Noël, un gaspillage de trois milliards

Chaque année à Noël, il se donne pour plus de 17 milliards de dollars de cadeaux au Canada. Et ceux qui les reçoivent n’auraient pas toujours payé autant pour «ça»!

Photo: iStock
Photo: iStock

La cravate musicale que vous a offerte votre beau-frère à Noël lui a coûté 20 dollars, alors que vous auriez été prêt à payer au mieux 5 dollars pour cette «merveille technologique» (avouez, vous vous en seriez volontiers passé). La différence de 15 dollars, c’est ce que l’économiste américain Joel Waldfogel classe parmi les dépenses improductives des Fêtes. Au Canada, ce seront quelque trois milliards de dollars qui seront gaspillés ainsi cette année encore. Aux États-Unis, environ 60 milliards de dollars américains.

Joel Waldfogel a réussi à mesurer précisément à quel point les cadeaux échouent à satisfaire ceux à qui ils sont destinés. Il en a parlé dès 1993 dans son article «Deadweight Loss of Christmas», publié dans l’American Economic Review, et les médias américains revisitent le thème chaque saison des Fêtes ou presque.

Selon l’économiste, la tradition des cadeaux de Noël se traduit par un gaspillage allant d’un dixième à un tiers de la valeur des étrennes. Par exemple, Pierre offre à Jean une théière à l’effigie de son politicien favori, qu’il a payée 21 dollars. Jean, lui, aurait déboursé au maximum 14 dollars pour un tel accessoire. La valeur du bien chute du tiers, soit sept dollars.

Il est possible de donner un cadeau qui crée de la valeur. Si Pierre était prêt à payer 100 dollars pour une liseuse, par exemple, et que Jean lui en offre une qu’il a achetée pour 80 dollars dans une vente au rabais, ce sont alors 20 dollars de valeur qui sont créés. Mais cela se produit rarement, remarque l’économiste.

Toujours selon Joel Waldfogel, ceux qui offrent les cadeaux qui créent les plus gros gaspillages sont d’abord les oncles, les tantes et les grands-parents. Viennent ensuite les parents, les frères et les sœurs. Autrement dit, les meilleurs cadeaux viennent des amis, des conjoints… ou de soi-même.

Joel Waldfogel s’est à nouveau penché sur le sujet en 2003, dans «Does Consumer Irrationality Trump Consumer Sovereignty? Evidence from Gifts and Own Purchases», publié  dans The Review of Economics and Statistics. Il a alors déterminé que les cadeaux valent, aux yeux de ceux qui les reçoivent, de 10 % à 18 % moins que le prix réellement payé.

Chaque année, BMO demande aux Canadiens combien ils comptent dépenser en cadeaux durant les Fêtes, et leur réponse tourne habituellement autour de 600 dollars. Comme il y a plus de 28,6 millions de Canadiens de plus de 18 ans, on peut évaluer les dépenses totales à 17,1 milliards de dollars. Et si, comme l’évalue Joel Waldfogel, ceux à qui sont destinées ces étrennes étaient prêts à payer 18 % de moins, on arrive à un gaspillage de trois milliards de dollars. Au Québec, où l’on compte 6,8 millions de personnes de 18 ans et plus, qui dépensent en moyenne 450 dollars en cadeaux, le gaspillage avoisine 0,55 milliard de dollars.

Si l’économiste maintient qu’offrir des cadeaux est un moyen inefficace d’allouer les ressources au monde, il convient qu’il peut y avoir d’autres avantages à donner: montrer à la personne que l’on comprend bien ses préférences, lui faire plaisir pour obtenir des faveurs en retour.

Peut-être qu’au fond, c’est vraiment l’intention qui compte. Et que le vrai Scrooge s’appelle Joel Waldfogel!


À lire aussi:

28 façons de réduire votre budget du temps des Fêtes


Dans la même catégorie
Boutique Voir & L'actualité

Obtenez jusqu’à 40% de plus pour votre prochaine sortie

3 commentaires
Les commentaires sont fermés.

Une des solutions est de donner de l’argent ou des certificats-cadeau.

Une autre solution est de ne pas participer au jeu de la fête par excellence de la consommation. Il est plus approprié de donner un cadeau à l’anniversaire des gens qu’on aime et qui comptent vraiment pour nous. Réservons la période des vacances des fêtes pour passer du bon temps avec notre famille et nos amis. Allons jouer dehors, reposons-nous et profitons du moment présent.

J’achète toujours mes cadeaux à gros rabais et à l’avance, exemple: après les fêtes. Je demande aux personnes de me faire une liste et je connais ainsi leurs goûts mais en leur précisant que ce ne sera pas nécessairement un copier/coller….je me garde des portes ouvertes! Après sondage, mes enfants m’ont confié qu’ils préféraient cela à des billets de loterie ou des chèques cadeau….car ils aiment la surprise. Je suis donc à l’affût à l’année, mettons que c’est un passe-temps à temps plein!