Maîtresse de chantier

Grâce à elle, des parcs industriels «verdissent» au Québec.

Photo : Olivier Hanigan
Photo : Olivier Hanigan

Autour du bâtiment de tôle rouillée qui abrite Moisson Montréal, dans le nord de la ville, 250 maçons, peintres, électriciens, plombiers s’activent – bénévolement ! – depuis plus d’un an. Ils rénovent cette construction pour en faire un modèle de bâtiment vert et durable. C’est le plus grand chantier de rénovation écolo au Québec, et il est piloté par Linda Wilson, femme d’affaires dans la quarantaine. Dès que ces travaux seront achevés, c’est à l’ensemble des parcs industriels du Québec qu’elle s’attaquera !

Linda Wilson dirige la Coalition énergie et construction durable (CECD), fondée en 2005. Ce regroupement d’associations de professionnels de la construction vise à améliorer l’efficacité énergétique des bâtiments commerciaux, industriels et institutionnels. « On entend beaucoup parler de construction verte, dit-elle, mais rarement de rénovation verte. » Et la Coalition veut changer les choses.

« Quelle bonne idée ! » s’exclame la professeure d’architecture Marie-Claude Dubois, de l’Université Laval. « Jusqu’ici, personne n’a étudié l’efficacité énergétique des bâtiments industriels, mais on peut deviner que c’est une catastrophe. Beaucoup ne sont même pas isolés », dit cette spécialiste dans le domaine.

Les travaux effectués gratuitement à Moisson Montréal sont estimés à 4,3 millions de dollars. Ils devraient permettre à cet organisme caritatif de faire des économies d’énergie d’environ 40 %. Et ils deviendront la carte de visite de la CECD. Grâce à son site Internet, la Coalition veut devenir le centre de référence pour la rénovation de bâtiments industriels et commerciaux au Québec.

Laisser un commentaire