« Nous prévoyons quintupler de taille d’ici 10 ans »

Il suffit désormais d’un seul clic de souris pour acheter sur Internet des jeans, des romans policiers et même des plantes vertes, mais ce n’est pas aussi simple pour les entreprises qui nous les vendent.

Palmarès 2013 Leaders de la croissanceOrckestra

Classement au palmarès des Leaders de la croissance : 4e

Activité : Propose des solutions de commerce en ligne pour de grands détaillants

Chiffre d’affaires en 2012 : entre 5 et 10 millions

Nombre d’employés en 2012 : 99

Croissance 2007-2012 : 1 462 %

[brightcove]2857339813001[/brightcove]

Il suffit désormais d’un seul clic de souris pour acheter sur Internet des jeans, des romans policiers et même des plantes vertes, mais ce n’est pas aussi simple pour les entreprises qui nous les vendent.

« Vendre en ligne fait appel à de nombreuses et complexes fonctionnalités. Notre travail est d’intégrer ces outils en harmonie, comme des instruments dans un orchestre », dit Louis Fournier, que l’on pourrait qualifier de Kent Nagano du commerce en ligne !

Louis Fournier (Photo © Mathieu Rivard)
Louis Fournier (Photo © Mathieu Rivard)

Son entreprise, Orckestra, vend des solutions de commerce en ligne à de moyens et grands détaillants, dont Stanley, Mary Kay, Sobeys et Panago Pizza, pour qui elle a créé un système de commande en ligne qui aide les clients à personnaliser leur pizza avant de la commander.

Il y a quelques années, Orckestra a aussi conçu le site Web d’achat en ligne d’IGA, qu’elle a d’ailleurs adapté pour les non-voyants. Le site devait être utilisable au clavier seulement et son contenu transposé en audio. L’entreprise a réalisé cet outil avec l’Institut Nazareth et Louis-Braille.

Louis Fournier a été consultant en technologie de l’information pendant près de 15 ans avant de cofonder Orckestra, en 2006, avec un collègue de l’époque, Vincent Trépanier. « Comme beaucoup d’entrepreneurs, je voulais vivre de mes propres idées. Ce n’était pas qu’un rêve, c’était un besoin viscéral », dit-il.

L’entreprise a vite connu du succès, mais c’est son partenariat avec Microsoft qui l’a véritablement propulsée. Orckestra a atteint les niveaux les plus élevés de certifications que délivre le géant du logiciel. « Rapidement, cela nous a donné la crédibilité nécessaire pour offrir nos services à de grands clients, même si nous étions une petite entreprise », dit le PDG.

Orckestra profite aussi du réseau de clients et de la renommée de Microsoft. L’entreprise de Montréal exporte plus de 80 % de ses services aux États-Unis et prévoit y ouvrir un bureau au cours de la prochaine année. Depuis 2011, elle vend aussi sa propre plateforme de commerce en ligne, Overture (équivalent anglais du terme désignant la première partie d’une symphonie), qui permet de vendre partout dans le monde et dans toutes les devises.

Selon comScore, le commerce en ligne a représenté 11 % des ventes au détail totales aux États-Unis en 2012, ce qui inclut les opérations faites par l’intermédiaire de téléphones intelligents et de tablettes numériques. « Les ventes en ligne augmentent d’environ 10 % par année », se réjouit Louis Fournier.