Affaires et économie

Mais où est le collectif ?

Les grand-messes sur la relance économique regroupant les grands noms habituels du Québec inc. sont sans doute utiles, mais pourquoi diable y oublie-t-on trop souvent un gigantesque pan de l’économie du Québec ? Est-ce par snobisme ou par ignorance ?

Un plan de relance, mais à quel prix ?

Oui, le premier ministre doit oser s’il veut réparer les dégâts de la pandémie. Mais il doit résister à la tentation de voir trop grand, autrement les seules choses durables dont hériteront les prochaines générations seront les hausses d’impôts et les cures d’austérité.

Une précieuse ressource

En choisissant de rester actifs, les travailleurs d’expérience vont non seulement améliorer leur propre bien-être, mais aussi aider à soulager le fardeau du vieillissement qui pèse sur les épaules des jeunes et les pénuries sectorielles de main-d’œuvre qui affligent nos industries.

La fin des aires ouvertes

COVID-19 oblige, les employés ne sont pas à la veille de s’entasser à nouveau comme des sardines au bureau. Des experts s’affairent à repenser les lieux de travail, afin de ramener les troupes en toute confiance.

Un nid de chicanes

Le boulot à distance, c’est pas mal le far west sur le plan juridique. Ce qui ouvre la porte à bien des litiges entre patrons et employés — notamment concernant l’achat de matériel de bureau et la surveillance à distance, selon Andrea Talarico, doctorante et chargée de cours en droit du travail à l’Université d’Ottawa.

On reviendra à Montréal

La montée du télétravail tuera-t-elle les centres-villes ? Wô les moteurs ! Les tours de bureaux, les restos et les foires alimentaires n’ont pas dit leur dernier mot. La crise écorchera des entreprises, mais ce n’est pas la fin des haricots.