Pauline Marois derrière le banc

La Caisse de dépôt doit-elle acheter le Canadien de Montréal ? Le Parti Québécois dit oui, comme si c’était du ressort de l’Assemblée nationale de dicter la ligne de conduite de la Caisse et peut-être pour prouver quel formidable outil de développement économique québécois pourrait être la Caisse québécoise si elle faisait des investissements québécois pour sauver la propriété québécoise de certaines entreprises… québécoises.

En principe, je ne suis pas contre ce genre d’investissements, tout dépend du prix et des possibilités d’appréciation. Mais acheter une entreprise sur le seul prétexte qu’elle est québécoise et qu’elle a une valeur de symbole n’est pas une politique de placement.

Teachers, la caisse de retraite des enseignants ontariens, n’a jamais lésiné à investir massivement dans une entreprise à fort potentiel. Elle a acquis des positions dominantes dans Groupe Pages Jaunes et Shoppers Drug Mart (Pharmaprix) qu’elle a revendue par la suite en encaissant de juteux profits. C’est ce qu’elle s’apprêtait à faire avec Bell.

Teachers est aussi propriétaire majoritaire de Maple Leaf Sports and Entertainment, à Toronto. C’est le consortium qui regroupe les équipes de hockey, de basketball, de soccer, le Air Canada Centre ainsi que la division divertissement. C’est l’équivalent des propriétés de George Gillett à Montréal, soit le Club de hockey Canadien, le Centre Bell et le Groupe spectacles Gillett.

Les Maple Leafs se sont avérés un placement très payant. Selon Forbes, l’investissement de 102 millions de dollars américains commencé en 1994 vaudrait aujourd’hui 448 millions de dollars. Selon Vincent Brousseau-Pouliot, de La Presse, Teachers a investi 50 millions en 1994 et une évaluation faite par ses partenaires dans l’aventure porterait la valeur de l’entreprise à 1,2 milliard de dollars canadiens.

La Caisse ferait-elle aujourd’hui une bonne affaire en achetant la participation de George Gillett ? Selon Forbes, cette propriété vaudrait 334 millions de dollars américains, soit environ 410 millions canadiens. La valeur de la participation de Gillett serait donc de 328 millions de dollars canadiens.

Nous sommes donc loin des 50 millions investis par Teachers il y a 15 ans. La Caisse et ses éventuels partenaires seraient-ils capables de rentabiliser encore plus l’équipe, l’amphithéâtre et sa division de spectacles ? Quelle est la capacité financière du marché et son potentiel pour que cet investissement rapporte bien au cours des prochaines années ?

Je ne suis pas sûr que ce serait un bon placement pour la Caisse. D’autant plus que la rentabilité de l’équipe sera fortement diminuée par la baisse du dollar canadien.

C’est d’autant plus fâcheux qu’en 2001, c’est elle qui a prêté quelque 140 millions à George Gillett pour acheter l’équipe. Le gouvernement péquiste de l’époque n’a, semble-t-il, pas vu là une affaire digne d’intérêt. Pour autant, évidemment, qu’on estime que c’est au gouvernement et aux ministres des Finances de dire à la Caisse ce qu’elle doit faire…

Laisser un commentaire

Je suppose que c’est mieux d’investir 2 milliards dans l’aéroport de Londres. Et revendre à 1,5 comme on s’apprête à le faire…

Il faut revoir le mandat de la Caisse. Et dans la revision, on doit tenir compte des commandes politiques. L’achat du CH en est une qui se justifie entièrement. La Caisse n’est pas obligé de tout acheter. 51% des parts suffiraient amplement. La cie fait des profits en plus!

Parlant de l’Ontario, le chomage est plus élevé qu’au Québec (8,7 vs 7,9%), le déficit est trois plus élevé (14MM vs 4MM) et elle recoit maintenant de la péréquation. Mais toujours pas une seule grosse manchette dans ce sens dans nos médias.

Pauline vient une fois de plus de montrer son manque de flair politique en faisant une proposition absurde.

Qui est ou sont donc les juniors qui conseillent Pauline ?

Le double mandat de la CDPQ lui permet d’acquérir 51% des parts du Canadien, avec d’autres partenaires québécois.
Il n’a rien de suspect ou risqué là-dedans. Comparé à certains placements faits par la Caisse récemment, ce serait beaucoup plus judicieux.
Quant à moi, la Caisse aurait dû investir dans l’or. Le prix de l’once est passé de 600$ à 950$ en quelques mois. Ça, c’est savoir investir !

Un p’tit mot sur le fédéralisme rentable pour les chouchoux ontariens…. Lorsque le très sérieux Globe and Mail dit que le Québec a été humilié, c’est que l’heure est grave. Où est le Bloc?

http://www.theglobeandmail.com/servlet/story/RTGAM.20090326.WBSteele20090326191245/WBStory/WBSteele

Quebec humiliated on tax deal

A previous post speculated that Ontario’s deal with the federal government to harmonize sales tax was much better for consumers than the one negotiated by Quebec.

A review of the Ontario budget reveals this is true.

Ontario will receive $4.3-billion in adjustment assistance from Ottawa over the next two years. In comparison, Quebec received… nothing. Nada. Zilch.

That assistance will allow Ontario to send cheques for $1,000 to families or $300 to single people in 2010-11 to ease the transition to the single new tax.

In comparison, Quebec consumers didn’t get a penny of help with transition costs.

Instead, the federal government gave the Quebec provincial government $93-million to collect the GST for it.

In Ontario, the combined rate remained the same. But when collection was harmonized in the PQ’s 1995 budget, the separatists actually raised the rate by one point, and then blamed the federal government for it.

PQ Finance Minister Jean Campeau told reporters: « This is a budget done under the federal system. If we stay in the federal system, then we will have to increase our taxes. »

The sad truth is the Quebec government was more concerned about who would run the tax than the impact on people.

The result is Quebec won the right to collect the tax, and Ontario won enough cash to mail $1,000 cheques to those impacted by the changes.

Voters in Quebec should be storming the National Assembly demanding their $1000 cheques this week.

Because unlike most of what separatists have claimed over the years, this actually is a humiliation.

J’ai bien trop peur qu’on en vienne à mêler politique et sport. Si l’équipe ne va pas chercher un gros joueur sur le marché des joueurs autonomes pour une question de budget, qui va être le responsable? le gouvernement.

Autre chose, est-ce que ça va être la responsabilité du gouvernement du Québec à veiller sur une bonne représentation de joueur québécois. J’entend dèjà les Jacques Noel de ce monde dire qu’en tant qu’institution national il serait du devoir du gouvernement de faire une plus large place aux Québécois dans l’équipe.

Et pourquoi le gouvernement achèterait les Canadiens et non les Nordiques?

C’est déjà difficile sur le plan sportif, propriété d’un privé qui fait un excellent travail de proprio alors imaginé si le politique embarque la-dedans.

Monsieur Noel – « The sad truth is the Quebec government was more concerned about who would run the tax than the impact on people. »

Vrai ou faux?

@Etienne

Est-ce qu’on blâme Jean Charest pour la programmation à télé-Québec. Faut pas charrier. Parcontre oui, faudrait que la Caisse investisse aussi dans les Nordiques.

@Lorraine: qu’avait dit le ministre fédéral? On va chercher à créer de l’instabilité comme au Chili avec Pinochet. Cette nouvelle est énorme mais personne n’a encore réagi.

@Pierre Duhamel: vous êtes rendu à tu et à toi avec le Gros Gilles?

1) Je préfèrerais que la CDPQ ne se mêle pas du Canadien.
Pas certain que se soit payant pour le Québec.
2) Marois se plaint que Charest intervient dans les décisions de la CDPQ et elle fait la même chose.

Les politiciens qui se mêlent à la gestion de la caisse. Evidemment puisque la caisse est un joujou qui a été crée par eux.

Un recette pour un désastre.

En laissant faire ça vous l’aurez cherché

En 1988, Autil et cie ont acheté les Nordiques pour 14 millions usd, 16 millions can. Ils ont revendu en 1995, 70 millions us, 100 millions can. C’est sans compter les 15M usd obtenus pour la vente de Lindros et 14M usd dans les droits de deux expansions. Et les profits annuels parce que la cie était profitable en 1995 (la vente des Nordiques demeure une honte, une autre trahison de nos élites)! Bref, du 1000% en 8 ans à peine!!

Le meilleur placement à vie pour le Fonds de Solidarité qui a fait une moyenne de 3% depuis ses débuts!

Mais c’est pas tout. Forbes estime la valeur des Nordiques à 231 millions usd, présentement, soit 17 fois le prix d’il y a 21 ans! Mauditement plus payant que d’investir dans l’aéroport de Londres….

http://www.philly.com/inquirer/sports/20081030_Forbes_data_good__bad_for_Flyers.html

@Etienne: La Ville de Montréal a été propriétaire des Expos et Jean Doré n’a jamais choisi le lanceur partant de l’équipe…