Ne blâmons pas trop vite les pétrolières

Les pétrolières sont des proies idéales et cela fait tellement du bien de s’en prendre à ces entreprises gigantesques en faisant le plein ou autour d’une conservation entre amis. Leurs immenses profits en scandalisent plusieurs alors que les prix de l’essence et du mazout fracassent les records. Mais il y a beaucoup d’idéologie, (la version anti-capitaliste et la version écologiste) ou d’ignorance dans cette critique. Voilà pourquoi :

  1. Le prix du pétrole n’est pas fixé par les pétrolières. D’abord, 70 % de la production est contrôlée par des États souverains qui ne cherchent qu’à obtenir le meilleur prix, ce qui est normal. Surtout, le prix du baril de pétrole est déterminé par un marché international. Comme tout marché, il reflète la production de pétrole (l’offre) et la consommation (la demande). Or, il se produit chaque jour 85 millions de barils de pétrole, mais il s’en consomme environ 87 millions. Le marché est déséquilibré et les prix augmentent forcément.
  2. Cette demande accrue pour le pétrole se poursuivra au cours des prochaines années. Les ventes de véhicules ont augmenté de 60 % (!!!) en Russie l’an dernier, de 30 % au Brésil et de 20 % en Chine.
  3. Il y a deux façons de s’attaquer au problème. Soit qu’on diminue la consommation, ce qui ne sera pas facile à vendre à certains pays qui découvrent les joies de l’automobile individuelle et, croyez-moi, nous sommes mal placés pour leur suggérer la frugalité (il y a 44 autos pour 1000 habitants en Chine contre 750 aux États-Unis). L’autre solution, c’est d’augmenter la production.
  4. C’est à cette tâche que s’attelle l’industrie pétrolière qui dépense une fortune pour trouver et exploiter de nouveaux gisements, de plus en plus difficiles à trouver et à exploiter. De 1983 à 2007, les pétrolières ont investi 355 milliards de dollars pour trouver du pétrole, ce qui est davantage que les profits encaissés pendant cette période.
  5. Ah ces profits ! Exxon Mobil affiche des profits de 10,9 milliards de dollars pour le premier trimestre de l’année. Quel scandale ! Shell et BP dégagent des bénéfices de 7 millions de dollars par heure. Que cela est ignoble ! Je vous invite donc à prendre une grande respiration et à sortir votre calculette. Exxon Mobil a réalisé ses profits de 10,9 milliards sur des revenus trimestriels de 116,8 milliards. Cela donne une marge bénéficiaire de 9,3 %. C’est bon, mais c’est minuscule comparativement à ce qu’obtiennent des entreprises que nous chérissons pourtant (Apple, 14 % au dernier trimestre).
  6. En fait, en 2007 la marge bénéficiaire de l’industrie pétrolière (8,3 cents sur des ventes de un dollar) n’est pas beaucoup supérieure à la moyenne des entreprises industrielles cotées par Dow Jones (7,8 cents sur des ventes de un dollar).
  7. L’industrie pétrolière paie des taxes et des impôts. Le taux moyen d’imposition d’Exxon Mobil dans les pays où elle présente est de 44 %.

La progression constante des prix du pétrole est fâcheuse et elle a un impact négatif sur plusieurs secteurs économiques (transport, agriculture, tourisme…). Cette situation nous met aussi face à nos propres contradictions (exemple : nous habitons la troisième ceinture de la banlieue, mais nous militons pour l’environnement !). Je pense surtout qu’on devrait raffiner un peu notre analyse et ne pas rendre les pétrolières responsables d’une situation dont elles profitent, mais dont elles ne sont pas la cause.

Laisser un commentaire

Un baril coute en moyenne 9$ à aller chercher. Le plus cher est en Alberta à 20$. Il est vendu 120$. Comptons 100$ de profit par baril.

Ils en pompent 85 millions par jour, soit 8,5 milliards de dollars de profits brut par jour!!! Ok, 70% est contrôlé par les États (eux autres ils ont compris ce que les Canadiens n’ont pas compris!) mais il reste quand même 2,5 milliards de profits bruts quotidiens pour l’entreprise privée!

Le profit des pétrolières viendrait des billets de loterie que ces dernières achètent en grandes quantités et qui leur rapportent des milliards ?
Je suis porté à penser qu’elle font un profit parce qu’elles vendent plus cher qu’elles paient et surtout parce qu’elles ne paient pas d’impôt…

Vous êtes dure à suivre M.Duhamel.
Vous vous réjouisser d’une baisse de tps pour stimuler notre économie,pendant que les pétrolières nous syphone 20 fois plus.

@ M.Laliberté :

T’es pas libre de payer ou pas la TPS. T’es libre d’acheter ou non de l’essence.

Les pétrolière s’est devenu la tête de turc des démagogues et des populistes.

Quand on voit la marge de profit des pétrolière, il n’y a rien de scandaleux au prix.

à ceci il faut rajouter que 70% des actions des compagnies pétrolières sont détenus par des gens ordinaires, souvent de la classe moyenne.

On a le blâme facile pour les grandes compagnies au Québec. Ca défoule son homme. Le profit, quel vil mot. Voilà un texte de M. Duhamel qui remet les pendules à l’heure.

« T’es libre d’acheter ou non de l’essence. » DG

Brillant.

Il a dû en « sniffer » pour dire une telle connerie.

@ Raymond Campagna :

Moi je n’achète pas d’essence, je prend le tramsport en commun.

Si les gens en régions trouvent que l’Essenece est trop cher, qu’ils s’organisent un transport en commun où qu’ils déménage dans uen ville offrant ce service.

S’ils ne le font pas, c’est que l’Essence n’est pas devenu assez cher peut eux.

Économie 101.

Nous sommes libres d’acheté de l’essence, ce n’est pas un bien essentiel et il existe plein d’alternative comme le transport en commun, le vélo ou la marche. Ceux qui vivent à la campagne ou en banlieue n’ont qu’à assumer les inconvénients, ceux qui s’achètent un Pick-up ou une minifourgonette ou un VUS pour le fun n’ont qu’assumer les conséquences. Si ça coûte trop cher d’essence, consommez-en moins.

« Tu es comme Fleurent, un retraité amère qui pète les plombs pour rien. À cause de ton égo, tu ne tolères pas être contredit. » (DG s’adressant à C. Perron)

Toujours la projection de Gagnon; Il me traite de pépère, d’amère, d’intolérant, de vieux qui en perd etc.

Pourtant J’ai rarement vu ou lu un personnage aussi borné, aussi sclérosé et anarchique dans sa pensée, c’est quelque chose que l’on voit rarement ailleurs qu’en gériatrie, quand les gens soufrent de ce qu’on appelle dans le milieux, la démence.

Bien sûr il ne faut pas mépriser ce genre de personne, mais il ne faut pas non plus les laisser bouleverser la société, ou les laisser faire des attaques personnelles sans se défendre.

Bien oui les impôts c’est du vol, si le prix de l’essence est trop cher, on n’en achète pas, si les gens des régions ne veulent critiquer le prix l’essence, qu’ils déménagent en ville, ou qu’ils arrêtent de chauffer, les USA et l’Ontario sont les plus fins, rien n’est bon ici. Toutes des paroles de vieux schnock rare et malcommodes, qui pensent avoir le savoir inné, cocus mécontents qui sont incapables de supporter que les gens s’expriment ou donnent leurs avis.

Pourtant le vieux pépère que je suis, arrivant à la soixantaine, est en train de partir encore une entreprise avec un jeune diplômé dans le domaine du savoir comme il dit, et je vous jure que l’argent ici, ne vient pas du néant.

Bravo à Etienne qui a tout compris.

Et un soupir pour Fleurent qui vient encore de péter les plombs…

Votre exposé est interessant mais, puisque que la production de pétrole est inférieur à la comsommation (85 m de barils pour 87m de barils) comment ce fait t-il que les pétrolières déclarent des profits toujours plus importants à chaque années?

Petro-Canada a déclaré des profits net près de 30% supérieur au dernier trimestre comparativement à l’année dernière…

Je ne suis pas très calé en mathématique et en économie de marché mais si la ressource ne suffit pas à la demande, cela crée une rareté, donc une hausse de prix et c’est normal..
Mais normalement, les profits ne devraient-ils pas rester les mêmes, sans grandes fluctuations?

Monsieur Gagnon progresse :

‘T’es libre d’acheter ou non de l’essence.’

‘Qu’ils déménage dans uen ville offrant ce service.’

Son prochain slogan sera sans doute :

Ils n’ont qu’à manger du gâteau!

Le Canada est un exportateur de pétrole: il en produit plus qu’il en consomme. Le prix moyen du litre est à 1,27

LeS USA sont un importateur de pétrole: ils en importent la moitié de leurs besoins, besoins astronomiques. Le prix moyen du litre est à 0,96.

Vs allez me dire que l’énorme différence de 32% est due uniquement aux taxes plus élevées icite?

—–

Avez-vs vu les dernières données sur le salaire et les immigrants. Ce n’est pas beau. En fait c’est catastrophique
On est à des années-lumière du discours-gaga qu’on nous sert depuis 25 ans justement à savoir que la nouvelle immigration enrichit le pays

http://www.statcan.ca/Daily/Francais/080501/q080501a.htm

« Durant cette période de 25 ans, les nouveaux immigrants ont perdu du terrain par rapport à leurs homologues nés au Canada.

En 1980, les nouveaux immigrants de sexe masculin qui avaient un revenu d’emploi gagnaient 85 cents pour chaque dollar de revenu d’emploi des hommes nés au Canada. En 2005, ils n’en gagnaient plus que 63. Chez les nouvelles immigrantes, les chiffres correspondants étaient de 85 cents et de 56 cents respectivement.

Les disparités des revenus d’emploi entre les immigrants récents et les travailleurs nés au Canada ont augmenté non seulement durant les deux dernières décennies, mais également de 2000 à 2005. »

« Nous sommes libres d’acheté de l’essence, ce n’est pas un bien essentiel » Etienne

Avec une telle vision réductrice de hippie dans le fond de sa commune, l’électricité, le téléphone, l’informatique, les avions et tutti quanti ne sont point essentiels.

La nourriture n’est pas essentielle. Tous les hippies, man, savent qu’on peut très bien vivre d’amour et d’eau fraîche, assis au milieu du nuage de boucane nirvanesque d’un gros joint, man!

Combien de temps peut tenir l’Amérique sans une goutte d’essence?

Faudrait voir plus loin que l’utilisation de l’essence par les bombes chargées de testostérone pour «brûler du rubber», avant de dire que l’essence n’est pas essentielle au XXI siècle.

Vous voulez venir pousser la chaise roulante de ma mère pour se rendre chez le spécialiste, à 77 km de chez elle. Parce qu’il n’y a ni train, ni avion, ni autobus pour y aller.

Sinon, qu’est-ce que moi, mes frères ou le chauffeur allons mettre dans le réservoir? De la pisse?

Pas essentiel! Pfffittt!!!

Imaginez Mme King sa réaction le jour ou les gens trouveront l’eau trop cher!!!

Et les BigMac hors prix. Quel malheur!

Certains semblent croire que l’industrie de l’automobile et celle du pétrole auraient pu se développer et tirer des profits en Amérique sans que les gouvernements n’investissent dans les réseaux routiers, par exemple. Sans doute croient-ils aussi que c’est Perrette qui, ayant un pot de lait bien posé sur un coussinet, arrive sans encombre à la ville pour leur vendre du lait au dépanneur.

Mémère King

@ Raymond Campagna :

Économie 101.

Quand une personne qui va au supermarché acheter un litre de lait pour 1$, considère que pour elle, avoir ce litre de lait est plus important que d’avoir son 1$.

À l’inverse, l’épicier lui considère qu’il est plus important d’avoir ton 1$ que de garder son litre de lait.

Touts les échanges économique entre perosnne répondent à cette logique, que ce soit pour du lait ou pour de l’essence.

@ Loraine King :

Même les libertariens estiment que l’état peut jouer un certain rôle dans la construction d’un réseau routier. Le débat n’est pas là. On parle des programme sociaux de « répartition » la richesse et de l’inginérie sociale.

Fait intéressant: pour chaque dollar de profit, Exxon paie 3$ d’impôt.

mjperry.blogspot.com/2008/05/exxon-paid-almost-3-in-taxes-for-every.html

Pfizer fait 15.77% de profits par année. Le tout détenu à 70% par des institutions.
http://finance.yahoo.com/q/ks?s=PFE

Merck, profits 20.10% / année, détenus par des institutions à 74,1%
http://finance.yahoo.com/q/ks?s=MRK

McDonald, profits 11,16%, détenus par des institutions à 78%
http://finance.yahoo.com/q/ks?s=MCD

Il semble en effet que ce soit toujours les mêmes qui engrangent les profits : des retraités, des États (ex.: caisse de dépôt), des institutions privées ou publiques.

Bon à savoir.

Mme Mémère King,

Ce sont les entreprises de pneu et les entreprises de véhicules à moteur, LE PRIVÉ, qui par leur lobbying ont influencé les gouvernements à détruire les transports en communs (trains et tramways) pour les faire remplacer par des véhicules motorisés (autobus) qui roulent sur des pneus. Tout cela a commencé en Californie.

Cela étant dit, notre expert en économie de BS, est probablement notre blageur Québécois qui profite le plus des largesse de l’état ne serai-ce que par les transports en communs lesquels, roulent sur les routes asphaltées provenant des compagnies pétrolières, des tunnels dans le roc, le tout payé à 100% par l’état et subventionné par moi qui ne peut les utiliser en plus.

Il dit que les voisins n’ont pas payé ses études. Rien de plus faux, c’est un grand mensonge. Personne de son âge au Québec n’a payé lui-même pour ses études primaires et secondaires et m^me les plus vieux. Ce sont ses parents et justement ses voisins qui ont payé pour lui.

Je le trouve très méprisant pour nos pères et nos mères qui, par leurs labeurs à la sueur de leur front, lui ont procuré le confort dont il profite maintenant.

Pépère Fleurent

« Fait intéressant: pour chaque dollar de profit, Exxon paie 3$ d’impôt. »

Alors d’ton économie 101 Quand Exxon va fermer les portes?

Essentiel: se dit d’une chose indispensable (Larousse)

Comparé l’essence à la nourriture et l’eau…!!!! sans commentaire.

Je sais que l’essence est pratique dans la vie, j’habite à Baie-Comeau.

Je dois faire 10 km pour aller à l’épicerie, mais je marche pour aller au travail. Alors que certaine personne que je connais ont un Pick-up parce que « tout le monde en a un ici », moi j’ai une petite Honda.

Quand je parle d’en assumer les conséquences je sais de quoi je parle. J’ai échangé la très belle ville de Québec et ses facilitées (commerce, transport en commun, médecin…) contre un endroit reculé avec un Canadian Tire, un Wal-Mart et un Rossy, un autobus de ville, pas de médecin mais, la vue sur la mer, la forêt, les lacs, la pêche, la tranquilité, les baleines, les oursins bref un petit coin de paradis pour moi. Mon épouse et moi en avons discutés avons pesés le pour et le contre et avons déménagé. C’est ça assumer les conséquences de ses gestes.

Wow, j’arrive de faire l’épicerie et il n’y avait plus de pain sur les tablettes dû à l’effondrement de la route 138 ces derniers jours.

Maudites grosses compagnies alimentaire, ils font des millions de profit et il ne sont pas foutu de nous envoyer du pain par avion.

Le gouvernement devrait passer une loi pour les obliger à nous donner notre pain quotidien.

P.S. pour ceux qui n’aurait pas compris, c’est du sarcasme.

@ Etienne

On est d’accord.

Essentiel pour certaines choses et accessoires ou moins indispensable pour d’autres. 😉

Etienne, on ne compare pas le prix de l’essence avec celui de la nourriture. Mais pour cultiver son champs, le fermier de nos jours met de l’essence dans son tracteur voyez-vous; le travailleur qui doit subir des augmentations des prix du transport cherchera un meilleur salaire; le camionneur qui transporte la nourriture de la ferme aux villes devra aussi subir l’effet des augmentations du prix de l’essence. En bout de compte, la hausse du prix de l’essence finira par faire augmenter les prix des aliments. Enfin, c’est ce que l’on a observé dans le passé : la hausse des prix de l’énergie est une cause d’inflation des prix de presque tous les produits de consommation, incluant la nourriture.

« Nous sommes libres d’acheté de l’essence, ce n’est pas un bien essentiel et il existe plein d’alternative comme le transport en commun, le vélo ou la marche. » (Etienne)

« Wow, j’arrive de faire l’épicerie et il n’y avait plus de pain sur les tablettes dû à l’effondrement de la route 138 ces derniers jours. __ P.S. pour ceux qui n’aurait pas compris, c’est du sarcasme.» (Etienne)

Vous Monsieur Etienne, vous êtes libre d’acheter du pétrole…!!!?

Revenez sur terre.

Vous à Baie-Comeau, le pétrole c’est, votre pain, votre travail, votre survie. Sans ce pétrole, pas de vêtements, pas de maisons, pas de bouffe etc. et cela est valable pour plus de 60% des habitants de la planète.

Plus de la moitié des habitants de cette planète a pu naître à cause du pétrole. Sans ce précieux liquide, l’agriculture ne pourrait pas nourrir tout ce monde, et oubliez le râteau et la bêche, faire ce travail à la main, prendrait encore plus d’énergie calorifique.

Ces mots que vous lisez actuellement sont tapés sur du pétrole, vos bottines sont faites de pétrole, votre chemise aussi. Le coton, dites-vous; sans pétrole pas de coton. Sans pétrole pas de chauffage. L’électricité dites-vous; l’électricité n’est qu’une partie de notre énergie. Quand René Lévesque a pressé le bouton de départ de la Baie James, ce n’était que l’équivalent d’un 747 seulement sous forme de puissance.

Le pétrole n’est pas Essentiel dites-vous; c’est une question de survie. Dites vous que l’être humain risquera sa vie plusieurs fois avant d’en être privé. Guerres…?

Regardez la démographie de l’humanité, et vous verrez que son évolution correspond à la production de pétrole.

La mort est la réelle conséquence de plus de pétrole.

Pourtant on le gaspille. Il est vrai que l’être a toujours aimé jouer avec la mort.

@ Yvon Fleurent:

Personne n’est obligé de vivre à Baie-Comeau.

Ceux qui vivent là bas acceptent leur dépendance plus grande au pétrole.

Et j’attends toujours votre réponse: pourquoi Exxon, en donnant 3$ de taxes pour chaque dollar de profit, devrait fermer ?

Etienne, vous ne savez pas de quoi vous parlez. On ne se sert pas d’essence seulement pour véhiculer des gens. Si vous voulez vraiment assumer les conséquences, débarassez-vous de votre Honda et cessez d’aller à l’épicerie, au Wal Mart, au Canadian Tire et chez Rossy. Tous ces fournisseurs vivent du pétrole : on a besoin d’essence pour les machines agricoles du fermier, pour les camions qui transportent les produits de la ferme à l’usine, de l’usine au marché. Rien ne se rend à Sept-Iles par intervention divine.

Si il y une sécheresse dans les prairies et que le blé est rare, son prix augmentera. Mais des augmentations rapides et continues des prix du pétrole multiplient les augmentations des prix des biens de consommation à chaque étape de leur cheminement vers les marchés.

Je n’avais pas lu le terme ‘galloping inflation’ depuis 25 ans; je l’ai lu plusieurs fois cette semaine. Je ne souhaite pas revivre tel phénomène. Dans le fond, j’espère que vous continuerez de rire des vieux et des penser que l’essence ne sert qu’à véhiculer les paresseux.

Je viens d’entendre à RC qu’il y aurait 2 milliards de barils de pétrole dans le golfe, à 80km au nord des Iles de la Madeleine!!! Avez-vs idée du boom que ça créerait dans les Iles. Et la fortune pour le Québec?
Or, Ottawa nous empêche d’y aller!

Les pays membres du cartel de l’OPEP ont décidé de baisser la production à plusieurs reprise ces dernières années.Meme mon neveu de 10 ans savait que l’émergence de la Chine augmenterait la demande.
L’ajout de quelques unité de pompage règlerait la situation et freinerait l’escalade des prix.Ce ne semble pas l’avis des pétrolière et des membres de l’OPEP qui semble bénéficier de profits à outrance.
Nous savons que l’industrie pétrolière interfère dans pratiquement toute l’ensemble de l’économie mondiale.
Toute les marchandises doivent être transportés plusieurs fois dans les étapes de leurs fabrications et que dire du plastique, du propane et autre dérivé et du tracteur au diesel du cultivateur.Le consomateur absorbe toute les hausses de couts en vente finale.
L’industrie pétrolière est présente une vingtaine de fois dans un sac de patate dans toute ces étapes de production du champs jusqu’à l’épicerie.Même la bouteille d’eau Évian est touché par le pétrole.Les pétrolières pompent directement dans notre portefeuille qu’on le veuille ou non.
AU FAIT OU VA TOUTE CET ARGENT?

Le but n’est pas de fermer EXXON mais de diminuer son chiffre d’affaire de 95%.
La valeur des titres devraient plonger rapido.
Il y a surement un acheteur genre (gros requin rapace mais vraiement méchant ce requin de la finance) interresé par cet achat à rabais.
Histoire à suivre.

Gagnon calme toi le pompon, c’a ne vaut pas la peine de répondre à tes niaiseries.
.

Pour les autres,

Même si j’ai parlé de Baie-Comeau, et que le pétrole est essentiel à cet endroit, il reste que Montréal, pour la survie, dépend beaucoup plus de l’énergie que Baie-Comeau même si elle est plus au sud. La principale préoccupation de ces gens serait la bouffe.

Et cela nous avons pu le constater avec le verglas. Les gens des régions plus foudroyés se sont débrouillés bien mieux que ceux de la rive immédiate de Montréal.

Imaginez que vous êtes dans un condo au 10e étage à Montréal plus d’énergie. Vous êtes fait à l’os dans cette mer de gens dépourvus.

À Baie-Comeau, je suis sûr que M. Étienne, lui comme il le dit aime bien la nature, survivrait et même très bien, malgré la misère.

jacques noel,

Pas nouveau.

Ça fait plus de DIX ANS qu’Ottawa nous empêche d’aller chercher ce pétrole. La raison d’Ottawa, « sa pourrait faire peur aux baleines ».

Et ces gisements sont connus depuis bien plus longtemps. Le Québec est assis sur d’immenses gisements de gaz et de pétrole de Montréal à l’océan.

Les autres (Terre-Neuve) ont le droit mais pas le Québec.

Question de fédéralisme rentable.

Pourquoi pensez-vous qu’Ottawa s’oppose à la souveraineté du Québec?
Ils veulent absolument nous payer de la péréquation?

Un Québec souverain serait libre d’aller forer comme sa lui tente et de se mettre riche.

70% du pétrole appartient à des états souverains, ils ont le contrôle de leurs richesses et ils en demandent le prix, ce qui est parfaitement normal. Voilà pourquoi le pétrole est cher.

Mais la moumoune du Canada, représentant de la Reine, lui en donne le contrôle aux étrangers. L’Alberta séparée du Canada serait très riche, le Québec aussi.

Mais pour les fédéraleux le Québec ne serait pas capable de gérer une telle situation « on est ben trop ti ».

Mais il n’est pas trop tard pour le Québec de s’accaparer de sa richesse.

@Lorraine King et Yvon Fleurent

Avez-vous lu ce que j’ai écrit?

Je parlais d’assumer les conséquences de ces gestes.

d’assumer les conséquences de ces gestes.

d’assumer les conséquences de ces gestes.

d’assumer les conséquences de ces gestes.

Ça rentre tu?

J’ai choisi de vivre à Baie-Comeau loin de tout en sachant que je devenais plus dépendant de l’essence qu’à Québec. Je l’ai choisi de mon plein gré et je ne vais pas commencer à chialer contre les pétrolières pour ça. Je ne vais pas commencer à faire comme les millions de banlieusard qui fuient la ville et le transport en commun (entre autre) et qui chiâle parce que ça leur coûte cher en gaz. Tu veux la paix et la tranquilité de Nicolet, Terrebonne ou St-Clin-Clin-des-Saints? pas de problème mais assumer les conséquences, et l’essence en est une conséquence. Et si vous n’êtes toujours pas content acheté une voiture hybride.

@ jacques noel :

Tu peux me donner ta sources d’information sur l’interdiction du gouvernement Harper d’exploiter le pétrole dans le golf du St-Laurent ?

Ca manque de cohérence, d’un bord on accuse Harper d’être trop proches des pétrolières et là tu accuses Harper d’être contre l’industrie pétrolière.

@ M.Laliberté :

L’argent des pétrolière vas dans els poches de « monsieurs tout le monde ». PLus de 70% des actionnaires des compagnies pétrolièers sont des gens ordinaires.

@ Yvon Fleurent:

Quand on va vivre à Baie-Comeau, on accepte d’être plus dépendant du pétrole pour le transport. C’est aussi simple que ça. Idem pour ceux qui vivent dans les 2e et 3e couronne de Montréal.

M. Étienne, Je ne chiâle pas contre le prix du pétrole, je dis juste que nous ne somme pas libre d’en acheter mais pas du tout.

Au juste comment il vous coûte de plus d’essence à Baie-Comeau?

Je ne suis pas sûr qu’il ne vous en coûte autant que les banlieusards et ce malgré les voyages pour visiter vos proches. Il serait intéressant de connaître la différence.

En passant la voiture hybride est une bonne voie. Le fait que le moteur tournant seulement de façon optimale pour produire de l’électricité peut fonctionner de la même façon qu’un moteur industriel.

De plus en incluant de la vapeur d’eau avec le mélange il y aurait des économies substantielles probablement 30%. Ce phénomène est connu depuis environ 70 ans par des patenteux. Mais dernièrement des ingénieurs (dont un a l’université Laval ici) ont décidé d’en étudier la cause inconnue en observant un agriculteur français.

L’eau est utilisée dans les chambres à combustion des diesels du Queen Mary II, mais comme anti-pollution.

Imaginez l’économie de l’hybride -30%! Cela veut dire votre petite Honda avec ½ réservoir pour aller aussi loin.

Ce n’est pas la première fois que je le dis, mais un physicien du Texas à déjà di que l’occident pouvait facilement couper ses besoins en deux avec la technologie connue et à des frais raisonables.

Couper l’énergie en deux est remonter notre niveau de vie économique de 50%.

Comme vous dites, il faut assumer et il y en a des moyen pour couper cette dépense et dépendance, mais ce n’est pas en circulant avec des 4×4 (des trucks) au centre ville de Mtl.

La cohérence.

Quand DG voit un chiffre qui fait son affaire, il le voit gros comme son bras.
Mais quand il est inondé de fait véridique qu’il n’aime pas il devient aveugle et muet.

@ DG

Un peu de lecture pour te mettre à jour…

«RÉACTION DU PROMOTEUR ET AVIS DÉFINITIF DU MPO
Devant cet ensemble d’avis défavorables, GSI a tenté de répondre à certaines des interrogations
soulevées par les spécialistes. Il a proposé, entre autres de diminuer l’ampleur du projet pour l’hiver
2003, en plus d’ajouter ou d’augmenter la portée des mesures d’atténuation qui serait appliquées
(chap. 10).
La réponse définitive des experts du MPO et du GREMM est parvenue à l’ONÉ deux semaines plus
tard : les mesures d’atténuation proposées par le promoteur dans la version finale du rapport
d’évaluation environnementale, et même les efforts consentis par ce dernier pour éviter les zone
identifiées comme critiques pour certaines espèces pêchées, ne permettent pas réduire à un niveau
acceptable les risques encourus par les mammifères marins présents dans la zone en cette saison. De
plus, un habitat important de crabe des neiges est encore inclu dans la nouvelle zone de relevés. En
conséquence, Pêches et Océans Canada recommande de ne pas autoriser la campagne de relevés
sismiques de l’hiver 2003 telle que proposée par GSI.»

http://www.naturequebec.org/ressources/fichiers/Energie_climat/ME03-12-08_Impacts.pdf

@ Raymond Campagna:

Mais quand est-ce que Harper a refuser la demande du Québec pour exploiter ces supposé gisement de pétrole ?

C’est ce fait qui m’intéresse.

Je suis en milieu rural. Je fais un plein d’essence aux 3 semaines à 1.28/L, ici y a pas de surtaxe sur l’essence comme en ville.

J’ai un bungalow de 26X38 sur un terrain de 75X125 qui me coûte 95$/semaine.

À 2 min de mon travail il y a un IGA, Maxi, Rona, Canadian Tire et Wal-Mart.

La même maison à Longueil et la passe mensuelle de transport en commun de Longueil ET Montreal pour aller travailler c’est combien? Surement plus cher.

Les carottes ne poussent pas au marché Jean-Talon, je suis pas mal plus proche de la ressource, donc argumentez pas sur le transport de la nourriture.

Y a pas de quoi vous envier en ville…

Qui bloque le projet, Gagnon?

Réponse : ONÉ

Qui est au pouvoir actuellement?

Réponse: Harper.

Le fédéral a bel et bien refusé Gagnon.

Alors arête de nous achaler avec ton hard peur et téléphone lui pour qu’il s’empresse de s’excuser au nom du gouv fédéral et de donner les permis au Québec.

Si tu réussis tu seras bien plus populaire qu’en t’obstinant ici.

M. D. Parr vous avez parfaitement raison. Vous « tanquez » 1 fois et eux 5 ou 6 fois. C’est l’accélération et le freinage qui vident le réservoir et dans la région métropolitaine ils ne font que cela idem pour les autobus.

La vie est plus chère à Montréal.

Il ne faut pas argumenter seulement sur le transport. Presque tout ce que l’on touche contient ou a un rapport avec le pétrole.

À propos des maisons.

Moyenne de prix pour une maison unifamiliale ou condo en 2004 :

Montréal : 194 692$

Saguenay : 93 243$

Trois-Rivières : 90 728$

Toronto : 315 266$

En lisant cet article, j’ai immédiatement pensé à votre blogue, Monsieur Duhamel :

http://lapresseaffaires.cyberpresse.ca/article/20080505/LAINFORMER/80505082/5891/LAINFORMER01

M’ont laissé songeuse : « Marchés mondiaux CIBC prévoit que la pression persistante sur les prix des aliments et de l’énergie entraînera une accélération substantielle de l’inflation au Canada au cours des 12 prochains mois. Selon la division d’investissement de la Banque CIBC, cela devrait forcer la banque centrale à relever les taux d’intérêt…. Selon les économistes et stratèges de Marchés mondiaux CIBC, les marchés financiers seront surpris de la rapidité avec laquelle la banque centrale changera de direction en 2009. »

Je partage votre optimisme, que la force du dollar canadien, soutenue par la vigueur de l’industrie d’extraction des ressources énergétiques, nous abritera d’une montée fulgurante des prix et des taux d’emprunt, comme ce fut le cas dans les années ’70 alors que cette industrie n’avait pas l’ampleur qu’elle a aujourd’hui dans notre pays.

Il ne me semble pas que les pétrolières font des profits outranciers ; c’est la demande qui est forte pour un produit dont les coûts d’exploitation sont faramineux. Plusieurs citoyens ne réalisent pas que la hausse du prix du pétrole n’affecte pas que les automobilistes et les camionneurs. La hausse des taux d’emprunt semble inévitable. Les gens sont-il prêts à des hausses de leurs paiements d’hypothèque ? Il en coûtera plus cher aux entreprises pour s’outiller et aux entrepreneurs pour partir une nouvelle compagnie. Y aura-t-il augmentation du taux de chômage ?

Ah, être vieille est inquiète. Au moins, j’ai finit d’élever ma famille et j’ai investit dans une très bonne berceuse.

Mémère King !

@ Raymond Campagna/Yvon Fleur :

Vous pouvez me sortir la citation où Harper rejette une demande du Québec en ce sens ?

Si vous avez raison, alors vous devez être capables de fournir cette infirmation.

Personne n’a parlé de Harper, sauf DG.

On a mentionné le fédéral, sans plus.

Faudrait lire, le jeune.

Gagnon nous tète avec son beau hard peur au beau toupet.

On aurait raison de quoi?

Personne sur ce billet n’a palé du refus de Hard-Peur à l’exception de Gagnon.
Hard-Peur à peut être l’intention de refuser mais il ne le dit pas.

Gagnon fait comme il avait la solution mais je suis sûr qu’il n’en a pas.

Donc personne n’a fait de demande au gouvernement Harper mais on l’accuse d’avoir dit non ?

Noël fait référence a une découverte annoncée il y a quelques jours aux médias et on accuse Harper d’avoir dit non alors que personne ne semble avoir fait de demande d’exploitation.

Pas trop cohérent cette histoire.

Gagnon a tenu les mêmes divagations sur le mêm sujet le 3 avril.

http://blogues.lactualite.com/duhamel/?p=164

Va te relire, mon jeune. Tu vas te trouver intelligent de ne rien comprendre depuis déjà plus d’un mois.

Ça va te faire qqch pour péter de la broue sur ton blogue.

Comme tu sembles ignorant profond en histoire, il suffit de dire que le fédéral a empêché qqch pour que tu t’imagines que le fédéral vient de commencer avec Harper.

T’es le seul qui fait une obsession sur Harper!!!!

Le monde tournait très bien, même avant que tu viennes au monde.

Si t’es pas trop paresseux, Gagnon, pour aller relire tes sparages du 3 avril, lis TRÈS ATTENTIVEMENT LE POST #1 de Jacques Noël qui dit ceci:

«On le sait qu’il y a du pétrole et du gaz dans le Golfe, en face de la Gaspésie. C’est de juridiction canadian et Ottawa nous interdit de pomper.»

C’est-y clair?

« …DANS LE GOLFE, EN FACE DE LA GASPÉSIE… »!!!!

Je t’ai donné les références à ce sujet au post #45 et 47.

C’est quoi qui marche pas dans ta tête?

Personne n’a parlé de Harper, sauf le petit David!

Ps. J’attends ton braillage habituel de gamin qui se sent insulté, qui trouve que je suis amer et que je pète les plombs.

Tes classiques aveux d’impuissance logique, en somme.

Personne n’accuse HardPeur d’avoir dit non.

Jacques Noel ne fait pas référence à une découverte récente.

Selon DG 4 ans plus tard, tous devrait recommencer les demandes de permis à zéro parce que son héro Har-peur est la.

Les autres ont des subventions mais le Québec doit téter.

C’est rentable le fédéralisme!

La cohérence n’est pas en cause mais l’ignorance et le manque de culture et de savoir lire. L’intelligence? Boff.

Pourtant il a eu les références en pleine face comme pour le Nuavut.

Il voit gros comme le bras quand il aime et est complètement aveugle quand il n’aime pas.

Là réside toute sa science!

@ Raymond Campagna:

Alors, tu as une source d’info pour prouver que le fédéral a refuser l’exploitation du gisement dont les médias ont annoncé l’existence il y a quelques jours ?

Tu as un communiqué de presse du gouvernement Harper ?

Parce que pour le moment, personne n’a fait de demande au gouvernement Harper mais on tu l’accuses d’avoir dit non…

Parce que tu semble l’ignorer, mais c’est Harper le PM du Canada, pas jean Chrétien ou Paul Martin.

En passant, tu peux me donner un lien ou le Bloc dénonce la situation ? Ils ont sûrement dit le faire, il parait qu’ils défendent les intérêts du Québec ?

@ Raymond Campagna :

Donc tu ne peut pas me donner un communiqué de presse du bureau du M relatif au gisement découvert tout récamment ?

Tu ne peux pas me donner une réaction d’indignation du bloc ?

Tu ne peux pas me donner une enjeux de revendication du PQ ?

Je vais commencer à croire que toute cette histoire est fausse.

JN avait raison, li ne sait pas ce qui s’est passé, il y a plus de 2 ans. Il est bouché ben dur

Tout cela est sur le net, a passé à la TV, à la radio et dans les journaux. En plus il a eu toutes les références ici. De plus il peut les trouver très facilement sur le net.

Landry a été interviewé sur le sujet à la RC.

Ce qu’il veut est que les entreprises recommencent toutes les demandes de permis à ZÉRO devant son beau héro de Hard Peure. Mais il joue sa game très maladroitement.

Fleurent, toi tu peux me donner les infos que je demande ?

Si c’est passé partout alors tu devrais facilement me trouver un lien.

Alors Campagna tu as l’info que j’ai demandé ?

Tu as sûrement des preuves qui appuient tes affirmations. Je ne peux pas croire qu’une personne aussi intègre que toi affirme des choses sans avoir de preuve.

« Tu as sûrement des preuves qui appuient tes affirmations. » (DG)

Mais il faut être complètement nul ou débile ou aveugle et inculte pour ne pas voir, ne pas avoir vu, ne pas trouver sur le net, et ce malgré les liens qui lui ont été fournis et tous ceux qui existent et qui sont une preuve incontestable du refus d’Ottawa.

Aveugle ou in capable de chercher ou par…

@ Raymond Campagna:

Dans le commentaire #62, tu ne donnes pas tes sources d’info. Je suis sûr que tu en as. Tu est trop rigoureux pour affirmer une chose sans avoir de preuve.

@ DG

Connais-tu l’histoire de l’homme qui avait une cervelle d’or?

@ Raymond Campagna :

Avant de me parler de cet homme, contentes-toi de me trouver les infos que j’ai demandé.

« Dans le commentaire #62, tu ne donnes pas tes sources d’info » David Gagnon

Je t’explique pourquoi.

Voila la preuve que gagnon vient de faire.

Piger discipulus non laborat.

C’est drôle, au téléjournal cette semaine on parlait du pétrole gaspésien. Il y aura de nouveaux sites de prospection et de nouveaux sites intéressants seront forés dans les prochains mois.

Et dire que selon certains, le fédéral est supposé l’avoir interdit…

Facile…

La Gaspésie produira bientôt du pétrole
LA PRESSE CANADIENNE: Économie, vendredi, 9 mai 2008, p. 15

Québec – La production de pétrole pourrait débuter dans les prochains mois en Gaspésie à la suite d’une entente entre trois entreprises québécoises qui dégagent 5 millions $ pour identifier le potentiel du puits Haldimand.

Pétrolia, Junex et Gastem croient au potentiel pétrolier du Québec et ont convenu de mettre en valeur la découverte du puits Haldimand situé à quelques kilomètres de Gaspé. Selon les tests menés par Pétrolia, Haldimand serait capable de produire 34 barils par jour d’un pétrole léger, ce qui correspond à la moyenne des puits de l’Ouest du pays. La découverte date de juin 2006 et la production s’est arrêtée depuis pour ficeler cette entente.

Dans le cadre de cet accord les partenaires ont créé une aire commune de développement de 9 km carrés que détient Petrolia à 45 %, Junex à 45 % et Gastem à 10 %. Junex jouera le rôle d’exploitant pour une période de deux ans. Une somme de 5 millions $ sera consacrée à des études sismiques pour évaluer les réserves dans les prochaines semaines.

« C’est certain que c’est rentable, a soutenu la vice-présidente de Pétrolia, Isabelle Proulx. Ce que nous voulons connaître, ce sont les réserves. Le puits a déjà produit des barils que nous avons vendus en 2006. C’est un pétrole léger qui est d’assez bonne qualité. Avec cette entente, la porte est grande ouverte. »

Pétrolia a des intérêts dans un domaine minier qui représente 21 % du territoire québécois sous permis. Situés majoritairement dans la péninsule gaspésienne et sur l’île d’Anticosti, ces permis sont considérés comme les plus prospectifs et représentent plus de 70 % du potentiel pétrolier terrestre au Québec.

Pétrolia (TSXV:PEA) est une petite entreprise qui oeuvre dans le domaine pétrolier et gazier. Elle a ses bureaux à Rimouski et à Québec. Junex (TSXV:JNX) oeuvre dans le même secteur et détient des droits d’exploitation sur six millions d’acres situés dans le bassin géologique des Appalaches. Gastem (TSXV:GMR) est une entreprise d’exploitation et de développement gazier qui des participations dans 24 puits aux États-Unis.

Et c’est pas tout. Certaine personne ont aussi dit que le fédéral bloquait l’exploitation du gaz:

Le gaz du Québec attire les investisseurs étrangers
Le Soleil, Affaires, jeudi, 8 mai 2008, p. 49

Les récentes annonces de découvertes de gaz naturel dans les Basses-Terres du Saint-Laurent n’en finissent plus d’attirer les regards d’investisseurs étrangers sur les titres des petites sociétés d’exploration québécoises.

« Les appels viennent de partout. Les gens s’informent beaucoup. On sent qu’il se passe quelque chose », indique l’analyste Vincent Paquet, de la firme ING Investment Management.

Selon ce dernier, le bal s’est ouvert au début du mois d’avril. La pétrolière Forest Oil, de Denver, a alors annoncé qu’elle avait trouvé des quantités significatives de gaz naturel dans les régions de Bécancour et de Yamaska. Forest Oil parle de commencer la production dès l’an prochain.

En fait, les réserves de gaz naturel de Forest Oil pourraient atteindre les quatre trillions de pieds cubes (TCF). En valeur marchande, 4 TCF valent 44 milliards $US.

Bang! Aussitôt annoncée, la nouvelle a eu l’effet d’une petite bombe sur les marchés boursiers. Depuis le 1er avril, à la Bourse croissance TSX, le titre de Junex s’est apprécié de plus de 600 %, passant de 50 ¢ à plus de 3 $. Junex a des ententes de partenariats avec Forest Oil sur près de 60 000 hectares de propriétés lui appartenant.

Idem pour Gastem. Le titre n’en finit plus de grimper. Des 50 ¢ qu’elle valait à la fin mars, l’action s’échange ces temps-ci près des 2,50 $. Gastem a des ententes avec Forest Oil sur 22 000 hectares.

La société Questerre a aussi le vent dans les voiles. La firme norvégienne, qui possède des permis d’exploration au Québec, fait équipe avec le géant Talisman Energy pour trouver du gaz naturel. Son titre a bondi de près de 400 % depuis un mois.

L’engouement a même eu des échos à la Bourse de New York, où le titre de Forest Oil a gagné en un mois près de 15 $US, passant de 50 $US à 65 $US.

Chez Junex, de Québec, on avoue que le buzz est fort par les temps qui courent. « Les analystes s’informent beaucoup sur notre compagnie. Ils posent des questions. C’est positif », fait valoir le vice-président aux affaires corporatives, Dave Pépin.

Ce dernier souligne que le prix actuel du gaz naturel joue également en la faveur de l’industrie gazière québécoise. Il faut dire que par le passé, les différentes méthodes employées pour extraire du gaz naturel au Québec n’avaient rien donné de concluant.

Or, la recette employée par Forest Oil, très active aux États-Unis dans les gaz de schiste, a un coût de revient plus élevé que la méthode traditionnelle, soit environ 2 $ par 1000 pieds cubes de production. « Ce qui lui permet toutefois d’avoir accès à des réserves jusqu’ici inexploitées », signale l’analyste Vincent Paquet.

Cette nouvelle forme d’extraction de gaz non conventionnels connaît d’ailleurs une véritable explosion chez nos voisins du sud, où plus de 6000 puits sont présentement en activité.

Selon Junex, le gaz naturel produit de façon non conventionnelle alimente aujourd’hui 25 % de la consommation aux États-Unis. D’ici quelques année, cette proportion pourrait grimper à 50 %.

Les gaz de schiste émanent notamment de matière organique non transformée contenue dans des couches sédimentaires se trouvant à des profondeurs de 800 à 1000 mètres.

Le pétrole aussi

Chez Pétrolia, de Rimouski, on ressent également l’appétit des investisseurs pour les juniors québécoises. Au cours des dernières semaines, l’entreprise a vu la valeur de son titre boursier presque doubler.

Pour financer ses prochains travaux de forage, Pétrolia lancera bientôt une ronde de financement. La société avance que le timing est bon. « Les investisseurs viennent des États-Unis et de l’Ouest canadien. Tout ce qui arrive en ce moment est bon pour nous », dit la vice-présidente, Isabelle Proulx.

À l’île d’Anticosti, Pétrolia a racheté récemment des permis d’exploration à la filiale Pétrole et Gaz d’Hydro-Québec. « On parle d’un potentiel de production par puits de 1000 barils de pétrole par jour », ajoute-t-elle.

D’ici là, Pétrolia investira 5 millions $ cet été en partenariat avec Junex pour mesurer le potentiel pétrolier de son gisement Haldimand, situé près de Gaspé.

Gagnon, il y a longtemps que je sais tout cela.

« Et dire que selon certains, le fédéral est supposé l’avoir interdit…” (DG)

Mais alors qui a dit que le fédéral interdisait des forages qui ont lieu depuis 40 ans?

Pas certain que tu saches lire comme toujours.

@ Yvon Fleurent:

Voilà que tu change ton histoire… Intéressant…

On ne parle pas de vieux lieu de forage mais de nouveau.

Idem pour le gaz. On parle de gisements découvert récemment.

Moi j’ai donné mes sources, j’attends les tiennes.

Gagnon je n’ai pas changé d’histoire.

C’est toi qui ne sais pas lire ou tu t’es fait encore pogner.

L’élève de M. Campagna à la comprenure difficile. DG Les mots « depuis 40 ans » c’est aujourd’hui aussi.

Alors DG qui a dit que le fédéral interdisait des forages qui ont lieu depuis 40 ans?

Vois tu DG encore une fois tu fait la preuve que tu ne sais pas ce que le fédéral à refusé. La même chose quand tu parles de gisements récents.

Alors DG qui a dit que le fédéral interdisait des forages qui ont lieu depuis 40 ans?

@ Yvon Fleurent :

Si tu n’a pas changé d’histoire alors prouve le en donnant tes sources.

Parce que le fédéral n’a pas empêché personne de faire des nouvaux forage sur les sites découverts tout récamment.