Nos champions à l’international : Aimia

Méconnu du grand public, Aimia est pourtant l’un des leaders mondiaux des programmes de fidélisation de la clientèle, avec une présence dans une vingtaine de pays. 

Photo: touraimia.ca
Rendu: touraimia.ca

Sur la rue Viger, au cœur du Quartier international de Montréal, un nouvel édifice de 35 étages qui abrite à la fois des espaces à bureaux et des appartements de luxe a été inauguré il y a quelques mois.

Il s’agit de la Tour Aimia, nommée ainsi pour mettre en valeur son principal occupant, une entreprise dont le nom ne dit a priori pas grand-chose aux passants qui circulent aux abords du square Victoria.

Aimia est pourtant l’un des leaders mondiaux des programmes de fidélisation de la clientèle, avec une présence dans une vingtaine de pays.

Cette entreprise gère notamment les principaux programmes de fidélisation au Royaume-Uni et en Italie, sous la marque Nectar, et détient une participation dans le principal programme chinois (ChinaRewards) en plus d’avoir comme clients certaines des plus importantes sociétés au monde comme Toyota, Hyundai, Nissan, Michelin, Microsoft, Esso, Sobey’s (IGA), Pfizer, Roche ou GlaxoSmithKline.

Bon, je vous donne un indice supplémentaire pour bien comprendre la filiation montréalaise de ce groupe. Elle est propriétaire d’un programme qui touche 4,7 millions de Canadiens et qui rejoint plus de 30 % des ménages gagnant plus de 100 000 dollars au pays, et 80 % des foyers privilégiés qui gagnent plus de 500 000 dollars par année.

Blogue EconomieEt si maintenant je vous parle du Groupe Aéroplan, nom que portait l’entreprise avant 2011 ? Bien sûr, il s’agit de cette ancienne division d’Air Canada, créée en 1994, qui a pris son envol de façon indépendante en 2002. À partir du programme de fidélisation d’Air Canada, Rupert Duchesne et son équipe ont bâti une véritable multinationale des points bonis et de l’analyse des habitudes de consommation.

Quand Rupert Dufresne s’est joint à la petite division Aéroplan, en 1996, elle ne comptait que 25 gestionnaires en tout et pour tout. Plus de 4 500 personnes sont aujourd’hui à l’emploi d’Aimia, dont 400 dans les quatre étages occupés par l’entreprise dans son nouveau siège social montréalais.

Pourquoi «Aimia» ? Sur le site de l’entreprise, on explique qu’il s’agit d’une variation du mot «ami», un clin d’œil à l’héritage canadien-français de l’entreprise. Cela dit, Rupert Duchesne est d’origine britannique malgré ce que pourrait laisser croire son nom et il habite maintenant à Toronto.

* * *

À propos de Pierre Duhamel

Journaliste depuis plus de 30 ans, Pierre Duhamel observe de près et commente l’actualité économique depuis 1986. Il a été rédacteur en chef et/ou éditeur de plusieurs publications, dont des magazines (Commerce, Affaires Plus, Montréal Centre-Ville) et des journaux spécialisés (Finance & Investissement, Investment Executive). Conférencier recherché, Pierre Duhamel a aussi commenté l’actualité économique sur les ondes du canal Argent, de LCN et de TVA. On peut le trouver sur Facebook et Twitter : @duhamelp.