On n’arrivera pas au bout des rouleaux

Les affiches annonçant que chaque client n’a droit qu’à un seul paquet de papier de toilette ne révèlent pas une défaillance de la chaîne d’approvisionnement. Explications. 

Photo originale : Pixabay

Au début de la pandémie, de nombreux consommateurs se sont mis à stocker du papier hygiénique, causant une perturbation dans la chaîne d’approvisionnement… et surchargeant leur espace de vie.

Depuis, les affiches annonçant que chaque client n’a droit qu’à un seul paquet de papier de toilette ne révèlent pas une défaillance de la chaîne d’approvisionnement. Il s’agit plutôt d’un indicateur d’un événement que personne n’aurait pu prévoir.

La chaîne d’approvisionnement du papier hygiénique fonctionne en mode « juste à temps », qui permet l’arrivée des articles au bon moment et au bon endroit de manière à ce que les étalages restent garnis. Ces paquets de papier toilette sont gros et encombrants et personne ne veut avoir à payer pour leur stockage en entrepôt juste au cas où surviendrait un événement comme une pandémie mondiale — ni les fabricants, ni les grossistes, ni les détaillants, ni même les consommateurs, à qui on finirait par refiler la note.

Les chaînes d’approvisionnement juste à temps permettent de maintenir des coûts faibles. Mais elles sont plus facilement perturbées que les chaînes d’approvisionnement traditionnelles.

Certains fabricants ont recours à la production et à la distribution traditionnelles, ce qui leur permet de conserver des matières premières et des stocks en cas d’urgence ou de catastrophe. Ces réseaux sont plus coûteux, mais aussi mieux préparés pour répondre à une augmentation de la demande, comme celle que nous venons de connaître.

Prévoir la demande

Maintenant qu’il y a eu disruption de la chaîne d’approvisionnement, tout le monde va s’efforcer de trouver une façon de bien planifier la demande.

Il faut d’abord se poser la question : à quoi ressemblera la demande dans un avenir proche ? Les gens voudront-ils vivre dans un entrepôt de papier toilette et continuer à l’acheter en grosses quantités ? Ou est-ce que ça n’aura duré qu’un temps et que, lorsqu’ils auront épuisé leurs réserves, ils recommenceront à faire des achats de façon normale ?

Des détaillants pourraient envisager de passer à la méthode juste à temps pour certains produits. Ils devront alors d’abord évaluer soigneusement les coûts liés à la conservation des stocks. S’ils adoptent cette approche, ils vont sans doute en refiler le coût au consommateur.

Une chaîne d’approvisionnement solide est résiliente

Les professionnels de la chaîne d’approvisionnement évaluent constamment les meilleures façons de mener à bien les opérations commerciales, mais leur travail passe inaperçu jusqu’à ce qu’il y ait une perturbation.

Ils évaluent la nécessité d’une chaîne d’approvisionnement solide en fonction de différents facteurs. La répartition des achats, où chaque fournisseur procure de petites quantités, permet une plus grande réactivité, mais entraîne également des coûts unitaires et de commande plus élevés, ainsi qu’un besoin accru de coordination pour garantir une efficacité de livraison. Une autre solution consiste à garder des fournisseurs en réserve, ce qui apporte aux entreprises la souplesse nécessaire pour réagir aux changements.

Un collègue et moi avons effectué une analyse des compromis que font les fabricants pour améliorer les opérations et avons conçu un modèle qui peut servir aux professionnels de l’industrie. Il permet de tenir compte de la performance du compromis et de son importance globale dans la planification. Cet exercice est complexe, et le consommateur n’a généralement pas conscience des choix faits en cours de route.

La résilience est la capacité d’une chaîne d’approvisionnement à supporter des contraintes externes sans en subir de contrecoups. Dans le cas d’une chaîne d’approvisionnement très résiliente, le produit est habituellement plus cher au bout du compte.

Les professionnels de la chaîne d’approvisionnement s’en occupent

Cependant, une chaîne d’approvisionnement ne peut être résiliente ou réactive au changement si elle n’est pas d’abord solide, et pour cela, il faut du temps et de la confiance. Des professionnels accomplissent tous les jours ce travail. Cela permet une forme d’assurance qui aide à aplanir les difficultés lorsque surviennent des événements imprévus.

Les professionnels de la chaîne d’approvisionnement sont toujours en train de planifier des mesures d’urgence, de réfléchir à ce qui peut arriver et d’intégrer des ajustements dans le système. Ils prévoient comment réagir dans certaines circonstances.

Mais ils n’ont pas prédit que la menace de la COVID-19 pousserait les consommateurs à acheter d’énormes quantités de papier toilette.

Lorsque vous trouvez du papier toilette sur les étagères, n’oubliez pas de remercier les professionnels de la chaîne d’approvisionnement qui ont fait en sorte qu’il s’y trouve  juste à temps. Ces gens exploitent les réseaux qu’ils ont développés au fil des ans pour assurer la continuité de l’approvisionnement. Il n’est donc pas nécessaire de vider le magasin.La Conversation

La version originale de cet article a été publiée sur La Conversation.

Vous avez aimé cet article ? Pendant cette crise, L’actualité propose gratuitement tous ses contenus pour informer le plus grand nombre. Plus que jamais, il est important de nous soutenir en vous abonnant (cliquez ici). Merci !

Les plus populaires