Nos amis les dictateurs

SNC-Lavalin devrait-elle avoir honte d’être en Libye ? La London School of Economics aurait-elle dû accepter le don de 1,5 million de livres du fils du dictateur libyen, Saïf Al-Islam Kadhafi ? Que doit faire Unicredit, la deuxième banque italienne,  avec son principal actionnaire, un fonds souverain libyen ? Ou la centaine d’entreprises étrangères dont une partie du capital-actions est détenue par ce fonds de 50 milliards de dollars ?

Le vent de démocratie qui souffle sur les régimes arabes pose la question des relations économiques avec des régimes non démocratiques. La question est pertinente, mais la réponse n’est pas facile.

Selon Freedom House, un organisme faisant la promotion de la démocratie et financé par des fondations américaines, les États-Unis, l’Australie et quelques pays européens comme les Pays-Bas, 107 des 195 États reconnus par les Nations Unies n’ont pas de régime totalement démocratique. La carte produite par cet organisme montre que la démocratie est encore un privilège. La Chine n’est pas un pays démocratique ni la Russie. Aucun pays arabe n’est considéré comme étant totalement démocratique, le Maroc est premier de classe avec le statut de « partiellement démocratique ».

Faudrait-il bouder et refuser de se compromettre avec tous les États qui ne sont pas dirigés par un parti politique élu librement par sa population et où l’opposition jouit des mêmes avantages que le parti au pouvoir ? Le Mexique et la Turquie ne passeraient même pas ce test selon Freedom House.

Certains diront qu’il y a démocratie et démocratie et qu’il y a des dictatures plus fréquentables que d’autres. On met donc la Corée du Nord et la Birmanie (aujourd’hui la Libye) d’un côté et la Chine et l’Arabie Saoudite de l’autre. J’ai peur qu’on s’enfarge dans les fleurs du tapis. Je ne crois pas que le régime chinois serait tendre avec ses opposants s’il y avait un soulèvement comme il y en a un en Libye ces jours-ci.

Je pense que les relations économiques procèdent de la façon que les relations diplomatiques. On reconnaît les États sans porter trop de jugement sur le régime en place. Les entreprises peuvent y faire de bonnes affaires et elles contribueront à la croissance économique du pays. Cette croissance éveillera à son tour les consciences démocratiques. Voilà pourquoi de plus en plus de pays sont passés du côté de la démocratie au cours des dernières décennies.

Pour une firme d’ingénierie qui bâtit des raffineries, des réseaux d’aqueduc et des aéroports, c’est un non sens d’ignorer les producteurs de pétrole et les pays en développement.

Et les peuples ? Comme les États, les entreprises doivent prendre leur distance avec le régime quand le dictateur se révèle être un boucher prêt au carnage de sa population pour maintenir son emprise.

Laisser un commentaire

Loblaw, Wall Mart, la SAQ vendent à tous ceux qui paient. Tous les clients se valent. Voleurs comme gens honnêtes. Millionnaires comme BS. Tu paies mon produit, je te le vends.
Le même principe s’addresse aux pays. Les rares exceptions sont la Corée du Nord et l’Iran. Pis encore.

Selon l’Indice de démocratie 2010 de la revue The Economist, le Maroc et le Koweit font partie des pays autoritaires et non des démocraties; par contre l’Irak et l’Autorité Palestinienne feraient partie des démocraties.

Le Monde en résumé, selon l’indice de démocratie 2010:

1) 79 pays démocratiques (la seule démocratie du Moyen-Orient et d’ Afrique du Nord est Israel);

2) 33 pays hybrides (parmi lesquels 5 “pays” du Moyen-Orient: Turquie, Liban, Autorité Palestinienne, Arménie et Irak);

3) 55 pays autoritaires (Maroc, Mauritanie, Algérie , Tunisie, Libye, Egypte, Soudan, Jordanie, Syrie, Arabie Saoudite, Yemen, Oman, Barhrain, RAU, Qatar, Koweit, Iran, Azerbaijan, Afghanistan, Tajikistan, Kazakhstan…) Sur les 55 pays autoritaires, au moins 30 sont musulmans!

Parmi les 79 démocraties, on distingue:

1) 26 pleines démocraties (de la Norvège au Portugal, toutes en Europe, en Amérique du Nord, ou en Océanie, sauf Costa Rica, Uruguay, Corée-du-Sud, Ile Maurice et Japon).

2) 53 démocraties imparfaites: Grèce, Italie, France, Chili, Slovénie, Estonie, Chili, Taiwan et Israel occupent cependant les 11 premières places dans cette catégorie.

http://graphics.eiu.com/PDF/Democracy_Index_2010_web.pdf

Bonjour.
La recette idéal pour un État ou plusieur État dans un même pays est une république fédérale.

La population vote sur une constitution et vote sur les représentants pour la faire respecter mais il y a un mais sur le même bulletin de vote au 4-ans.

La cinquième année il y a des élections encore une fois un vote sur la constitution et(amendement) et un vote sur les représentants pour la faire respecter et toujours sur le même bulletin de vote.

M.Duhamel je rêve à l’indépendance du Canada et de séparer de la Monarchie Britannique pour avoir une République fédérale pour changer les provinces et des trois-territoires en 13-États,la Monarchie Britannique serait dans la constitution de pays par respect pour notre histoire.

Le président est élu au sufrage universelle entre les treize États.

Les treize États ont un conseil des États ou la gestion de crise et la défense nationale pour faire respecter la souveraineté du pays le Canada
mais il y a un mais selon les moyens de chacun des 13- États.

Chaque État à sont propre gouvernement et constitution qui va respecté leur spécificité propre à chacun avec une autonomie administrative et territoriale (terre,mer,espace aérien,douanes)et pour financer leur institution de service.

Les Sénateurs,gouverneurs,et les représentants sont élus dans chacun des États.

Voilà ma recette, mais,il y a un mais c’est toujours le peuple qui décide et qui vote sur la constitution et sur les représentants pour la faire respecter et toujours sur le même bulletin de vote.

Il y a erreur dans mon premier paragraphe: selon l’indice de démocratie 2010, l’Irak et l’Autorité palestinienne font partie des régimes hybrides et non des démocraties.

La Lybie…c’était pas là-bas que nos felquistes-séparatistes ont « appris leur métier »?

Z’étaient à genoux devant Kadafi à l’époque non?

Encore une preuve que Michel Chartrand disait vrai lorsqu’il affirmait que: « La capital, c’est amoral, asocial et apatride! »

Acheter et investir c’est voter!

Acheter et investir dans des dictatures c’est les aider en le financants.

Personnelement je boycotte depuis des années tous ces États.

À la limite ont peut leur vendre de biens et services (sauf des armes, etc.) mai ne rien y acheter.

Ce que recommande d’ailleurs le Comité International pour la Certification Éthique.

Monsieur Duhamel,
Vous me semblez très bien informé. J’aimerais savoir qui a vendu à notre ami la colonel ces missiles avec lesquels il tire sur son peuple. En sous-question, doit-on également considérer ce commerce comme une façon de guider ce cher homme sur la voie de la démocratie?

Je crois que les puissants de ce monde couchent tous ensemble au sens figuré bien sûr, et parfois au sens propre.

Démocratie ou dictature, ils se reconnaissent tous entre eux !!!

@François 1: Le capital comme les valeurs sont des constructions humaines qui émergent de notre organisation en société. C’est plus une question de priorisation qu’une question d’abolir ou remplacer le capital. À moins de considérer l’accumulation de capital comme une fin en soi, ce n’est rien de plus qu’une valeur de référence matérielle supposée permettre un échange équitable de biens et services. L’accumulation de capital n’est en rien essentielle au bien-être des humains une fois les besoins de chacun assouvis, ce qui est assez simple. En ce sens, si vous me permettez la généralisation, les petits palaces du Quartier Dix30 n’ont rien à voir avec un besoin. Ceci dit, ce n’est pas nécessairement le capital qui est à changer autant que les gens derrière. Et je ne parle pas de mettre les plus riches dans la misère et les plus pauvres dans l’opulence.

Vous écrivez « Les entreprises peuvent y faire de bonnes affaires et elles contribueront à la croissance économique du pays. Cette croissance éveillera à son tour les consciences démocratiques. Voilà pourquoi de plus en plus de pays sont passés du côté de la démocratie au cours des dernières décennies. »

Est-ce une opinion personnelle ou une analyse documentée?

C’est le coeur de votre texte, je suppose donc que c’est documenté. Je serais très intéressé (sans ironie) à connaître vos sources. Merci de nous les transmettre.

Ce n’est pas le coeur de mon texte. Je dis surtout qu’il y a encore beaucoup trop de régimes non démocratiques mais qu’il est, selon moi, impossible, sinon mal avisé, de les ignorer économiquement comme politiquement. Sur le fond de votre question, Freedom House (la carte…) constate que le nombre de pays démocratiques est passé de 44 à 89 entre 1973 et 2010 et que le nombre de pays «partiellement libres» est passé lui de 38 à 58. Le nombre de pays non libres a fléchi pendant la même période de 69 à 47. Pendant la même période, on observe également un grand développement économique et une libéralisation du commerce. Regardez ce tableau. http://www.eea.europa.eu/data-and-maps/figures/growth-of-world-trade.

@ Francois 1 (#8)

Votre réflexion démontre votre degré d’ouverture.

Il ne s’agit pas de le remplacer, mais d’en prendre conscience.

En prendre conscience facilite la tâche au législateur pour le réguler et en limiter les abus.

Je ne suis pas contre le capital, je vais vous citer Winston Churchill à cet effet: « le capitalisme c’est le moins pire des systèmes, lorsque l’on en trouveras un meilleur on avisera ».

Mais vous semblez toujours être contre et avoir peu de sens critique. Vos hérauts du « libertarisme » peuvent bien chanter haut et fort que le laisser faire économique va accroître le PIB, mais qu’en restera-t-il dans vos poches si la machine de l’État ne ce sert pas de son pouvoir de légiférer afin d’assurer une meilleure répartition de la richesse?

La réponse à tout problème ne se trouve jamais dans les extrêmes, mais plutôt dans le centre et les compromis (pas la compromission).

Développez votre sens critique un peu SVP, vous semblez avoir le cerveau lavée par la droite vertueuse!!!

Monsieur Duhamel,

Je suis revenu ici quelques jours pour plus tard et je constate que, oui, vous avez répondu à ma question.

Je vous en remercie. Sincèrement.

Nous observons donc une corrélation statistique entre le commerce au niveau mondial et le nombre de pays où la liberté progresse. Cependant, vous savez très bien que cela ne démontre pas un lien de cause à effet, i.e. qu’on ne peut pas en conclure que le commerce aide la liberté, à moins que ça ne soit qu’une opinion.

De mémoire, l’un des deux Lamarre (fondateurs de Lavalin) justifiait son commerce avec des dictatures en reprenant exactement votre argument: le commerce aide la liberté. Vernis moral ou projet humanitaire?

La question est importante, parce qu’on pourrait très bien imaginer que l’ensemble des pays libres imposent des restrictions commerciales aux autres pays, en proportion de leurs comportements liberticides.

Bon, c’est quelque chose qui aurait pu être fait il y a 20 ans. Là, avec la montée de la Chine (contre-exemple de la relation entre le commerce et la liberté?), ça devient plus difficile… Mais anyway, ça ne se serait jamais fait, parce que peu importe leurs paroles, le comportement des gens qui prennent des décisions dans nos démocratie prouve que pour eux, l’argent est plus important que la dignité ou la vie humaine.

Je ne juge pas. Je suis chef d’entreprise, et si le gouvernement chinois voulait nous donner un gros contrat, je dirais… « oui, merci »! Je vous rejoins donc sur ce point.

NB, votre lien hypertexte inclut un « . » à la fin, ce qui ne permet pas de voir le document. Le bon lien est donc http://www.eea.europa.eu/data-and-maps/figures/growth-of-world-trade .

Merci encore pour votre réponse.

Est ce qu un pays ou le president de la republique ou le 1er ministre ne tient pas compte de l avis de sa population est-il democratique dans le sens entier du terme selon Freedom House ?
Ex : Referendum 2008 pour la constistution europeenne, les Francais ont dit non et un an + tard, on leurs imposent une autre constitution qui est la meme au final.
Ex2 : 2nd election de G.W.Bush, il n avait pas ete elu par la majorite du peuple americain mais grace au nombre de grand electeur. pour un francais cela semblerait anti-democratique que ce ne soit pas la majorite du peuple qui ais la decision.
Je pense qu il serait important de donner les criteres d evaluation du taux de democratisation d un pays. Car cette carte a ete realiser par des americains qui n ont pas la meme conception de democratie qu un Venezuelien ou autre
Amicalement, Gab