PKP et les états d’âme de la gauche péquiste

Publié plus tôt cette semaine, le livre PKP dans tous ses états fait parler de lui depuis quelque temps déjà. Et Pierre Duhamel a des opinions qui divergent de celles de l’auteur Pierre Dubuc au sujet de l’homme d’affaires derrière Pierre Karl Péladeau.

Le livre de Pierre Dubuc, PKP dans tous ses états, a fait beaucoup parler de lui à la veille du conseil national du Parti québécois, au début du mois.

Une fuite bien orchestrée faisait mention de son contenu, qui relate les échecs en affaires du député Pierre Karl Péladeau et de ses accointances fédérales au moment où les candidats à la chefferie du PQ prononçaient leurs premiers discours devant les militants du parti.
Blogue Economie

Le livre a été publié cette semaine. L’auteur, identifié à l’aile gauche du PQ, veut déboulonner le mythe de grand entrepreneur et de bâtisseur de M. Péladeau. Il s’attarde longuement aux pratiques et au discours antisyndical tenu par ce patron souvent intempestif, de même qu’à ses relations avec Brian Mulroney et Stephen Harper.

J’ai l’impression que Pierre Dubuc mène un combat perdu d’avance et que les militants péquistes ne voient chez Pierre Karl Péladeau qu’un homme providentiel, le seul qui soit capable de convaincre les Québécois de la nécessité et de la viabilité de l’indépendance.

Le regard de Dubuc est celui d’un adversaire politique. Il est acerbe et il juge sévèrement les efforts de M. Péladeau pour plaire à la droite canadienne-anglaise et au premier ministre Harper via les journaux de Sun Média et de la chaîne de télé Sun News. Il critique fortement les 14 lock-outs imposés aux employés du groupe au fil des ans.

Il raconte aussi les circonstances ayant conduit à la disparition de Quebecor World, qui était le premier imprimeur au monde. C’est en effet un échec retentissant. Un échec qui aurait pu être évité si Pierre Karl Péladeau s’était rendu aux arguments des dirigeants de Quebecor World, qui voulaient vendre l’entreprise quelques années avant qu’elle ne se mettre à l’abri de ses créanciers, en 2008.

L’histoire de Pierre Karl Péladeau en affaires est quasiment épique. Dès son arrivée en poste après le décès de son père, il achète l’imprimeur World Color pour 2,7 milliards de dollars. Quelques mois plus tard, à l’automne de 1998, il achète les journaux de Sun Media pour presque un milliard — beaucoup plus que ce que son père avait été prêt à payer deux années auparavant.

Il a aussi payé très cher Vidéotron en 2000, malgré l’appui et les capitaux de la Caisse de dépôt et placement du Québec. Il doit emprunter près d’un milliard de dollars et mettre sur la table presque tous les actifs qu’il possède en dehors d’Imprimeries Québecor. Quelques mois après cette transaction, les titres d’entreprises technologiques s’effondrent, et Pierre Karl Péladeau se retrouve avec une entreprise très endettée, sans compter un actif de moindre valeur que ce qu’il avait payé.

Et c’est là que je diverge d’opinion avec Pierre Dubuc.

Pour sauver son investissement, Pierre Karl Péladeau devait diminuer les coûts d’exploitation de Vidéotron et rehausser la qualité du service, tout en investissant dans la technologie. Il fallait mener une véritable politique d’austérité et diriger la compagnie avec une main de fer. Ce n’était pas une question de choix, mais une nécessité absolue. Voilà qui explique les durs conflits de travail.

Pierre Karl Péladeau a sauvé Vidéotron, mais il n’a pas su éviter le naufrage de Quebecor World, qui regroupait 160 imprimeries réparties dans 15 pays et employant 60 000 personnes. Pendant qu’il se dépêtrait avec Vidéotron, la dette colossale de l’imprimeur et les changements successifs à la tête de l’entreprise — six présidents en cinq ans ! — ont conduit l’entreprise à sa perte, dans un environnement commercial plus difficile.

Je fais donc un constat plus contrasté de l’homme d’affaires Pierre Karl Péladeau. Il a acheté souvent trop cher, il a connu un échec retentissant avec Quebecor World et il s’est montré souvent très dur avec ses collaborateurs et ses employés. Il a peut-être trop tardé avant de s’engager dans les canaux de télévision spécialisés.

Certains lui reprocheront d’avoir manœuvré auprès des gouvernements pour tenter d’obtenir des avantages pour son entreprise, comme l’adjudication à coût moindre des bandes passantes pour la téléphonie cellulaire au fédéral et le financement de l’amphithéâtre de Québec. On peut aussi lui faire remarquer que ses médias ont été en parfait synchronisme avec ses intérêts d’affaires au Canada anglais et au Québec.

En revanche, il a fait de Vidéotron un géant des télécommunications réputé pour la qualité de son service à la clientèle, et qui est devenu un chef de file en téléphonie conventionnelle et cellulaire au Québec. Sa stratégie de convergence a été payante et a permis à TVA de maintenir au Québec sa position de tête en télévision.

En 2002, au plus fort de la tempête, Pierre Karl Péladeau déclarait au Globe and Mail qu’«il [n’était] pas payé pour être populaire et qu’il [n’était] pas un politicien qui tente d’être élu».

Treize ans plus tard, on comprend que le candidat Péladeau est moins tranchant et plus nuancé sur certaines questions que le PDG Péladeau.

* * *

À propos de Pierre Duhamel

Journaliste depuis plus de 30 ans, Pierre Duhamel observe de près et commente l’actualité économique depuis 1986. Il a été rédacteur en chef ou éditeur de plusieurs publications, dont des magazines (Commerce, Affaires Plus, Montréal Centre-Ville) et des journaux spécialisés (Finance & Investissement, Investment Executive). Conférencier recherché, Pierre Duhamel a aussi commenté l’actualité économique sur les ondes de la chaîne Argent, de LCN et de TVA. On peut le trouver sur Facebook et Twitter : @duhamelp.

Laisser un commentaire

On dit souvent que la capacité d’adaptation est une marque d’intelligence. On dit aussi qu’il faille hurler avec les loups pour manoeuvrer parmi la meute…

Alors un comportement adapté au monde des affaires, qu’on aimerait idéalement teinté de responsabilité collective, ne semble-t-il pas plutôt relevé de mentalité de PIRATEs qui s’attribuent les ressources d’un territoire ou de ses occupants le plus efficacement possible et souvent avec les applaudissements de la frange pro-pédatrice de notre élite….

Maintenant que M. Péladeau se retrouve en Politique, quels comportements SOUHAITERIONS-nous le voir adopter ????? Pourrait-il s’adapter ?

Les comportements de corruption en politique sont-ils, enfin, derrièrre nous? La tendance est-elle au MUSÈLEMENT de type « Harperienne » ?

Les bloques deviendront-ils, de plus en plus, tarifés…. ( nouvellement Le Devoir ! Libre de penser, mais moins de commenter )

Comment se portent TVA et Vidéotron depuis le saut en politique de PKP? Comment expliquer les départs des Robert Dépatie et Françoise Bertrand??

Quoi penser de « l’exploitation » du rêve des gens de Québec pour un retour des Nordiques pour se faire payer un amphithéâtre high tech à même les fonds publics?? Je suis de Québec et je me sens trahie.. tout comme doit se sentir Stephen Harper..

Brian Mulroney avait rapporté un jour que PKP avait fait le constat que « l’unilinguisme » au Québec était un contexte idéal de convergence!! L’intérêt collectif se doit de primer sur les intérêts de Quebecor… PKP au pouvoir égale le renforcement de la loi 101… L’avenir de nos enfants dans tout cela?? On sait bien que l’avenir des siens est assuré.. sécurité financière et bilinguisme font aussi partie de l’héritage de son père.. et on sait combien il tient à avoir le beurre, l’argent du beurre et la ferme au complet…

Je n’arrive pas à croire que les Québécois vont laisser ce baron de la Presse devenir PM… C’est indéfendable car anti-démocratique. Juste à regarder la feuille de chou séparatiste que sont devenus ses journaux avant même son élection, il est plus que temps qu’un vent d’indignation se lève..

Le principe de Peter semble s’appliquer dans le cas de PKP.. il a clairement atteint son niveau d’incompétence..

Hélène,

Vous écrivez : » Je suis de Québec et je me sens trahie.. tout comme doit se sentir Stephen Harper.. » Je ne suis vraiment pas surpris que M. Harper se sente trahi….

Ce n’est sûrement pas l’image qu’il aime se faire des gens riches et célêbres… Il préfère ce que représente un président honorable à la tête d’une grande entreprise de transport maritime qui enregistrent ses navires dans les ports de complaisance en zone franche aux Caraïbes, ainsi que leurs Banques au soleil…. ( le beurre ……ect.)

Pour la loi 101, c’est certain que d’essayer de protéger la langue francophone équivaut à instaurer l’unilinguiste au Québec !!! Ben oui..

Vous voyez, Mme Beaulieu, pour moi, ce qui m’indigne c’est cette mentalité manichéenne (http://fr.wikipedia.org/wiki/Manich%C3%A9isme_(attitude) que certains qui se considèrent » Biens Pensants » n’arrivent pas à dépasser…. ( Tellement peu de nuance )

Ce qui m’indigne aussi, c’est une certaine droite évangiliste qui ne se préoccupe guère du climat et des sables bitimineux ( Trop payant.. le beurre..ect.) car ceux et celles qui respectent leur dieu bénifiront d’une nouvelle terre après l’épuisement des ressources de notre planète….

» L’avenir de nos enfants dans tout cela?? « … En tout cas pour ceux du reste des Québécois qui sont, comme moi, des non-croyants ou des victimes d’un endoctrinement pour autre dieu….

» On sait bien que l’avenir des siens est assuré.. » Y a-t-il d’autres valeurs, Mme Beaulieu, que celles de l’argent, de l’élitisme pécunier ???

Pour Vous paraphraser:… Je n’arrive pas à croire que les Québécois vont laisser, Harper, ce « SERVANT » de l’Industrie Bitumineuse re-devenir PM… ( même si on pouvait recevoir un petit chèque par la poste… le beurre, le beurre….)

C’est typiquement québécois : « quelqu’un de la gang réussit on se dépêche de le rabaisser » c’est ce que semble avoir fait Pierre Dubuc qui se dit indépendantiste dans le livre que je n’ai pas vu, c’est ce que fait Pierre Duhamel en moussant les propos de Dubuc et c’est clairement ce que les 3 commentaires précédents laissent entendre aussi.

Le PDG d’une entreprise n’agit pas seul, le succès et les échecs sont le résultat d’un travail d’équipe, mais le PGD et le CA de l’entreprise ont une grande part de responsabilité, si la grande barque que PKP a dirigée est en bon état et a de la valeur aujourd’hui PKP y est certainement pour quelque chose, que cette grosse barque ait frappé des tempêtes, ait failli s’échouer, se soit échouée puis réussi à se remettre en route en changeant de cap, y’a rien d’anormal là et ce genre de cheminement est plutôt la norme pour des entrepreneurs audacieux comme PKP, pourquoi s’attarder à ce qui n’a pas bien fonctionner plutôt que de s’attarder à ses succès et en passant au final c’est plutôt d’un succès qu’on parle ici.

L’indépendance du Québec elle ne se fera pas non plus avec un seul individu, ni avec un sauveur, elle se fera avec une équipe qui y croit et des citoyens qu’on aura convaincus. Tout le monde semble s’entendre là-dessus, le fait que le monde des affaires ne se soit pas clairement et en nombre suffisant montré en faveur de l’indépendance du Québec a laissé croire qu’ils étaient tous fédéraliste, mais ça n’est pas le cas; l’arrivée de PKP qui s’affiche clairement indépendantiste devrait logiquement inciter plusieurs autres hommes et femmes d’affaires qui ne l’ont déjà fait à faire leur « coming out », si c’était le seul impact de l’arrivée de PKP en politique et au PQ ça ferait toute la différence, ça les fédéralistes le savent bien et c’est certain qu’ils vont tout faire pour discréditer PKP c’est déjà commencé, mais agir de la sorte et espérer encore flouer tout le monde c’est faire affront à l’intelligence des gens.

Il y a un seul parti officiellement fédéraliste au Québec, le PLQ, les chefs de tous les autres partis sont tous convaincus que l’indépendance est pour le Québec préférable à son maintien dans la fédération, la désinformation, les tricheries des fédéralistes au besoin et les divisions des indépendantistes, ont fait hésiter les québécois jusqu’à maintenant, mais la vérité est où ? pour le savoir il faut comparer à fond les options, les indépendantistes misent avec raison là-dessus, les fédéralistes eux fuient comme la peste toute clarification / toute comparaison / toute analyse de fond, mais le train indépendantiste se remet en branle et cette fois peut-être qu’il se rendra à destination. à suivre

Toujours les mêmes excuses pour excuser les revers de fortune de ces Québécois entrepreneurs qui réussissent dans la vie , avec notre pognon à tous et en considérant ses employés comme des esclaves robotisés . Ont ne peut devenir soudainement et sans raison apparente un politicien compétant et dédié , avec une feuille de route pas très inspirante . M. Dubuc nous fais entrevoir un homme de caractère instable , qui butine de fleur en fleur , à la recherche de son âme . Je ne crois pas que cet homme , qui ne crois qu’en lui , puisse être un politicien compétent .

Mini Péladeau est l’un des pires écumeurs de fonds publics de l’histoire du Québec. Un vrai parasite. Et l’un des moins compétents en affaires en plus!

Si vous avez lu et entendu les nouvelles au cours des derniers mois, vous avez été en mesure d’apprécier toute son incohérence et son illogisme dans toute leurs splendeurs.

Et quel manque de charisme…

Bref, du bonbon pour les Libéraux!

Wow ! Quelle critique acerbe. Les libéraux ont soutenus un système de corruption institutionalisée qui nous a coûté des milliards en graissage de pattes. Ils nous ont de plus endetté de plus de 60 milliards et contribués à la disparition de 16 milliards de dollars à la caisse de dépôts (tout le 40 milliards de pertes n’étaient relié aux papiers commerciaux) Et vous nous dîtes que PKP est l’un des pires écumeurs de fonds publics du Québec. Soyons sérieux ici. Les écumeurs de l’argent public c’est les libéraux et des larbins en ont redemandé !!!

« Bref, du bonbon pour les Libéraux! »

Aujourd’hui pédalo gagnerait les élection contre Couillard.

Ça va mal pour tes trois héros docteurs incapables et perdants.

….tout comme Boisclair devait écraser les Libéraux selon les sondages…

Crédibilité zéro!

Tes trois docteurs héros (sans maths) comme tu le disait aux élections font d’eux des pleutres surtout le nono à Bolduc: Les Trois Stooges
http://www.cinechronicle.com/wp-content/uploads/2010/12/The-Three-Stooges.jpg

Les libéraux paniquent.

Le vrai parti libéral au sens propre du mot est le parti Québécois.

Au PLQ ce sont des conservateurs à la Hard peur ainsi qu’à la QaKadQ.

Seul le parti de la gauche est Québec solitaire, 7% du vote.

Les gens sont ben tannés des conservateurs.

PKP le plus populaire

Ceux qui pratiquent l’aveuglement volontaire eh! bien que grand bien leur fasse…

Voici des faits: PKP et Julie ont courtisé Stephen Harper et Laureen quand leur intérêt canadien le commandait.. Un poste de sénatrice aurait même été offert à Julie…

Stephen Harper a aidé PKP dans sa guéguerre contre Radio-Canada.. Je me souviens d’un certain Lafrance de Radio-Canada poursuivi par PKP pour avoir qualifié son comportement de « voyou »..

Stephen Harper était aussi ouvert au désir de PKP de percer le marché de téléphonie.. créant même un passe-droit pour Vidéotron… le CRTC a refusé..

PKP, propriétaire de Sun News, télé dont la fermeture a été applaudie par la gauche au Québec, en raison du « Québec bashing » auquel se livraient « en toute liberté » les animateurs… pendant que dans les journaux de PKP au Québec certains animateurs, tels les Éric Duhaime et Joanne Marcotte ont été tassés pour bien moins.. coupables de s’être affichés contre les fonds publics dans l’amphithéätre !!

PKP lors de l’achat de Sun News par Quebecor avait déclaré le sourire fendu jusqu’aux oreilles « C’est un grand jour pour le Canada »… photos à l’appui…

Après l’échec de Sun Média et de Sun News il se replie au Québec. Et il veut faire un pays.. Les actions de Québécor ont chuté de plus de la moitié depuis l’ère du fils Péladeau..

Pierre Péladeau a toujours su garder une saine distance entre son entreprise et l’État..

On ne peut pas dire que le parcours du fils va dans cette foulée de son père. Il semble être devenu accro aux subventions du gouvernement quand il s’agit de donner de l’oxygène à son entreprise.. La dernière subvention en était une accordée par Pauline Marois à Productions J juste avant le saut en politique de PKP.. une somme rétroactive de crédits d’impôts, ce qui n’avait pas eu l’heur de plaire à Monique Simard de la SODEC..

Tout cela pour dire qu’on aura beau tenter de justifier les privilèges accordés à Quebecor en diabolisant les Desmarais.. (en passant Bernard Landry aimait Paul Desmarais, sa vision « fédéraliste » le heurtait et non pas la réussite internationale de ce francophone), tous savent très bien que le PLQ de Philippe Couillard n’est pas celui de Jean Charest..

Philippe Couillard n’était pas l’homme des Desmarais, c’était plutôt Pierre Moreau.. L’entourage de Philippe Couillard lors de la course à la chefferie était de l’école de Robert Bourassa.

Alec Castonguay a suivi Philippe Couillard pendant tout son parcours vers la chefferie et il a écrit un livre intitulé: « Philippe Couillard… La naissance d’un chef ».. On peut y lire que les coups bas de la part de ses adversaires à la chefferie, Raymond Bachand entre autres..

Je pense que le problème au Québec c’est la désinformation véhiculée par une classe journaliste biaisée.. et en majorité souverainiste.. On peut constater les effets sur les blogues de cette ignorance délibérément entretenue..

On verra en 2018 mais je pense que les Québécois sauront voter avec le même gros bon sens qui les a guidé le 7 avril dernier.. Tout sauf Pauline risque pourrait se traduire par « Tout sauf PKP » .

Le PQ n’a pas compris et n’a pas su tirer de leçon de sa défaite… Et le clan Bédard continue d’enliser le PQ dans une stratégie perdante.

A moins qu’il ne se départisse de ses actions dans Quebecor pour se consacrer à son projet de pays, PKP le baron de la Presse ne passera pas la rampe..

Aucun pays démocratique ne laisserait autant de pouvoir entre les main d’un seul homme.. et le Québec s’inscrit aussi dans ce sens.

Finallement les Quebecois ne font seulement commencer a connaitre PKP. Il fut toujours tres discret et. Luc Lavoie affrontait les journalistes et cameras. A voir le talent d’ orateur de PKP on peut comprendre… Mal a l’ aise face sur une tribume et a s’exprimer clairement on peut comprendre que PKP fuit les medias , les debats. et se cache derriere une page Facebook. Le temps passera et bonne chances qu’ il sera forcer a divulguer sa personnaite. A ce moment je crois qu’ il « fake »

Bien sûr, avoir une bonne capacité d’élocution c’est plus VENDEUR…

La plupart des gens savent aussi qu’un bon vendeur peu, bien plus facilement, nous convaincre par des demi-vérités et même des mensonges… Que de promesses électorales furent ainsi faites !!!

L’écriture permet de mesurer plus en profondeur la pensée de l’auteur en donnant du temps de réflexion au lecteur… Ce n’est donc pas à négliger, tout au contraire.

Vous croyez vraiment mieux connaitre les personnalités M. Couillard ou de M. Harper ???

La communication est essentielle en politique. Je doute fortement que PKP redige lui-meme ses commentaires sur sa page Facebook. Le seul fait qu’ il voulut ignorer les journalistes le discredite au poste qu’il courtise.

Message aux péquistes: SVP, pleeeeaaaase élisez PKP comme chef!

On va s’amuser comme des p’tits fous.

Vous pensez que Yves Bolduc et incompétent et inculte? Attendez d’avoir PKP…

« Vous pensez que Yves Bolduc et incompétent et inculte? » (François 1)

Sa pète dans la face des Québécois. Sa les éclabousse.

Parlant de s’amuser comme des petits fous, le docteur libéral guéri-tout Couillard a fait passer une loi pour réaliser la cimenterie de Port Daniel.

Une autre Gaspésia comme tu dis.

Juste un point M. Youlle. Vous semblez un ardent défenseur du nationalisme québécois et sûrement du fait français en Amérique du Nord. Je vous souligne qu’il faudrait écrire « Ça » pète et « Ça » les éclabousse et « Sa ». Je réalise aussi des coquilles lorsque j’écris sur le web, mais à la différence, je ne suis pas un enragé de langue française. ÇA et non « sa », donc ça manque de crédibilité…

Ça n’est pas ce petit texte qui qui va améliorer votre crédibilité.

Qui vous dit que je suis un enragé de la langue?

Allez raconter à un Allemand de l’Allemagne qu’il insiste trop sur la langue du pays pour voir.

Vous devriez apprendre à écrire votre français correctement avant de dénigrer tout le monde…. Gaspésia comme vous dites c’est le le P.Q. qui en a fait un fiasco…..

« Vous devriez apprendre à écrire votre français correctement avant de dénigrer tout le monde… »

Parlant de dénigrer Mme Gaétane Charest, avec cet écrit vous n’avez pas de leçons à me donner ni à personne.

Pour la Gaspésia c’est l’industrie PRIVÉE (Tembec) comme administrateur qui en a fait un qui en à fait un fiasco. Le gouvernement n’a fait que du financement. Les dépassements de Papiers Gaspésia ont commencé sous le règne du gouvernement libéral de Jean Charest qui a tout laisser foirer sans rien faire et non pas sous le gouvernement péquisss.

Pas surprenant que le candidat Péladeau soit moins tranchant et plus nuancé sur certaines questions que le PDG Péladeau, c’est qu’il n’y comprend que dalle, de toute évidence. Ses déclarations politiciennes intempestives, superficielles et fondées sur des idées reçues des années soixante en font foi.
Enfin, que PKP soit devenu un chef de file en téléphonie conventionnelle et cellulaire au Québec et qu’il ait réussi à conserver à TVA sa position de tête en télévision sont foncièrement fondées sur une seule réalité et elle est aveuglante: le maintien de quasi-monopoles grâce à l’existence d’un marché captif, constitué avant tout de québécois de souche.
Par surprenant qu’il se soit retiré dans ses terres au Québec, avec l’abandon de Sun News (un autre grand succès!). Vaut mieux être le roi d’un petit royaume.

Si le PQ couronne M. Péladeau, comme le parti semble vouloir, la gauche devra se ramasser à la petite cuillère. Belle bisbille en perspective . . . Mais ça, c’est pas du nouveau au PQ. Prédiction: la naissance d’un nouveau parti provincial avant les prochaines élections. Bye bye PQ?

PKP le sauveur! Quel expression futile. C’ est écrit dans le ciel qu’ il sera chef du PQ au mois de mai ; mais passera-t’ il la rampe de l’ Assemblée nationale et de la transparence? J’ en doute fortement! La première action qu’ il devra faire sera de se départir complètement de ses actions de Québecor sinon il traînera sa réputation d’ homme d’ affaire opportuniste et collé sur le bas de laine des québecois qui en passant ne lui donneront jamais la communion sans CONFESSION!

Est-ce qu’ il y a sincèrement des québecois dans la salle qui croit que PKP va être élu comme premier ministre du Québec sans montrer patte blanche! Voyons donc juste y penser c’ est rêver en couleur comme s’ acheter un billet de loterie! Pour moi PKP n’ est pas un leader , du moins il me l’ a pas encore prouver et aussi pour moi faire du Québec un pays ça prend de la transparence , du charisme et un profond attachement aux personnes qui lui feront confiance pour ce combat de titan! A mon avis PKP n’ a aucune de ses qualités et il a des crôutes a manger pour convaincre les électeurs de le suivre aveuglément dans cette aventure!

Le pire à se produire c’est qu’il y ait quelqu’un de compétant à la barre du PQ. La destruction complète de notre économie est momentanément évité avec Mme Marois aux oubliettes , avec PKP le parti vie ses derniers moments.