Petites annonces, gros profits !

Les sites Kijiji, Marketplace, LesPAC ou autres affichent de tout à vendre, des appareils d’exercice aux billets de spectacles de Madonna des années 1980. Voici des conseils de pros pour en tirer le maximum de profits.

bach005 / Getty Images / Montage L'actualité

Le plus judicieux conseil de Kent Sikstrom, directeur des relations avec la communauté à Kijiji, pour obtenir le meilleur prix lorsque vous désirez vendre des biens sur un site de petites annonces : « Mettre le prix dans le titre de l’annonce. » 

De nos jours, dit le porte-parole de cette populaire plateforme de vente en ligne, « les utilisateurs magasinent très rapidement et recherchent un prix avant tout ». Vous serez plus certain d’obtenir la somme désirée si vous affichez vos couleurs d’entrée de jeu.

Le titre de l’annonce ne devrait pas être platement descriptif, genre « Vélo à vendre », poursuit-il. « En plus d’un qualificatif, on n’hésite pas à ajouter des lettres majuscules afin de mettre l’accent sur un point précis. Par exemple, un titre comme “Vélo de route COMME NEUF pour 600 dollars” sera beaucoup plus percutant. »

Un autre truc pour maximiser le prix de vente est de profiter du bon moment. Un classique : en période de canicule, c’est le temps de vendre le climatiseur. Mais la saisonnalité n’est pas tout. « Sur notre page d’accueil, vous pouvez voir ce qui est fortement recherché actuellement. »

Prenez garde cependant d’afficher des prix abusifs sur Kijiji, Marketplace, LesPAC ou autres sites de ce genre. Vous risquez de perdre votre temps ou, pire, de devoir répondre aux justiciers en ligne ! Par exemple, sur la page Facebook « Vente et achat de matériel de plein air », qui regroupe plus de 74 000 membres, l’annonceur qui demande une somme exorbitante sera rapidement rappelé à l’ordre par des internautes. « Nous avons des experts en équipement qui n’hésitent pas à dénoncer les abus en intervenant sur la page du produit annoncé, signalant notamment que ce dernier coûte moins cher à l’état neuf », explique le fondateur de ce groupe, le guide d’aventure Raphaël St-Onge. 

Fixer le juste prix demande un peu de recherche. « On le détermine en consultant la concurrence, dans le neuf et l’usagé », conseille Julie Couture, grande utilisatrice de la vente en ligne. 

Depuis longtemps, dès que quelque chose accumule la poussière chez elle, la Montréalaise l’affiche en ligne. « J’ai même vendu des plantes vertes ! Contre toute attente, ç’a été la folie », raconte cette quadragénaire, qui a liquidé récemment une partie du contenu de son appartement au moment d’emménager chez son amoureux.

Au fil des ans, elle a trouvé des trucs pour « ne plus perdre de temps avec les téteux qui veulent négocier le prix au plus bas », dit-elle. Le mot d’ordre : laisser le moins de place possible au marchandage. D’abord en publiant des photos de qualité, où l’objet est présenté dans toute sa splendeur. « Je prends en considération le fait que les utilisateurs de ces plateformes consultent mon annonce autant sur leur téléphone intelligent que sur leur tablette ou leur ordinateur avec un écran de 20 po », dit-elle.

Ensuite, Julie Couture décrit en long et en large le produit qu’elle souhaite vendre. « Plus vous mettez de détails, moins vous aurez de questions. » Et plus courte sera la discussion, moins nombreuses seront les occasions pour l’acheteur de négocier à la baisse, dit-elle.  

Ce bout-là ne fonctionne pas toujours. Mais au moins, lorsqu’on vous posera des questions dont les réponses se trouvent déjà dans votre annonce… vous aurez ces réponses toutes prêtes.