Pauline Marois 2.0

Plus ça change, plus c’est pareil. En visite à New York, la Première ministre multiplie les rencontres pour attirer les investissements privés dans le Nord québécois.

Le Plan Nord a été rebaptisé « Plan Nord pour tous » en octobre et elle parle ces jours-ci «d’un Plan Nord dans la perspective du respect du développement durable et de la Consultation des Premières Nations». C’est plus long à dire, mais  c’est toujours le Plan Nord.

Jean Charest avait raison, il faut favoriser l’exploitation des richesses du Nord québécois parce que le Québec a besoin d’un nouveau vecteur de développement économique et de ressources fiscales supplémentaires.

On reprochait à l’ancien Premier ministre son obsession pour le développement du Nord et ses nombreux voyages pour séduire les investisseurs étrangers. Pauline Marois ne parle que de ça à New York et elle était toute fière de présenter «son » Plan Nord en octobre à Paris.

Son Plan Nord est-il si différent que celui des libéraux ? Il me semble que les différences ne cessent de rétrécir.

En campagne électorale, le PQ disait que le Québec ne récoltait pratiquement rien en redevances et que le gouvernement Charest faisait « pire que Maurice Duplessis ». Pauline Marois dit aujourd’hui que les changements ne seront pas radicaux et que ses exigences seront « aussi raisonnables » que celles du précédent gouvernement.

Il me semble aussi que le PQ jouait davantage la carte du nationalisme économique en préconisant un investissement important du gouvernement dans les sociétés minières. J’entends moins ce discours. Le gouvernement péquiste veut par contre augmenter de façon significative les investissements étrangers au Québec et a pris des dispositions en ce sens dans son premier budget.

Madame Marois a aussi défendu à New York le Fonds des générations qu’elle voulait décaisser il y a à peine quelques mois.

La Première ministre a profité de sa visite pour parler d’Expansion Québec qui servira d’incubateur pour des petites entreprises québécoises qui veulent percer le marché new yorkais. Le Québec loue des bureaux à des entreprises qui n’auraient peut-être pas les moyens de se doter d’un bureau dans la métropole américaine.

On le sait, le PQ est aussi extrêmement chatouilleux sur tout ce qui concerne le français et les raisons sociales des entreprises. Le noms des premiers locataires : Smart Use, Rock and Social, Float 4, Misrego et Fast Grab.

Voilà une autre réalité économique : l’économie du Web fonctionne en anglais, et ce, partout au monde.

18 commentaires
Les commentaires sont fermés.

La principale différence entre les deux gouvernements concernant le plan nord est apparue lorsque le PQ a renégocié l’entente pour la route 167. Il y a des limites à payer les infrastructures des compagnies.

Comme le disait un auditeur l’autre jour à la radio: Le Parti québécois est comme un mauvais conducteur; il « flashe » à gauche et il tourne à droite!

Le Parti québécois est d’une hypocrisie sans borne.

Pauline Marois = libéraux 2.0; belles promesses en campagne électorale, mais avouez que avec tous les reculs, on se retrouve où les libéraux étaient et voulaient aller. Alors peut-être la meilleure sécurité on la possédait avant.

Je suis bien heureux de relever que madame Marois prend son nouvel emploi de première ministre du Québec au sérieux et qu’elle participe aux divers forums qui contribuent à donner de la visibilité à notre province. Qui plus est, le fait qu’elle soit une femme lui permet d’attirer des sympathies qui n’existaient pas auparavant. Si l’image du Québec passe plutôt bien présentement à l’étranger et même avec d’autres provinces comme l’Alberta et l’Ontario, je pense que nous aurions bien tort de nous en plaindre.

Ce qui contribue à amener les investisseurs sérieux à investir, c’est le fait qu’il règne un climat de confiance dans lequel les investisseurs rencontrent des contreparties qui les comprennent et qui les écoutent. Si les élus du Québec se mettent et surtout se maintiennent en mode écoute durablement, cela crée des conditions favorables à l’épanouissement de notre bienêtre.

@François 1

Lorsque le PQ est à gauche, vous critiquez parce qu’il est trop à gauche…

Lorsque le PQ est plus à droite, vous le critiquez aussi parce qu’il est hypocrite…

Vous me semblez être un éternel insatisfait…

@Eric

Entre 1998 et 2010, les dépenses administratives fédérales ont explosé de 107%, pendant que le revenu moyen des familles n’augmentait que de 22%, remarque M. Gobeil. « Et cette progression s’est accentuée sous les conservateurs», dit-il.

L’auteur met en évidence que les dépenses en santé au Québec, censées être hors de contrôle, ont crû de 83% pendant cette période.

Vous dites : « Plus ça change, plus c’est pareil », mais interprétez vous bien la réalité ?

Que notre première ministre aille sur le terrain ce ceux qui historiquement sont les plus gros investisseurs au Québec pour leur faire savoir qu’ils sont toujours les bienvenus chez nous, qu’elle fasse référence au dévelopement du Nord déjà amorcé et qu’en même temps elle leur glisse poliment que son gouvernement sera un peu plus exigeant que le précédent, on ne peut il me semble qualifier ça de « Plus ça change plus c’est pareil ».

Si on en juge par les débats qui ont eus lieu l’automne dernier en commission parlementaire sur la révision de la loi sur les mines, le PQ et les Libéraux étaient aux antipodes, autant les Libéraux étaient prêts à laisser toutes les portes ouvertes et le strict minimum de contraintre aux exploiteurs de nos ressources naturelles, autant le PQ suggérait des mesures et façons de faire qui pouvaient garantir que le développement et l’exploitation du Nord Québécois se fasse de façon à ce que les deux parties (l’exploitant et le proriétaires des ressources) en sortent gagnants, que le développement soit durable et les retombées économiques plus équitables pour les québécois.

Le virage à faire dans l’intérêt des québécois reste à faire, le PQ a donné ses couleurs mais étant minoritaire il ne peut imposer sa position, la nouvelle loi qui va régir sera mise au point en commission parlementaire au cours des premiers mois de l’année; c’est à ce moment là, lors des échanges entre les parlementaires, qu’on pourra réellement vérifier si comme vous le dites PQ ou Libéraux c’est du pareil au même. Il est évident que dans ce contexte le PQ n’aura d’autres choix que d’accepter des compromis sur sa position de départ, mais je vous mets immédiatement au défi de nous présenter ici un petit résumé des positions qui seront prises par chacun des partis à cette commission parlementaire; je serais le premier surpris que vous puissiez conclure alors que Lib ou PQ c’est du pareil au même !!

@ Serge Drouginsky (# 6):

« …prend son nouvel emploi de première ministre du Québec au sérieux et qu’elle participe aux divers forums qui contribuent à donner de la visibilité à notre province. » (sic)

WRONG!

Elle est plutôt allé à New-York RASSURER les Américains pour qu’ils ne décotent pas le Québec devant le double discours que les Péquistes tiennent depuis 100 jours.

Voilà la VRAIE raison de son voyage où elle en a également profité pour vendre le Plan Nord de Jean Charest!

Seb

Le fédéral garde sa cote AAA avec toutes les agences de notation, les doigts dans le nez. Ça vient d’être confirmé encore cette semaine.

Et le fédéral ne renie pas systématiquement toutes ses « promesses » après les élections.

@ Cher François 1er, (# 10) :

Autant que je sache, le « Plan Nord » n’est pas la paternité exclusive, ni une marque déposée de monsieur Jean Charest. Vous me paraissez en cette occurrence être plus monarchiste que le monarque lui-même.

On investit dans le Nord depuis belle lurette et donc si on devait « paternaliser » ou à tout le moins trouver un « précurseur », il faudrait je suppose donner le crédit à Maurice Duplessis.

J’aimerais vous rappeler que le « Plan Nord » tel que présenté par monsieur Charest est un plan prévu sur une période assez longue, de l’ordre de 40 ans et…. ce serait une parfaite réussite s’il pouvait durer plus d’un siècle.

Ce qui signifie que monsieur Charest était parfaitement conscient que d’autres élus du Québec auraient au fil du temps à parachever l’ouvrage qui dans son stade d’évolution actuel n’est qu’un « work in progress » ou si vous préférez, ce qu’on appelle dans un bon français : une ébauche en progression….

– Aussi, si je vous comprends bien, ce que vous reprochez à madame Marois, c’est de s’employer à assurer la continuité de l’État québécois.

Le vrai Plan Nord, gracieuseté du réchauffement climatique, sera la culture du blé et du maïs à kuujjuaq.

@ Serge Drouginsky (# 12):

Tout comme la nationalisation de l’électricité est étroitement associée à René Lévesque, le Plan Nord est et demeuera intimenent associé à Jean Charest qui en a fait sa marque de commerce.

Quand va-t-on arrêter de critiquer le PQ parce qu’il ne fait pas ce qu’il a promis ? Le PQ est minoritaire. Ça ne semble pas rentrer dans la tête du monde qu’il n’est possible pour le PQ de réaliser ce qu’il a promis. C’est encore plus difficile de faire quoi que ce soit quand les partis d’opposition ont des vues si différentes (pour ne pas dire irréalisable en ce qui concerne la CAQ) de celles du gouvernement. Les Libéraux, sans chef, ils n’approuveront rien, mais si c’est bon. Puis Legault, lui, est contre tout. Zéro jugement de la part des principaux partis d’opposition. Qu’on élise le PQ majoritaire et le Québec avancera plus vite. En attendant, on fait ce qu’on peut.

@ Pierre Leclerc (# 15):

HEUREUSEMENT que le parti québécois est minoritaire sinon, ce serait la ca-tas-tro-phe!!!

Les partis d’opposition jouent à la perfection leur rôle de garde-fou pour ces illuminés. Dieu merci, ces 3 partis existent.

« Qu’on élise le PQ majoritaire et le Québec avancera plus vite »…VERS LE PRÉCIPICE!

Près de 68% des Québécois ont voté CONTRE le parti québécois et il a été élu avec moins de 1/2%) de votes de plus que son principal adversaire, le Parti Libéral du Québec.

Les Québécois étaient prêts à lui donner sa chance au début de son mandat mais malheureusement, il a depuis brûlé ses cartouches. Il fait du « moon walk » à répétition et s’empêtre pitoyablement dans des dossiers relativement simples et ça n’a rien à voir avec le fait qu’il est minoritaire, au contraire, s’il avait été majoritaire, plusieurs dossiers compromettants (déjà après seulement 3 mois…imaginez 4 ans!!!) seraient demeurés cachés aux yeux des électeurs ce qui est précisément ce qu’il reprochait aux Libéraux soit dit en passant!

J’ai hâte dans 3 à 6 mois de voir Philippe Couillard débattre avec votre cheffe…

Du bonbon.

À François 1er,

Le Parti Libéral vous paye combien pour tenir des propos aussi dénués de bon sens ?

@ Pierre Leclerc ( #17):

Je ne charge aucune « redevance ».

J’utilise mon gros bon sens tout comme les 70% des Québécois qui sont en désaccord avec les politiques de votre Pauline Marois.