Comment se comparent le Québec et l’Ontario en niveau de vie ?

En matière de consommation privée des ménages, le retard du niveau de vie du Québec par rapport à celui de l’Ontario était de 1 % en 2012.

Blogue EconomieLorsqu’on veut comparer les niveaux de vie moyens de deux villes ou de deux provinces, il faut mesurer les revenus en dollars qui sont dépensés par habitant, mais il est également indispensable d’avoir une bonne idée des prix des biens et des services qui sont achetés avec ces revenus. Car c’est le volume réel des biens et services consommé qui mesure le niveau de vie, et non pas les dollars comme tels. Ce volume réel consommé est égal au rapport entre les dollars de revenu et le niveau moyen des prix.

Un exemple peut aiguiser l’intuition. Supposons que je dépense 84 dollars dans l’année au Québec pour acheter des pommes de laitue iceberg, tandis que mon voisin ontarien consacre 90 dollars au même poste. Par contre, je paie chaque pomme 1,50 dollar et lui, 1,80 dollar. Je vais donc pouvoir me procurer 56 pommes et lui, seulement 50. De nous deux, c’est évidemment moi qui ai le niveau de vie de plus élevé. Mon volume réel de pommes de laitue consommé (56) est supérieur au sien (50) malgré que ma dépense en dollars (84 dollars) soit inférieure à la sienne (90 dollars).

Le problème se pose exactement de cette façon quand on veut comparer les niveaux de vie de l’ensemble du Québec et de l’ensemble de l’Ontario.

Gardons notre attention sur la consommation privée des ménages, qui est la source la plus importante de leur niveau de vie. (Il y a aussi leur consommation de services publics et leur accès au temps de loisir, mais faisons-en abstraction pour simplifier.) En 2012, selon Statistique Canada, le revenu qui a été consacré à la consommation privée s’est chiffré à 26 230 dollars par habitant au Québec et à 29 020 dollars par habitant en Ontario. En dollars, les Québécois ont donc dépensé 9,6 % de moins par habitant que les Ontariens.

Vous me voyez venir. Pour compléter la comparaison des niveaux de vie, il faut savoir dans quelle mesure les prix des biens et services consommés par les ménages ont été différents dans les deux provinces cette année-là. Nous avons tous l’impression que la vie coûte moins cher au Québec qu’en Ontario. Est-ce bien le cas ?

Les prix à la consommation : 13 % plus bas à Montréal qu’à Toronto selon Statistique Canada

Commençons par comparer Montréal et Toronto. Selon la Société canadienne d’hypothèques et de logement (SCHL), un appartement coûte de 35 à 40 % moins cher à louer à Montréal qu’à Toronto. Les prix des maisons neuves ou en revente sont de 40 % à 50 % moins élevés à Montréal. Pour l’électricité résidentielle, selon Hydro-Québec, c’est 40 % moins cher à Montréal. Au Québec, la garde d’un enfant coûte 7 dollars par jour ; en Ontario, c’est quatre à six fois plus cher.

Il y a quelques produits dont les prix sont plus élevés à Montréal qu’à Toronto. Des exemples : l’essence, le riz, la bière, les tomates, les courses de taxi. Ce sont les exceptions qui confirment la règle.

Mais sortons des exemples particuliers et considérons le portrait d’ensemble que trace l’enquête mensuelle de Statistique Canada sur les prix à la consommation. Cette enquête est basée sur un échantillon de 80 000 relevés de prix de 600 produits de consommation à travers le Canada. Selon les indices comparatifs que l’organisme publie périodiquement pour les grandes villes canadiennes, les prix à la consommation étaient en moyenne 13 % plus bas à Montréal qu’à Toronto en octobre 2012.

Cette différence de prix n’a pas tendance à se résorber avec le temps. L’indice des prix à la consommation a même augmenté un peu moins à Montréal et dans l’ensemble du Québec qu’à Toronto et dans l’ensemble de l’Ontario depuis quinze ans, de sorte que l’écart entre les deux villes et les deux provinces s’est, au contraire, légèrement accru pendant cette période.

Le tableau ci-dessous présente les résultats d’octobre 2012 pour divers groupes de biens et de services. Parmi les articles qui affichaient des prix beaucoup plus bas à Montréal qu’à Toronto, on note le logement (locatif ou en propriété), l’électricité, la garde d’enfants, les dépenses d’automobile autres que l’essence et les droits de scolarité universitaire. Par contre, l’essence ressort plus chère à Montréal qu’à Toronto.

Tableau. Écarts entre les prix de divers groupes de biens et de services à la consommation à Montréal et à Toronto en octobre 2012

Groupe

Prix à Montréal par rapport aux prix à Toronto

Aliments achetés en magasin

+3 %

Aliments achetés au restaurant

-3 %

Logement locatif

-29 %

Logement en propriété

-26 %

Eau, électricité, gaz, mazout

-27 %

Dépenses courantes du ménage (y compris les services de garde d’enfants)

-9 %

Ameublement et articles ménagers

+2 %

Achat et location d’automobiles

+1 %

Essence

+10 %

Autres dépenses pour l’automobile

-30 %

Autobus, métro, taxi, avion, train

-3 %

Soins de santé et soins personnels

-1 %

Loisirs

-8 %

Éducation, formation, lecture

-53 %

Alcools et tabacs

-4 %

Ensemble

-13 %

Source : Statistique Canada, L’indice des prix à la consommation, no 62-001 au catalogue.

Au total, Statistique Canada calcule que l’indice d’ensemble était 13 % plus bas à Montréal qu’à Toronto. Mais ce résultat de l’agence nationale de statistique est-il fiable ?

Le logement à Montréal : moins cher parce que de qualité inférieure ?

Un chargé de cours de HEC Montréal, M. Vincent Geloso, vient d’en contester la validité. Dans un document de recherche récemment publié par le Centre sur la productivité et la prospérité de l’institution, cet auteur rejette l’idée que les prix à la consommation soient plus bas au Québec qu’en Ontario. Il affirme non seulement que le coût de la vie au Québec n’est pas inférieur à celui de l’Ontario, mais qu’« au contraire, il est plus élevé. »

Il avance trois arguments pour soutenir ce point de vue.

Le premier argument est que, « si le coût de la vie au Québec apparaît plus bas dans les statistiques, c’est parce que celles-ci ne considèrent pas la qualité inférieure des biens consommés au Québec par rapport au reste du Canada. » Selon lui, c’est pure illusion que de croire que le coût du logement de 25 à 30 % plus bas à Montréal qu’à Toronto enregistré par Statistique Canada et rapporté au tableau ci-dessus résulte d’un coût de la vie plus faible dans la métropole québécoise.

À son avis, le coût du logement à Montréal est plus bas non pas parce que des logements qui sont identiques dans les deux villes coûtent moins cher à Montréal qu’à Toronto, mais uniquement parce que les Montréalais sont moins riches que les Torontois et, par conséquent, occupent des logements de moins bonne qualité, donc moins chers.

Cette interprétation des données de Statistique Canada sur l’écart entre les prix à Montréal et à Toronto est incorrecte. L’organisme déploie depuis toujours d’immenses efforts pour éviter que les différences de prix qu’il enregistre et publie puissent être attribuées à des différences de qualité. Un exemple de ces efforts est que, pour parvenir à cette fin dans le cas particulier du logement locatif, il réalise 15 000 lectures de loyers chaque mois sur les 80 000 relevés que comprend l’enquête entière sur les prix à la consommation.

Dans le cas des comparaisons entre villes, Statistique Canada dit chercher à s’assurer que « les produits sélectionnés soient très semblables » et que « les variations des niveaux d’indice entre villes [soient] causées par des écarts de prix pur et non par des différences dans les caractéristiques des biens ou services, telles la taille et/ou la qualité. » Lorsqu’il rapporte un écart de 25 à 30 % entre Montréal et Toronto pour le coût du logement, l’organisme a déjà fait tout ce qu’il a pu pour que la comparaison s’applique à des logements qui ont les mêmes caractéristiques et sont de même qualité dans les deux villes.

M. Geloso n’a pas tort de penser que les Montréalais occupent en moyenne des logements plus modestes que les Torontois. On peut le voir en comparant les résultats publiés par Statistique Canada à ceux de la SCHL pour le loyer du logement locatif. Selon la SCHL, tel que mentionné plus haut, le loyer moyen des appartements à Montréal était de 35 à 40 % plus bas qu’à Toronto en 2012. Selon Statistique Canada, le loyer moyen à Montréal était plutôt 29 % plus bas (voir le tableau).

La différence de 6 à 11 points entre les deux estimations résulte du fait que la comparaison de la SCHL couvre les différences de loyers entre les appartements de toutes qualités, tandis que celle de Statistique Canada ne porte que sur les différences de loyers entre appartements de caractéristiques et de qualités identiques.

Autrement dit, si le chiffre de Statistique Canada est moins élevé que celui de la SCHL, c’est précisément qu’il se trouve à purger le chiffre de la SCHL du fait que les Montréalais font des choix différents et optent pour des logements plus modestes. En retranchant cet effet, l’organisme statistique se trouve à comparer seulement des logements comparables en qualité. Son estimation d’un écart de loyer de 29 % entre les deux villes est une vraie différence de prix : les Montréalais paient moins cher pour la même chose.

Différences de coût de la vie : deux motifs de prudence

Statistique Canada recommande toutefois la prudence au sujet de l’utilisation des estimations rapportées au tableau ci-dessus pour mesurer les différences de coût de la vie entre les villes. Deux motifs le justifient.

Le premier motif est que « ces indices servent à la comparaison de prix de certains produits sélectionnés seulement et ne sont pas développés pour faire une comparaison exhaustive de tous les produits et services achetés par les consommateurs. »

Il y a une raison simple pour laquelle la liste des produits qui sont assez semblables pour pouvoir faire l’objet d’une comparaison de prix valable entre villes n’est pas exhaustive. C’est que, pour certains couples de villes, le nombre de biens et de services de consommation qui sont de qualités assez semblables pour que leurs prix puissent être comparés peut être assez petit. Cela peut rendre les résultats fragiles. Pensons, par exemple, à une comparaison entre Charlottetown et Régina.

Heureusement, toutefois, ce n’est pas le cas du couple Toronto-Montréal. Ces deux villes géographiquement proches sont les plus grandes du pays. Elles offrent la plus vaste sélection de produits semblables dont les prix peuvent être comparés. Statistique Canada rapporte d’ailleurs avoir procédé à un couplage attentif et particulier des produits des deux métropoles. La comparaison des prix de Montréal et de Toronto est sans contredit la plus fiable de toutes.

Le second motif de prudence est que, selon Statistique Canada, « le concept utilisé pour les indices de prix du logement n’est pas propice aux comparaisons du coût de la vie entre les villes. »

La mise en garde s’applique aux logements en propriété. Dans leur cas, les indices de prix utilisés ne sont pas basés directement sur les débours des propriétaires, comme les frais d’intérêt hypothécaires, les coûts d’entretien et de réparation, les primes d’assurances, les taxes foncières, etc. À la place, Statistique Canada, imitant en cela le Bureau of Labor Statistics américain, utilise le marché de la location pour obtenir une approximation des coûts des services de logement consommés par les propriétaires dans chaque ville.

À long terme, les indices de prix qui résultent de cette méthode dite d’« équivalence locative » retrouvent ceux qui sont basés sur la méthode des « débours des propriétaires ». Par contre, à court terme, les indices de prix qui proviennent de ces deux méthodes peuvent diverger, puisque l’équivalence locative ne représente pas les débours des propriétaires. C’est pourquoi Statistique Canada déconseille d’utiliser ses indices lorsqu’on veut mesurer, comme telles, les différences de pouvoir d’achat ou de coût de la vie des propriétaires entre les villes.

Heureusement encore une fois, Statistique Canada note que la méthode d’équivalence locative employée pour construire ses indices de prix est exactement la même que celle qu’il utilise dans les comptes économiques nationaux pour estimer les dépenses de consommation en dollars pour le logement en propriété.

Ainsi, bien que les indices de prix pour le logement en propriété s’écartent des notions de pouvoir d’achat du dollar de consommation et de coût de la vie, ils sont parfaitement appropriés pour diviser les dépenses de consommation en dollars, puisque celles-ci sont basées sur le même concept d’équivalence locative. Le rapport entre les deux produit ainsi une estimation fiable du volume réel consommé.

Les produits subventionnés font-ils sous-estimer le coût de la vie ?

Le deuxième argument avancé par M. Geloso pour contester l’idée que le coût de la vie est plus bas au Québec est que « les indices du coût de la vie sont faussés par les différences de politiques publiques entre provinces canadiennes. »

Au Québec, l’électricité, la garde d’enfants et la scolarité universitaire sont subventionnées par le gouvernement provincial. Pour ces produits, les dépenses de consommation en dollars qui sont enregistrées dans les comptes économiques de Statistique Canada sont les montants subventionnés qui sont payés par les ménages. Les prix à la consommation qui sont rapportés par l’organisme, eux, sont les tarifs effectivement perçus à l’achat.

Selon M. Geloso, il est incorrect d’affirmer que ces bas prix démontrent que le coût de la vie est plus faible au Québec qu’en Ontario, où les tarifs sont loin d’être aussi fortement subventionnés. Il fait observer que les Québécois doivent payer des impôts pour financer les subventions gouvernementales qui permettent d’abaisser les prix de ces produits. Les subventions ont beau alléger le coût de la vie, les impôts ensuite prélevés pour les financer viennent annuler cet allégement.

Dans le cas des garderies, par exemple, pour chaque parent qui bénéficie du tarif quotidien de 7 dollars, il y a d’autres Québécois qui paient avec leurs impôts la subvention de 45 dollars qui est requise pour compléter le financement, le coût total d’une journée de garde étant présentement de 52 dollars. En ne tenant pas compte de ces impôts, selon M. Geloso, on se trouve à sous-estimer le vrai coût de la vie au Québec relativement à l’Ontario.

Il a tout à fait raison. Toutefois, il ne faut pas perdre de vue la question à laquelle nous cherchons à répondre ici : par quel indice de prix diviser le montant en dollars qui est dépensé pour acheter un produit, afin d’obtenir le volume réel de ce produit qui est consommé ?

La réponse ne souffre d’aucune équivoque : il faut diviser la dépense subventionnée par le prix subventionné. Si je dépense annuellement 1 750 dollars pour faire garder ma fille par un CPE, je dois diviser ce montant subventionné par le prix subventionné de 7 dollars par jour afin d’obtenir le volume réel des services obtenus, soit 1 750 ÷ 7 = 250 jours de garde d’enfant. Dans le cas du parent ontarien qui débourse 10 000 dollars dans l’année au tarif quotidien de 40 dollars, le volume réel de services est le même (250 jours de garde), mais, cette fois-ci, il s’obtient en divisant le montant non subventionné par le prix non subventionné, soit 10 000 ÷ 40 = 250 jours.

Dans les deux exemples, il faut diviser la dépense enregistrée dans les comptes économiques de Statistique Canada par le prix effectivement payé à l’achat du service et inscrit par l’agence statistique. L’opération ne constitue aucunement une affirmation que la subvention à la garde rend le coût de la vie plus bas pour les Québécois. Elle reconnaît simplement que le dénominateur et le numérateur utilisés pour calculer le volume réel de services consommé, c’est-à-dire le nombre de jours de garde dans l’année, doivent être cohérents l’un par rapport à l’autre.

Les Québécois sont-ils obligés de travailler plus pour obtenir moins ?

Le troisième argument que M. Geloso fait valoir pour soutenir que le coût de la vie est plus élevé au Québec est que « les Québécois doivent travailler plus longtemps que la plupart des autres Canadiens pour obtenir les biens et services qu’ils consomment. »

Le temps de travail nécessaire pour acquérir un bien ou un service est égal au rapport entre son prix et le salaire horaire. Par exemple, si 100 litres d’essence me coûtent 154 dollars et que je gagne 22 dollars l’heure, j’aurai besoin de travailler sept heures pour me les payer. Plus je dois travailler longtemps pour obtenir un produit, plus mon pouvoir d’achat en rapport avec ce produit est faible.

Dans le but de démontrer que les Québécois doivent travailler plus longtemps pour consommer la même chose que les autres, M. Geloso compare le temps de travail requis pour acquérir 34 produits différents au Québec et en Ontario en 2013. Il se base en même temps sur le fait que les salaires étaient 9 % plus bas au Québec.

Sa démonstration est cependant irrecevable, parce que les 34 produits comparés ne sont pas statistiquement représentatifs de l’ensemble des biens et des services consommés, qui en compte plus de 600 dans l’enquête de Statistique Canada sur les prix à la consommation. Les 34 sont délibérément choisis de façon que, dans la grande majorité des cas (29 sur 34), le temps de travail nécessaire à leur acquisition ait été plus élevé au Québec qu’en Ontario en 2013.

L’auteur exclut a priori de toute considération la quasi-totalité des biens et services qui ont la propriété inverse d’exiger moins de temps de travail au Québec, dont notamment le logement. Dans le cas du locatif, par exemple, M. Geloso a rejeté antérieurement le résultat de Statistique Canada indiquant que les loyers étaient 29 % plus bas à Montréal qu’à Toronto pour des logements de même qualité en 2012. Cela lui fait négliger qu’un Torontois doive travailler en moyenne dix heures de plus par mois qu’un Montréalais pour payer le loyer d’un appartement identique dans les deux villes.

Conclusion

Statistique Canada estime qu’en moyenne, en 2012, les prix de la consommation privée des ménages étaient 13 % plus bas à Montréal qu’à Toronto. Un document du Centre sur la productivité et la prospérité de HEC Montréal préparé par M. Vincent Geloso a récemment contesté cette estimation de l’agence statistique et affirmé qu’elle surestimait l’écart de coût de la vie entre les deux villes.

L’analyse des arguments avancés par M. Geloso pour soutenir son affirmation fait ressortir trois conclusions :

1) Contrairement à ce qu’affirme M. Geloso, l’écart de 25 à 30 % dans le coût du logement entre Montréal et Toronto estimé par Statistique Canada traduit non pas le fait que les Montréalais occuperaient des logements de moins bonne qualité, mais plutôt le fait que les prix sont vraiment inférieurs à Montréal pour des logements de caractéristiques et de qualités identiques.

2) M. Geloso a raison d’affirmer que les prix subventionnés de l’électricité, de la garde d’enfants et de la scolarité universitaire sous-estiment le vrai coût de ces biens et services pour la société. Mais, pour mesurer le niveau de vie, les volumes réels consommés de ces produits ne peuvent être obtenus qu’en divisant les dépenses de consommation subventionnées par ces prix subventionnés.

3) Il est vrai, comme l’observe M. Geloso, qu’au Québec un certain nombre de biens et de services commandent des prix relativement élevés, au point d’exiger des Québécois qu’ils travaillent plus d’heures qu’en Ontario pour les acquérir. Toutefois, ces biens et services ne sont pas statistiquement représentatifs de l’ensemble. Ils excluent notamment le logement.

Au sens strict, il faut reconnaître que l’écart des prix à la consommation entre Montréal et Toronto publié par Statistique Canada – 13 % en 2012 – ne peut pas être totalement interprété comme un écart de coût de la vie entre les deux villes. C’est principalement 1) en raison du traitement du logement en propriété, qui est basé sur l’équivalence locative plutôt que sur les débours des propriétaires, et 2) en raison également des impôts plus élevés qui sont nécessaires au financement des produits subventionnés (électricité, garde d’enfants, scolarité universitaire).

Cependant, afin d’obtenir le volume réel des biens et services consommé qui mesure le vrai niveau de vie des ménages, il est parfaitement approprié de diviser leurs dépenses de consommation en dollars par les prix à la consommation estimés par Statistique Canada. Lorsqu’on compare Montréal et Toronto, l’écart de prix de 13 % est celui qu’il faut utiliser à cette fin.

Par ailleurs, lorsqu’on passe d’une comparaison de niveau de vie entre Montréal et Toronto à une comparaison entre l’ensemble du Québec et l’ensemble de l’Ontario, la différence estimative des prix à la consommation pour 2012 est de l’ordre de 8,6 % plutôt que de 13 %. L’écart entre les deux provinces est plus petit que l’écart entre les deux métropoles. Cela s’explique par le fait que les prix de Montréal ne sont que légèrement supérieurs à ceux du reste du Québec, tandis que les prix de Toronto sont nettement plus élevés que ceux du reste de l’Ontario.

Comme les dépenses de consommation par habitant des Québécois en dollars ont été inférieures de 9,6 % à celles des Ontariens en 2012, mais que les prix à la consommation du Québec ont été plus faibles de 8,6 %, il faut conclure qu’en matière de consommation privée le retard du niveau de vie du Québec par rapport à celui de l’Ontario a été de 1,0  %.

Dans la même catégorie
Boutique Voir & L'actualité

Obtenez jusqu’à 40% de plus pour votre prochaine sortie

37 commentaires
Les commentaires sont fermés.

Comparer l’Ontario au Québec c’est déterminer quelle province décline plus rapidement.

Peut importe comment on fait le classement la réalité est implacable: dans les deux cas il y a un déclin.

Une notion très importante … salaire à travail égal
Nombres d’heure de travail pour aquérir un même objet ( TV , Automobile, pomme, souliers)

SI à Toronto y vivre coute 13% de plus qu’à Montréal mais que je possède un salaire 18% plus élevé et que le mon temps de travail pour acquérir un produit est 4% moins long qu’à Montréal … dans la vie réele ça fait tout une différence

On oublie d’inclure le montant d’impot qui est environ 10% de plus au Québec ce qui mous permet d’avoir les garderies a $7 et les frais de scolarité inférieure. Alors je crois qu’il est plus dispendieux de vivre au Québec.

Et on oublie de dire qu’en Otario les impôts sont moins chers au prix d’un lourd déficit annuel et que les taxes municipales pour les services sont énormes, même pour un petit village comme Russel, les maisons sont chères et les taxes sont celle d’une grande ville. Je préfère ma petite ville du Québec. On y est très bien.

SI on va dans cette voie, il faudra aussi comparer le panier de services procuré par l’impôt au QC vs On. En passant, quoiqu’on en dise, l’impôt c’est autre chose que de garrocher tout bonnement de l’argent dans le St-Laurent.

Je me méfie énormément de certaines statistiques comme celles reliées au coût de la vie. Par exemple, le coût de la vie est nettement inférieur à Cuba qu’à New-York mais dans quelle direction vont les radeaux???

Si le coût de la vie est supérieur à certains endroits par rapport à d’autres, l’explication est relativement simple: c’est parce que c’est là que les gens veulent vivre.

Dans quelle direction vont les radeaux?

Y doit y avoir 100 fois plus de New Yorkais qui quittent la ville chaque année qu’il y a des Cubains qui quittent Cuba.
New York fait rêver bien sûr. J’ADORE NY. Comme touriste.

Mais le cout de la ville est astronomique (pour le logement entre autres). Puis il y a la violence, la pollution, le traffic, les tensions raciales.

100 fois plus de New-Yorkais quittent leur ville en radeaux pour aller vivre à Cuba que le contraire???

Savais pas… Z’avez des stats là-dessus? J’ai beau chercher…chercher…

New-York est la ville (très cosmopolite merci!) la plus populeuse des USA et sa population augmente plus vite que toute sa région:

http://fr.wikipedia.org/wiki/D%C3%A9mographie_de_la_ville_de_New_York

De plus, c’est loin d’être l’enfer que vous nous décrivez ici. J’y vais régulièrement et j’a-do-re cette ville qui s’est grandement améliorée depuis le règne du Républicain Rudy Giuliani.

Mais l’idée générale de mon intervention n’était pas New-York, que je ne citais que comme exemple, mais plutôt de la méfiance que j.ai développée envers les stats de toutes sortes. En fait, si le coût de la vie était une mesure de bonheur et du confort, nous vivrions tous en Inde ou en Ukraine et nous fuirions la Norvège, la Suisse et autres endroits dits civilisés mais particulièrement chers.

Voilà!

Forbes c’est une bonne référence?
3,000 usd pour un petit loyer, ca fait fuir le p’tit monde….

http://www.forbes.com/sites/susanadams/2014/02/10/the-states-people-are-fleeing-in-2014/

More people are moving out of New Jersey than are moving in. The same is true for Illinois and New York. Those three states top the “outbound” list compiled by United Van Lines, the big St. Louis-based moving company that has put together an annual survey of where Americans are moving for the last 37 years. The company analyzed a total of 125,000 moves across the 48 continental states and the District of Columbia in 2013 and came up with a picture of migration patterns across the U.S.

I’m not surprised that people are leaving New York. The average rental price in the city for a one-bedroom, excluding Staten Island, is $3,000, according to a recent Daily News report, more than three times the national average of $1,100. Despite the post-recession recovery of the financial industry and the tech jobs created by Silicon Alley, it’s still a stretch for many people to afford their rent, though of course Mayor Bill de Blasio wants to change all that. I like the new mayor but I’m not holding my breath.

Tout à fait d’accord..j’y ai vécu 2 ans rien à voir avec le Shopping mall recherché des Québécois!

@francois 1 : Vous êtes toujours aussi simpliste et provocateur. En passant, est-ce un emploi à temps plein pour vous que de dénigrer le Québec ?

Un autre article dans la série « On est donc ben cheu nous »!

Montréal est plus pauvre que Toronto, c’est un fait établi et reconnu. Comme c’est toujours le cas dans cette situation certain biens, dont le logement seront plus abordables. Normal puisqu’à terme le prix du logement est toujours proportionnel au revenu, si celui ci est moins élevé (et il l’est pas mal à Montréal) alors le logement sera moins cher. De plus il ne faut pas oublier que dans un monde de propriétaires payer plus cher ça veut aussi dire posséder un actif de plus grande valeur.

En outre je ne suis pas convaincu par votre argumentation sur la qualité des produits vendus dans chaque ville, par exemple c’est un fait connu qu’au Québec les épiciers vendent des fruits et légumes de troisième qualité, parce que le Québécois ne sont pas près à payer le prix pour les catégories supérieures. J’ai déjà cueilli des pêches dans l’Okanogan, je peux vous assurer qu’on ne voit pas ces fruits magnifiques au Québec. Bref un pomme n’est pas toujours la même pomme!

Je ne comprends pas ce que vous essayez de prouver avec cette série d’articles. Essayez vous de montrer qu’on est bien chez nous et que les réformes envisagées (timidement) par le gouvernement ne doivent surtout pas endommager le sacro-saint « modèle »?

M Fortin Je vous reproche cette attitude au moment où les Québécois on plus que jamais besoin de prendre conscience des défis qui se dressent devant eux, pour ça ils ont besoin d’une « élite intellectuelle » qui ne les encourage pas à garder la tête dans le sable!

La qualité les fruits et des légumes dépends beaucoup de la qualité des fruits et les légumes qui pousse dans la région. Quand les fruits de l’Okanagan sont envoyé aux Québec ils sont moins bons, parce qu’ils ont été cueillis pour être transporté et non pas pour être consommé sur place. Si vous aller dans les marchés du Québec, vous allez trouvez beaucoup de fruits et légumes supérieures, la plupart venant du Québec. Les pommes, par exemples, sont magnifiques aux Québec.
J’habite présentement Calgary et produits sont loin d’être de qualité supérieure ici. Par contre, ils sont plus cher qu’au Québec.

Vous n’avez pas remarqué, à la lecture de l’article, que c’est la manière qu’a choisi Pierre Fortin de répliquer à la petite vendetta que lui astreint Vincent Geloso depuis un bon moment.

Les pommes sont peut-être moins bonnes, mais les fraises de l’Ile sont tout simplement imbattables…

Une pêche de l’Ontario sera toujours meilleure dans la région du Niagara que dans les supermarchés du Québec mais comment peut-on écrire que les Québécois ne sont pas prêts à payer le prix pour les catégories supérieures ? Le journal Les Affaires a justement publié un article fort éclairant la semaine dernière sur les habitudes de consommation des Québécois. Ces données confirment le côté épicurien des Québécois et fait intéressant à souligner à ceux qui nous voient tous comme des pauvres ou encore des pingres : les Québécois fréquentent beaucoup moins les magasins à rabais que le reste des Canadiens (27% des achats totaux au Québec comparativement à 37% en Ontario!)

We should all move to Edmonton, Alberta: good wages, reasonable living costs and booming province 😉

Plus de richesse pour les gens au Québec qu’en Ontario. Un autre argument des dénigreurs anti-Québec et anti-Québécois qui tombe à l’eau. Mais il leur reste toujours le mensonge et les attaques personnelles.

À l’université, il y a de nombreuses années, un prof nous avait rapporté une de ces nouvelles sur le taux de chômage. Le travail avait consisté à analyser et à trouver la source de la nouvelle de 5 secondes à la télé. Et nous avions dû nous taper les 200 et quelques pages expliquant la procédure de Statistique Canada pour en arriver à ce résultat. Dans ces temps anciens, nous obtenions ces documents gratuitement!

Pourquoi ne suis-je pas surpris qu’aujourd’hui un chargé de cours à l’université n’ait visiblement pas pris le temps de lire les documents méthodologiques reliés aux résultats contestés?

Effrayé par la somme des données à lire? Paresse intellectuelle, on se contente de compiler les résultats des autres? Analphabétisme fonctionnel : vous savez, formé à fournir des travaux à partir de documents de dix pages, dix questions à répondre en 5 pages max. Donc, une demi-page par réponse, et si tu n’as pas trouvé la réponse à la question 1 dans la première page, tu dois relire, parce qu’elle est là et pas ailleurs dans le texte, c’est certain!

Je ne m’en fais pas, j’ai toujours pensé que les mouvements de sociétés sont cycliques et ondulatoires. Le progrès et l’enrichissement exponentiels et constants, comme voudraient bien nous le faire croire l’économie et les croyances modernes n’existent pas sur le long terme.

C’est la longueur du cycle qui m’effraie un peu … j’aimerais voir des changements positifs de mon vivant!

D’un autre côté, cela rend votre tâche plus aisée.

Oui à l’accessibilité à l’instruction pour tous, non à la réussite garantie!

Quand il est mentionné « Au Québec, la garde d’un enfant coûte 7 dollars par jour ; en Ontario, c’est quatre à six fois plus cher. » Il ne faut pas oublier qu’en Ontatio, ils ont des crédits d’impôt à la fin de l’année et que leur coût réel après impôt n’est peut être pas loin de celui du Québec.

En fait, il faut plutôt dire qu’au Québec, nos garderie à 7$ nous coûtent collectivement 58$ à l’état. Donc à 42$ par jour en Ontario, c’est moins cher qu’au Québec!

C’est encouragent de vous lire. J’ai aussi lu votre récent article comparant la dépendance du Québec avec les autres provinces en ce qui concerne le système de péréquation. Dans ces deux articles vous êtes beaucoup moins alarmiste que le sont les politiciens caquiste et libéraux. Cela me rend impatient de voir l’effet qu’aura le développement de nos ressources pétrolières. Il faut cesser d’être pessimiste.
Merci monsieur Fortin!!

Merci Mons. Fortin de nous éclairer ainsi en matière d’économie. Nous avons besoin de gens comme vous pour nous donner l’heure juste.
Carole Carignan

Parlant de l’ignorance d’un chargé de cours (en quoi, au fait?): confondre des prix de l’électricité inférieurs au supposé «prix du marché» avec une subvention gouvernementale, c’est pour le moins léger.

Quelle belle analyse économique tout à fait sophistiquée (je suis économiste), sauf qu’en ne prenant pas en considération les différences de taxes et d’impôts payés par les Québécois, le tout s’effondre comme un jeu de carte. Le Québec demeure la province au pays où les revenus sont les plus bas.

Tout cela ressemble à une autre analyse d’un certain Jean-Pierre Charbonneau (le Club des Ex à RDI) que les revenus des particuliers au Québec sont les plus égalitaires au pays. Ils le sont parce que les grandes fortunes, les grandes entreprises et les grands investisseurs ont quitté la Province à l’arrivée des indépendantistes au pouvoir en 1976 pour déposer leurs fortunes ailleurs au Canada. C’est l’argument que nous présentaient les communistes à l’époque qui se pavoisaient d’avoir un peuple au revenu égalitaire … rien pour tous.

L’autre élément que Monsieur Fortin ne prend pas en considération, c’est que la population de l’Ontario a augmenté de 90% dans les derniers 50 ans par rapport à la population du Québec qui a augmenté de 36%, une indication toute simple de ce que les indépendantistes appellent un Québec accueillant. Si la croissance démographique au Québec avait suivie celle de l’Ontario, le Québec aurait aujourd’hui une population de 11.5 millions au lieu de 8.5 millions. Je vous invite avec ces données, Monsieur Fortin, de nous calculer le manque à gagner du Québec au niveau de son PIB en 2014.

Si le Québec comptait aujourd’hui 30% d’immigrants comme en Ontario, il resterait quoi dans notre peuple dans 50 ans?
Pensez -vous seulement en termes de piasses ou est-ce qu’il vous arrive d’avoir des racines?

Merci M. Fortin… Mais les idées misérabilistes dont les médias adorent nous gaver sont difficiles à déloger… Par contre, maintenant que la grosse menace séparatiste est derrière nous, peut-être, je dis bien PEUT ÊTRE, que nos journalistes deviendront plus « intelligents » et nous relaieront des informations plus cohérentes….

Ne désespérons pas, les bonnes nouvelles servent aussi à sortir des crises économiques…

On attend toujours la vague d’immigration de Toronto vers Montréal Monsieur Fortin…

On en veux pas car ils iront grossir la gagne d’anglophones même s’ils viennent du Pakistan!
Par contre ce serait un bel endroit où habiter pour vous François 1!

Par contre ce serait un bel endroit où habiter pour vous François 1!
Toronto évidemment.

Il manque une notion essentielle : le salaire.

Assez fou qu’il n’en soit pas question dans ce long article.

L Ontario permet à ses résidents d être à l extérieur de la province 7 mois par année contre 6 mois pour le Québec,ce qui peut être avantageux pour certaines activités.

J’ignore si toutes ces études sont absolument véridiques, mais je vis au Québec et je vis bien et suis heureux dans ce Québec. Je ne crois pas que nous soyons désavantagés vis à vis L’Ontario. Lorsque j’ examine tous les données qui paraissent à tout bout de champs je me dis que si il y a la différence elle est minime. Surtout si on compare des salaires entre 40,000$ et 60,000$.

Pas besoin de tous ces chiffres pour comprendre que l’Ontario est faites pour les ontariens. Je ne m’imagine pas une seconde vivre dans le ROC. Que ce soit l’ontario ou pire encore l’Alberta. Mise à part la culture et la mentalité des rocoyens le prix social des politiques de ces provinces est beaucoup plus élevé qu’il n’y paraît. Si ce n’était pas de tous les bâtons dans les roues que nous met le fédéral l’écart serait encore plus grand.

Vive le modèle québécois!