Panique !

Tout plonge et le mouvement est totalement hors de contrôle sur toutes les places financières. La confiance est à son point zéro et le mouvement de panique se relaie d’une bourse à l’autre. Les investisseurs anticipent une sévère récession et veulent récupérer leurs billes avant de trop perdre, quitte à vendre à prix cassés.

Les autorités devront prendre d’autres mesures exceptionnelles parce que ce que nous vivons est du jamais vu, enfin depuis bien longtemps. L’économiste Nouriel Roubini, de l’Université de New York, disait hier que les autorités devront fermer les Bourses dans les jours qui viennent pour limiter la panique sur les marchés. Roubini, qui avait prédit avec justesse la tempête qui souffle maintenant sur nous, semble avoir des dons de devin.

Un mouvement de panique est toujours irrationnel, mais il s’appuie généralement sur une réalité indéniable. Dans le Globe And Mail d’aujourd’hui, on apprend que presque tous les pays occidentaux, sauf le Canada, sont aux prises avec une crise immobilière comme aux États-Unis. On parle d’une baisse du prix des maisons d’environ 20 % par pays. Ajoutez à cela une fonte rapide de l’actif financier et vous vous retrouvez avec des ratios d’endettement fort élevés.

On en mesure facilement les conséquences : les consommateurs dépenseront moins, les entreprises souffriront, des emplois seront perdus, plusieurs entreprises et particuliers se retrouveront en défaut de paiement, les institutions financières déjà affaiblies seront plus fragiles, les profits seront à la baisse… et la Bourse sera encore plus malmenée.

On appelle ça une grosse récession.

Laisser un commentaire

Moi je joue technique et je vois le 8000 pts sur le DOW assez solide. Cependant si jamais on tombait sous les 7800 faudrait aller se cacher. Mais pour l’instant on vit un méchant yoyo, beaucoup de nervosité dans l’air, mais le 8000 me semble solide.

http://bigcharts.marketwatch.com/advchart/frames/frames.asp?symb=ca%3Abbd.b&time=&freq

On perd lorsque le dollar canadien monte; on perd lorsqu’il descend. On perd tout le temps. Le dollar canadien est devenu un fardeau pour tout le Canada. Ca fait des années que je dis qu’on doit s’en débarasser pour adopter le USD. De toute façon on va finir par adopter le USD. Le plus tot sera le mieux. EXIT le huard.

http://www.theglobeandmail.com/servlet/story/LAC.20081024.RCURRENCIES24//TPStory/Business

Tout ceci est le résultat de gouvernements conservateurs(Bush, Sarkozy, Harper, etc)…
Le grand capital est trop affamé, faut lui mettre des balises, des règlements; ce n’est pas vrai que tout s’autorégule…

La panique.

« Roubini, qui avait prédit avec justesse la tempête qui souffle maintenant sur nous, semble avoir des dons de devin. » (Pierre Duhamel)

Un devin? Boff! Le gros bon sens suffit.

Voici ce que j’écrivais le 17 septembre 2007.

« Nous retournons lentement en arrière sur le modèle du début de l’industrialisation, époque ou la main d’œuvre n’était pas respectée, au temps où seulement quelques riches profitaient des avantages de l’industrie à l’abri des crises et de la misère.

Je vois les gestionnaires de l’Amérique et surtout ceux du Québec comme assis sur la plage discutant du tremblement de terre, celui qui précède le tsunami.

Il fait tellement beau! »

Et le 19 septembre 2007.

« Je le répète, il fait encore très beau, le tsunami s’en vient, nous n’y échapperons pas. De plus l’Ontario est dépendante de l’automobile américaine qui s’engouffre de plus en plus.

Ce tsunami nous touchera moins bien sur, mois ne durera pas moins longtemps. »

L’affaire est pourtant simple. Quand le crédit est au boutte du boutte c’est là que sa s’arrête. C’est simple non? Pu capable, pu capable.

C’est aussi la raison pourquoi je dis souvent que sa prends d’autres clients que les USA, comme le fait la Chine.

Pour en revenir à la panique M. Duhamel, les gens et les courtiers ne sont pas bien différents d’un troupeau de bêtes à cornes dans les films de cow-boy.

Il en a quelques fortunés qui tirent des coups de feu en l’air pour apeurer le troupeau pour en fin de compte ramasser ce qu’il a laissé derrière lui, dont une partie du mille milliard du Gouvernement des USA.

En tout respect M. Duhamel je crois qu’avec votre billet, vous venez de tirer un coup de fusil en l’air.

De la panique ?

Où ça ?

Au début de l’année le prix du pétrole et l’inflation (surtout des aliments) signifiant la fin de notre civilisation. C’était aussi la « panique » à ce moment…

Ce n’est pas vraiment la panique, c’est le désarroi, parce qu’on ne peut plus faire confiance à rien ni à personne, même pas aux banques. Et on se demande même si un gouvernement ne pourrait pas faire faillite… ( l’Islande, pays européen, vient d’emprunter une grosse somme au FMI ). Et comme ce sont les gouvernements qui payent les pensions de vieillesse, les allocations de chômage et d’aide sociale, et qui garantissent nos dépôts et CPG, ça augure mal. On a l’impression que nos dirigeants et analystes de tout poil ne nous disent pas la vérité et que, pour la plupart, ils ne savent même pas eux-mêmes où ils vont.
Dans les années à venir, il va falloir apprendre à survivre avec peu, et espérons seulement que le « peu » sera au rendez-vous…
La plupart des gens sont sérieusement endettés, et nos dirigeants baissent les taux d’intérêts pour inciter ces mêmes gens à consommer encore et encore afin de relancer l’économie. Je trouve cela aberrant. C’est une fuite en avant qui va nous précipiter encore plus bas. La société de consommation a vécu, il va falloir redéfinir notre vision de la vie et revenir à des valeurs plus humaines…

Avis aux petits détenteurs d’actions : NE VENDEZ PAS À PERTE ! CALMEZ-VOUS !
Cette baisse est passagère, votre portefeuille ne tombera pas à zéro. Si vous n’avez pas diversifié vos placements : mordez-vous les pouces bien fort !

M. Garamond a parfaitement raison. Il ne faut pas faire partie de ceux qui paniquent au profit de ceux qui s’en enrichiront.

Ces valeurs reviendront au minimum en bonne partie. De toute façon il est trop tard et il a toujours été trop tard pour l’ensemble. Cependant pour ceux qui vivent présentement leur retraite à partir de profits doivent se serrer la ceinture, faute d’entrées.

Votre maison et vos bien immobiliers reprendront de la valeur, question de temps.

@ Solange Petit:

Désarroi ? On ne peut plus faire confiance aux banques ?

Ce n’est pas le cas de mon entourage.

Cette crise est bien moins pire que celle des années 80 et 90. Mais à cette époque on ne vivant pas dans un monde hypermédiatisé qui devait annoncé la fin du monde pour attirer notre attention.

Sur la bourse il y a de très bonne affaire à faire en ce moment. Je cite Warren Buffet:

« Be fearful when others are greedy, and greedy when others are fearful. »

Buy Canadian! Pour un étranger le marché de Toronto présentement est une incroyable aubaine!

http://www.theglobeandmail.com/servlet/story/RTGAM.20081024.wdecloet1025/BNStory/SpecialEvents2/

You buy Canada, says Mr. Narayanan, who can’t believe the way the loonie has been savaged. “The currency is ridiculously undervalued. I can’t think of any country in the world that has no fiscal deficit, no trade deficit and no inflation – except Canada. I think the Canadian dollar should go through parity.

“I like the whole Canadian market. I don’t particularly dig the banks because I just don’t know what’s in there [on the balance sheet]. But I’d say virtually everything else is fine.”

David Gagnon a déjà eu un tout autre point de vue…

«Les libertariens se fichent des gens, leur idéologie est tellement éloignée du « gros bon sens » qu’il relève de la religion. Le libertarisme n’est pas une philosophie politique, c’est la « religion de l’homme riche ». Pour le libertarien les choses sont simples: il faut privatiser les profits et nationaliser les déficits.

Et selon vous, qui s’en met plein les poches quand le gouvernement privatise ? Les amis du pouvoir bien sur. Le libertarisme est la mère de toutes les corruptions. La privatisation de la guerre en Irak a profité aux amis de Bush. La privatisation de la reconstruction de la Nouvelle-Orléans va aussi profiter aux amis de Bush.

Quand la classe des affaires demandent la privatisation d’un service ce n’est pas pour notre bien, mais pour le sien.» ->David Gagnon

http://manumilitaribu.blogspot.com/2005_09_01_archive.html (10:16 pm)

On comprend bien, Monsieur Gagnon, que vous étiez trop jeune pour vous souvenir des crises des années 80 et 90.

Allez-vous achetez des bons d’épargne du Canada? On me dit qu’on en mousse la vente à grands frais ces temps-ci au Canada…

Loraine King – Moolooloo – SA

En effet Gagnon doit très bien se rappeler la crise de 1980 il avait quand même environ 5 ans.

http://www.blogger.com/profile/03060809000217977624

Quant aux médiats la seule différence est Internet et ce n’est pas tout le monde qui y a accès. Par contre la TV la Radio et même les journaux étaient beaucoup plus performants pour l’information vu l’absence d’Internet et de biens moins de chaînes.

Quant à la fin du monde, c’est en 1999 que l’on annonçait, époque récente où les médiats étaient exactement comme aujourd’hui avec Internet.

De l’avis de presque tous les experts à l’exception de Gagnon, la crise actuelle est la pire depuis 1929.

Je suis certain que Gagnon appréciera l’ampleur de la crise lorsqu’Obama sera president. Il croit déjà que les démocrates ont créer tout les problèmes qu’éprouvent les marchés malgré le fait que les républicains controllaient le Congrès entre 1995 et 2007. On peut s’attendre à

Ayoye, je passe une fois par mois et vous faites encore des citations de David Gagnon il y a quelques années. Vous n’avez toujours pas compris en quoi votre stratagème est colon? Dites-nous donc pourquoi M. Gagnon a changé complètement ses positions entre aujourd’hui et les citations que vous sortez?

« Je suis certain que Gagnon appréciera l’ampleur de la crise lorsqu’Obama sera president. Il croit déjà que les démocrates ont créer tout les problèmes qu’éprouvent les marchés malgré le fait que les républicains controllaient le Congrès entre 1995 et 2007. » (Loraine King)

Bien sur que pour lui les démocrates ont tout créé. Le gouvernement n’a jamais garanti FM et FM et il n’avait aucune obligation envers elles. Tout cela était dans la tête des gens qu’implicite. C’est Bush et l’administration qui ont décidé de les supporter dernièrement.
On leur a donné le nom de (« implicitly taxpayer-backed agencies » (Vernon L. Smith).
http://en.wikipedia.org/wiki/Fannie_Mae

Donc Gagnon nous désinforme.

« Bien que Fannie Mae ne soit pas supportée ou financée par le gouvernement fédéral américain et que sa pérennité ne soit pas légalement garantie par ce même gouvernement, beaucoup de gens œuvrant dans le secteur de la finance estiment qu’elle est trop grosse pour que l’État la laisse tomber en faillite le cas échéant3. Ceci s’est vérifié le 26 juillet 2008, lorsque le gouvernement fédéral est intervenu pour prévenir sa faillite4. Pour cette raison, les marchés financiers évaluent cette société en tenant implicitement compte d’une garantie gouvernementale. »

« Bien que Freddie Mac ne soit pas supporté ou financé par le gouvernement fédéral américain et que sa pérennité ne soit pas légalement garantie par ce même gouvernement, beaucoup de gens œuvrant dans le secteur de la finance estiment qu’elle est trop grosse pour que l’État la laisse tomber en faillite le cas échéant3. Cette croyance a été validée le 26 juillet 2008 lorsque le gouvernement fédéral est intervenu pour prévenir sa faillite4. Pour cette raison, les marchés financiers évaluent cette société en tenant implicitement compte d’une garantie gouvernementale. » (Wikipédia)
http://fr.wikipedia.org/wiki/Federal_Home_Loan_Mortgage_Corporation#cite_note-3

« Dites-nous donc pourquoi M. Gagnon a changé complètement ses positions entre aujourd’hui et les citations que vous sortez? » ->kevin

J’espère que c’est pour de l’argent, sinon…

@ Raymond Campagna:

J’ai déjà été un gogauche, j’ai même déjà voté NPD.

Jusqu’au jour ou j’ai arrêter d’être dogmatique et que j’ai eu le « courage » de lire Friedman et Rand.

Et quand j’ai eu ce courage de mettre mes dogmes de côtés pour réfléchir j’ai réaliser à quel point j’étais dans l’erreur.

je te souhaite d’avoir le même courage un jour.

@ Yvon Fleurent :

Fannie et Freddie était des GSE et par conséquent leur dette était garanti par le gouvernement.

C’est un commité du congrès qui dictait les politique de fannie et Freddie.

Beginning in 1992, Congress pushed Fannie Mae and Freddie Mac to increase their purchases of mortgages going to low and moderate income borrowers. For 1996, the Department of Housing and Urban Development (HUD) gave Fannie and Freddie an explicit target — 42% of their mortgage financing had to go to borrowers with income below the median in their area. The target increased to 50% in 2000 and 52% in 2005.

For 1996, HUD required that 12% of all mortgage purchases by Fannie and Freddie be « special affordable » loans, typically to borrowers with income less than 60% of their area’s median income. That number was increased to 20% in 2000 and 22% in 2005. The 2008 goal was to be 28%. Between 2000 and 2005, Fannie and Freddie met those goals every year, funding hundreds of billions of dollars worth of loans, many of them subprime and adjustable-rate loans, and made to borrowers who bought houses with less than 10% down.

Fannie and Freddie also purchased hundreds of billions of subprime securities for their own portfolios to make money and to help satisfy HUD affordable housing goals. Fannie and Freddie were important contributors to the demand for subprime securities.

Congress designed Fannie and Freddie to serve both their investors and the political class. Demanding that Fannie and Freddie do more to increase home ownership among poor people allowed Congress and the White House to subsidize low-income housing outside of the budget, at least in the short run. It was a political free lunch.

http://online.wsj.com/article/SB122298982558700341.html

There is a wide belief that Fannie Mae securities are backed by some sort of implied federal guarantee, and a majority of investors believe that the government would prevent a disastrous default. Vernon L. Smith, 2002 Nobel Laureate in economics, has called Freddie Mac and Fannie Mae « implicitly taxpayer-backed agencies. »
[17] The Economist has referred to « [t]he implicit government guarantee »[18] of Freddie Mac and Fannie Mae. In testimony before the House and Senate Banking Committee in 2004, Alan Greenspan expressed the belief that Fannie Mae’s (weak) financial position was the result of markets believing that the U.S. Government would never allow Fannie Mae (or Freddie Mac) to fail.

J’espère que Yvon Fleurent prend bonne note.

Pas besoin de prendre des notes les dernières références confirme le # 16 c’est le même texte de Wikipédia que tu nous « copie et colle ».

Tu accuses les démocrates d’être intervenu alors que les républicains étaient au pouvoir en plus le gouvernement n’a jamais signé aucune garantie, et n’est pas intervenu aucune. Juste des paroles.

C’est une game que les banques ont jouée et Bush et l’administration ont sorti le fric.

Apprends à lire à moins que tu nous prennes pour des idiots.

Toujours la même affaire les llibéralistes et libertarien, ils doivent se servir de la désinformation et même du mensonge pour faire passer leur idéologie qui est pratiquement une religion.

Là il va sortir la guerre des mots.

@ Yvon Fleurent:

Le projet de réforme des GSE a été bloqué en comité par un filibuster.

C’est pourtant simple à comprendre…

Et si le gouvernement n’est pas intervenus, alors pourquoi il a sauvé Fannie et Freddie avec 200 milliards de dollars ?

200 milliards aux GSE, juste des paroles ?

Si seulement c’était vrai…

(Le projet de réforme des GSE a été bloqué en comité par un filibuster. » (DG)

Donc le gouvernement n’est pas intervenu.

Tu dis que le gouvernement est intervenu mais que l’on a empêché le gouvernement d’intervenir par un filibuster.

« Et si le gouvernement n’est pas intervenus, alors pourquoi il a sauvé Fannie et Freddie avec 200 milliards de dollars ? » (DG)

Tu commences à être mêlé.

@ Yvon Fleurent:

Le gouvernement n’a pas pu intervenir pour faire casser une intervention du gouvernement remontant à Bill Clinton.

C’est juste.

Gagnon n’a jamais eu de preuves pour prouver ses supposées interventions de l’état.

Pas des articles écrites par des gens comme lui, mais bien des contrats, des règlements et des lois écrites qui obligent les banques à faire des prêts aux gens non solvables.

De plus le CRA n’oblige ni une banque ni personne à prêter une seule piasse à des gens non solvables.

http://dsp-psd.tpsgc.gc.ca/Collection-R/LoPBdP/BP/bp464-f.htm

Gagnon t’as pas fait de preuve t’as fait un copier coller partisan sans rapport.

Tu es incapable d’en écrire une dans tes propres mots en français. Voilà, incapable, totalement incapable. Sinon écris.

@ Raymond Campagna:

worst excuse ever…

Le commentaire # 19 c’est la preuve des magouille étatique dans le marché de l’immobilier.

Tu sais, un copier-coller est aussi une preuve.

@dgagnon

Encore de la désinformation:

«Excerpts from a 19-page document, « Freddie Mac Field Program State by State Summary Report, » dated Dec. 12, 2005. It shows that Freddie Mac and Republican consulting firm DCI targeted 17 GOP senators in a campaign to build opposition to a tough regulatory bill. The campaign began shortly after the Senate Banking Committee sent the measure to the full Senate on July 28, 2005.»

http://www.foxnews.com/wires/2008Oct20/0,4670,InfluenceGameReport,00.html

@ Raymond Campagna

Fannie et Freddie ont voulu acheter les républicain de la même manière qu’ils avaient acheté les démocrates, rien de nouveau sous le soleil !

Tu ne fais que confirmer ce que je dis. Fannie et Freddie dépendant de l’état.

Merci pour cette preuve.

@ Raymond Campagna:

Les financier qui travaillent en connivence avec l’état pour piller l’argent des payeurs de taxes ?

Bien sûr qu’ils sont pourris égoïstes et fourbes. C’est une évidence.