PKP en affaires : les deux côtés de la médaille

Sans la vigilance extrême et la main de fer de Pierre Karl Péladeau, Québecor n’aurait probablement pas survécu. Mais cela n’a pas été fait sans controverses, et certains voient de façon très différente le parcours professionnel du nouveau candidat du PQ dans Saint-Jérôme, explique Pierre Duhamel.

Blogue EconomiePierre Karl Péladeau est un prototype unique dans le patronat québécois.

Il est à la fois un homme d’affaires à succès à la tête d’un empire et une célébrité, au même titre que les vedettes du showbiz québécois qui sont au cœur de son empire médiatique. PKP est une «star» qui a su cultiver son image, malgré un parcours tumultueux.

Il ne laisse personne indifférent. Il est à la fois admiré, adulé, craint et même détesté.

On aime la carrure du personnage, son cran, son courage, sa détermination, son côté bagarreur, sa capacité d’anticipation, sa vive intelligence et sa proximité avec les gens.

Il y en a d’autres qui vous diront que l’individu est rancunier, belliqueux, opportuniste et surtout chanceux. Le fait qu’il se présente en politique pour faire la souveraineté du Québec ne le rendra certainement pas moins controversé.

Son bilan à la tête de Québecor est aussi contrasté.

Pour certains, c’est un visionnaire qui a ancré dans la modernité un conglomérat qui était à forte dominance industrielle et dominant l’imprimerie.

Sa plus grande réussite aura été de transformer Québecor pour en faire le joueur dominant des télécommunications au Québec. Il a aussi implanté une stratégie de convergence entre ses différents médias, ce qui leur a permis de s’adapter aux nouvelles conditions du marché tout en décuplant leur influence.

Même si Vidéotron lui a été offerte sur un plateau d’argent, Péladeau devait aimer le risque et n’avoir peur de rien pour se lancer dans cette aventure — de même qu’avoir de très bonnes capacités managériales pour changer la culture de Vidéotron et gérer avec une très grande discipline les coûts d’exploitation de ses entreprises. Sans sa vigilance extrême et sa main de fer, Québecor n’aurait probablement pas survécu.

Mais cela n’a pas été fait sans controverses, et certains voient son parcours de façon très différente.

Mon ancien collègue Jean-Paul Gagné, éditeur émérite du journal Les Affaires, écrivait hier sur Twitter :

«Relativisons. PKP a hérité de la société créée par son père. QuebecorWorld a fait faillite. C’est grâce à la Caisse qu’il a acheté Vidéotron.»

Dans le même esprit, on peut aussi dire qu’il a hérité de l’une des rares multinationales québécoises, implantée à son apogée dans 16 pays, pour devenir le «king» du Québec où il a placé l’essentiel de ses billes dans un secteur fortement réglementé… et grâce à des conditions exceptionnelles accordées par les dirigeants de la Caisse de dépôt de l’époque. Disons que ce n’est pas un modèle pour l’internationalisation de nos entreprises.

Sa fameuse main de fer a été à l’origine de 14 lock-out et de nombreuses interventions contre le trop grand pouvoir des syndicats. Il était aussi impitoyable avec ses concurrents, qu’il considérait comme des ennemis personnels, et le nombre de poursuites judiciaires qu’il a engagées a fait le bonheur de bien des bureaux d’avocats.

Il se faisait le champion d’une certaine conception de la libre entreprise et il a même été membre du conseil d’administration de l’Institut Fraser en 2011, bien qu’il ait bénéficié du support de l’État pour ravir Vidéotron. Qui plus est, ce sont des fonds publics qui construisent l’amphithéâtre où logera peut-être son équipe de hockey à Québec.

Quand il a voulu l’autorisation de transformer sa chaîne de télévision Sun TV en une chaîne d’opinions faisant la promotion de certaines idées qui feraient perdre connaissance à Jean-François Lisée (et à plusieurs autres péquistes), il est devenu le grand ami de Stephen Harper et du Parti conservateur. Il faut dire qu’il voulait aussi obtenir, à cette époque, des conditions favorisant les nouveaux venus dans l’attribution du spectre pour la téléphonie mobile.

Comme Chantal Hébert l’écrivait hier, les journaux et la télévision de PKP au Canada anglais sont parmi les pires «mange-séparatistes» du Canada anglais. Ce qui était par ailleurs excellent pour susciter les commentaires outrés des commentateurs nationalistes de Sun Media au Québec. Peut-on aussi parler de convergence… politique ?

* * *

À propos de Pierre Duhamel

Journaliste depuis plus de 30 ans, Pierre Duhamel observe de près et commente l’actualité économique depuis 1986. Il a été rédacteur en chef et/ou éditeur de plusieurs publications, dont des magazines (Commerce, Affaires Plus, Montréal Centre-Ville) et des journaux spécialisés (Finance & Investissement, Investment Executive). Conférencier recherché, Pierre Duhamel a aussi commenté l’actualité économique sur les ondes du canal Argent, de LCN et de TVA. On peut le trouver sur Facebook et Twitter : @duhamelp.

19 commentaires
Les commentaires sont fermés.

Pour une fois qu’il aura une patronne, c’est déjà bon signe. Mais il va s’apercevoir assez vite qu’on ne dirige pas un État comme on dirige un « business ».

Lorsque vous écrivez : « Quand il a voulu l’autorisation de transformer sa chaîne de télévision Sun TV en une chaîne d’opinions faisant la promotion de certaines idées qui feraient perdre connaissance à Jean-François Lisée (et à plusieurs autres péquistes) », cela m’a bien fait rire !

S’il devait apparoir que madame Marois gagne son pari de remporter une majorité, c’est dire que messieurs Lisée, Péladeau, Duchesne et quelques autres vont devoir cohabiter tous ensembles pacifiquement. Parce que l’idéal supérieur l’emporterait alors sur les égos de ces messieurs ou de quelques dames dans cet appareil politique formé essentiellement d’idéologues ou de personnes qui défendent et ont de bonnes raisons de défendre leurs intérêts corporatifs et surtout leurs intérêts en tant que classe dirigeante tricotée serrée.

Devrais-je croire comme simple béotien de la politique, de l’économique et de toutes autres choses de ce monde, que le séparatisme est au Québec, ce qu’est la passion du Christ à la religion catholique ? En ce sens que cette ultime épreuve serait en quelques sortes finalement couronnée par l’accession à une sorte d’autonomie administrative qu’on essaye par tous les moyens de nous faire passer pour une forme de venue à l’indépendance.

Que dire vraiment d’un homme qui pas plus tôt candidat d’un parti politique met la table en entrevue avec Anne-Marie Dussault sur les ondes de Ici-Radio-Canada pour affirmer avec un certain aplomb que le référendum de 1995 nous a été volé ? Bin voyons don’ ! Et si ma tante en avait, ce serait mon oncle…

Ce genre d’assertions exposent quelques caractères sur la psychologie de l’homme : dominateur, manipulateur et probablement pas à un petit mensonge prêt pour y arriver. Pas mal différent en effet de Jean-François Lisée qui est plutôt un homme de contenu, de réflexion, d’opinions recherchées et qui cherche à toucher la sensibilité et l’intelligence des gens plutôt que de les provoquer ou de les irriter.

Alors tous ces gens-là vont s’assoir autour de la même table, se mettre à travailler tous collégialement, pour le bien d’une femme (Pauline Marois), dans les intérêts supérieurs de l’économie et de la prospérité du Québec.

Si tel devait être le cas, ce serait vraisemblablement que j’aurais abusé de substances hallucinogènes sans m’en rendre compte ou bien alors que quelqu’un aurait contaminé mon eau minérale sans doute à mon insu.

— Danger ! Danger ! Danger ! Vite, vite, vite, vite ! Faut que j’change mes serrures sur le champ !

» et qui cherche à toucher la sensibilité et l’intelligence des gens plutôt que de les provoquer ou de les irriter. » SIC… C’est vous qui écrivez cela ? Je me suis esclaffé à mon tour.
Surtout après avoir lu vos commentaires depuis que la panique et une paranoia naissante, suite à la nomination de M.Péladeau, ont provoqué sur votre psyché des effets, disons, surprenant… (je me permet de jouer à Doc. Freud tout comme vous dans un papier délirant de cet après-midi)
Vous commettez: » pour affirmer avec un certain aplomb que le référendum de 1995 nous a été volé ? Bin voyons don’ ! » SIC

Ah oui, comment peut on imaginer que des partis libéraux prov. et fédé. aient une culture à ce point malhonnête et magouilleur … sans en fumer du bon. Je revois M. Charest avec son passeport ( les gens d’immigration Canada étaient productifs à cet époque ). Je revois M. Chrétien ( lui aussi avait le poing levée d’ailleurs) avec ses commandites ( Chères, les balles de golf ! ) Je revois même les camoins de la Brink par un beau dimanche matin. QUE DE BEAUX SOUVENIRS !!!!

Enfin vous écriviez le 9 mars : » Pour dire les choses franchement, j’ai toujours eu le plus grand respect pour monsieur Péladeau. Je trouve que la réussite de cette famille est notoire, qu’elle est formidable et qu’elle démontre qu’il peut y avoir un entreprenariat québécois de grande qualité. Je pense qu’il est bon de montrer à tous et à la jeunesse notamment des gens qui réussissent. Nous avons besoin de modèles. » SIC

Cela a dû vous échapper, JE VEUX DIRE LE MOT: FRANCHEMENT ??? Parce le lendemain, C’est devenu : » Ce genre d’assertions exposent quelques caractères sur la psychologie de l’homme : dominateur, manipulateur et probablement pas à un petit mensonge prêt pour y arriver. » SIC

HÉÉÉÉÉÉÉ; Mauvaise nuit, très mauvaise nuit M. Drouginsky… Que d’incohérence, on ne vous reconnais plus…

J’ai dit que je ne répondrai plus à vos propos et je ne répondrai plus. Vos propos son vicieux et aggressifs, absolument indignes d’une personne civilisée. Bonjour !

« — Danger ! Danger ! Danger ! Vite, vite, vite, vite ! Faut que j’change mes serrures sur le champ ! »

Ben non! En tant que fédéraliste vous avez une peur bleue de la séparation dont PKP pourrait convainque les Québécois. La séparation du Québec d’avec le Canada ne peut qu’être que bénéfique pour le Québec et le Canada.
—————

À propos d’incohérence, en fin de semaine, j’ai fait lire plusieurs de vos propos (une suite) à deux personnes qui ont un BAC, et une qui une maîtrise, une copine enseignante en français dont seule l’Académie est meilleure.

Malheureusement ils n’ont pas compris grand chose. Je vous invite à être plus concis et plus précis avant d’employer comme dans cette phrase, le mot « apparoir ».

@ Youlle,

Définitions de « apparoir » :
— Apparaître; Être évident, être manifeste
http://fr.wiktionary.org/wiki/apparoir

— Verbe intransitif, (ancien français apparoir, du latin apparere, apparaître) En droit : être apparent.
http://www.larousse.fr/dictionnaires/francais/apparoir/4650

— Être constaté, être manifeste (il appert que).
http://www.mediadico.com/dictionnaire/definition/apparoir

— A : Apparaître, se manifester.
— B : (Faire) apparaître, (faire) preuve de…
— C : Il ressort manifestement (de quelque chose) que…
http://www.cnrtl.fr/definition/apparoir

Cela prend-il d’autres définitions dans d’autres dictionnaires ou que je vous en fournisse quelques-unes de plus ?

« Il n’y a pas de préjugés anodins » — Fedor Mikhaîlovitch Dostoîevsky

Ohhhhh que c’était IMPORTANT de clarifier cela…..

« » OH VANITÉ, VANITÉ, TOUT N’EST QUE VANITÉ » écrit par quelqu’un qui parlait latin, je crois….

Vous avez mal lu. Je connais le mot apparoir ancien mot rarement utilisé.

L’important dans les phrases était « …j’ai fait lire plusieurs de vos propos (une suite) » « Je vous invite à être plus concis et plus précis… »

Si des gens très instruits ont du mal à comprendre vos textes, imaginez le monde ordinaire. Donc à mon avis vous écrivez souvent pour rien parce que les gens ne sont pas patients et se « tannent » et passent à autre chose. Mais cela vous appartient.

« Ce qui se conçoit bien s’énonce clairement et les mots pour le dire arrivent aisément » (Nicolas Boileau-Despréaux)

Je vais bien sûr, prendre en compte vos observations et je suis pleinement en accord avec votre citation. D’ailleurs, je n’éprouve pas de difficultés particulières pour m’énoncer et je dois dire qu’en terme de vitesse de rédaction, je suis assez rapide merci.

Je comprends très bien que mes textes puissent ne pas être bien compris par tout le monde. J’écris avant tout pour me faire plaisir. Avez-vous quelques choses contre cela ?

Finalement comme je ne prévois pas de faire le saut en politique, tout de suite. Cela n’a aucune importance pour moi de me faire du capital populaire. Si tel devait être le cas, vous pouvez être assuré que je serais dans ce cas baveux à souhait.

— En somme, ce que vous me reprochez c’est de ne pas être assez opportuniste. Et sur ce point, je donne entièrement raison !

En latin M. Duhamel, on appelle cela « character assassination. »
C’est une technique souvent utilisée en propagande.
C’est dire à quel point la candidature de PKP vous dérange, ou plutôt vous désarçonne.
Vous avez souvent dit et répété « le monde des affaires » n’embarquent pas dans la galère de l’indépendance.
En voilà un qui vient d’embarquer. Un gros. Un très gros. possiblement que d’autres maintenant, inspirés par sa hardiesse, voudront l’y joindre.
Ce n’est pas sûr que les fêtes di 150 e soit bien réussies.

Sur un plateau d’argent?

Il a payé 5 milliards. Un prix de fou
La famille qui a vendu a mis ca dans une fiducie pour ne pas avoir à payer d’impots
Depuis, elle joue les Père Noel, distribuant des piasses aux pauvres

Avez-vous écouté le gars hier à TLMP qui parlait des paradis fiscaux?
Un grand moment de TLMP

« Notre argent est en vacances aux Barbades » a-t-il dit pour résumer

Oui, je vais lire son livre: Paradis fiscaux: La filière canadienne, par Alain Denault

On perd rien à se renseigner ( 🙂

Bonjour,M.Peladeau a fait comme Ted Turner au usa,mais il y a un mais,en politique c’est a nous de bien definir notre constitution et il faut aller au dela des personnages politiques car la seul police assurance pour un peuple est une constitution voter par le peuple et non imposer par un systeme,de la un peuple peut decider d’avoir un systeme Monarchique qui donne tout je dis bien tout les pouvoirs de parti a une seule et unique personne pour les nomination partisans de parti et une Republique ou le peuple vote sur la constitution,et voter pour les senateur,gouverneur,et les representants,et un vote sur le president au suffrage universel entre les Etats membres.Le choix nous appartient a nous tous etre un Etat seul comme pay,ou etre un Etat par association avec d’autre Etat membre pour fonder un un autre pay la Republique du Canada,le Canada sont des terres et il appartients a nous tous de definir se que le peuple veux et ne pas oublier le respect de la constitution de chacun des Etats membres.Il faut bien entourer nos leaders.Bonne reflexion.

Que pense Pierre Duhamel de la propriété des actions de PKP. Devrait-il les vendre ou renoncer à la politique? Doit-il choisir entre les deux? Michel Nadeau a répondu un peu bêtement que PKP ne pourrait pas vendre ses actions instantanément. Il pourrait cependant les vendre sur une période de 6 mois ou 1 an.

Voici le temps venu des oligarques, se taillant au sein d’une ethnie, grâce au jeu politique, un terrain de jeu privilégié. Le « level playing field » devient alors maîtrisable, comme la patinoire d’un amphithéâtre.