Planifier la retraite à deux

Vous avez réussi votre partage des dépenses ? Bravo ! Prochain défi : épargner en vue de la retraite. La vôtre, et celle de votre douce moitié.

Illustration : Melanie Lambrick pour L'actualité

Imaginez un couple aisé où l’un gagne cinq fois plus que l’autre. Disons un salaire net de 200 000 dollars pour le premier et de 40 000 pour le second. Lequel des deux, pensez-vous, aura le plus de facilité à cotiser à ses REER, ses CELI et ses placements personnels ?

Plusieurs pistes existent pour atténuer le risque d’inégalités financières à la retraite. Diminuer le niveau de vie, ce qui déplaira probablement à la personne qui gagne le plus… ainsi qu’à celle qui gagne le moins. Revoir ce qui est considéré comme une dépense commune, pour réduire le fardeau de la personne au salaire le plus bas. Accorder à chacun une somme de base à utiliser à sa guise, et qui sera soustraite du revenu annuel avant de partager les dépenses ou de mettre l’argent en commun.

La méthode la plus efficace pour éliminer autant que possible les écarts de revenus à la retraite est toutefois de faire de l’épargne une dépense commune. « Pour ça, il faut que l’épargne soit une priorité pour les deux conjoints, et c’est loin d’être toujours le cas », souligne la professeure Hélène Belleau, de l’INRS. 

L’épargne dans un couple, ça devrait se gérer à deux, renchérit la planificatrice financière Julie Gauthier, de Gestion financière MD. Ses 25 années d’expérience montrent cependant que c’est souvent une personne plus que l’autre — généralement l’homme — qui prend les finances en main.

Le hic, c’est que deux amoureux peuvent avoir « des objectifs, des enjeux ou une propension au risque différents ». Par exemple, si vous avez des enfants issus d’une union précédente, vous souhaiterez peut-être les aider à devenir propriétaires, ce qui ne sera pas nécessairement le désir de votre partenaire actuel. Or, si une seule personne s’occupe de l’épargne à long terme, sa vision va probablement l’emporter.

Pour éviter une telle situation, la professeure Hélène Belleau recommande que les deux membres du couple rencontrent à l’occasion leur planificateur financier séparément, afin que ce dernier soit conscient de leurs besoins respectifs et les conseille en conséquence.