Ne pas perdre le Nord

Le Téléjournal de Radio-Canada était particulièrement intéressant hier soir. Je note en particulier deux reportages sur des communautés du Nord québécois. J’ai trouvé ces reportages inspirants.

Le premier, celui de Raymond Saint-Pierre, est le premier d’une série de deux sur la renaissance de Fermont. Les projets se multiplient dans le Nord québécois et on voyait l’effervescence qui anime la ville. Les jeunes « travaillent fort et gagnent beaucoup d’argent », disait Raymond Saint-Pierre en les montrant sur leurs moto-neiges.

Philippe Saint-Pierre, lui, n’a pas de Ski-Doo et il s’en ennuie. Le reportage racontait que ce jeune homme a vendu sa moto-neige pour s’acheter une rétrocaveuse. La petite affaire qu’il a ainsi lancée s’est tellement bien développée qu’il en a achetée une deuxième en plus d’un bulldozer et de trois camions. Voilà quelqu’un qui a le sens des affaires et qui mérite une étoile dans le renouveau entrepreneurial du Québec. Gageons qu’à ce rythme il aura les moyens d’ouvrir un concessionnaire de Ski-Doo dans peu de temps !

L’autres reportage portait sur la relance de Lebel-sur-Quévillon. Un investissement de plus de 230 millions de dollars va créer 300 emplois directs en usine et 400 indirects en forêt et pour le transport.

Fortress Paper produira de la pâte qui servira à fabriquer des vêtements, à partir de la rayonne. La production sera exportée principalement en Chine. Voilà comment développer nos ressources grâce à l’innovation et à l’exportation.

Je commence à beaucoup aimer le Plan Nord.

 

Laisser un commentaire

Sur les 80 milliards d’investissements, disait le TJ, plus de la moitié va venir des poches des contribuables! Tout ça pour 25 milliards de redevances.

On va payer pour construire les routes, les lignes électriques, les aéroports et les ports (Marcel Aubut vient d’être embauché pour pousser sur la construction d’un port dans la Baie d’Hudson pour une chinoise!). Les cies vont encaisser les profits à la tonne. Pensez juste aux aurifères qui creusent à 400$ l’once et vendent à 1700$ l’or!!!

Ceci dit, je suis derrière le développement du Nord. C’est notre pays, c’est à nous. Ca fait 400 ans qu’on lui tourne le dos pour aller à Cuba en vacances. Il est temps de s’approprier tout notre territoire. Mais pas en se faisant voler nos ressources. Par des Chinois et Indiens.

Le Plan Nord ne semble pas faire que des heureux. Pourtant, il faut réaliser que pour les gens qui habitent ces régions il est capital pour la survie de leurs communautés. Ces gens ont durement été touché par la crise forestière au cours des dernières années. Le Plan Nord apporte une promesse de jours meilleurs et aussi des emplois pour faire tourner l’économie des communautés nordiques. Les ressources y seront exploitées et beaucoup de travailleurs proviendront de ces communautés, mais aussi de partout ailleurs dans la province et d’ailleur au pays. Donc, il profitera a beaucoup plus que les communautés nordiques. Il est certain qu’il faut aussi s’assurer de bien faire les chose afin de minimiser les impacts a l’environnement et pour avoir travailler sur des projets du nord, je peux vous dire que les règles pour les permis d’exploitation y sont beaucoup plus strictes que dans le sud du Québec. Les exploitants sont surveillées de facon très étroites et sont remis a l’ordre très rapidement lorsqu’un problème se présente. Les économistes et environnementalistes qui dénigre le Plan Nord devraient peut être venir passer un peu de temps dans le nord afin de voir quelle genre de vie ont y mène et comment ont y fait les choses. Ils pourraient être surpris d’y voir autre chose que le fameux Metro-Boulot-Dodo des grandes villes du sud. La nature et les grands espaces sont tous simplement grandiose et les gens qui habites là sont chaleureux et méritent un coup de pouce, ce que le Plan Nord leur apportera.

Rien contre le développement, mais pour chaque job créée combien de $$$ en subvention?

Combien vaut réellement un développement qui n’aurait pas lieu sans des milliards de subventions?

Je vis dans le nord (Chapais) et je suis bien au fait du dossier de LSQ, ça n’a rien à voir avec le Plan Nord. M. Lemoyne travaille depuis des années à la relance de l’usine. Aussi, si la mine de nickel de LSQ reprend du service, c’est parce que le prix du nickel remonte à la bourse. La mine a fermé lorsque le prix s’est effondré en 2008 et elle ouvrira dès qu’il sera rentable de l’exploiter.

Nous, ici, on voit bien que le Plan Nord à le dos large, mais qu’en fait plusieurs des projets « Plan Nord » ne sont qu’un habile « rebranding » de projets déjà en marche. Le meilleur exemple est le développement minier qui subit une croissance fulgurante. Est-ce le Plan Nord ou tout simplement le prix des métaux qui atteint des sommets en bourse, rendant les anciens projets qui étaient non rentables de vraies opportunités? Poser la question, c’est y répondre!

Aussi, le fait que les compagnies minières créent des camps miniers, où les travailleurs auront des horaires 14-7 ou 28-14, fera en sorte que les mineurs seront transportés à partir de l’extérieur de la région pour venir vivre dans les camps miniers dans une sorte de bulle. Ils passeront les 14 ou 28 jours de travail sur le camp minier, sans contact avec la région pour repartir pour leur jours « off » en avion, chez eux dans le sud. Le Plan Nord ne s’accompagne pas d’obligation d’embaucher un minimum de jamésien (résidants du territoire de la Baie-James), donc le Plan Nord n’est que l’exploitation des richesses de cette région, pas son développement!