Mission commerciale en Chine : mode d’emploi

Pour aider les entreprises à s’implanter en Chine, Québec y organise régulièrement des missions économiques. Un coup de pouce quasi incontournable, selon les spécialistes, pour qui veut dompter le dragon.

Photo: Stephen C. Host/La Presse Canadienne
Photo: Stephen C. Host/La Presse Canadienne

Comment y participer ?

Les participants sont sélectionnés après une rencontre avec les professionnels d’Export Québec, qui établissent un diagnostic de la santé financière de l’entreprise et de ses possibilités de développement en Chine. « On vérifie notamment qu’elles ont les reins assez solides pour se lancer dans ce pays, où leurs hauts dirigeants vont devoir se rendre plusieurs fois s’ils veulent espérer conclure des affaires », explique Geneviève Rolland, conseillère pour la Chine à Export Québec.

Combien ça coûte ?

Les coûts de chaque mission dépendent de la durée du séjour et des activités sur place. À titre d’exemple, voici ce que devront débourser les participants à la mission pilotée par le premier ministre Philippe Couillard du 26 au 31 octobre, qui se rendront à Shanghai, Pékin et dans la province du Shandong, avec laquelle Québec a tissé des liens privilégiés depuis 2002.

• 750 dollars pour le forfait de base, qui inclut des séminaires avec des experts, des déjeuners de réseautage auxquels inviter ses partenaires en présence du premier ministre, et une assistance pour l’obtention du visa.

• 600 dollars pour des rencontres sectorielles — environnement, technologies de l’information, santé et agroalimentaire sont au programme cette année.

• 1 800 dollars pour des séances d’échanges avec des partenaires potentiels (B2B, dans le jargon des affaires).

• D’autres activités — cocktails et séances de signature en présence des officiels — sont facturées à la pièce.

Les déplacements (environ 1 500 dollars pour les vols internationaux et 200 dollars pour les vols locaux) ainsi que le logement sont à la charge des participants.

Comment se préparer ?

• Enregistrer sa marque de commerce en Chine pour éviter qu’elle ne soit déjà prise à l’arrivée.

• Évaluer les certifications nécessaires pour ses produits, les Chinois étant très exigeants sur les questions de qualité. Chaque tissu entrant dans la fabrication d’un vêtement, par exemple, doit être homologué, et son approbation coûte 900 dollars.

• Se renseigner sur la culture chinoise, apprendre à se présenter avec quelques mots de mandarin… et se reposer, en prévision du rythme intense sur place et du décalage horaire (12 heures).

• Être à jour dans ses vaccins ordinaires. Sur place, se méfier de l’eau. La pollution ne présente pas de risque pour un voyage aussi court.

Quoi mettre dans sa valise ?

• Téléphone et ordinateur : les participants doivent être joignables en tout temps, car les horaires des activités changent souvent à la dernière minute.

• Piles de rechange pour les appareils électroniques.

• Cravate et veston pour les hommes, tenue sobre et élégante pour les femmes.

Laisser un commentaire