Peut-on comparer le Québec à la Grèce ?

Peut-on comparer le Québec à la Grèce ? Le Québec est-il dans une situation semblable à la Grèce ou risque-t-il à court terme de s’y retrouver ? J’ai répondu à ces questions vendredi après-midi à l’émission de Gilles Parent au FM 93 à Québec. J’ai pensé mettre sur écran quelques éléments de réponse.

Non seulement la Grèce est dans le pétrin, mais elle devenue l’exemple absolu d’une situation budgétaire et économique catastrophique. Elle est devenue  le point ultime de comparaison quand on veut illustrer quelque chose qui va extrêmement mal. C’est le cancre de la classe, sauf que la classe est la planète entière !

Pourquoi pourrait-on avoir cette tentation de nous comparer à la Grèce ?

1. Le Québec est très endetté. Qu’importe la définition de l’endettement que vous choisissez (déficits accumulés, dette brute, dette nette, dette du secteur public) nous sommes la province la plus endettée du Canada en proportion de la taille de l’économie.

2. Il y a deux ans, le ministère des Finances du Québec a lui-même comparé le niveau d’endettement du Québec à celui du Japon, de l’Italie, de la Grèce et de Islande. Pour ce faire, il avait ajouté à la dette du Québec une partie de la dette fédérale et appliqué la méthodologie utilisée par l’OCDE.

3. Nous ajoutons à cette dette des milliards de dollars par année à cause des déficits budgétaires et des investissements dans les infrastructures et les réseaux publics d’éducation et de santé.

4. Les Québécois travaillent moins d’heures que les autres Nord-Américains, ses citoyens gagnent moins que l’immense majorité des autres Canadiens, prennent leur retraite plus tôt et  épargnent moins que les autres Canadiens. Selon l’étude de HEC, un écart se creuse entre le Québec et les provinces les plus riches du pays (sauf pour les plus pauvres d’entre nous) et se rétrécit avec les habitants des provinces maritimes. Martin Coiteux estime ces derniers pourraient nous dépasser d’ici 10 ans, si les tendances se maintiennent.

5. Le Québec et les Québécois auraient-il un problème de dépendance économique ? 22 % du revenu personnel disponible des Québécois provient des transferts aux particuliers (programmes sociaux) et les transferts fédéraux représentent 22,5 % des revenus du gouvernement du Québec. Dans ce dernier cas, c’est une forte augmentation depuis 2001-2002 alors qu’ils ne comptaient que pour 18,9 %.

Voilà certes un dur portrait, mais toute comparaisons avec la Grèce m’apparaît poussée à l’extrême et non avenue. Voilà pourquoi.

1. Le Québec est lourdement endetté, mais ses prêteurs n’ont pas de raison de croire que le gouvernement ne sera pas en mesure de payer les quelque 9 milliards de dollars d’intérêts annuels que coûtent nos emprunts. Plus que l’endettement en soi, c’est la capacité de servir la dette qui préoccupe les marchés. Il faudrait une augmentation subite et substantielle des taux d’intérêts pour que la situation change.

2. Le Québec n’est pas un État souverain. Il fait partie d’un pays dont la cote de crédit AAA semble à l’abri de toute révision. Surtout, c’est pour le moment un jeu de l’esprit que d’additionner la portion de la dette fédérale qui appartient aux Québécois à la dette du Québec.

3. Comparativement à la Grèce, la situation budgétaire et financière du Québec est un modèle de transparence. Nous avons accès à tous les chiffres, qui sont par ailleurs vérifiés par un tiers. On peut sourciller quand le gouvernement met directement à la dette presque toutes ses dépenses de voirie, mais cela est fait au vu et au su de tous et apparaît au budget.

4. La situation budgétaire du Québec est relativement sous contrôle. Il n’y a pas de dérapage incontrôlé des dépenses, même si l’État mène un grand train de vie.

5. Les investissements dans les infrastructures étaient nécessaires et incontournables. Les routes, les ponts et viaducs avaient besoin d’une remise à niveau après des années de négligence.

6. Contrairement aux Grecs, les Québécois ne répugnent pas à payer taxes et impôts élevés pour maintenir le train de vie de leur État. Le gouvernement a accru ses revenus de 8 milliards de dollars depuis deux ans pour limiter son déficit et maintenir ses programmes.

7. L’économie grecque est dans une période qu’on pourrait comparer au sevrage pour un junkie. Tout est à repenser et à faire autrement. L’économie est en déroute (baisse de 7 % du PIB) et l’appauvrissement de la population est aussi massif que soudain.

L’économie québécoise n’avance pas vite, mais elle ne recule pas. Il n’y a pas d’appauvrissement de la population, sauf un appauvrissement relatif face aux habitants d’autres provinces où l’économie va mieux.

Les conditions de vie des Québécois sont bien meilleures que celles des Grecs et supérieures à celles de la grande majorité des pays. Ce niveau de confort est réel, même s’il repose beaucoup sur les politiques redistributrices du Canada et sur l’endettement public.

Voilà pourquoi les Québécois pourraient trouver insultants de se voir comparer aux Grecs. Ce qui se passe dans ce pays ne correspond pas à leur vécu quotidien. Pas convaincu ? Regardez les classement faits par Luc Godbout et ses amis pour CIRANO sur la qualité de vie des pays membres de l’OCDE.

En poussant cette comparaison dramatique avec la Grèce, on risque de banaliser les appels à la prudence et à la rigueur. Banaliser aussi tous les efforts pour recadrer le rôle de l’État.

 

 

53 commentaires
Les commentaires sont fermés.

D’ailleurs, concernant CIRANO, ils ont compilé un tableau de l’évolution du PIB aux prix de marché 1999-2009 :

PIB par habitant($ US)_Différence avec le PIB du Québec(%)_Croissance annuelle moyenne réelle 1999-2009 (%)

Québec 30 632 s.o. 1,2
Ontario 36 942 20,6 0,4
Canada 37 808 23,4 1,0
États-Unis 45 674 49,1 0,8
Union européenne(15) 34 516 12,7 0,9
OCDE 33 054 7,9 1,1

Je suis d’accord que la situation du Québec n’est pas comparable avec la Grèce ACTUELLEMENT, Mais:
1-Qu’on le veuille ou non le QC est très endetté, qu’il soit capable de payer les intérêts,n’enrichit personne.
2- La cote de crédit du QC est A pas AAA comme le Canada. Et serait plus basse dans un Québec souverain.
3-Le PIB corrigé en fontion du pouvoir d’achat est semblable à celui de la Grèce http://qe.cirano.qc.ca/graph/pib_par_habitant_en_parite_des_pouvoirs_d_achat_pays_de_l_ocde_2009
4-Pas au même niveau que la Grèce mais nous avons aussi un sérieux problème de travail au noir.
5-La qualité de vie des pays membres de l’OCDE, c’est un sondage, pas une donnée économique, et ça peut changer très vite

Si le Québec était un pays indépendant en ce moment il n’y a aucun doute dans mon esprit que nous serions la Grèce d’Amérique du Nord. Nos coûts d’emprunt seraient plus élevés et notre situation beaucoup plus précaire, et ce à court terme. A partir de là un cercle vicieux à la Grecque est possible.

La principale différence entre la Grèce et le Québec est que nous faisons partie d’une véritable fédération (et je ne dis pas ça pour défendre un quelconque point de vue fédéraliste, je me contrefiche du débat constitutionnel), en clair les investisseurs savent que la fédération viendra à la rescousse quasi automatiquement en cas de pépin. Cela cela nous permet d’emprunter à des taux raisonnables et de servir la dette relativement facilement.

Ça c’est la situation actuelle, mais le passé n’est pas garant de l’avenir. l’Ontario, qui compte pour 35% de l’économie Canadienne éprouve de graves difficultés budgétaires et économiques (notamment à cause de la gestion totalement inepte des Libéraux), ce qui diminue de beaucoup sa capacité d’aider les « mauvais élèves » comme nous. Mais le pire c’est que toutes ces difficultés seront vraisemblablement aggravées par une crise économique sérieuse liée à notre faible productivité et surtout à l’éclatement prochain de la bulle immobilière Canadienne. Or l’éclatement d’une bulle d’endettement cela fait TRÈS mal. Si cela se concrétise (et je ne vois pas comment on y échappera) alors la fédération en entier sera affaiblie et le Québec sera beaucoup plus exposé aux aléas des marchés.

Bref le Québec aussi frappera son mur, c’est juste une question de temps.

Et quand ça arrivera attendez vous aux même violences et au même troubles sociaux qu’en Grèce.

Rappeler vous les protestations 2003 ou les révoltes étudiantes, pour des peccadilles alors que le gouvernement touchait à peine aux « vaches sacrées ». Quand il sera contraint par les marchés de s’y attaquer pour de vrai alors ça va être le bordel comme disait la bosse de la CSN…

D’accord avec vous M. Duhamel.

Quand la droite ou la gauche dépeignent une situation tout en noir ou tout en blanc comme nos politiciens à l’Assemblée nationale ou la Chambre des communes, ils ne font rien pour augmenter leur crédibilité.

Sournoisement ils enseignent à toute la population québécoise et canadienne comment débattre d’un enjeu en se gueulant des lignes de communication sans s’écouter. Pis encore, lorsqu’à bout d’argument ils utilisent l’insulte et l’ironie pour ridiculiser l’adversaire, ils détruisent les fondements de la démocratie.

Vraiment tanné d’entendre que le ciel est dans mon parti et l’enfer dans l’autre…

Alain Michaud
Pointe-aux-Trembles

Toujours la même chose avec la droite, on a une voiture confortable et eux choisissent de seulement voir la consommation d’essence. Si on leur dit, oui mais la voiture est confortable, ils nous accusent d’avoir des lunettes roses!

Oui notre voiture coûte cher, mais elle nous procure confort et sécurité et c’est agréable d’y faire le voyage d’une vie.

Quant a la situation en Grèce. est-ce que les méthodes préconisées par les marchands de peur ont démontré une quelconque efficacité en Grèce? Je pose la question, mais n’ai pas de réponse à fournir.

@pbrasseur
Si Ma grand-mère avait des ailes, c’est du haut du ciel qu’elle se moquerait de votre jojosavardologie visant à dénigrer le Québec!

Allez-y mollo avec vos «si» lorsque vous voulez dénigrer des gens!

Si le Québec quittait le Canada, les maritimes seraient un pays du Tiers-Monde parce que l’Alberta déciderait de quitter aussi. L’ontario ne pouvant plus profiter des richesses de tous traînerait de la patte! Le Manitoba serait enseveli sous la potasse, etc.

Facile de dire n’importe quoi!

Je n’aime pas.

Il dit que le Canada est notre sauveur, qu’on est pas capables de se débrouiller seuls, bravo, c’est rempli de confiance à l’égard du Québec… Le Québec aurait besoin de ses propriétaires pour l’aider à gérer sa location. Si on était propriétaires de notre maison, on serait tout à fait capables de nous gérer… On serait autant sinon plus prospères. Ça lui permettrait en tout cas de se prouver à lui-même qu’il est capable de se prendre en main, qu’il est responsable. Un brin de confiance et de courage quand même. Ça suffit le niaisage!

Un Québec indépendant confondrait les sceptiques.

Ce qui sauve le Québec c’est que nous sommes une province canadienne.

Le Canada offre une sécurité pour les prêteurs et la péréquation nous permet de masquer le problème.

Les Grecs ont reçu un bailout de 153 milliards de dollars canadiens. Pour une population de 11,3 millions d’habitants, ce plan de sauvetage représente donc 13 540$/habitant.

Au Québec, nous avons la chance de profiter d’un bailout perpétuel du fédéral, soit les paiements de transferts et de péréquation. Depuis 2005, le Québec a reçu du fédéral 108 milliards de dollars ce qui représente une somme de 13 904$/habitant !

En bref, depuis 2005 le Québec a reçu d’Ottawa l’équivalent du bailout que la Grèce va recevoir !

Certaines personnes seront sans doute tentées de me répondre que la comparaison est odieuse puisque le Québec envoie chaque année plusieurs milliards de dollars en taxes et impôts à Ottawa. C’est juste. Mais je réponds à cet argument que non seulement le Québec reçoit plus du fédéral qu’il ne donne, mais qu’en plus, les Grecs devront rembourser l’intégralité des 153 milliards de dollars qu’ils ont reçus, et ce, avec un taux d’intérêt de 4,2%. Le fédéral n’a jamais demandé au Québec d’acquitter les sommes excédentaires reçues.

La question n’est pas de savoir si le Québec risque un jour de connaître le même sort que la Grèce puisque le Québec est déjà comme la Grèce ! Mais, contrairement à la Grèce, le Québec a un sugar daddy beaucoup plus conciliant…

1) Les Grecs ont vécu pendant des années sur crédit (je parle de l’ État grec);
2) Les Grecs travaillent moins que les Européens de l’Ouest;
3) Avant l’entrée dans l’Union Européenne, l’État grec a falsifie des documents susceptibles de provoquer des soupçons aux autorités de l’Union;
4) la qualité du travail en Grèce est au moins douteuse;
5) les Grecs se révoltent chaque fois que l’État prend des mesures qui touchent a leurs privilèges (et quand on parle de révoltes, on parle de dizaines, voire centaines de milliers de manifestants, affrontements durs avec la police, bâtisses et voitures incendiées etc.);
6) en Grèce, l’administration et l’autorité, surtout dans les zones rurales, sont quasi-inexistantes;
7) les Grecs ont fraudé l’État avec des milliards d’euros (voir les 20000 retraites décédés ou inexistants qui recevaient des pensions!).
Pensez-vous que le Québec est dans une situation similaire???
P.S. Je suis tanné d’entendre et lire que « les Québécois travaillent moins que les Canadiens et les Américains ». Mes amis, savez-vous quelle est la moyenne des vacances payées dans l’Union Européenne??? 22,4 jours! Au Québec on a 14 jours!!! En plus, le rythme du travail au Québec est plus élevé que dans l’Europe Occidentale! Ne vous comparez plus avec les Américains; ce sont des « malades du travail », des « workaholics »!!!

@ DanielM (# 6):

« Oui notre voiture coûte cher, mais elle nous procure confort et sécurité et c’est agréable d’y faire le voyage d’une vie. » (sic)

UNE vie ouin…

Profitez-en au max car ce sont nos enfants et nos petits-enfants qui paieront pour votre « voyage confortable »!!!

C’est à pleurer…

À propos de la péréquation et pour les bonhommes Sept-Heures de la drette :
http://www.radio-canada.ca/nouvelles/carnets/2010/04/06/128553.shtml?auteur=2094

Quelques citations :
«Si le Québec est le plus grand bénéficiaire de la péréquation en chiffres bruts, soit 8,6 milliards de dollars en 2010-2011, c’est surtout parce qu’il compte 7,9 millions d’habitants. Parce qu’il est aussi — après l’Ontario qui reçoit une contribution plutôt symbolique de péréquation — celui qui en reçoit le moins par habitant, soit 1111 $, contre plus du double pour des provinces comme l’Île-du-Prince-Édouard ou le Nouveau-Brunswick.»

«Le niveau de services publics au Québec n’a donc rien à voir avec la péréquation. C’est une question de choix politique, comme l’est celui de l’Alberta de se priver des revenus d’une taxe de vente provinciale.»

«Sur la question précise des sables bitumineux, les documents budgétaires notent que depuis l’imposition d’un plafond des paiements de péréquation en 2008, il n’y a plus de lien entre les revenus que l’Alberta tire de son pétrole et les paiements que reçoit le Québec. »

«Par contre, il y a un lien très étroit et facilement démontrable entre les prix du pétrole et la hausse du dollar canadien, la courbe de variation de ces deux éléments étant pratiquement identique depuis 2000.

Or, la hausse du dollar canadien (liée à la hausse des prix du pétrole) nuit aux provinces exportatrices, comme le Québec. Il y a donc une question de simple justice que d’avoir un programme comme la péréquation qui protège certaines régions du pays contre l’effet négatif qu’elles peuvent subir à cause de conditions économiques sur lesquelles elles n’ont aucun contrôle. »

«Le document contient encore bien des informations pertinentes, entre autres concernant le traitement inéquitable fait aux ressources hydrauliques du Québec dans le calcul de la péréquation. »

Et si vous allez lire l’étude originale, vous lirez, désolé les annonceurs des pires calamités pour le Québec, que :
«En effet, au cours des cinq dernières années disponibles (2004 à 2008), le déficit
fédéral au Québec a été en moyenne de 773 $ par habitant. Il s’agit du plus faible
niveau parmi les sept provinces où le gouvernement fédéral enregistrait un déficit.
Le déficit fédéral le plus important atteignait 6 035 $ par habitant à Terre-Neuve.»

Et il ne faut pas oublier :
que le Québec perd de l’argent quand le pétrole augmente car c’est une province exportatrice (ce qui ne serait pas le cas dans un Québec souverain!);
que le Québec est traité injustement quant à ses ressources hydrauliques;
que le Québec ne reçoit pas souvent sa juste part des contrats fédéraux (chantiers maritimes…);
que le Québec a contribué à sauver l’industrie automobile de l’Ontario;
Etc.

Alors, avant de parler de la péréquation comme d’un chèque de BS pour aider le pauvre Québec, prière d’apporter plus de faits!

En espérant qu’une bourse du carbone se mettra en place dès que le Québec sera souverain!

RI-DI-CULE

1) Le déficit du Québec est d’à peine 3G sur un PIB de 325G. Moins de un pourcent. En Grèce, c’est 9%.

2) Le financement de la dette coute 9G sur un budget de 70G, soit moins de 13%. En 1997, c’était 7G sur un budget de 45G, soit plus de 15%

3) La dette brute du Gouvernement du Québec c’est 160G et non 230G comme on nous rabat faussement les oreilles. La dette nette est de 107G. C’est à peu près la valeur d’Hydro-Québec.

4) Les transferts d’Ottawa ont augmenté pour la bonne raison qu’on était sous-financé. Le Bloc (merci Gilles) n’a pas cessé de parler de déséquilibre fiscal.

Comparaison idiote s’il en est une. N’importe qui s’intéressant sérieusement au problèmes grec et européen sait très bien qu’ils découlent essentiellement de déséquilibres commerciaux entre l’Allemagne et la périphérie. L’endettement peut être toléré jusqu’à des niveaux extrêmes comme au Japon tant qu’il est autofinancé.

Le Québec a un faible déficit commercial avec le reste du monde mais générait un surplus jusqu’à récemment. Le changement vient essentiellement de la hausse du prix du pétrole. SVP arrêtez les comparaisons stupides et attaquez-vous à de vraies questions.

Qui va me répondre?

1942…date fatidique pour le Québec…mais diantre qu’est-ce qui est arrivé? La pseudo confédération est tombée en mille miettes

suite…

et oui king premier ministe du canada réunit les 9 premiers ministres des provinces…dont godbout…et je le mets intentionnellement avec un petit g…même s’il avait un tantinet un côté progressiste…il va prêter…les impôts directs qui appartenaient aux provinces…et King jure…que ces impôts seront remis aux provinces quand la guerre sera terminée (guerre soit dit en passant que le canada a déclaré avant la grande-bretagne). Mais ces impôts vont-ils être remis aux provinces…poser la question c est y répondre…d ou l intrusion d Ottawa dans des champs de compétence des provinces….et je vais oser…ouf cela ce n est pas facile de nos jours…le discours fait par Maurice Duplessis lors d’une conférence provinciale de 1954( voir les 50 discours qui ont marqué le Québec)et aussi voir le livre de Pierre Godin: La grande noiceur?

bonjour

je lis M.Pierre Duhamel et les commentaires je me pose la question suivante qui a raison…

@ DanielM

Ton texte ne fais pas beaucoup de sens.

Sans la péréquation, le Québec ne pourrait maintenir ses services sociaux. C’est un fait.

Et la hausse du dollars et le pétrole. Drôle, la majorité des provinces sont su mieux faire face à la situation que le Québec. Pourquoi selon toi ?

Monsieur Duhamel, devant le peu d’empressement des séparatistes à nous soumettre leur « Budget de l’an 1 », vous serait-il possible de nous donner un portrait crédible et réaliste de la situation économique d’un Québec séparé, en tenant compte des 5 ans de « bordel économique » promises par leur Madame Marois (imaginez la réalité!!!), des paiements de péréquation auxquels nous n’aurions plus accès, de la décote probable du Québec, etc…?

Serions-nous dans le même marasme que la Grèce ou pire encore?

Pourrions-nous encore continuer à jouer les imbéciles heureux tel que décrit par votre confrère Lisée (plus pauvres que les autres mais plus heureux!).

Je sais qu’un tel exercice prends un certain temps mais je suis patient…

J’abonde dans le même sens que David.

De plus, ajouter l’étude de Cirano à l’argumentaire me semble des plus douteux.

En effet, la douceur de vie de quiconque vit au dessus de ses moyens n’est pas à prouver.

Tant que ça tient le coup, n’importe qui vivant au dessus de ses moyens aura une vie plus confortable, plus douce et plus remplie, du moins, matériellement parlant, que ceux qui ne dépensent pas davantage que ce qu’ils gagnent et qui prévoient pour les coups durs.

Un mois avant l’effondrement de la Grèce, ce pays avait encore le plus faible taux de suicide de toute l’Europe. Ce n’est plus le cas maintenant, et de loin.

Selon moi, inclure une partie de la dette du Canada dans le calcul de la dette du Québec n’est pas loufoque, en ce sens que le Canada est une création des provinces et non l’inverse.

Au même titre que les municipalités sont une création des provinces, il est logique d’inclure dans le calcul de la dette de ces dernières, la dette des municipalités. De toute façon, ça concerne les mêmes contribuables.

Qu’arriverait-t-il si le Canada, en l’occurrence, les autres provinces, décidait qu’il en avait marre de la prodigalité du Québec?

Actuellement, ce sont les paiements de transfert et la péréquation qui permettent au Québec de continuer à surfer – malgré le boulet de plus en plus lourd qu’il traine à son pied -, et le calcul de ces sommes est révisé périodiquement…

Votre texte se concentre sur un aspect tellement pointu de la question, qu’il pèche par myopie. Vous auriez pu le résumer ainsi : Ce qui est arrivé à la Grèce ne peut arriver exactement de la même manière au Québec car le Québec n’est pas exactement la Grèce.

En effet, vous avez raison.

Mais, vous êtes capable de mieux.

Contrairement à ce que vous dites, le Québec peut se faire décoter et payer plus cher pour ses emprunts – c’est arrivé dans les années 90s. Le Québec ne peut avoir une meilleure cote de crédit que le Canada, mais il peut certainement en avoir une pire, a fortiori, si le Canada décidait de réduire sa contribution.

Le débat entre idéologies de droites et idéologies de gauche n’est plus d’actualité. Tout les pays qu’on peut qualifier d,extrême droite sont autant en difficultés que ceux qu’on peut qualifier d’extrême gauche. Parcontre même si on sait que le centre, l’équilibre est dure a trouver et a réaliser il faut absoluement que ce soit sans un état tentaculaire qui fini par créer des déficit et des dettes.
Un juste équilibre entre coopératives de travailleurs (donc non syndiqués, propriétaire ou il y a un meilleure rapport productivité-revenus pour les travailleurs, entreprises privé (ou des entrepreuneurs peuvent développer leur talents et combler aussi les besoins d’une catégorie de travailleur qui ne veut pas assumer les responsabilités de la propriété, et un certain nombre de fonctionnaires (qui ne devrait en aucun cas dépasser 25% de la main d’oeuvre).
Selon moi il est tout a fait normal davoir de moins bon salaires et conditions dans la fonctions publics parce que ce sont les impôts et on doit les utiliser efficacement pour pouvoir offrir des infrastructure de transports, d’enseignement, de services santé, de sécurité. Les activités des fonctionnaires doivent créer de la richesse aussi et des revenus pour contribuer au PIB.
Il va de soit que des budget équilibré sont essentiels au bon fonctionnement de toutes organisations.
On doit aussi faire des normes du travail qui r`glemente les salaires minimum et les conditions minimum pour chaque catégories d,emplois, mais aussi faire des normes de maximum salariales basés sur la rentabilité, l,efficacité et le retour que cette entreprise donne a la société (que ce soit en utilisant et en faisant de la transformation de produits de la récupération, en produisant un surplus d’énergie mis dans le réseau public, en contribuant a la formation de la main d’oeuvre en payant et encacdrant des stages pour des programmes coops, en investissant dans d’autres entreprises pour diversifier notre économie, en utilisant les infrastructures de transports rapide TGV-MONORAIL (ce qui contribue financièrement a sont développement), en assumant une part des services àux citoyens ou aux employés (santé privé, garderies privées, résidences pour retraités etc).
Donc un directeur d’entreprise ne pourrait plus avoir un bonus irréaliste en fonction de l’efficience de l’entreprise.
La façon de faire de la politique doit aussi changer. Les citoyens doivent pouvoir exercer un droit de vote sur chaque décisions gouvernementale via le web (un poids d’au moins 25% des votes), les entreprises aussi devrait avoir une représentativité de 15% des votes et les élus se partager 50% des votes. Tant qu’a moi on doit avoir des représentants autonomes et une élection de premier ministre. Les partis politiques devraient être une époque révolu. Il y a échec a ce mod`le qui impose a la population des décisions qui ne correspondent pas au besoins des citoyens.

Une variable importante mais qui n’est jamais pris en compte dans la productivité et les performances économiques du québec est le transport. Il est essenteil d’avoir des infrastructures de transports efficaces et rapides pour pouvoir être productif et facilité les déplacements de la main d’oeuvre mais aussi des biens. On fait les autruches, mais c’est un handicap réal a notre compétivité et a notre développement économique.

@Yannick Gagné

Bon post!

Je pense que vous décrivez très bien la situation actuelle.

Pour l’avenir puisque le Québec est très dépendant du ROC et que celui ci fait face à de sérieux problèmes il y a lieu de s’inquiéter.

@David
Tout d’abord, il ne s’agit pas d,un texte, mais de quelques citations! C’est bien indiqué!

Ensuite, votre argumentation laisse sérieusement à désirer! Elle se résume à dire que ce que je rapporte n’a pas de sens et à un retour à la position initiale!

Sérieusement, c’est fort enfantin, très primaire comme propos et ce, sans vouloir vous insulter.

Étoffez votre propos! Par exemple, pourquoi le Québec ne se fait pas flouer dans le calcul de la péréquation quant à ses richesses hydrauliques?

Répondez aussi à cette question : pourquoi la montée du baril de pétrole ne nuit pas aux provinces exportatrices? Et SVP, prenez note que l’Ontario en raison de la montée du prix du baril qui a un impact sur la valeur du dollar est devenue une province recevant de la péréquation!

Et plein d’autres questions du même acabit pourraient jaillir, mais attardez-vous sur ces deux-là!

Ouf! Pas certain que vous compreniez de quoi vous parlez!

@Yannick Gagné
Avez-vous regard. l’étude de Cyrano?

Sûrement pas, car vous auriez que :
– le Québec est 1er pour le plus petit taux d’agression;
-que le Québec a moins d’homicides (11e) par 1000 habitants qu’au Canada (22e);
-que le Québec possède une meilleure qualité de l’air (12e) que le Canada (13e);
-que le Québec est 2e de l’OCDE pour le nombre de pièce par habitant;

Mais ça, ça vous importe peu, car tout ce qui compte c’est l’économie!

Donc, sachez que:
– le Québec est 4e pour le taux de chômage (Canada 6e);
– le Québec est en haut de la moyenne de l’ODE pour le taux d’emploi;
-2e pour le taux d’emploi des femmes avec enfants;
– le nombre d’enfants pauvres a diminué de 50% au Québec en 15 ans (du jamais vu!)
Source: http://www.ledevoir.com/societe/education/342959/investir-est-rentable-pourquoi-pas-la-meilleure-ecole-au-monde

Et si c’est l’éducation qui vous intéresse, sachez que :
– le Québec est 4e en lecture parmi les pays de l’OCDE;
– le Québec est bien en haut de la moyenne de l’OCDE pour le niveau de scolarité. Il dépasse, Israël, la Finlande, Norvège, Danemark, Pays-Bas, Royaume-Uni, France, Australie, Islande, Autriche, etc.

Et si vous croyez encore que le Québec maintient son niveau de vie en raison de la péréquation, c’est que vous colportez le même argumentaire faux depuis des lustres.
Source : http://www.radio-canada.ca/nouvelles/carnets/2010/04/06/128553.shtml?auteur=2094

Vos scénarios de peur ne font plus peur! Et sachez qu’avec la dette fédérale, il y a les avoirs fédéraux! Pensez-vous qu’un ménage cesse en se divisant seulement les dettes et non les meubles? Et je serais curieux de savoir comment le Québec pourrait obtenir en dollars courant pour le vol de 1840! De même que ce qu’il obtiendra dans une bourse du carbone alors que le Canada devra payer!

Tiens donc, pourquoi ne pas y aller de Jojosavardologie moi aussi! Le Canada sera ruiné par les taxes sur le Carbone et le Québec profitera de ce déclin du Canada pour se défaire de la monnaie canadienne sur les marchés. Le Canada deviendra n’ont pas la Grèce, mais le Bangladesh de l’Amérique du Nord. On verra HArper avec sa bedaine et des mouches dans la face à la télé alors qu’on nous quémandera de l’argent pour cet État cruellement au prise avec la famine!

Du gros n’importe quoi, comme les scénarios de peur économique des libertariens canadians!

@François 1
Le futur est un déversoir de craintes et de haines pour les gens sans argument! Quant tu en es rendu à utiliser le futur appréhendé comme argument, c’est que tu devrais éviter le sujet!

En passant, Monsieur qui connaissez le futur, elle est où ma voiture volante et la société des loisirs?

Juste au cas où la nouvelle vous aurait échappé, et c’est certainement le cas, le Québec a diminué de moitié ces 15 dernières années le nombre d’enfants pauvres! Me semble que ça indique quelque chose de bien pour le futur ça!

C’est plate pour le vendeurs de peur, mais c’est ça!

Et le Québec fait très bonne figure au sein de l’OCDE quant à l’éducation! Et nous ne voyons que le début des bienfaits des CPE! Me semble que ça augure bien pour le futur!

Ça vous tente pas des fois de trouver vos arguments dans le présent et le passé? Ça c’est vérifiable, le futur, c’est de la duhaimologie risible, ce sont des marcotteries absurdes!

@ David

« Ton texte ne fais pas beaucoup de sens.

Sans la péréquation, le Québec ne pourrait maintenir ses services sociaux. C’est un fait. »

Prouvez-le M. David.

Quelle est la différence en ce que le Québec paye de péréquation et ce qu’il en reçois. La DIFFÉRENCE.

Le Québec et l’Ontario représentent 70 à 75 % de l’économie et ils reçoivent tous deux de la péréquation.

Vous n’avez jamais été capable de faire la différence entre ce que l’on paye et ce que l’on reçois.

Au #18 François 1 a mis dans le mille.

J’ai lu et bien noté votre article M. Duhammel, très bien monté, il représente un portrait statique de la situation actuelle, mais il me semble que vous passez complètement à coté de la plus grosse question.

Tant que le Québec fait parti du Canada, dans un monde fédéraliste vous avez raison. Cependant, on ne peux évacuer la question de l’indépendance. Si le principal argument qui nous différencie de la Grèce est le Canada, j’en conclu que la comparaison entre la Grèce et un Québec indépendant tiens toujours.

Il n’y a pas que la souveraineté. Il y a aussi les conservateurs au pouvoir qui pourraient modifier le paysage politique et économique Canadien. À quel genre de bailout le Québec pourrait s’attendre de la part du Canada avec Harper en tête. Même Justin Trudeau envisage la souveraineté pour échapper aux valeurs conservatrices… D’ici 5 ans le paysage politique va beaucoup changer. Pas certain que la souveraineté est à enterrer.

Comme une nation qui chute. Déficit après déficit, on se dit: jusqu’ici tout va bien, jusqu’ici tout va bien. Ce qui compte ce n’est pas la chute mais l’atterrissage.

La Grèce en est le meilleur exemple.

Trudeau a lu quelque part que le succès de Jack était suite a son ouverture sur le vide constitutionnel laissé au Québec, son besoin de plus d’autonomie, il a lancé un pavé dans la mare et le résultat a été instantné. Rien de plus qu’une manoeuvre politique. En tout cas moi je ne souffre pas d’amnésie, il fait partie de la familia des commendites, vous savez ceux qui ont une mémoire sélective et oublie promptement tout ce qui peut avoir un rapport a l,argent, papier commercial, enveloppe ou valise, l’omerta existe toujours et afin de la protéger on a un proprio de bâteau qui poursuit nos journalistes malgré qu’ils ont preuves a l’apuye pour avoir le nom des informateurs. Pourquoi dont???? Pourquoi des supposé listes circulent et qu’un policier c’est APPAREMENT suicidé?? Duchesneau qui a une poursuite baillon? Y a t-il concordance ou hasard avec l’approche de la commission sur la corruption?? On veut faire tomber des têtes, frapper l’imaginaire pour faire fermer la boite de ceux qui seraient tentés de faire sortir la vérité?? Pourquoi autant de temps pour la mettre en marche cette foutue commission?? Pourquoi il n’y a pas d’arrestation suite aux nombreuses enquêtes de police??? Pourquoi autant de temps avant le début du placement syndicacle?? Les cpe, les étudiants, pour moi il n’y a pas de hasard on tente de nous faire un scénario pour inverser les évènements et empêcher leur application.

@un certain Kevin qui disait que les services de garde a 7$ étaitent essentiels et qui avait rajouté: »mais aussi de pouvoir acheter et donc de faire rouler l’économie »
J’ai répondu qu’au lieu d,acheter des cochoneries de la Chine, payez donc pour vos frais de garde ce que ça coute réellement et on fera tourner l’économie au lieu de creuser un trou.
C’est beau avoir des enfants, c’est une grande richesse et les dépenses augmentent en viellissant. Alors si vous n’avez pas les moyens de payer pour le service de garde, comment assumerez-vous leurs études??? C’est vrai peut-être que vous croyez que ça n’est pas VOTRE problème il prendra des prêts étudiants. Bien justement non comme ça on continue de creuser le trou. Payez vos frais de garde, économisez pour ses études et il pourra prendre faire son bout a son tour. C’est comme ça qu’on construit au lieu de creuser

@ Youlle & DanielM

Donc tu penses que si lors du prochain budget, le gouvernement décidait de faire des déficits récurrents de 8 milliards tous les ans, ce serait sans conséquence ?

Chiffres de l’ISQ:

Au Québec, chaque citoyen envoie à Ottawa l’équivalent de 5 373$ alors que le gouvernement fédéral transfère l’équivalent de 6 062$. Au Québec, il y a donc un surplus de +689$/personne. Si l’on se livre au même exercice avec le reste du Canada, le bilan final est négatif: -1 315$/personne.

Le Québec reçoit plus d’Ottawa qu’il ne donne.

Dire que l’Ontario et le Québec représente 70% de l’économie canadienne est aussi un mensonge, on parle plus de 57,4% (encore les chiffres de l’ISQ).

Plus particulièrement, la part du Québec dans le PIB canadien est de 19,7% alors que nous représentons 23% de la population.

Désastreux.

@David

D’abord, le « transfert fédéral » contient la part des interets sur la dette fédérale. Cela est amusant car un endettement pour sauver l’industrie auto de l’Ontario donne l’impression d’une augmentation des transferts vers le Québec.

Ensuite, 693$ par québécois correspond à environs 5 milliards. Legault évaluait le coût des dédoublements fédéraux-provinciaux à environs 3 milliards en 2011. Sans couper un seul poste de dépense, la différence est pratiquement effacée. Pas besoin d’éliminer beaucoup de f-35, de navires ou de blindés.

@ DanielM (# 25):

« Le futur est un déversoir de craintes et de haines pour les gens sans argument! Quant tu en es rendu à utiliser le futur appréhendé comme argument, c’est que tu devrais éviter le sujet! » (sic)

Faudrait que les séparatistes évitent également de parler du futur idyllique d’un Québéc paradisiaque sans le Canada…

N’importe quoi!!!

Parler et imaginer le futur, c’est faire preuve de clairvoyance, de sagesse et de discernement. Ne pas en tenir compte est au mieux sutpide et au pire couillon.

Pour ce qui est de votre liste des positifs reliés au Québec dans votre intervention # 24 (ainsi que celle du # 25), je voudrais vous faire remarquer que ces bienfaits sont le résultat de notre propension à nous endetter au-delà du possible et de l’acceptable, donc en clair, que nos enfants et petits-enfants en paieront la note, et aussi que ces largesses sont le résultat de notre solide appartenance à notre beau et grand pays, le Canada qui continue, année après année, à subvenir généreusement à nos besoins via la péréquation. Nous dépensons l’argent des AUTRES!

Je suis personnellement assuré que sans le Canada, le Québec serait un pays aussi « autosuffisant » que la Grèce d’aujourd’hui et peut-être même encore pire!

Peut-être serait-ce la meilleure chose qui pouisse lui arriver et enfin lui mettre les yeux en face des trous!

@ sebastien (# 32):

Mais alors pourquoi attendre encore et toujours pour nous soumettre votre « Budget de l’An 1 »???

Allez hop…du nerf que diable…

@ David

Vous avez parlé de péréquation et non pas des transfert en général.

Alors:

Quelle est la différence en ce que le Québec paye de péréquation et ce qu’il en reçois? La DIFFÉRENCE du montant de péréquation.

Comme toujours la petite droite n’est pas capable de s’expliquer.

“Budget de l’An 1″???

La redondance du budget de l’an un.

C’est quoi le budget de l’an 1 de la cacadq 2012?

C’est quoi le budget de l’an 1 du prochain gouvernement Charest 2012?

C’est quoi le budget de l’an 1 du prochain gouvernement de Harper 2015?

C’est quoi le budget de l’an prochain, le prochain an 1, de Harper?

C’est quoi le budget de l’an 1 du prochain gouvernement des USA?

Ceux qui nous parlent du budget de l’an un du Québec devraient savoir toutes ces réponses.

Bravo pour votre billet M. Duhamel. Je dosi admettre être un peu surpris parce qu’habituellement, les personnes qui sont plus à droite on tendance à utiliser l’exemple de la Grèce exagérer la situation du Québec. Il est vrai que le Québec est la province la plus endettée au pays. Il est aussi vrai que nous avons du travail à faire. Ceci dit, il faut savoir d’où on part vraiment pour savoir ce qu’il faut faire. Je suis bien content de voir que certaines personnes osent remettre les choses en perspectives et ne pas se contenter de l’obscurantisme véhiculé par certains « commentateurs » ou politiciens qui veulent faire avancer des intérêts particuliers.

@François 1
Être personnellement assuré n’est pas un argument! Si je suis personnellement assuré que vous êtes une bicyclette, le seriez-vous pour autant?

Vous dites que nosu avons une meilleure qualité de l’ar parce que nous nous endettons? Moins de meurtres parce que nous nous endettons?

Quel est le réel pourcentage de la dette du Québec par rapport au PIB (parce que même au secondaire on sait que devoir 10 000$ c’est moins important si tu en gagnes 100 000$ par année, que si tu en gagnes 30 000$!)?

http://www.cyberpresse.ca/debats/opinions/201003/03/01-4257147-dette-du-quebec-des-chiffres-tordus.php

Dans la moyenne de l’OCDE!

En passant, dans le calcul de la dette brute du Québec et de la dette nette du Québec, à quels chiffres arrivez-vous? Tenez-vous compte des engagements futurs pour les pensions ou faites-vous comme la plupart des pays de l’ODE?

@David
De quoi parlez-vous? Où ai-je écrit que j’étais en faveur des déficits? Sauf bien entendu, il y en a qui sont parfois nécessaires (croyez-moi, j’aimerais mieux m’endetter pour refaire ma toiture plutôt que de laisser l’eau pourrir ma maison, mais je n’ai pas le sens des affaires des dretteux!)!

vous dites que le Canada nous donne 689$ dollars par citoyen par année?

Sans obstiner vos chiffres, disons que c’est moins que :
le coût du Sénat;
– le coût des subventions à l’industrie automobile et du pétrole;
– le coût d’achat de matériel militaire inutile;
– le coût d’administration de la TPS;
– le coût d’administration de plusieurs organisme dédoublés (santé, éducation, etc.)
– etc.

Petites citations que vous pourrez démolir :
«En 1997, les Québécois ont envoyé 32.961 milliards à Ottawa ; Ottawa n’a retourné que 26,855

En 1998, les Québecois ont envoyé 33.612 milliards à Ottawa ; Ottawa n’a retourné que 28.075 milliards

En 1999, les Québécois ont envoyé 35.653 milliards à Ottawa ; Ottawa n’a retourné que 29.415 milliards

En 2000, les Québécois ont envoyé 39.493 milliards à Ottawa ; Ottawa n’a retourné que 30,524 milliards

En 2001, les Québécois ont envoyé 38.184 milliards à Ottawa ; Ottawa n’a retourné que 32.109 milliards

En 2002, les Québécois ont envoyé 38.093 milliards à Ottawa, Ottawa n’a retourné que 32.579 milliards

En 2003, les Québécois ont envoyé 39.709 milliards à Ottawa ; Ottawa n’a retourné que 34,762 milliards

En 2004, les Québécois ont envoyé 41.249 milliards à Ottawa ; Ottawa n’a retourné que 34.322 milliards

En 2005, les Québécois ont envoyé 42,481 milliards à Ottawa ; Ottawa n’a retourné que 38.952 milliards

En 2006, les Québécois ont envoyé 42,859 milliards ; Ottawa n’a retourné que 40. 385 milliards

En 10 ans, les Québécois ont envoyé 384.294 milliards à Ottawa ; Ottawa n’a retourné que 327.972 milliards»
Source : http://www.vigile.net/Pour-en-finir-avec-la-maudite

Je n’ai jamais dit que le Québec et l’Ontario représentait 70% de l,économie canadienne! Par contre, j’aurais pu dire que ces deux provinces souffrent du dollar gonflé par l’industrie pétrolière d’Alberta! N’oubliez pas que la majorité du commerce québécois hors-Québec se fait avec les États-Unis!

Et pourtant, Monsieur Duhamel, il s’en est trouvé plusieurs comme vous pour dire, en 2007, que la Grèce, c’était du solide.

Et je dirais même que la masse applaudissait.

L’être humain n’apprends pas de ses erreurs et c’est très malheureux.

@ sebastien

La part de la dette est quelque chose qui s’annule car idem pour toute les provinces.

Et ton point sur le 5 milliards est peu pertinent puisque le Québec reçu alors que la quasi totalité des province donnes.

@ Youlle

Ultimement le Québec ne verse RIEN pour la péréquation puisque nous recevons plus d’Ottawa que nous donnons.

Ben voyons, y en n’a pas de problèmes comme dirait le jovialste Jean-François Lisée. Tout va bien au Québec. Les travaux publics coûtent plus chers que partout ailleurs, pas de problèmes, les générations X, Y et autres vont hériter des baby-boomers et tout va rentrer dans l’ordre. Ca va être le plus grand transfert de richesse que l’humanité va connaître. Oui,oui rien de moins. Ha oui et surtout la souveraineté va tout régler. Ceux qui ne sont pas d’accord, c’est parce que vous ne comprenez rien.

@ DanielM ()# 39):

Notre dette « nette »?

Voici une partie de la réponse mais elle ne vous fera pas honneur:

http://martincoiteux.blogspot.com/2012/02/lontario-pre-rapport-drummond-et-les.html

Et voici une partie du problème, mais là encore…:

http://www.cyberpresse.ca/chroniqueurs/alain-dubuc/201202/21/01-4498373-la-paresse-des-quebecois.php?utm_categorieinterne=trafficdrivers&utm_contenuinterne=cyberpresse_B13b_alain-dubuc_3261_section_POS1

M’enfin…j’espère que ça entrouvira un peu vos oeillères…

@françois1
Pourquoi ne répondez-vous pas? Je repose les questions:
«En passant, dans le calcul de la dette brute du Québec et de la dette nette du Québec, à quels chiffres arrivez-vous? Tenez-vous compte des engagements futurs pour les pensions ou faites-vous comme la plupart des pays de l’OCDE?»

Alors, oui ou non pour les pensions? Et la dette nette, de même que la dette brute? Laquelle utilisez-vous pour la comparaison avec les autres États?

Sur votre lien, Martin Coiteux explique comment l’Ontario a rattrapé le Québec quant à son endettement! Est-ce vraiment le bon lien ou c’est du n’importe quoi? Et encore, est-ce l’Ontario qui rejoint le Québec ou le Québec qui rattrape l’Ontario? Coiteux semble ici avoir un préjugé défavorable au Québec, mais bon, il est membre de l’idée fédérale je crois?

Quant à vos absurdités sur la paresse des Québécois, c’est d’un ridicule! Si quelqu’un choisi de travailler moins parce qu’il a d’autres valeurs, notamment le temps en famille, il n’est pas paresseux. Il faut avoir l’esprit mal tourné pour y voir un défaut! Peut-être que vos proches vous fuient en prétextant le travail, mais ce n’est pas le cas pour tous!

Aussi, si les gens prennent leur retraite plus tôt, c’est peut-être parce qu’ils sont assez riches pour le faire! S’ils ont travaillé assez pour se libérer plus tôt, il est où le problème? Voulez-vous empêcher les gens de prendre leur retraite?

Poursuivons!

Dette brute, le Québec est collé sur la moyenne de l’OCDE et sur les États-Unis. Comme quoi, la droite américaine ne fait pas aussi bien que vous le pensiez! Ça maganne une idéologie ça! Désolé pour vous!

Dette nette du Québec
– En bas de la moyenne de la zone euro
– En bas de la moyenne des pays de l’OCDE
– En bas des États-Unis

Déficit en 2012:
États-Unis, Japon, Irlande, Royaume-Uni, Nouvelle-Zélande. Moyenne de l’OCDE, France, Portugal, Espagne, aimeraient tous être à la place du Québec! Désolé pour vous, on n’est pas les minables que vous croyez que nous sommes! Et ça ne fait pas de nous des dieux (je connais la recette des dretteux, si on dit qu’on est pas si pire, les dretteux diront qu’on a dit que tout est parfit! quels démagogues ils sont!), ça fait juste du Québec ce qu’il est un endroit où il fait bon vivre, malgré les dénigreurs publics de la drette (à ne pas confondre avec la droite).

Productivité par heure travaillée (2009):
Québec : 84
États-Unis : 100
Ontario : 78

Tiens donc, l’Ontario est derrière le Québec? Allez, lâchez-vous lousse et insultez les Ontariens! Je parie que vous ne le ferez pas, parce que soit vous vous fouttez d’eux, soit vous n’êtes pas capable de dénigrer un autre peuple que celui du Québec!

Qui porte des oeillères? Celui qui traite les Québécois de paresseux, de ci ou de ça? Ou celui qui dit que le Québec n’est pas parfait, mais il fait aussi bien que les autres?

Je laisse le soin aux gens de répondre!

@Francois1
Et vous ne m’avez toujours rien dit quant à l’éducation au Québec! L’éducation est certes un bon élément pour le futur! Or, le Québec fait très bien!

C’est choquant pour vous, mais c’est ainsi! Désolé!

Donc, puisque le Québec possède de très bonnes statistiques au point de vue éducatif, pourquoi le futur est-il si sombre, sachant que la dette est ni pire, ni mieux qu’ailleurs; que les Québécois ont une grande productivité, surtout comparé à l’Ontario; que le Québec possède moins de fonctionnaires par habitant que l’Ontario ou la moyenne canadienne ; que la croissance/habitant du Québec est collée sur celle des Américains; etc.

Voyez-vous, j’ouvre grands mes oeillères là!

@ DanielM (# 45 & # 46):

1- Vous voulez parler de productivité québécoise? Voici pour vous:

http://www.antagoniste.net/index.php?s=productivit%C3%A9+qu%C3%A9bec

Je vous averti, le Québec trône dans la queue de peloton, comme d’habitude.

2- La dette québécoise, qu’elle soit nette ou brute est insupportable (PLUS de $225 MILLIARDS et ça copntinue de grimper pendant que la ppulation en mesure de travailler diminue!!!). C’est comme un livreur de dépanneur qui gagne le salaire minimum qui s’achète une maison à $1 Million et qui se pavane avec sa « dette nette » acceptable parce que sa maison vaut $1 Million mais en réalité, il n’a pas les moyens de se la payer. Nous sommes les plus endettés en Amérique du Nord. des tonnes d’articles d’économistes réputés ont été écrites là-dessus et je suis purpris que vous reveniez sur le sujet…m’enfin…certains comprennent plus lentement que d’autres.

La dette nous coûte près de $8.5 Milliards par année en intérêts seulement. C’est le troisième poste de dépenses en importance après la santé et l’éducation et nous n’avons pas de problème???

3- L’éducation? Nous produisons des décrocheurs à la tonne et la seule façon qu’a trouvé le gouvernement québécois « d’améliorer » les choses, c’est de trafiquer les diplômes. renseignez-vous adéquatement mer..!!!

4- Plein de Québécois prennent une retraite prématurée mais ils n’en ont pas les moyens. Ils finissent dans nos centres étatiques et grossissent les statistiques étatiques.

5- Vous voulez vraiment vous attaquer à un domaine important? Cherchez plutôt du côté des pensions des fonctionnaires. C’est là que réside la VRAIE inéquité entre les Québécois.
Le reste est à l’avenant.

@Francois1
1- Pourquoi faites-vous fi de mon dernier propos sur la productivité? Vous voulez que je me copie/colle? Eh bien allons-y:

«Quant à vos absurdités sur la paresse des Québécois, c’est d’un ridicule! Si quelqu’un choisi de travailler moins parce qu’il a d’autres valeurs, notamment le temps en famille, il n’est pas paresseux. Il faut avoir l’esprit mal tourné pour y voir un défaut! Peut-être que vos proches vous fuient en prétextant le travail, mais ce n’est pas le cas pour tous!

Aussi, si les gens prennent leur retraite plus tôt, c’est peut-être parce qu’ils sont assez riches pour le faire! S’ils ont travaillé assez pour se libérer plus tôt, il est où le problème? Voulez-vous empêcher les gens de prendre leur retraite?»

Si le Québécois choisi de travailler moins pour avoir une meilleure qualité de vie, c’est tant mieux pour lui. La productivité pr heure travaillée devient ainsi un meilleur élément comparatif et, je vous l’ai dit, le Québec fait bonne figure sur ce plan! Le Québécois travaille efficacement! Sûrement pour cela qu’il fait un meilleur salaire que son homologue américain si on exclue les 5% les plus riches dans les deux sociétés!

2- Attention, grosse différence entre dette brute et nette! Or, la dette nette du Québec se compare avantageusement comme je vous l’ai dit à celle des États-Unis! Les États-Unis doivent nous rattraper! ils tirent de la patte! Si les États-Unis sont derrière nous, adopter leur modèle est une farce, non? La dette nette du Québec comprends notamment les actifs d’Hydro-Québec, prière de ne pas dire des niaiseries! Allez-vous nous faire croire que Hydro-Québec est sur le bord de la faillite?

il s’agit que notre entreprise nationalisée de production d’électricité augmente un peu ses tarifs pour que le dette nette du Québec baisse.

La dette du Québec se compare à la moyenne des pays de l’OCDE.

Pourquoi cette manie de la tite-drette (à ne pas confondre avec la vraie droite ayant une pensée moins rudimentaire) de toujours croire que parce que’on vous dit que la situation n’est pas aussi notre que vous le prêcher, vous dites que l’on dit que tout va bien? C’est un peu enfantin comme procédé, non?

Et votre lien affirme que la croissance de la productivité du Québec est au premier rang! On voit que le Québec est en avant de l’Ontario!

Mais ce n’est pas tout, Louis Gill, aucun lien de parenté avec Hal Gill, écrivait :

«Au total, les engagements bruts des administrations publiques du Québec s’élèvent donc à 248 milliards, ou 82 % du PIB, sous la moyenne de l’OCDE qui se situe à 92 % en 2009.»

et

«Au total donc, les engagements nets des administrations publiques du Québec s’élèvent à 97 milliards, ou 32 % du PIB, nettement sous la moyenne de l’OCDE qui est de 51 % en 2009.»

Bref, le Québec n’est pas aussi minable que le décrivent les dretteux. Tout n’est pas rose, personne n’a dit, sinon des dretteux sous hallucinogènes ont entendu cette phrase, mais tout n’est pas noir! Loin de là et ce futur pays qu’est le Québec sera encore meilleur puisqu’il contrôlera entièrement son devenir!

3- L’éducation? Vous dites n’importe quoi! Avez-vous des chiffres à l’appui? et pas seulement des décrocheurs puisque les diplômés des DEP échappent à la statistique. Aussi, l’OCDE préconise des mesures pour enrayer le décrochage qui s’inspiernt du Québec! Ben oui, du Québec, ce beau et grand pays à en devenir!

Donc, regardons l’Éducation au Québec par rapport au Canada et dites-nous pourquoi le système québécois que vous décriez trône au SOMMET en ce qui a trait aux études post-secondaires? Oh oh! Au sommet! Pourquoi voulez-vous que l’on adopte la méthode canadienne alors que le QUébec fait très bonne figure? Plsu de diplômés à la maîtrise et au doctorat en pourcentage! Moins au bacc pous la simple raison qu’ailleurs il faut aller à l’université pour des professions qui ici se donnent au collégial!

Vos statistiques à la Duhaime qui font fi de plein d’éléments pour noircir les Québécois, plus personne n’y croit!

4- Vos statistiques sur les départs à la retraite prématurée du Québec par rapport aux autres sociétés et vos sources montrant que ces gens se ramassent dans des centres étatiques? Est-ce encore du n’importe quoi pour essayer de salir les Québécois?

5-Que savez-vous des pensions ailleurs dans le monde puisque bien souvent on n’en tient pas compte dans la mesure de la dette nette? Prière de développer là-dessus. Pas en crachant seulement sur le Québec, mais en le comparant avec d’autres sociétés.

@François1
Pourriez-vous nous dire quels sont les engagements pour le futur dont vous tenez compte dans le calcul de la dette du Québec? En d’autres mots, quelle part de la dette n’existe pas encore?

Faites de même svp avec la part de la dette que le Québec absorbe du Canada tout en tenant compte des actifs que le Québec récoltera.

Et comme la dette des États-Unis est pire que celle du Québec, pourriez-vous nous dire si ces derniers comptent revenir dans le giron de l’Angleterre?

Que pensez-vosu de cet article et pourriez-vous nous dire ce que serait le Canada sans le Québec, car à vous entendre, le Québec est très endetté et le Canada est le moins endetté! Surprenant que al méga-supra-duha-marca-dette du Québec ne fasse pas reléguer le Canada dans le milieu du peloton?
http://lapresseaffaires.cyberpresse.ca/economie/macro-economie/201202/09/01-4494201-lendettement-public-canadien-est-le-plus-faible-du-g7.php

Autre petite question pour vous, si les Québécois travaillent moins, ils seront trois supposons à remplir le rôle de deux individus ailleurs, est-ce que l’État reçoit quand même de l’impôt de trois personnes au lieu de deux? Est-ce ce qui explique que le taux de Chômage du Québec soit très bon par rapport aux autres pays de l’OCDE? Est-ce mieux de payer quelqu’un à ne rien faire (assurance-emploi ou aide sociale)? Etc. Prière d’élaborer là-dessus sans salir impunément les Québécois. En d’autres mots, avant de la traiter de paresseux ou de profiteurs, ayez quelques chiffres comparatifs à nous fournir!

@Francois1
J’oubliais, si on ajoute la part de la dette du Canada à l’Ontario, cette province est en moins bonne posture encore que le Québec!
http://www.youtube.com/watch?v=IxHkQwX01ho

Et pourtant, je vous le rappelle, le Canada fait très bonne figure quant au niveau d’endettement!
http://lapresseaffaires.cyberpresse.ca/economie/macro-economie/201202/09/01-4494201-lendettement-public-canadien-est-le-plus-faible-du-g7.php

Si les deux plus grosses provinces du Canada sont tellement pourries, comme vous l’affirmez, pourquoi le Canada fait-il aussi bonne figure?

Il est vrai que la dette du Québec n’est pas inquiétante mais elle pourrait tres bien rendre la souverainete du Québec inaccessible! Disons que le québec se sépare, nous ne pourrions plus Béneficier de la caution fédéral pour financer notre dette à bas taux, et nous perdrions la pérequation. Nous serions donc à la merci des créanciers mondiaux, ainsi que du taux de change canadien et de la politique monétaire de la Banque du Canada. L’exemple de l’europe le démontre bien la mise en place d’institutions fédérales pour redistribuer les richesses au sein d’une zone monétaire commune est essentiel. Krugman le démontre clairement, le probleme de l’europe c’est un problème de balance commerciale, (pas un problème de déficit du budget gouvernemental,) conjugée a un manque d’institutions fédérales pour couvrir ces déficits commerciaux. Le hic c’est qu’au Québec le déficit commerciale s’aggrave à la vitesse grand v. Avec un dollar fort nous importons beaucoup plus que nous exportons. Maintenant n’allez surtout pas croire qu’il serait judicieux de se séparer du Canada et se positionner volontairement dans une position vulnérable, c’est-à-dire dans une zone monétaire commune au Canada sans les institutions nécessaires au règlement des problèmes de balance commerciale. Cette situation serait insoutenable, la tendance de notre déficit commercial nous rend dépendant du Canada. Un québec souverain aurait toutefois une alternative: la création du dollar québecois!

Pas très rassurant. Je vous cite: ‘Ce niveau
de confort est réel, même s’il repose beaucoup
sur les politiques redistributrices du Canada et
sur l’endettement public’. Assez incroyable!
Nous dépendons du reste du Canada et aussi du crédit! Comme citoyenne, j’ai ‘honte’.

Tel les grecs qui ne paient pas leurs impôts et fraude, nous aussi nous perdons la moitiés de ses revenuis poour l’État en l’envoyant à un gouvernement uqi investit contre la province, qui investit en terre neuve leur électricité pour faire de la compétition à hydro québec, etc. Oui sur certains nous pouvons nous comparer à la Grèce, mais sur d,autre, nous pouvons nous comparer aux meilleurs., tel la qualité de la vie, etc; des mesures tout aussi quantifiable.