boucherville avec Marc Leroux (né le 31 mars 1951).

Qui sont ses parent? Est-elle la soeur de l’ex Ministre Claude Forget (marié avec la ministre des Finances Monique Jérome-Forget).