Plus que jamais, c’est Bell contre Vidéotron

Deux édifices se font face à l’intersection du boulevard René-Lévesque et de la rue Papineau à Montréal. Celui du côté Est est occupé par CTV, propriété de Bell, et regroupe ses activités montréalaises, dont RDS. De l’autre coté de la rue, on retrouve les studios et bureaux de NRJ et de Rouge FM et le bureau montréalais d’un géant des panneaux publicitaires, des entités appartenant à Astral, le plus méconnu des géants canadiens des médias.

D’ici peu, les deux édifices appartiendront à Bell qui entend débourser la somme astronomique de 3,38 milliards de dollars (75 % en argent, 25 % en actions) pour se porter acquéreur de l’entreprise fondée en 1961 par les frères Greenberg. Cette transaction spectaculaire redéfinit encore une fois le paysage audio-visuel canadien et québécois.

Bell réaffirme de façon spectaculaire sa propre stratégie de convergence entre les contenus médias et les moyens de télécommunications. Elle contrôlait déjà le plus grand réseau privé conventionnel de télévision et quelques chaînes spécialisées comme TSN/RDS; elle sera propriétaire du géant de la télévision spécialisée et de la télévision payante au pays. Astral est une entreprise extrêmement rentable, affichant des profits nets qui correspondent à presque le quart de ses revenus.

Bell avait peu à offrir à sa clientèle francophone dans son combat titanesque contre Quebecor. La voilà propriétaire, si le CRTC et le Bureau de la concurrence le veulent bien, d’une douzaine de chaînes comme Canal D, Ztélé, Séries +, Historia, Teletoon et Musique Plus. Elle pourra aussi offrir à ses annonceurs du temps d’antenne dans ses 84 stations de radio, dont 24 au Québec, et des panneaux d’affichage.

Pour avoir droit à toutes ces nouvelles munitions, Bell offre aux actionnaires d’Astral deux fois et demi de plus que ce qu’elle a payé pour CTV (1,3 milliard de dollars) il y a à peine 18 mois. La famille Greenberg vient de remporter le gros lot.

Intéressant de noter que Bell se mue en puissance des médias alors que Vidéotron complète son passage vers les télécommunications avec son réseau de téléphonie mobile. Les deux géants ont quand même de petits problèmes à régler.

Bell peine à convertir ses clients à la télévision par fibre optique et Vidéotron ne fait pas aussi bien que prévu en téléphonie cellulaire, tant au niveau du nombre de clients que des revenus par abonné.

Comme si, dans la tête des gens, Bell c’était d’abord une compagnie de téléphone et Quebecor Vidéotron un câblo-distributeur. On dira ce qu’on voudra, mais même les milliards n’effacent pas rapidement des décennies d’habitude, même si on doit constater que Quebecor a grugé abondamment dans la clientèle filaire de Bell au Québec.

Prochain round : les instances réglementaires. Mais d’ici peu, je parie que le sort de V sera à son tour scellé.

 

9 commentaires
Les commentaires sont fermés.

Québec 2012: deux canaux météo, trois canaux de sports, des canaux latinos, arabes, des dizaines de canaux anglos, mais toujours pas un seul canal séparatiste.
Quand vous vous allongez le soir devant votre télé, vous avez droit à tous les machtes du Canadien minable de Montréal, à tous les soaps idiots d’ici et d’ailleurs, à toutes les télés-réalistés du monde, à la 154e version de l’élection d’Hitler au Canal Histoire, mais rien sur l’histoire et l’indépendance du Québec.

Doc, je ne sais ce que t’on fait le Canadien de Montréal, mais on parle ici de Bell vs Vidéotron. Pas besoin de « chialer » contre tout ce qui t’offusque. Et les soap idiots… On fait de la bonne télévision au Québec, suffit de s’y intéresser… Et l’histoire concerne le monde entier, désolé mais il est bon que les gens connaissent les grands enjeux politiques mondiaux pour comprendre. L’histoire n’est pas réservée uniquement à une portion de population… Et peut être qu’à 2 ils finiront par présenter des contenus différents pour des publics différents!

@Doc

Un scoop pour vous: à part quelques obsédés comme J-F Lisée qui ramènent sans cesse cette histoire sur le tapis l’indépendance que Québec ça n’intéresse pratiquement plus personne.

Autour de moi personne ne parle de ça, jamais.

Je peux vous dire qu’en tant que client, je bénéficie grandement de la compétition entre ces deux-là.

Mes forfaits téléphonqiue, cellulaire et internet ont été réduits de plus de 30%!!!

Si une telle compétition est bonne pour les portefeuilles des clients, pourquoi diable ne pas la promouvoir pour…disons…la SAQ ou Hydro-Québec ou la SAAQ par exemple?

@Pbrasseur

Changez d’amis parce que le dernier sondage donne 43% pour le OUI.

Autour de moi on parle de la Reine à Harper,on parle des prisons à Harper, on parle de la guerre de 1812 à Harper, on parle de la nourriture halal, on parle de nos ressources données aux Chinois, on parle des dépanneurs unilingues, on parle du coach unilingue du CH, on parle du coach unilingue de l’Impact, bref on parle du Québec qui étouffe dans le Canada.

@sylvie

C’est vrai qu’on fait quelques bons soaps, comme on fait quelques bons films.
Mais en bout de ligne, y’a un tas de chaines qui diffusent énormément de conneries, à des années-lumière de notre culture. On veut sauver la planènte, on s’inquiète pour les ours polaires, mais on fait tout pour ne pas parler de notre peuple et de sa culture.
Où est le Québec dans le CH d’aujourd’hui?
On est le Québec lorsqu’on écoute la radio (anglaise) dans un commerce de Montréal?
Où est le Québec dans le super bowl?
Où est le Québec dans The Voice?
On nous innonde de culture étrangère via toutes ces chaines.

L’un ou l’autre on s’en fout. Bell ou Vidéotron, Telus ou Cogeco, Aylmer ou Libby’s, Air Canada ou Aveos, Ford ou GM, du pareil au même. L’expression préférée de ma grand-mère allait comme suit: « Mordu par un chien ou par une chienne, elle est où la différence? » Le merveilleux monde du capital n’en finit plus de nous étonner, de nous emplir, de nous vider, de nous pistonner et de s’enrichir. Plus rien ne nous étonne, même pas la fibre optique et les Ipad. Consommer, il n’y a rien que ça qui devrait compter. La richesse des uns vit de la misère et des sueurs des autres. Bravo Bell. Bravo Vidéotron on vous aime, c’est vrai.