Pour ou contre les bonis dans le secteur public ?

Selon l‘Institut de recherches et d’informations socio-économiques (IRIS)les cadres d’Hydro-Québec, de Loto-Québec, de la Société d’assurance automobile du Québec, de la SAQ et de l’Aide juridique se sont partagés plus de 105 millions de dollars en bonis en 2008-2009.

L’institut, bien marqué à gauche, juge que rien ne prouve l’efficacité des politiques de bonification dans le secteur public. Il craint que des bonis à la performance établis en fonction des gains de productivité nuise à la qualité du service aux usagers et dénonce, de manière générale, « l’importation des pratiques managériales issues de l’entreprise privée. » L’instauration de bonis à la performance serait même « un choix idéologique ».

Bref, la gestion dans la secteur public n’a rien à voir avec les pratiques du secteur privé. Gérons le secteur public comment si l’argent n’avait pas d’importance.

Le contre-pied de cet argument nous est servi dans le Journal de Montréal qui se fait lui aussi un plaisir de dénoncer les bonis dans le secteur public au nom cette fois de la saine gestion des fonds publics. Il faut se serrer la ceinture et les bonis sont toujours scandaleux. Malheur au « fonctionnaire » qui gagne trop bien sa vie.

Le ministre des Finances, Raymond Bachand, a manifestement été sensible à cet argument parce qu’aucun boni ou prime au rendement ne pourra être versé dans le secteur public cette année et l’an prochain.

J’exprime ma dissidence sur cette question où la droite et la gauche font plutôt bon ménage.

Mon expérience m’a montré qu’un bon gestionnaire peut faire toute la différence. Qu’il soit coach au hockey ou au football, gérant d’artistes, entrepreneur ou patron d’une grosse boîte, le leader donne le ton, trace la voie, sait inspirer et s’entourer et il réussit à atteindre ses objectifs.

Le problème, c’est que les bons leaders se font rares. Il faut des gens rigoureux et sensibles, forts et flexibles, intelligents et ouverts d’esprit, expérimentés, dynamiques et intègres. Les recruteurs professionnels se défoncent pour trouver de tels candidats.

Si le secteur public ne peut pas recruter des gens de ce calibre, nous en souffrirons tous. La syndicalisation massive et les contraintes politiques et organisationnelles handicapent déjà les sociétés et organismes publics. Si les salaires des cadres supérieurs et des patrons sont plus bas que dans le privé et qu’aucune politique de bonification n’appuie les objectifs de gestion déterminés par l’actionnaire (État), ces gens-là iront ailleurs.

Je ne favorise pas la politique du pire. Tant qu’à payer 51 milliards de dollars en impôts, taxes et cotisations (seulement à Québec pour 2011-2012), j’en veux pour mon argent. Je ne veux pas que ce soit géré par quelqu’un dont le seul mérite serait d’être là depuis 30 ans.

Je veux des leaders compétents et qui se démènent pour remplir leurs objectifs. Je ne parle pas ici de cibles banales qui font partie de la description de tâches, mais d’objectifs qui se traduisent par une diminution significative des coûts et une amélioration du service. Mais encore faut-il que ce soit l’objectif de l’employeur ou de l’actionnaire…

Il faut des gestionnaires forts pour passer le balai dans les sociétés d’État et mettre le monstre bureaucratique au régime. Des gens comme ça méritent les salaires appropriés et des primes modulées en fonction de la performance. Comme dans toutes les grandes organisations.

Laisser un commentaire

Dans le privé, on donne des bonis lorsque la cie fait des profits. Ici,on est 3 milliards dans le rouge.
Dans le cas d’HQ et de la SAQ, ce sont des monopoles. Alors pourquoi donner des bonis à des gens qui produisent des déficits et qui n’ont aucune compétition?

Correction: gestion dans la secteur public

Le balai c’est à Québec et Ottawa qu’il faut le passer pour rationaliser les 100 milliards et plus que nous payons en impôts taxes assurances et pensions . Et ceci
1) En coupant un gouvernement donc Ottawa tout en économisant des milliards
2) En rationalisant chaque ministère
3) En rentabilisant chaque entreprise d’État
Les bonis ne sont pas le problème , seuls les bonis à ses petits amis l’est .
Et le pire qu’il faut abolir ce sont les collusions pour les contrats à prix exagérés et les magouilles partisanes des collecteurs de fonds et des commandités auprès des entreprises d’État .

Un p’tit détail: dans le secteur privé les bons administrateurs ne jouissent pas de bonis mirobolants. Par contre, je connais bien de gens qui font plus en bonis que leur salaire de base – tout est lié aux profits générés. Ceux qui font beaucoup d’argent sont ceux dont le travail rapporte beaucoup d’argent. Dans les grandes banques, par exemple, ceux qui travaillent dans les fonds d’investissement, comme chez RBC Dominion Securities, feront des gros bonis. Ceux dont le travail épargne de l’argent aux banques en améliorant les méthodes de travail dans les succursales et pour le service à la clientèle seront chanceux d’avoir un petit bonis car leur travail ne génère pas de profit.

Les gouvernements ne collectent pas des taxes et des impôts dans le but de faire fructifier les sommes. On les collecte pour les dépenser.

De plus, il y a l’histoire des pensions gouvernementales, comparativement à ce que l’on offre de nos jours dans le privé (rien!).

Mon mari et moi, à l’aube de la retraite, avons fait le calcul que le meilleur ‘investissement’ dans notre vie fut de travailler (dans son cas) plus de 35 ans pour une grande entreprise avec un solide fonds de pension – il faudrait plusieurs millions de ‘liquidité’ pour générer un rendement annuel équivalent à ce nous recevrons du fonds de pension.

je suis totalement contre tout formes de bonification. ces persones savent dans ce quelle ambarques comme moiquand je vais donner mon nom dans une ou autres usines.

IRIS, IREQ et dans pleins de ministères il y a des projets inutiles et coûteux qui végètent depuis des années… Pas une compagnie privée ne survivrait dans ces conditions sans la situation de monopole et l’absence d’imputabilité dont bénéficie la fonction publique.

Les bonus ne sont qu’une des conséquences pas la cause.

Bon et bien si on veut faire comme dans le privé, il faut être prêt à tout prendre dans la comparaison, pas juste ce qui fait notre affaire, et être conséquent avec ce que l’on vit tous ensemble !
Je peux vous affirmer que dans le privé, on ne se prive pas pour couper, et ce , même chez les hauts gestionnaires de l’entreprise qui m’embauche depuis 23 ans.
On a couper les bonis, gelé les salaires depuis trois ans, couper le personnel et aussi coupé les semaines, étant à 4 jours/semaine depuis un an, nous » bénificions » d’une journée payée par l’assurance emploi, le tout venant à échéance à la fin Mars 2011. Qu’est-ce qui arrivera par la suite ?
On accepte le tout sans aucun autre choix, parce que l’on se sait en grave ralentissement économique, sans doute une des plus dure récession de l’histoire !
Pourquoi est-ce que c’est seulement au privé que l’on est conscient de la gravité de la situation, et que l’on a besoin de l’apport de tous les membres de l’entreprise ? Sans doute parce que c’est plus facile avec l’argent des autres, l’argent entre et les fonds semblent inépuisables!!!

@ Emmanuel Desalliers

« Pourquoi est-ce que c’est seulement au privé que l’on est conscient de la gravité de la situation, et que l’on a besoin de l’apport de tous les membres de l’entreprise ? Sans doute parce que c’est plus facile avec l’argent des autres, l’argent entre et les fonds semblent inépuisables!!! »

Sachez Emmanuel Desalliers qu’il y a aussi beaucoup de temps partiel notamment dans la santé. Les employés de l’état ne vivent pas tous avec le gros salaire. C’est une désinformation. L’employeur pourrait décider de les faire entrer moins souvent.

Voyez-vous Monsieur, si votre employeur congédie c’est probablement par manque de travail ou de contrat, baisse de chiffre d’affaire. Donc de la façon dont vous parlez, votre emploi est peut-être malheureusement menacé et vous risquez le chômage voir même le BS comme on dit.

Maintenant vous dites qu’il faudrait que ce soit égal. Ce serait idéal encore mieux que tous restent à l’emploi.
Alors Emmanuel Desalliers, que diriez-vous si on foutait le quart du personnel dans les hôpitaux au chômage et vu que le BS et le chômage ce n’est pas payant, on fout tous ce monde là à la porte.

Vous auriez l’air de quoi suite à un accident de char et incapable de travailler pendant 4 mois?

Voyez-vous Monsieur quand l’économie es en baisse, le nombre de malades ne baisse pas lui et les chômeurs augmentent ainsi que les assistés sociaux augmentant le travail de ces travailleurs.

Les bonis devraient disparaître partout. Ce sont eux qui sont en grande partie responsables de la crise que nous vivons.

J’ai vu des entreprises manufacturières qui étaient pratiquement saccagées à cause des bonus. Les employés se « Bumpaient » l’un et l’autre faisant baisser la production.

Dans des institution financière le directeur ou sont assistant qui s’approprie le travail des ses subalternes pour encaisser les avantages créant un turn over des employés.

« Je veux des leaders compétents et qui se démènent pour remplir leurs objectifs »

Comme le maillet qui fait semblant de « gérer » le dossier du CHUM et qui reçoit sa prime au « rendement » à chaque année !

Quand on gère un monopole, un bon salaire suffit.Nous produisons du gestionnaire comme les lapins se reproduisent. Si un bon salaire ne suffit pas, trouvons des gens moins gourmands. Moins gourmand n’équivaut absolument pas à moins compétent.

Cette glorification du boni n’est rien d’autre qu’un attrape-nigaud. Le boni, c’est la gestion à court terme, on fait tout pour bien paraître dans l’immédiat, on encaisse le fric et on disparaît avant que l’entreprise se ramasse avec les conséquences à long terme de notre petite vision à court terme.

Mais pour les imbéciles, dénoncer l’effet pervers du système de bonification, c’est être un gros méchant gauchiste. Pas fort ce blogue, très tendancieux et très occupé à dénoncer le parti pris des autres. Un blogueur qui aurait intérêt à méditer sur la parabole de la paille et de la poutre.

On ne peut pas être contre le fait que plusieurs soient mieux traité par rapport à nous.

Dans le fond, ce qui doit-être posé comme question
c’est : Pour ou contre le gros bon sens ?

La ceinture DOIT être plus serrée pour tout le monde, d’autant plus lorsqu’il sagit de fonds publics, il me semble que les dirigeants des sociétés publiques devraient au contraire faire preuve d’un jugement exemplaire et ADAPTÉ à la situation économique actuelle, ayant une énorme responsabilité devant les contribuables !

Youlle,( j’aimerais connaitre votre nom moi aussi ) s.v.p relisez mon texte, je crois me faire mal interpréter , je parlais des patrons aux grosses poches pleines qui se votent des bonis sans tenir compte de notre situation alarmante d’endettement collectif, qui se passe justement sur votre dos à vous, aussi bien que sur le mien…Je dénonce justement leur inconscience ( celle des patrons ) qui, à mon avis se transforme en insouciance délibérée de gestionnaire gras dur, complètement déconnectés, et ce à nos frais à tous. (parce que c’est directement de nos poches de contribuables que l’argent sort).
On parle ici surtout du secteur public, mais si il y a des situation de même nature au privé, mon dégoût reste le même quand le travailleur seul, en paye le prix.
Parcontre, si au privé le patron se vote un boni, c’est quand même son argent à lui, il ne le vole pas aux autres (payeurs de taxes)!

Quand tu gère l’argent des autres,tu dois être à la hauteur ou bien, tasses-toi de là, t’as pas compris ton rôle ni ton mandat, t’as pas les compétences requises, c’est tout !

Lorsque le président d’Hydro-Québec subventionne des collèges privés déjà très riches, ( dont il est membre du c.a par surcroit) conflit d’intérêt vous dites !! Moi comme payeur d’impôt, j’ai un certain dégoût, pour ne pas dire un dégoût certain, pas vous ?
Quand ailleur, plusieurs écoles sont dans un tel état de décomposition avancée, sans chauffage ni moustiquaire, ou lorsqu’il n’y a pas de livres dans les bibliothèques, etc…

Quand, dans un autre ordre d’idée, on nous VOLE 40 MILLIARDS $$$, à la caisse de dépot et que par la suite on nous dit: on a pris des risques trop élevés, on a perdu, c’est pas grave on se vire de bord et on recommence…Prendre de tels risques avec VOTRE argent Youlle, venez pas me dire que la colère ne vous gagne pas, et que vous ne souhaitez pas une meilleure gestion de VOTRE avenir, et celui de nos enfants ?? Par la suite, ils ont eux le culot de se faire payer des cours de cuisine!!! toujours avec VOTRE argent Youlle !!C’est révoltant, disgracieux, indécent, irrespectueux de l’intelligence de l’électorat.

y’en a marre monsieur le président !!

Les bonis dans le secteur étatique (ce secteur est en situation de monopole, donc, quiconque a un peu de cervelle peut facilement bien paraître!), et plus particulièrement en période de profond déficit comme nous en connaissons une au Québec, sont une aberration et devraient CESSER immédiatement!!!

Ça ne passe pas.
Dans tous les pays du monde les fonctionnaires sont moins bien payés et généralement moins compétents qu,au privé. car les plus compétents sont performants et non pas besoin de sécurité d,emploi et de protection pour faire valoir leurs compétences et se faire payer à la hauteur de leurs talents.
Ici on ne parle pas de changer les fonctionnaires en place déjà plus gâté qu’au privé au niveau des conditions et des avantages ce qui n’est pas normal en soi car qu’elle société a les moyens de compétitionner avec le privé qui lui n’a pas l’obligation de conserver des activités non rentables. Non ce qu’on veut faire ici c’est donner une meilleure préretraite aux fonctionnaires en place et donner la possibilité a ceux qui ont performé aux privé d’aller se reposer quelques années a bon salaire en se construisant un meilleur fond de pension garanti au public. On sait se que ça veut dire à ce niveau là. 8-10 semaines de congés par années, des cooloques et des congrès outre-mer payés, des gros comptes de dépenses, des journées de formations (massages et thérapie du rire), des voitures de services, des lunch de 2 heures avec un petit roupillon sur le bureau au retour un massage avec ça?
Quand tu fais un travail tu es payé pour bien le faire. S’il y avait moins de protection les sièges seraient plus éjectables en cas de non-performance et le fait de performer vous donne l,assurance du renouvellement de votre contrat. Le travail avec un trop haut pourcentage de commission (on le voit chez les vendeurs de chars usagés et chez les banquiers) font qu’on cache la vérité et masque les problèmes et augmente de manière iréaliste les performances.
Dans le privé, plusieurs entreprises ont coupé les bonis. De toute façon les objectifs de performances ne sont pas toujours objectivement un plus. Il arrive que de conserver des dépenses pour des budgets en prévisions d’années futur ou du développement de projets pas nécessairement rentable immédiatement soient de meilleure investissement a long terme mais que si les résultats sont attendus après le mandat de la personne au commande pour avoir un meilleur boni on coupe pas dans le bon gras.
Il parait qu’à l’agence de revenu les conditions seront à la commission. Espérons qu’on aura le bon sens de faire des vérifications et de réclamer les commissions si les agents viennent chercher par ERREUR des cotisations non justifiées. Attentions c,est le temps de vous trouver de bons comptables, ça sera peut-être un peu plus difficile de rentabiliser des entreprises si on doit se battre contre des agents qui veulent toucher de belles commissions. Un incitatif a la performance oui mais pas démesuré 1 jour, 2 jusqu’à une semaine de congé supplémentaire. Mais pas des dizaines de milliers de dollards alors qu’ils ont déjà des tonnes d,avantages et une protection d’emploi qui est déjà démesurée. Dites-moi ce que ça prend pour congédier un travailleur de la fonction public un assault ou intimidation sur un individu(élève, contribuable ou collègue?), le vol de son employeur, preuve de collusion ou corruption… pas sur que ça soit suffisant… un boni avec ça. Non merci, on paie assez cher. Si ils étaient tous a contrat, on pourrait parler de boni pour inciter la personne a renouveller mais dans les limites du réel. On a vu des administrateurs d’hopitaux fermer des étages de lits de services pour avoir des bonis, qu’est-ce que ça a donné? Manque d’infirmières et patients sur des civières dans les corridor et ouvert la porte toute grande à la corruption pour avoir des soins et passer plus vite dans une liste d’attente. Il ne faudrait quand même pas croire que c’est tout le monde qui va rencontrer l’infirmière au service de triage, il y en a qui passent par la porte d’en avant.

Le principe à respecter pour qu’une nation soit équitable pour tous consiste à bien équilibrer le privé et le public, sinon nous sombrons dans l’extrême droite ou l’extrême gauche .
En économie comme en politique il faut tout bien équilibrer au centre en se méfiant comme de la peste des exagérations de la droite et de la gauche
S’il y a des bonis dans le privé il doit y avoir des bonis dans le public.
Question de bien répartir les compétences

@ Tétraèdre (# 14):

Ah…parce qu’il y a de la compétence dans le public???

Lisez les journaux à tous les jours et vous y verrez des preuves incontestables du contraire.

Il ne doit y avoir AUCUN bonus au public!!!

Je rajouterai la fonction public devrait être un endroit ou les jeunes vont travailler en sortant de l’école pour acquérir un peu d’expérience de travail (contractuel(maximum 7ans), pour les postes de cadre expérience de plus de 5ans au privé maximum 7ans de contrats aussi). Un peu comme une extension de l’éducation. Donc a moins gros salaire que ce que le privé peut offrir pour de la compétence et de la compétitivité. Définitivement pas un endroit ou aller s’encrouter pour la vie.

Je comprends le principe de l’équilibre entre le privé et le public. Je travaille à Hydro-Québec et je perçois que les bonus sont très mal perçu et même à l’interne car les objectifs sont assez subjectifs et servent à engraisser les hauts dirigeants.

Par contre, je suis en désaccord avec un des commentaires comme quoi, il n’y a pas de compétence au public. J’ai fait une invention et maintenant il y en a à la grandeur de l’entreprise. Je l’ai présenté à BC Hydro à Vancouver et l’EDF était intéressé par notre système développé entièrement à L’institut de recherche d’Hydro-Québec.
Une entreprise de Denver m’a engagé pour trouver un trouble sur leur système en plus de valider leur logiciel de configuration.
On m’a demandé de commenter le devis d’installation d’instrumentation du barrage des Trois-Gorges en Chine.
On m’a demandé d’aller installer des appareil en Chine. Maintenant, je travaille pour un des plus important laboratoire d’étalonnage au Canada. Donc, vos commentaires sans fondement sont inutiles dans un forum de gens intelligents.

Quand c’est le temps de payer pour les infrastructures d,hydro qui paie?? Mais quand il sagit des profits on c,est autre chose. 49% aux actionaires, un tas de dépenses inutiles et des miettes pour le québec. On ne mord pas la main qui nous nourrit. Vous trouvez que votre commentaire est intelligent?? Les voyages forment la jeunesse mais quel effet sur ceux qui ne sont pas assez haut pour avoir les bonis et trop haut dans leur estime. C’est au privé que devraient être les gens les plus expérimenté et qui reçoivent des plus gros salaires. Ils pourraient servir de consultant bénévole pour nos société d,états qui devraient appartenir a l’état uniquement. Vous devriez être assez intelligent pour comprendre mon pointde vue et surtout le respecter.

@Emmanuel Desalliers,
Tu crois que le patron du privé a le droit de s’accordé des bonis car c’est son argent et non celui des contribuales. Est-tu au courant que le gourvenement du Québec donne chaque année 2 milliars en subvenntions au entreprises privés. Et on ne parle pas tu taux de taxation des entreprise privées, qui est très faible à comparer à celui du payeur de taxe moyen.
2 milliars avec tes taxes et les miennes, penses-y.

Le principe du privé est simple. Il s’agit de privatiser les profits et de socialisé la dette.

@ Sylvain :

Très facile de se prétendre compétent lorsque l’on travaille pour un organisme qui jouit d’un monopole comme Hydro-Québec! On peut faire le jars sans être inquiété.

Qu’en serait-il si Hydro-Québec devait se mesurer à la compétition de plusieurs sociétés comme un grand nombre de Québécois le font à tous les jours? Pas sûr que vous en sortiriez gagnants. D’ailleurs, plusieurs économistes se posent des questions justement sur la « compétence » d’Hydro-Québec, questions auxquelles même notre Vérificateur Général du Québec ne peut répondre car il n’a pas accès à l’information qui lui serait utile. Personne de compétent ne contrôle cet organisme rempli de nominations politiques, mais tous les Québécois sont supposés en être les propriétaires.

Si vous vous souvenez bien, il y a quelques années, un journaliste a eu accès à UN (1) dossier sur les dépenses d’Hydro-Québec et ce qui en est ressorti n’était pas jo-jo. Des employés s’invitaient à tour de rôle dans des dîners sans fin pour « discuter affaires » comme s’il n’y avait pas de salles de conférence dans l’édifice…

Hydro-Québec devrait être privatisé. Ça profiterait à TOUS les Québécois:

http://www.iedm.org/files/cahier0209_fr.pdf

http://www.iedm.org/2140-maitres-chez-nous

@ Jacques, malheureusement collectivement on se doit d’aider certains secteurs de l’économie dont les entreprises iraient peut-être s’établir ailleurs, pour toutes sortes de raison, malgré le fait que certaines en abusent, rien n’est parfait dans une société sociale démocrate faisant face à la mondialisation, la compétition pour obtenir des entreprises d’envergure est cruelle, parlez en au travailleurs d’Électrolux au nord-est de Montréal.

Mais 40 milliards de la caisse de dépôt,t’en parles pas !!!! on sort tu la province du trou tu penses avec ça ???? Il n’en a pas un de ces bozos qui a fait face à la justice, c’est incroyable !!!
Combien d’hopitaux on bâtit avec ça ? Combien de médecins, d’infirmières, de professeurs on pourrait former ? Combien d’organismes aidant les plus démunis de toutes sortes que l’on pourrait aider ? Les transports en commun qui manquent d’argent et qui coûtent de plus en plus de cher, utilisés en grande partie par les moins nantis des travailleurs.
Mettre l’accent sur l’éducation, c’est tellement important ! Les besoins si criants…pendant ce temps là on perd notre temps, notre argent notre énergie à s’obstiner qui a raison, qui a tord et à essayer de se sortir de ce marasme économique.

Ça nous a pris 30 ans pour payer 1.5 milliard pour le stade !!!

Je ne parle même pas ici de tous les autres gaspillages éhontés du secteur public, mon clavier manquerait d’encre !!!
Quand je dis secteur public, je ne parle pas des travailleurs qui y sont employés, je parle des dirigeants et administrateurs incompétents, déconnectés, imbus d’eux même, abuseurs de pouvoir et voleurs de rêves que l’on pourrait avoir collectivement !!

Combien de génération vont en souffrir encore ?

Je suis estomaqué de voir que le peuple ne se révolte pas au Québec, il y a des endroits dans le monde où les gens sortent dans la rue pour pas mal moins que ça !

Ça a l’air qu’il voulait avoir les deux mains sur le volant notre Charest !! On a pris le champ pas à peu près !!

Vive les lucides de ce monde !

Je n’ai plus d’autres questions votre honneur, le témoin est à vous !

@ françois 1,
Regardes ta facture d’électricité et va consulté celle d’un Américain habitant l’état de New-York. N’importe qui doué d’un Q.I. normal comprendrais qu’Hydro-Québec c’est tout bénéfice pour nous. Peut-importe qu’il y est un certain nombre de parasites au sein de cet entreprise d’état, au total c’est profitable pour tous les Québéecois.
Des parasites y’en a aussi dans le privé. Qui est responsable du crash de 2008, sinon un bandes de parasites qui ne cherchaient qu’à s’enrichirent au détriment de la rentabilité à long terme des entreprises.

Les bonis au rendement c’est un cancer aussi bien dans le privé que dans le public.

Tant que les actionnaires ne diront pas c’est assé de ces bonis et de ces primes de départ ridicules, il aura d’autres crash comme ça.

@Emmanuel,
Oui ailleurs ont sort dans la rue, à Tunis, au caire, etc… et ça change rien, quelques morts de plus, quelques profiteurs qui prennent la fuites et seront remplacé par d’autres profiteurs.

Et notre caisse de dépôt, ben oui ça me mets en criss. Ben oui j’ai hâte comme mette le frisé à la porte. Les bandits de Wall street qui ont causé la crise mondiale actuelle, eux aussi devrait allé en prison. Mais non ils ont sauvé leur cul grâce à l’argent des contribuales, ça aussi c’est révoltant.

face à tout ça on se sent impuissant.

@ Emmanuel Desalliers

« Parcontre, si au privé le patron se vote un boni, c’est quand même son argent à lui, il ne le vole pas aux autres (payeurs de taxes)! »

Vous savez Emmanuel Desalliers quand on parle de patron c’est toujours flou.

Le patron d’une petite entreprise est en général le pdg (président directeur général). Disons que s’il se paye un boni substantiel il le fait souvent au détriment de son entreprise.

C’est une chose que je peu accepter.

Pour tous les autres patrons, surtout de la grande entreprise, on parle de d’employés d’entreprise, pas de propriétaires. Quand l’un d’eux encaisse on gros boni, il le fait aux dépends des citoyens. Quand ils siphonnent l’argent de l’entreprise, l’entreprise devra vendre plus cher. Les directeurs de Wall Street en sont un bel exemple. Ils ont foutu l’économie par terre pour s’emplir les poches. Pourtant ce ne sont que de simples employés comme des fonctionnaires. Vous en avez payé le prix et moi aussi.

Je connais beaucoup de gens de ma famille aux USA qui ont presque tout perdu à l’aube de la retraite. Ils étaient de petits entrepreneurs qui continuaient à travailler à temps partiel pour payer leur retraite. Ce ne sont pas des patrons fonctionnaires du gouvernement qui leur ont fait perdre, ce sont des employés de banques et de WS.

On peut calculer comme on veut mais quand un directeur empoche 25 millions, c’est de l’agent de travailleur que finalement il empoche. Qu’il soit fonctionnaire ou qu’il soit dans une entreprise a actions le brun qui part de votre poche fait aussi mal de la part d’un fonctionnaire que d’un employé du privé.

Normalement Youlle, je ne correspond pas avec ceux qui ne s’identifie pas, un principe de transparence que je considère important dans tous débats. Mais vous avez du bagou, des opinions et un vécu intéressant avec des idées qui tiennent la route. Bref je vous aime !!! Devinant dans vos propos que vous êtes de l’agente féminine !!
(mauvais jeu de mots avec une autre bloqueuse)
Bin quoi on a droit aussi à l’humour dans ce blogue n’est-ce pas ?

M. Duhamel, vous devriez avoir votre propre émission de débâts publics à la télé, avec des participants autres que les experts connus, lesquels pourraient guider et échanger avec le public, ce serait très certainement rigoureux et on ne plus plus captivant !

@youlle,intéressant votre point de vue sur ce sujet. Ça me parait plus centré comme vision. Comprendre que ça n,est pas mieux dans un extr^me que l’un s’est faire cheminer l’idée que les solutions et l’équilibre se retrouve au centre.

« Hydro-Québec devrait être privatisé. Ça profiterait à TOUS les Québécois: » (#20 François 1)

C’est bien connu les droiteux et les libertariens on hâte de payer trois fois le prix de 2 000$ à 6 000$ pour leur compte d’électricité.

pourquoi c, est toujous la fonction publique qui a droit a des augmentations de salaire les trois quart ne foutent rien ils sont toujours en maladie ou en burnout , et l ouvrier qu, en fait on il creve de faim meme s, il travail , et les gens sur l, aide sociale certains ont 380 dollars par mois et j, en parle en connaissance de cause , si je ne l aidais pas mon fils serait dans la rue ,parce que les patrons profitent que les gens sont sur l aide sociale pour les exploiter et je sais ce que je dis . vous savez le temps des negriers est toujours en vigueur seulement c, est cache . le canada et le quebec se vantent d, etre les meilleurs du monde dans toutes les branches, j, aurais honte de dire ça , moi ça fait 43 ans que j, ai emigrer au quebec j, ai (70 ans ) j, ai suivie mon mari ,( regrets) et le quebec ne sait meme pas soigne un rhume .les docteurs se prennent pour le bon dieu , sans machine ils sont perdus , ou sont les medecins d, antans qui savaient soignes sans machines, Pauline marois ne sera jamais 1er ministre duceppe oui .et au lieu de faire des grands projets on devrait donner l, opportunite a l, ouvrier d, augmenter son revenu afin d,, avoir un pouvoir d, achat plus grand . et que la femme puisse elever ses enfants au foyer si elle le veut il y aurait peut- etre moins de divorces et moins d, enfants dans les rue a se drogues le canada regarde toujours les autres pays mais il devrait commencer par lui sans les etats unis il ne pourrait pas vivre j, enrage de voir comment nos elus gouvernent , je crois que le canada est a refaire , lois , restrturation et sutout chagement de gouvernement avec un vrai chef qui sait commender , car vous avez 11 gouvernements plus le federal , et chaque municipalite fait sa loi a quand un gouvernement au canada pas au quebec parce que <ca va etre l anarchie . , je trouve que vous etes les champions de la tolerance Voila mon opinion Mme patureau nicole

vous parlez des patrons mais les patrons sans subventions ne seraient rien , c, est notre argent qui fat fonctionner telle ou telle usine

« Normalement Youlle, je ne correspond pas avec ceux qui ne s’identifie pas, un principe de transparence »

Voyez-vous Emmanuel Desalliers, je suis un ex entrepreneur et j’ai ouvré dans l’industriel. Ma compagne Travaille dans le millieu hospitalier. Je suis très connu dans mon coin, mais sa m’importe peu ce que les gens disent de moi.

Donc la raison pour quoi je ne vous donnez pas mon nom est dans un premier temps à cause de ma compagne. Vous avez certainement entendu ce que veut dire confidentialité dans le milieux hospitalier.

Dans un deuxième temps, il y a des choses dont je peux parler dans l’anonymat et que je serais forcé de taire par respect pour mon entourage et ma famille.

@ 27lagentefeminine

« Ça me parait plus centré comme vision. Comprendre que ça n,est pas mieux dans un extr^me que l’un s’est faire cheminer l’idée que les solutions et l’équilibre se retrouve au centre. »

La gauche et la droite loin du centre c’est comme voir juste d’un oeuil sans se tourner la tête. En plus sa fait dire des niaiseries.

On croit détenir la vérité, mais on n’a jamais vu l’autre côté.

Le rationnel froid sans le côté social et le côté social sans le rationnel n’ont aucune valeur. Les deux mènent à l’anarchie.

@ patureau

Vous savez Mme, tous les problèmes que vous soulevez sont des problèmes de société.

Les patrons n’y peuvent pas grand chose et les fonctionnaires non plus.

Il y a 8 millions de personnes entièrement responsables de ce que vous décrivez Mme.

@ Youlle (# 28):

Bien évidemmentet et comme d’habitude, vous vous abstenez de lire et commenter la documentation sur le sujet dont j’ai laissé un lien sur mon intervention # 20…

@ jacques d. (# 23):

Voir me réponse ci-haut à Youlle.

Qui croyez-vous profitent le plus les bas prix artificiels de notre électricité? Le pauvre qui vit dans son petit 3 1/2 et qui en consomme peu ou le riche genre Pauline Marois qui vit dans un immense manoir avec piscine cahuffée, et tout le tralala? Moi, j’en ai assez de subventionner les riches. Pas vous?

De plus, les bas prix incitent au gaspillage (lumières de Noël allumées 1 mois après que la Fête soit passée!!!) et découragent l’investissement. C’est basic en économie!

Les bonis dans le secteur privé sont présumément payés lorsque les travailleurs dépassent VRAIMENT leurs objectifs et lorsque la société pour laquelle ils travaillent fait des profits. Pas au public où on arrache encore plus d’argent aux contribuables en les endettant encore plus et qui n’ont, EUX, à peeu près aucun bonus, pour en un payer aux fonctionnaires et aux ronds-de cuir.

C’est totalement INACCEPTABLE d’autant plus que ces parasites « travaillent » en situation de MONOPOLE!!!

@ François 1 # 34

@ Youlle (# 28):

Bien évidemmentet et comme d’habitude, vous vous abstenez de lire et commenter la documentation sur le sujet dont j’ai laissé un lien sur mon intervention # 20…

Il y en a qui sont naïfs et très menteurs et croyants en même temps.

Ton idole pour les dretteux IEDM subventionné par les financiers qui veulent ma chemise, et L’ARNAQUE À GARCIA pour l’Hydro tu peux te les introduire où tu veux. LA GAGNE DE CROCHES.

Dans le cas de Garcia, bien oui on vend aux Québécois on augmente les prix au prix des états les actions des Québécois montent et mononc paul fait une offre que presque personne ne refusera et il ramasse l’Hydro.

RÉSULTAT HYDRO NE NOUS APPARTIENT PLUS ET ON PAYE PLUS DE 25 cennes le Kilo.

Je répète les libertariens et les dretteux ont très hâte de payer entre 7 et 10 000$ pour leur compte d’électricité.

En plus ceux qui financent IEDM pour nous fourrer ont des crédits d’impôts.

« Les bonis dans le secteur privé sont présumément payés lorsque les travailleurs dépassent VRAIMENT leurs objectifs et lorsque la société pour laquelle ils travaillent fait des profits. » (François 1)

Mon oeil!

Encore des élucubrations de libertarien. Des croyances.

Dans le milieux manufacturier il n’y a plus de boni à la production. Sa ne marche pas.

Les directeurs de Wall Street et de banques aux états ont empochés des bonis faramineux pour avair fait failleite ou presque et mettre les USA dans la dèche.

@ Youlle (# 35 & # 36):

Votre argumentaire est PITOYABLE!!!

Je vous suggère une bonne tisane, une visite chez le psy et surtout du repos.

@ François 1

« Votre argumentaire est PITOYABLE!!! »(François 1 )

Certainement puisqu’il vous contredit.

Bonjour
Pour tout ce que je peux lire et qui peut se dire concernant les bas prix de notre électricité me déçoit parce qu’il est faux de prétendre que nous sommes avantagé avec ces prix, la réalité est toute autre,nous payons plus cher que partout en Amérique, il y a un manque d’information concernant le calcul de ce cout.
Qui doit payer pour la construction de barrages, de centrales nucléaires, la construction de lignes de transport, ce n’est pas Hydro-Québec, c’est nous tous qui payons, nous sommes endetté ainsi pour plusieurs générations futures. Ajoutez ce payement à votre facture d’électricité et vous m’en donnerez des nouvelles, vous allez en être surpris.
Tous les barrages en commençant par la Manic, la Baie-James et tous les autres sont construit à crédit, en empruntant sur des périodes de 50 ans et plus et font parti de la dette nationale (Seulement pour payer les intérêts, ça nous coute le tiers du budget de la province) Si nous ne pouvons pas payer seulement les intérêts, nous devons faire des emprunts pour combler ce manque d’argent.
Ce que l’on appelle un budget équilibré, est en réalité de pouvoir payer les intérêts de la dette sans avoir besoin d’emprunter.
Ceci étant dit, je reviens sur le sujet d’actualité…
Je suis contre toute forme de bonus dans le secteur public, je ne crois pas que quelqu’un dans ce secteur puisse être motivé en étant mieux payé, il faudrait que tous reçoivent un bonus et ils sont déjà très bien payé pour ce qu’ils ont à faire.
Je considère ça comme la tactique de la carotte devant l’âne pour le faire avancer…

Gaby

J’ai fait un commentaire dans le Devoir…
Dans le secteur public (comme privé…) on budgette des « primes au rendement » ou bonis; qui fixe les objectifs? Qui évalue la performance ? Qui est compétent… pour évaluer? Le patron. Or, ce dernier n’est souvent pas même qualifié pour faire ces tâches. Cela amène l’ÉVALUÉ parfois à faire de la « prostitution intellectuelle » car il fait ce que le patron lui demande, d’accord ou non…! C’est le boni qui le préoccupe (et l’avancement) au détriment du client qui est en fait, SON VRAI PATRON!
Qu’arrive-t-il si, dans plusieurs cas, l’évalué est plus compétent ou instruit que son patron? Il aura son boni si son patron peut se servir de lui à sa faveur mais, s’il est une menace, dans ce cas, il risque de ne pas avoir son…boni, situation fréquente et incontrôlable et…injuste.
En général, les cadres de la fonction publique sont bien (parfois trop) payés et rares sont ceux et celles qui passent du public au privé…
Quand on est bon, on est en demande et il appartient à l’individu de se gérer en conséquence.
Pour le secteur public (ou privé), pas de bonis mais une paie au mérite juste.

Je suis contre les bonis. Dans le secteur privé, il se peut qu’il y ait des « Bonus » au rendement, mais ils sont réellement mérités et non juste négociés par un syndicat.

je suis contre tout bonis que cela soit privé et encore+++ dans le secteur public ou gouvernemental dans tous les services ….ayant travailler 35 ans dans une société de la Couronne.. j’en ai vu De toutes les couleurs et les BONUS ÉTAIENT CE QU ‘ILS ÉTAIENT DANS LE TEMPS ET ILS SONT TOUJOURS LA AINSI QUE DANS NOTRE GOUVERNEMENT…………DONC VOTRE QUESTION NOUS MÈNE À QUOI À RIEN RIEN RIEN…à MOINS QUE LE CHEF DU GOURVERNEMENT VERSE UN BONIS À NOS RETRAITÉS VIEULLISANTES ET QUI DÉRAGEANTES MAIS QUI SONT DANS LE BESOIN À AIDER LES JEUNES DANS BIEN DES SITUATIONS À VENIR….MAIS …?????????????????BIEN DES GENS ONT BESOIN DE BONIS ….MAIS LE GOUVERNEMENT N’A JAMAIS VU ET IL NE VOIT PAS ENCORE IL NE PENSE QU’À LEUR BONUS BONUS BONUS.
EH.EH.EH …L’ACCÈS À L’INFORMATION DANS LA MAISON DE FICHONS J ???? BEAUCOUP DE DOCUMENTS DÉTRUITS ET OUI . CE QUI SE PASSE DANS CETTE TOUR CELA SE PASSE AILLEURS

Ayant travaillé dans le secteur public comme gestionnaire, j’ai vu le gouvernement provinciaux instaurers les Bonis au rendement à la place d’une augmentation de salaire.Croyait-il qu’il économiserait en introduisant cette mesure… Savez vous ce que ce boni pouvait nous rapporter.Une part individuelle et une part d’équipe.Si nous avions atteint nos objectifs pour les deux secteurs, nous pouvions avoir $1,800./brut…Ce qui compensait au gel des salaire…Est-énorme? Non. Alors si le boni au rendement, redonnez moi l’augmentation de salaire que nous n’avons pas eu.

Dans la situation actuelle des finances publiques, je considère que tant et aussi longtemps qu`il y aura un déficit, il ne devrait pas avoir de bonis à distribuer. En fait, les gestionnaires publics empruntent pour obtenir lesdits bonis, ce qui est un non sens. À partir de surplus, je n`ai rien contre les bonis.

Qu’on se le dise, les bonis dans la fonction publique ne sont que pour les gestionnaires. Les employés n’y ont aucunement droit et le syndicat ne négocie aucun bonus, il est contre. Il serait temps que les gens cessent de mettre tout sur le dos des syndicats.

Une fonctionnaire à la retraite bien méritée et sans bonis

Les dirigeants de la SAQ ont monté les prix des vins au moment où le dollar gagnait de la valeur par rapport à l’Euro. En 2010-2011, ils vont vouloir obtenir des boni pour « bonne gestion », alors qu’ils auraient dû diminuer les prix pour réfléter les coûts réels.

Que veut on obtenir? une SAQ efficace dans ses achats ou une SAQ qui nous vend des vins à des prix surélevés pour « bonbifier » les salaires des hauts dirigeants ?

Dans la fonction publique, c’est totalement ridicule et dans les SAQ/hydroQ et autres sociétés de la couronne qui ont des monopoles, c’est aussi inadmissible.

Et, que dire d’un ministre qui démissionne pour prendre sa retraite et qui reçoit, un boni en plus, pour avoir été fidèle à la cause du parti?

Je souhaite que M. Bachand prolonge à jamais cet entourloupète pour gratifier les petits amis du parti.

G.L. Vezina

En plus de travailler pour des monopoles et l’état,la plupart de ces cadres ne sont pas imputables de leurs actions te résultats.
Alors pourquoi des bonis?

@ Robert Dupuis 45

« Dans la situation actuelle des finances publiques, je considère que tant et aussi longtemps qu`il y aura un déficit, il ne devrait pas avoir de bonis à distribuer. »

Toujours le même problème depuis cent ans:

C’est un problème de politicien le déficit, pas de fonctionnaire.

@ Georges Vézina #47

Un autre qui n’est pas capable de faire la différence entre simple employé, un cadre et un politicien.

« Que veut on obtenir? une SAQ efficace dans ses achats ou une SAQ qui nous vend des vins à des prix surélevés pour “bonbifier”… »

Ce que le gouvernement veut est le plus d’entrée possible de taxe sur les vins.

La SAQ est TRÈS efficace pour ses achats… et pour ses ventes.

Allez demander aux producteurs de vin en France.

Une étude démontrerait que les bonis n’ont aucune efficacité dans la fonction publique. Ils ne servent qu’à cacher une partie de la rémunération puisque celui qui l’accorde, le fait automatiquement pensant que ne pas le faire équivaut à désavouer le cadre supérieur. Alors les organismes publicisent les salaires sans parler des bonis même si de toute évidence, ils constituent, dans la fonction publique, un salaire caché.

On récompense les cadres!… quel travailleur consciencieux ne mériterait pas un boni?… je crois que l’on oublie la conscience professionnelle des personnes et cela ne se récompense pas par de l’argent. La société aurait avantage à former les aspirants à l’honnêteté et à la fierté du travail accompli… rien ne peut égaler ce sentiment qui conduirait aussi au respect de l’équité sociale; cet argent remis à l’état éviterait de faire retomber le fardeau de la dette sur le citoyen moyen qui paie le prix… des imprudences des cadres…

Pourquoi ne pas donner des bonis aux médecins qui sauvent des vies, aux enseignants qui mènent leurs élèves aux succès malgré toutes les embûches d’un système mal ficelé, au personnel infirmier que l’on sollicite jusqu’à épuisement, etc etc.. Pourquoi des employés d’Hydro-Québec ou de la SAQ auraient-ils le droit de farfouiller dans les profits de ces sociétés d’État? Sont-ils si uniques, irremplaçables? Possèdent-ils un talent introuvable ailleurs sur la planète qu’il faille leur payer un second salaire?
Assez c’est assez!

Je suis contre toute forme de boni et ce tant dans le secteur privé que public et ce tant qu’ils seront appliqués tels qu’ils le sont présentement. Certaines entreprises paient des bonis au rendement d’équipe. Ceci a le mérite de favoriser une collaboration à l’atteinte des objectifs et de récompenser tous les acteurs.
Ici, particulièrement dans le secteur public, on ne récompense que les têtes dirigeantes alors que si celles-ci atteignent leurs objectifs c’est grâce, à tout le moins, en grande partie au travail de leurs subalternes.
Autre point, de façon générale ce sont des hommes qui reçoivent ces bonis alors que les femmes en souvent exclues par une hiérarchisation systémique des fonctions.
Dans le milieu communautaire de grandes choses sont faites, très souvent, voire presque toujours, avec des moyens financiers dérisoires preuve que le leadership est présent même lorsqu’il n’y a pas de rémunération.
Nous sommes en face d’un problème de société en terme de valeurs et non en terme d’argent. Lorsque l’on travaille avec éthique l’on travaille consciencieusement. Les bonis doivent rétribuer une contribution exceptionnelle à un moment donné et non être érigé en système de rémunération « salariale » en continu. Ils doivent de plus être accessibles à toutes les catégories de personnels: du laveur d’éprouvettes ou de vaisselle à l’ingénieur(e), en passant par le personnel soignant ou le personnel de soutien de bureau. Le personnel de soutien de bureau est la catégorie la plus oubliée du système de boni soit dit en passant et c’est celle où l’on retrouve la plus grande concentration de femmes.