« Nos politiques n’ont rien d’austère »

C’est ce que soutient Martin Coiteux. L’actualité l’a rencontré à son bureau de Québec.

Martin Coiteux
Le président du Conseil du Trésor, Martin Coiteux. (Photo : La Presse Canadienne / Jacques Boissinot)

Avec les possibles surplus générés par les compressions, vous annoncez vouloir réduire les taxes et impôts. Votre objectif premier est donc de réduire la taille de l’État québécois ?

Non. Réduire la taille de l’État, ça ne veut rien dire. Tout ce qu’on fait, c’est ramener nos dépenses à la hauteur de ce qu’elles étaient en 2009 par rapport à la taille de notre économie. Je regrette, mais à l’épo-que, on n’avait pas un État démantelé ! On dégonfle la bulle qui s’est créée au cours des dernières années.

On va maîtriser la croissance des dépenses et abaisser certains types d’impôts aux entreprises pour se mettre au niveau de compétitivité de l’Ontario sur le plan fiscal. On ne parle pas de grosses baisses d’impôts. On ne remet pas en question fondamentalement les programmes. On pense qu’il faut remettre de l’oxygène dans le système pour avoir plus de croissance économique.

Vos politiques n’ont rien d’« austère », soutenez-vous. Pourquoi ?

En réalité, notre politique est même très expansionniste. On emprunte 8,5 milliards de dollars par année pour payer nos dépenses dans les infra-structures, comme les routes et les hôpitaux. Si on avait le même système comptable que le gouvernement fédéral, on aurait un déficit immense !

Ce qu’on refuse de faire, c’est d’alourdir notre dette pour les dépenses courantes. On doit être raisonnables. Si vous achetez une maison, vous devez amortir la dette à la banque. Si vous n’êtes pas capable de payer les intérêts et le capital, vous léguerez à vos enfants une maison qui vaut moins que l’emprunt hypothécaire. C’est ce qu’on faisait au Québec, et on veut mettre un frein à ça.

Vos adversaires vous dépeignent comme un idéologue de droite. Où vous situez-vous sur l’échiquier politique ?

Je suis au Parti libéral. C’est un parti fondamentalement centriste, qui a effectué dans le passé des réformes importantes et équilibrées. Mais la société évolue. La façon d’atteindre cet équilibre entre la justice sociale et la croissance économique n’est pas la même en 2015 qu’elle l’était dans les années 1960. À l’époque, il y avait un boum de jeunes, et il fallait construire des écoles et investir massivement dans l’éducation !

Aujourd’hui, il y a des pressions énormes en santé à cause du vieillissement. Nous devons aussi tenir compte du fait que nous traînons une dette de 200 milliards de dollars, qui n’existait pas au début de la Révolution tranquille.

La responsabilité budgétaire, ce n’est pas une valeur de droite, de gauche ou de centre. C’est une question de saine gestion des finances publiques. On ne peut pas être dogmatique, idéologique. Il faut être pragmatique.

Vous avez déjà dit que certains programmes sociaux du Québec étaient des « luxes ». Lesquels ?

Disons qu’on a des programmes qui sont plus généreux qu’ailleurs au pays. Si on n’est pas capables de se payer tout ce qu’on a, il faudra revoir nos programmes, nos pratiques.

Il faut avoir le courage de les revoir, même si on a atteint l’équilibre budgétaire. Les priorités changent. Il y a peut-être des choses dont on n’a plus besoin, ou qui sont moins nécessaires. Avant de penser à augmenter globalement nos dépenses, il faut repenser nos méthodes en vue de trouver de nouvelles ressources pour financer nos priorités. Ça, au Québec, on a toujours eu de la misère à le faire. Si on veut être présents dans tout, on aura peu de ressources pour tout ce qu’on finance. On ne peut pas avoir 150 priorités.

Vous avez souvent dénoncé les coûts des CPE. Est-ce l’un des luxes dont le Québec se serait doté, selon vous ?

Je n’utiliserais pas le terme « luxe ». Mais sera-t-on capables, sans aucun changement, de soutenir demain ou dans 20 ans le coût du programme tel qu’il est conçu aujourd’hui ? Non. Il fallait changer les paramètres. On a voulu procéder dans le souci de l’équité, d’où le fait que les tarifs augmentent en fonction du revenu des parents.

Ce faisant, vous créez un précédent et ciblez les jeunes familles. À ce compte, pourquoi n’avez-vous pas augmenté les tarifs des CHSLD pour les personnes de 65 ans et plus qui jouissent de bons revenus de retraite, par exemple ?

Vous posez la question, ça mérite d’être analysé.

Vous ne fermez donc pas la porte à l’idée que d’autres services publics soient tarifés en fonction du revenu ?

Je n’ouvre jamais rien ni ne ferme rien. La réflexion ne peut pas être fixée dans le temps. À une époque, on a gelé les tarifs et on a eu de la difficulté par la suite.

Les compressions touchent directement quantité de services publics, en santé, dans la cul-ture, l’immigration. Dans les écoles, par exem-ple, de nombreux orthopédagogues et orthophonistes ont perdu leur poste. Ça ne vous préoccupe pas ?

Certaines commissions scolaires font de meilleurs choix que d’autres. On dépense encore des sommes colossales en éducation, on devrait être capables de faire mieux avec les mêmes budgets. Ce serait une erreur de croire que c’est strictement une question d’argent. C’est d’abord et avant tout une question d’organisation.

Le Fonds monétaire international juge que l’austérité nuit au bien-être économique des États dont le taux d’endettement public est modéré, comme le Québec. Fait-il fausse route ?

Le Québec n’est pas du tout dans les cas de figure du FMI. Nos politiques ne se comparent pas aux vraies mesures d’austérité qui ont été appliquées dans certains pays d’Europe.

Le service de la dette du Québec est moins lourd aujourd’hui qu’au milieu des années 1990 — il correspondait à 4,8 % du PIB en 1994, contre 2,9 % en 2014. N’agitez-vous pas des épouvantails pour justifier vos compressions ?

On paie moins d’intérêts, mais notre dette est beaucoup plus lourde. Qu’arrivera-t-il si les taux d’intérêt remontent ? On ne veut pas être étouffés. Il faut être prudents et se garder une marge de manœuvre.

Vous exigez des efforts importants de tous les employés de l’État. Or, les médecins, dont les revenus ont explosé ces dernières années, toucheront encore de fortes hausses, même si les statistiques indiquent peu ou pas d’amélioration dans l’accès aux soins. N’est-ce pas un système de deux poids, deux mesures ?

Oui, la facture des médecins augmente, mais moins que ce qui était prévu dans le contrat initial entre leurs fédérations et le gouvernement. Les méde-cins ont accepté d’étaler leurs hausses, ils ont laissé sur la table beaucoup d’argent. Et avec l’entente annoncée par mon collègue de la Santé, on exigera plus de services pour les mêmes sommes.

Vos prédécesseurs libéraux ont-ils commis une erreur en accordant des milliards d’augmentation aux médecins sans s’assurer qu’ils s’accompagnent de hausses de services ?

Je n’ai pas à porter de jugement là-dessus. Ils avaient l’intention d’augmenter les services à la population, mais il est vrai qu’on a constaté au cours des dernières années que ça ne s’est pas produit. C’est pour ça qu’on a renégocié les ententes.

Dans la même catégorie
Boutique Voir & L'actualité

Obtenez jusqu’à 40% de plus pour votre prochaine sortie

12 commentaires
Les commentaires sont fermés.

Ceci n’est pas un nuage, c’est un mouton…

Couillard suit une doctrine économique datant des années ’80. Récemment, nous avons appris qu’il y avait une erreur dans les concepts d’économie qui changeait les conclusions de ces théories. Un prix Nobel d’économie a fortement recommandé à Couillard d’y aller mollo sur l’austérité. Or, Couillard a préféré suivre son vieux bouquin. Pas fort…

Pourquoi cet article ne fait-il qu’effleurer les sujets? Le journaliste pose une question et le ministre donne une réponse qui mériterait d’autres questions. Le journaliste devrait pousser plus loin, mais on change tout de suite de sujet.

Pour quelle raison? Est-ce un choix éditorial afin de ne pas dépasser un certain nombre de mots? De la paresse journalistique? Ou est-ce une ‘rencontre’ par courriel, avec des questions préfabriquées?

Seb

tu nous prends -tu pour des imbéciles en nous disant que t’es politiques ne sont pas austères voyons voyons ,mentionne moi une seule conférence de presse ou tu parle d’investissement !

Inconscient ou fourbe, ses décisions font de lui un réel danger public. Nous vivons présentement une autre période de grande noirceur, et dire que les artisans de la Révolution tranquille provenaient du même parti que ceux qui nous y renvoient!

« Comme Seb, je remarque que le ministre reste dans le vague avec des propositions qui peuvent signifier n’9mporte quoi. Par exemple, « Les priorités changent. Il y a peut-être des choses dont on n’a plus besoin, ou qui sont moins nécessaires. » en réponse à une question qui demandait quels programmes il considérait comme des « luxes ». Ensuite, « Certaines commissions scolaires font de meilleurs choix que d’autres ». Lesquels au juste, selon quels critères? Ce genre de discours laisse le champ libre à l’arbitraire sans aucune transparence.

La seule chose d’austère que vois dans ce gouvernement est le report providentiel du projet de créer un registre inutile et coûteux. Pour le reste, les robinets sont encore ouverts et de nouvelles taxes s’en viennent (une 3e hausse de la TVQ).

« Pour le reste, les robinets sont encore ouverts et de nouvelles taxes s’en viennent (une 3e hausse de la TVQ). »

Vous avez une mémoire très sélective, les robinets sont ouverts pour les médecins et les infrastructures, pratiquement tout le reste est l’objet de coupures substantielles. Combien de fois est-ce que les ministres libéraux ont répété que ces coupures n’allaient pas affecter les services? Très très sélective votre mémoire…

Vous oubliez trois postes de ministres de plus que l’ancien gouvernement et la rapidité fulgurante avec laquelle Couillard veut s’attaquer aux primes de départ des députés (ainsi qu’à leurs conditions de travail).

L’austérité pour toi, pour toi, mais pas pour moi.

L’austérité, c’est vouloir maintenir les choses en l’état, c’est-à-dire les façons de faire héritées de la révolution tranquille sous Jean Lesage, et poursuivies jusqu’à l’absurdité par les gouvernements suivants. M. Coiteux est sur la bonne voie, en voulant décrocher de cette pente trop facile.

« L’austérité, c’est vouloir maintenir les choses en l’état »

Félicitations pour votre révisionnisme économique! L’austérité c’est la politique économique du déficit zéro, coûte que coûte. Ceci est facilement atteignable en appliquant quelques réformes au modèle actuel et surtout en changeant la culture de gouvernance de certains cadres de la fonction publique.

Je vous invite à vous informer : https://en.wikipedia.org/wiki/Austerity

M.Coiteux va frapper un mur.Tellement sûr de lui il va bientôt confronter ses démons.C’est fini le rëgne Hitler.Vous verrez la suite…