Michael Sabia ? Jamais !

La nomination de Michael Sabia à la tête de la Caisse de dépôt et de placement du Québec serait une bêtise. Espérons que la rumeur véhiculée par La Presse sera démentie rapidement ou que ce commentaire et d’autres contribueront à faire changer d’idée ceux qui auraient la tentation de prendre cette décision.

Le problème de Michael Sabia, ce n’est pas qu’il est anglophone et qu’il baragouine le français. C’est qu’il n’est tout simplement pas l’homme de la situation et rien dans son parcours ne montre qu’il a les habiletés professionnelles et politiques pour relever ce défi.

Il a dirigé BCE pendant des années, mais quels sont ses faits d’armes ? Certains prétendent qu’il a sauvé le géant des communications; je pense plutôt qu’il lui a coupé les ailes. Malgré des dépenses de dizaines de millions de dollars chaque année en consultants divers, il n’a jamais su comment positionner Bell et faire en sorte que la société maintienne ses parts de marché. Les années Sabia ont été des années d’hésitations et de piétinements parce qu’il n’a jamais eu la moindre idée d’une vision porteuse qui assurerait la croissance et le développement de l’organisation. Oui, il a coupé des dépenses et vendu des unités, mais il n’a jamais su articuler le début d’une vision pour l’entreprise qui n’était plus l’ombre d’elle-même quand il a quitté la présidence.

C’est grâce à son successeur, George Cope, un vrai spécialiste des télécoms, que Bell prend du mieux et s’impose davantage.

Le seul exploit de Michael Sabia, sa seule prouesse, aura été de conclure une transaction avec Teachers qui assurait aux actionnaires de BCE 42,75 dollars par action.

On le sait maintenant, le deal a échoué. Les actionnaires, qui ont vu le titre fondre sous Michael Sabia, n’ont pas pu récupérer leur argent. Néanmoins, le candidat pressenti aujourd’hui pour la présidence de la caisse a empoché quelques dizaines de millions de dollars en quittant l’entreprise laissée en lambeaux. .

Quant aux habiletés politiques, ceux qui l’ont fréquenté au CN et chez BCE savent fort bien qu’il n’a pas inventé l’intelligence émotionnelle. Chez Bell en tout cas, les changements constants à la haute direction ont complètement déboussolé l’organisation.

Si vous cherchez un anglophone, pensez plutôt à l’avocat Brian Lewitt, ancien dirigeant d’Imasco, en très bonne intelligence avec les milieux d’affaires québécois (et qui parle un très bon français). Vous cherchez un vrai gestionnaire de fonds au parcours impeccable ? Reconsidérez la nomination de Jean-Guy Desjardins. Vous voulez plutôt un gestionnaire qui connaît à la fois la finance et l’État ? Jean Houde, actuellement sous-ministre aux Finances, mais qui a été premier vice-président de la Banque Nationale, ou encore Claude Séguin, actuel premier vice-président chez CGI, ancien sous-ministre des Finances et qui a été vice-président à la Caisse de dépôt, devraient être considérés. Ou encore Jacques Daoust, d’Investissement Québec ou Pierre Shedleur, de la SGF.

Bref, tout sauf Michael Sabia.

Laisser un commentaire

Comme ça vient de Denis Lessard, ca vient inévitablement du bureau du PM qui a lancé le ballon. Effectivement, ce serait choix affreux.

Y’a plusieurs Québécois qui travaillent à Wall Street. Y’en a un dont je cherche le nom, qui est dans la quarantaine, et qui a un beau parcours. Je cherche son nom.

—–
Maldoff va poigner 150 ans ce qui fait que lorsqu’il va sortir de prison même ses petits-enfants vont être morts….
On est loin des deux gros hivers que Lacroix aura passés en dedans!

Michael Sabia est a Bell ce que Georges Bush a été pour les Américains. Homme de peu de vision n’a jamais su donner une orientation clair à l’entreprise.
Son taux de confiance de la part de ses employés oscillait aux alentours de 30%. Il n’a jamais réussi a faire un coup d’éclat qui aurai pu donner confiance a ses troupes.
Ce serait une vrai farce…

Le syndrome du sauveur!!!

Au Québec on est trop cons ou trop niaiseux pour s’occuper de nos affaires par nous même.

Ca nous prend un sauveur, comme dans le temps de ti-poil!!!!

« Au Québec on est trop cons ou trop niaiseux pour s’occuper de nos affaires par nous même.
Ca nous prend un sauveur, comme dans le temps de ti-poil!!!! » (Pierre Brasseur)

Voulez-vous dire M. Brasseur que vous avez, dû à votre inquiétude économique, le besoin désespéré d’un sauveur?

Non, la personne qui représentera les québécois à la caisse de dépôt ne doit pas baragouiner le français. Il doit parler français et très bien.
Y’en a marre là des anglais….qu’ils apprennent le français ou qu’ils changent de territoire point à la ligne. C’est clair!
Le jour ou on pôsera des questions claires à H.P. Rousseau comme….
Sous votre direction durant les années de votre mandat combien avez-vous acheté d’actions de Power pour combien et combien ont-elles rapportées ces actions? ainsi que toutes les filiales de Power?
On pourra ainsi savoir si le fait que HP n’a pas terminé son mandat et qu’il s’en fusse se réfugier chez Power s’il n’y a pas d’apparence de conflit d’intérêt.
Non pour Sabia….mais Lamoureux de Teacher’s …..? Je pose la question.

« Bref, tout sauf Michael Sabia. »

Mais voyons donc…ce ne serait que la suite logique des choses.

m.lemay

« Non, la personne qui représentera les québécois à la caisse de dépôt ne doit pas baragouiner le français. Il doit parler français et très bien. »

C’est vrai il faut qu’il soit bien capable d’expliquer comment cette entreprise médiocre, coûteuse et mal gérée perd notre argent.

WOW – je n’y croyais pas du tout, mais il semble que ce soit vrai, selon La Presse. J’ai travaillé avec Monsieur Sabia et je sais qu’il est un homme très – exceptionnellement – centré sur son travail – ultra sérieux, un vrai bourreau.

Hélas ! les rumeurs étaient fondées… Un anglophone incompétent à la tête de la Caisse, pour exécuter les ordres de ses mentors….
Vive John James Charest !

« For God, for Country, and for Yale »: bannière dans le bureau d’un de mes directeurs de thèse à Yale. P.S.: je ne connais pas M. Sabia.

Mr Duhamel, j’apprécie à sa juste valeur votre analyse faite su RDI.

Effectivement BCE a connu sous M.Sabia ses pires années et la très mauvaise gestion de la vente qui a échoué en Décembre 2008 en est la preuve réel que ce monsieur n’est pas la personne capable de gérer la Caisse de Dépôt.

Pas moins de 2000 postes coupés sous son « règne » si je peux m’exprimer ainsi.Où va t-on avec cet anglophone?

Merci

Ce qui est le plus troublant c’est qye Tessier n’est même pas pris la peine de rencontrer d’autres candidats.

Une nomination sans appel d’offre.

Mais, que veulent-ils faire avec le Québec?

Ça ne se peux pas à quel point la Caisse s’enlise!!!
Guy A. : Il faut que tu appelles Sabia pour le faire venir en studio à tout le monde en parle!!! Tu dois le passer à tabac!!!

Il faut se lever et faire en sorte que cette décision doit être rappeler pour l’intérêt supérieur du Québec.Ce choix nous interpelle tous
De plus je remettrais en question la décision et/ou recommandation du président Tessier… N’oublions pas que ce sera le même qui va voir au remplacement des membres du C A en fin de mandat!

On dirait bien que le BLoke Power prend de la force.

Cosgrove au BAPE, on connait son curriculum;

Sabia, la mur la plafond, le table. A-t-il reçu ses cours de français de Loraine …?

Gayney : Ma équipe joué mal…

Vive le québec français quoi.

Je l’ai entendu à la radio, son français est laborieux mais j’ai compris ce qu’il avait à dire. Par contre c’est un Ontarien,
Est-ce qu’il va favoriser le développement économique de l’Ontario ou du Québec?

Résumons. Bay Street est venu nous voler la Bourse de Montréal, ils sont en train de démanteler l’AMF et en bons caves on leur donne aussi la Caisse de dépôt, tout cela avec la complicité de la sacoche?

Dans d’autres pays on crierait au vol et à la trahison.

Incroyable de voir l incompetance du gouvernement Charet. MME Forget est la plus menteuse et incompetante de tous les ministres des finances que j ai vu. La nomination de Michael Sabia et ses reponses en commission parlementaire en sont la preuve

« Guy A. : Il faut que tu appelles Sabia pour le faire venir en studio à tout le monde en parle!!! Tu dois le passer à tabac!!! » Mais voyons Sylvie, comment peut on demander à Guy A Lepage de passer à tabac ce Sabia, il mange du même pain que lui ainsi que charest… Plus fédéraliste que Lepage tu meurs.

Monsieur Gilles !!! Suggérez-vous que mon français est laborieux ? Je lui ai toujours parlé en anglais, et peu. Il n’est pas aussi jasant que son prédécesseur, Monsieur Monty. J’ai été surprise d’apprendre que Monsieur Sabia est né en Ontario. Je pensais qu’il était né au Québec. Pour moi, Sabia est typiquement Québécois. Il vit à Montréal depuis des années.

Je viens d’écouter une entrevue de M. Sabia au TJ. Son français est bon malgré l’accent. De plus j’ai appris qu’il vit au Québec depuis 16 ans. Donc c’est un Québecois. Donnons-lui sa chance.

Le problème c’est pas Michael Sabia.

Le problème c’est l’existence de la Caisse.

« Monsieur Gilles !!! Suggérez-vous que mon français est laborieux ? »
Votre français est correct Mme King, ne vous souciez pas de ces critiques. De plus vous vous donnez la peine de configurer votre clavier avec les accents, ce que certains francophones ne font même pas.

Je regarde aller J.Charest et M.Forget et je me rends compte que ce qu’ils sont entrain d’accomplir est désastreux pour leur propre parti politique.

Ils sont à la fin de leur carrière politique et se foutent royalement de leurs membres qui rêvent de continuer leur carrière encore quelques années.

J.Charest et M.Forget veulent tellement contrer le PQ, qu’ils en oublient l’avenir de leurs propres membres.

C’est regrettable car il y a tout de même de bonnes personnes dans ce parti comme dans tous les partis politiques.(de moins en moins)

Bon travail cher duo maintenant que votre avenir et l’avenir de vos enfants sont assurés.

Tiens, Sabia qui fait l’unanimité contre lui.
Bravo Johnny Boy et son guide Power Pol.
Là c’est évident….on voit qui mène.
Les libéraux doivent se débarrasser de Johnny Boy et de la sacoche percée.
Manipulation, écran de fumée ou même conspiration…c’est le choix de chacun. Sabia retourne d’où tu viens et fais toi accompagner de Power Pol.

Le mieux a faire serait de mettre l’argent a la Banque et faire un hopital avec la batisse de la CDP dont ceux qui
y sont deja pourraient se faire soigner en premier et
inviter ceux qui se sont echappes a revenir se refaire
faire un anti-lavage de cerveau.

Ben non je vous taquine Loraine c’est tout. Je suis persuadé que vous personnellement parlez un français impeccable. Comme vos petits enfants…

En fait ma réserve par rapport à ce monsieur tient surtout à son parcours. Avoir la responsabilité de la plus puissante institution financière du québec supose plus que de savoir compter.

Et au-delà de tout il faut avoir une vision pro québécoise. Demeurer ici depuis quelques années n’est pas en soi une assurance. La CDP ce n’est pas simplement simplement une affaire de gros sous. Et certaines des réponses qu’il a données en conférence de presse sont, c’est le moins que l’on puisse dire, plustôt inquiétantes…

M.Duhamel,
Voici ce que j’écrivais hier sur un autre blog, immédiatement en réaction à la nomination de Mr.Sabia: ça vaut encore aujourd’hui!

ABASOURDI!!!
Il n’y a pas d’autres mots pour s’exprimer…
« Quand j’ai vu la candidature de Mr.Sabia, j’ai été émerveillé » Ti-counne Tessier cet après-midi.
Déjà que lui, au départ, ce n’était pas reluisant, mais alors maintenant….
Je trouve que cette nomination pue à plein nez et j’espère qu’elle sera examinée de près.
Mr.Sabia a été parachuté à la vitesse grand V, en anglais on dit « railroadé » par un comité non qualifié.
On est dans le trouble pas à peu près, mais cela s’inscrit dans la continuité du gouvernement Charest.
Dans mon livre : The Entrepreneurship Manual, par Richad M.White Jr., il y est écrit :
« First rate people hire first class people while second rate people men hire third rate people.”, avec ça, on comp rend tout
EFFRAYANT!!!
Bye
# 13 mars 2009, 16:33

M. Duhamel: pourquoi Jean-Claude Scraire (perte de $ 8 milliards lors de la bulle techno-internet) et Henri-Paul Rousseau (perte de $40 milliards que l’on connait) étaient-ils plus indiqués, en leur temps, que Michael Sabia? J’ai comme l’impression que si Jean-Claude Scraire s’était nommmé Mordicai Rubenstein, né au Manitoba, et Henri-Paul Rousseau se nommait Adolf Ribbentrop, né en Alberta,, il y aurait eu presqu’autant de résistance à leur nomination, pour un CV autrement inchangé, que pour Michael Sabia. Il me semble qu’il y a un peu de subliminal dans l’air, pas nécessairement dans votre réaction, mais dans la réaction de certains intervenants.

Monsieur Duhamel,
JAMAIS? jamais il ne faut dire jamais!!!
Tout est possible, vous le voyez bien!
Il n’y avait que ce gouvernement Charest qui pouvait réussir ce coup fumant, reflet non pas d’une stratégie de gestion gouvernementale mais d’une tactique pour le mois douteuse.
L’opinion publique qui dormait dans le bus, comptant sur « deux mains sur le volant », se réveille au terminus d’une aventure qui serait cocasse si elle n’était pas aussi tragique.
ET, ce n’est pas la première fois que JJ, i.e. John James, essaie de jouer au colin-maillard avec les Québécois.
Et tristounet qu’il est, il tente plutôt de baiser la pute qu’est devenu l’électorat québécois, entre autre de Québec, la ville, à tout le moins.
Mais je regarde cela avec sérénité, pcq encore une fois que le Québec sera baisé et mal-baisé en plus, un jour reviendra-t-il à ses aspirations de NATION et aux moyens qui vont avec.
Mais ça va coûter cher, très cher…
La saga Charest continue comme un mauvais feuilleton…ou « reality show »: Suroît, Orford, écoles juives, défusions, name it! etc. Son propre parti doit être en joual vert!
Bye

Quand j’entends les annonceurs l’appeler « Michael » à l’anglaise, ça donne le ton à tout le reste.

Sabia n’est pas à sa place à la Caisse de dépôt, pas plus qu’il ne l’était à BCE ou même au CN…

J’ai de gros doute sur ces résultats:
Ne pas oublier:

1. Michael Sabia, le président et chef de la direction de BCE, devrait recevoir plus de 31 millions en marge de la prise de contrôle annoncée en fin de semaine(juillet 2007) entre BCE et le Régime de retraite des enseignantes et enseignants de l’Ontario, communément appelé Teachers, rapporte le quotidien torontois The Globe and Mail.

http://www.ledevoir.com/2007/07/04/149257.html

2. Au printemps 2006, peu de temps après que Bell eut annoncé qu’elle abolirait entre 3000 et 4000 postes, l’entreprise a dévoilé que M. Sabia avait reçu une augmentation de salaire de 555 pour cent, à 6,7 millions $.

http://www.jminforme.ca/national/article/602605

Comment, les copains de Desmarais(Charest et compagnies)
peuvent-ils espérer qu’un tel homme
qui s’est rempli les poches au dépends des autres
arrêtera de le faire
maintenant qu’il est à la CDP.

Le passé est garant de l’avenir

Bien à vous

YLTech

J’aimerais savoir comment les anglophones comme Mme King (qui parlent un excellent français tout de même) se sentent face aux commentaires xénophobes qui jugent une personne sur sa langue maternelle et se permettent de n’émettre aucun commentaire sur ses capacités de gestions. Encore pire lorsque la personne en question serait née en Ontario, même si elle vit à Montréal depuis longtemps… comme si le lieu de naissance influençait dans sa gestion….

Comment vous sentez-vous mme King de vous faire traiter comme « l’ennemi »? Moi je le supporterais difficilement.

YLTech a écrit :
16 mars 2009 à 0:06

« Comment, les copains de Desmarais(Charest et compagnies)
peuvent-ils espérer qu’un tel homme
qui s’est rempli les poches au dépends des autres
arrêtera de le faire
maintenant qu’il est à la CDP. »

Il savent très bien ce qu’ils font: « nos fonds dans le fond »

P’tite misère.

Mieux encore,
Quelqu’un qui a fait ses preuves années après années,
CLAUDE LAMOUREUX,
président maintenant disponible de:
Teachers,
Une caisse de retraite qui bat tous les indices depuis nombre d’années!

On est tellement xénophobe au Québec, que nous payons 158,200$ par médecin formé ici pour aller soigner toutes les Calgary ou les Lorraine de ce monde.

Entretemps, combien de médecin formés en Alberta ou en Ontario viennent pratiquer ici après leurs études?

Xénophobe? Des fois j’aimerais ça l’être.

Bonasse serait mieux approprié.

Des emplois à salaires élevés comme ceux-là devraient aller en premier ànos gens du Québec.