PKP chez HQ

La nomination de Pierre Karl Péladeau à la présidence du conseil d’administration d’Hydro-Québec n’est pas une véritable surprise. Tout joue en sa faveur : il a la stature et l’autorité pour occuper ce poste, ses liens avec Pauline Marois sont étroits, son départ de la direction de Québecor inc. lui en donne le temps et il est en train de recadrer son image publique en s’impliquant davantage dans un certain nombre de causes et en polissant certains des aspects plus abrasifs de sa personnalité.
Ils ont changé la donne politique

Cette nomination s’inscrit parfaitement dans le branding du PKP nouveau. L’homme a de l’envergure et des ambitions et il cherche manifestement à contrer les impacts qu’ont pu laisser de durs conflits de travail et de relations d’affaires tendues sur une partie de l’opinion publique et du milieu des affaires.

Au lieu d’apparaître comme celui qui est toujours CONTRE, il veut se voir comme le plus ardent promoteur de la culture québécoise, de l’entrepreneuriat et, évidemment, de la venue d’une équipe de hockey professionnel à Québec. Pierre Karl Péladeau semble avoir cessé sa croisade contre Radio-Canada et sa chaîne TVA Sports signe même des ententes ces jours-ci avec la société d’État. Le nouvel ennemi public numéro 1 est devenu Bell, plus que jamais le grand concurrent de Vidéotron/TVA.

Je disais il y a quelqu’un temps à une collègue que je n’arrêtais pas de voir des photos de Monsieur Péladeau et de la Première ministre photographiés ensemble dans son journal. Il est à la table d’honneur de Madame Marois lors de son discours à la Chambre de Commerce de Québec le 26 mars dernier et il était quelques jours plus tôt à une réception privée en l’honneur du Premier ministre de la République française au domicile de Madame Marois. Il contribue au financement du PQ et on se souvient de la chaude accolade de Julie Snyder à Madame Marois à une grande assemblée partisane du Parti Québécois aux derniers jours de la dernière campagne électorale.

Peut-on pour autant parler de nomination partisane ? Pas vraiment. Le poste est prestigieux, car Hydro-Québec est de loin la plus importante société d’État. Il est aussi plus politique qu’il n’y paraît, car les gouvernements aiment faire du développement économique avec la construction de barrages, de lignes de transmission ou d’achats d’électricité produite par des éoliennes. Ceci dit, Monsieur Péladeau n’a pas vraiment besoin de ce poste pour lequel il ne demande aucune rémunération.

Il succède au financier Michael Turcotte, nommé par Jean Charest, qui succédait, à quelques mois près, au financier Jacques Ménard, choisi par Lucien Bouchard. Parmi les anciens présidents du conseil d’Hydro-Québec, deux ont eu un passage très court. Il s’agit de l’avocat Yvon Martineau, choix de Jacques Parizeau, et de l’avocat Jacques Laurent, ami personnel de Bernard Landry. Ces nominations ont manifestement paru trop politiques au goût des premiers ministres qui ont succédé à M.M. Parizeau et Landry.

Hydro-Québec reste une gigantesque entreprise, avec un actif de 70,5 milliards de dollars, une dette à long terme de 43,2 milliards et un revenu annuel de 12,2 milliards, générateur d’un profit de 2,7 milliards, combien essentiel à l’équilibre des finances publiques du Québec. Le président du conseil qui veille au grain doit être capable de saisir l’ampleur du défi et la complexité de l’organisation et de contribuer à la réalisation de ses objectifs. Pierre Karl Péladeau est tout à fait capable d’assumer ce rôle.

En revanche, je devine que ses interventions contre les sociétés d’État se feront plus rares…

Photo : Nathan Denette/PC

Laisser un commentaire

Si le PQ en campagne électorale avait dit le contraire @ savoir nous au PQ on ne procèdera pas à des nominations partisanes comme le PLQ, je vous approuverais. Malheureusement, le PQ fait exactement le contraire. Ceci n’enlève en rien la compétence de PKP mais en tant que gouvernement minoritaire, un projet d’amphithéâtre à Québec sous la gouverne de Québécor, ça fait un peu beaucoup, je trouve.

Actif de 70 milliards? Sur quoi vous vous basez?
C’est la première fois que je vois ce chiffre. Il sort d’où?

Les profits d’HQ sont de 2,7 milliards. En doublant les tarifs, HQ ferait 14,9 milliards de profits annuels. A 20 fois les profits, la compagnie vaudrait 300 milliards. On jase….

La dette d’hydro me jette à terre. 43 milliards!
Comment a-t-on pu accumule pareille dette alors qu’on n’a rien construit entre 1983 et 2005?

« Comment a-t-on pu accumule pareille dette alors qu’on n’a rien construit entre 1983 et 2005? »

Mauvaise gestion tout simplement d’où la nomination d’un capitaliste « sauvage » à la tête de cet organisme principalement voué aux nominations partisanes et au népotisme.

Je crains que François 1er n’ait raison : c’est un premier pas vers une privatisation partielle, criminelle, antisociale.

Quand à la dette, ça doit remonter à loin : le barrage Daniel Johnson? La Baie James? De nos jours ne s’agirait-il pas de la manie d’acheter de l’électricité donc nous n’avons que faire pour favoriser un prétendu développement régional. Sans compter les 200 millions que l’on verse à cette compagnie ontarienne pour ne pas faire fonctionner sa centrale.

M. PKP aime trop l’argent à mon goût. Les autres membres du C A sauront-ils calmer ses ardeurs mercantiles? Sera-t-il un parmi d’autres, ou le grand patron qui va nous précipiter vers les récifs sous prétexte de faire rentrer de l’argent dans les poches de sales capitalistes. Hydro-Québec nous appartient et recevoir 100 % des profits est plus à notre avantage que le partage de ces profits avec des tiers.

Il faudra surveiller ça de près.

Heille les péquistes, j’ai une petite question pour vous:

Auriez-vous appuyé Pauline Marois l’automne dernier si vous aviez su qu’elle nommerait PKP comme grand manitou d’Hydro-Québec???? Sérieusement???

C’est ce que je pensais…

Z’en avez pas assez de vous faire rouler dans la farine et de faire trahir vos idéaux par ces députés en culottes courtes? Hein?

Vous savez ce qu’il vous reste à faire la prochaine fois non? Option Nationale ou Québec Solidaire!

Petit bijou sur ce sujet de Lysiane Gagnon:

http://www.lapresse.ca/debats/chroniques/lysiane-gagnon/201304/24/01-4644234-pkp-a-hydro.php

EXTRAIT:

« Mme Marois a fait montre ici d’un manque de jugement ahurissant. À moins qu’il ne s’agisse tout simplement d’un calcul cynique pour s’attirer pour de bon les faveurs d’un puissant personnage dont elle-même et son parti auront besoin à l’avenir. (C’est M. Péladeau lui-même qui a offert ses services. Selon une rumeur persistante, ce passage à Hydro serait la porte d’entrée pour la carrière politique que viserait M. Péladeau, qui n’a que 51 ans. On dit même qu’il pourrait convoiter le leadership du PQ, advenant le départ de Mme Marois). »