Pourquoi l’argent reste cher

La Banque du Canada vient d’abaisser son taux directeur de 1,5 à 1 %. C’est du jamais vu. La banque centrale prend des moyens inédits et dramatiques pour empêcher l’économie de trop s’enliser. Pourtant, il est fort peu probable que les taux d’intérêt imputés aux prêts bancaires et hypothécaires baissent à ce niveau et plusieurs entreprises auront toujours autant de difficultés à trouver l’argent qu’il leur faut. Certains accusent les banques d’abuser de la situation et de ne pas faire leur travail. La réalité est plus complexe.

La politique de bas d’intérêt de la banque centrale a évidemment un impact sur l’ensemble des taux offerts au pays, mais il y a d’autres facteurs qui entrent dans l’équation. Environ la moitié des fonds des banques commerciales proviennent des marchés internationaux et cet argent coûte très cher et se fait très rare. Ces prêteurs internationaux aussi sont devenus profondément allergiques au risque. La politique de prêts des banques est donc modulée par ces deux variables : la banque centrale pousse sur le gaz tandis que les marchés appuient sur le frein. Résultat : des banques qui ne refilent pas toute la baisse des taux à leurs clients et qui se montrent très prudentes.

Par contre, j’ai des chiffres devant moi, et qui m’ont été confirmés par des banquiers d’institutions différentes, qui montrent que les banques ont augmenté leurs prêts aux consommateurs et aux entreprises au cours des derniers mois, et ce, dans une proportion supérieure à 10 %. Pourquoi alors tant de dirigeants d’entreprises se plaignent-ils de la non accessibilité du crédit et craignent même pour la survie de leur compagnie si cette situation se poursuivait ?

Là encore, la réponse n’est pas simple. De l’extérieur, on a l’impression qu’il n’y a que les grandes banques à charte et les caisses qui prêtent de l’argent aux entreprises. Mais il y aussi toutes les institutions financières non bancaires comme GE Capital. On dit dans le milieu que ces joueurs ont considérablement diminué leurs activités canadiennes au cours des derniers mois. Cela a un impact majeur puisque ces joueurs comptent pour près de la moitié des crédits aux entreprises.

C’est pour compenser leur retrait du marché que le gouvernement fédéral vient de renflouer les coffres de la BDC et celui du Québec ceux d’Investissement Québec.

Laisser un commentaire

Mouais, mais si les taux montent, les institutions financières vont se dépêcher à monter leur taux.

Ça me rappelle le prix du baril de pétrole VS le prix du litre à la pompe…
Pas comparable, semble-t-il, sauf quand ça augmente…

Les banques résistent à la tentation du crédit facile.

Trop de crédit, comme ce fut le cas dans le milieu des années 2000, quand la FED a trop baissé son taux directeur, a été un élément déclencheur important de la crise.

On ne veut plus répéter cette erreur.

Peter Boettke a bien résumé la chose. Les gens qui étaient capables d’obtenir du crédit il y a 20 ans n’ont pas vraiment de difficulté a avoir un prêt aujourd’hui. À cette époque le crédit n’était pas donné a tous le monde et les banques étaient plus rigoureuses.

On a vécu une période crédit trop facile et maintenant que les critères redeviennent normaux, il est normal que le crédit devienne plus difficile d’accès.

http://www.econtalk.org/archives/2009/01/boettke_on_the.html

@gagnon
« Trop de crédit, comme ce fut le cas dans le milieu des années 2000, quand la FED a trop baissé son taux directeur, a été un élément déclencheur important de la crise. »

Le taux de la Fed est à 0%, ça veut-tu dire qu’on se prépare une autre crise financière???

Une chance que t’es là pour tout expliquer…

@ francis

« Le taux de la Fed est à 0%, ça veut-tu dire qu’on se prépare une autre crise financière??? »

C’est fort probable, surtout si on considère la vitesse à laquelle les états s’endettent pendant que leur banques centrales acquièrent les créances douteuses des banques en échange de leur réserves en bonds du trésor. C’est vrai aussi au Canada où les réserves de la BdC sont maintenant constituées grande partie d’hypothèques plus ou moins à risque et de financement de cartes de crédit….

L’orgie Keynésienne actuelle risque de nous péter en pleine face plus tôt qu’on pense. Il y a une limite à se financer en brûlant l’avenir, déjà plusieurs pays Européens on vu leur cote de crédit baisser, une tendance qui pourrait se généraliser.

Ceci dit pour revenir au 0% comparé au 1% précédent, le problème avec le 1% de Greenspan est qu’il l’a fait alors que l’économie se portait relativement bien, ce qui a conduit à un excès de crédit ce qui n’est pas vraiment un problème actuellement.

Les taux peuvent être bas, voir à 0%, mais les banques peuvent quand même resserés les critères pour rendre moins facile l’accès au crédit.

Ça fait le bonheur de mon hypothèque à taux variable 🙂

Et moi qui croyais que le problème du marché immobilier américain avait été causé par trop de crédit à des gens insolvable, on pleure sur ces dernier pour s’assurer de leur prêter encore un maximum et les encourager à un taux d’intérêt ridicule.

« Environ la moitié des fonds des banques commerciales proviennent des marchés internationaux et cet argent coûte très cher et se fait très rare. Ces prêteurs internationaux aussi sont devenus profondément allergiques au risque.” (pierre Duhamel)

De l’avis des fiscalistes des conseillers indépendants en finance c’est une erreur que d’emprunter de l’argent pour faire des placements.

Pourtant c’est exactement ce que le gouvernement a donné comme directive à la caisse de dépôts.

La caisse de dépôts est allé perdre de l’argent à l’international et pendant ce temps au Québec, nous sommes obligé d’emprunter ce que la caisse prêté à perte.

Le résultat est là. On a perdu et en plus on paye des intérêts sur l’argent qu’on a perdu.

Franchement c’est un raisonnement de cave que celui de ceux qui recommandent que la caisse s’éparpille.

Ben oui c’est IN.

On paye asteure!

@ francis:

C’est une évidence. Payer ses dettes en imprimant de l’argent comme le fait la FED, c’est un remède créditiste.

En des temps plus serein, les créditistes étaient considérés comme des bouffons. Aujourd’hui, ils sont au pouvoir.

« C’est une évidence. Payer ses dettes en imprimant de l’argent comme le fait la FED, » (David Gagnon)

Des preuves que la planche à billet roule beaucoup plus vite dernièrement.
=====
Je ne savait pas que Harpeur était créditiste.

Gagnon peut-il nommer tous ces créditistes au pouvoir.

«Tous les gouvernements qui multiplient les plans de sauvetage» >>dgagnon

Donc tous les gouvernements de l’univers sont actuellement des «créditistes (…) considérés comme des bouffons». >>dgagnon

@ Raymond Campagna:

Tous ceux qui font des plans de stimulation pour faire croire aux bon peuples qu’ils font quelques chose sont en effet une bande de bouffon.

« On a vécu une période crédit trop facile et maintenant que les critères redeviennent normaux, il est normal que le crédit devienne plus difficile d’accès. » (Gagnon)

Gagnon n’arrête pas de nous dire que les banques sont sur les freins et qu’elles rendent le crédit plus difficile.

« Les soldes de comptes de cartes de crédit ont par ailleurs gonflé de plus de cinq pour cent au cours du dernier mois, à 53,4 milliards $, une hausse de 10 pour cent par rapport à un an plus tôt. »

« Les marges de crédit personnelles ont quant à elles atteint une moyenne de 170,4 milliards $ en décembre, une augmentation de 1,5 pour cent en un mois et de 20 pour cent en un an.
»

Les banques ont augmenté de 9% en un ans en moyenne.

«Tous ceux qui font des plans de stimulation pour faire croire aux bon peuples qu’ils font quelques chose sont en effet une bande de bouffon.» >>dgagnon

Gagnon peut-il nommer un gouvernement qui n’est pas bouffon, même chez les néocons?

@ Yvon Fleurent:

Les banques prêtent aux gens solvable qui représentent moins de risque. Exactement ce que je disais.

@ Raymond Campagna:

La chine a annoncé il y a quelques semaine que son plan de relance allait mettre l’accent sur les réduction d’impôt plutôt que sur la création d’un déficit.

Hé oui, même la Chine nous fait la leçon…

Donc Gagnon confirme qu’à part la Chine, tous les autres gouvernements néocons de l’Occident sont cons.

C’est faux Gagnon. Ce n’est pas ce que tu a dis.

Les banques canadiennes ont toujours prêtées aux gens solvables et maintenant elle prêtent plus à tout ce beau monde.

Contrairement à ce que tu dis elles n’ont pas serrées le crédit, elles prêtent davantage avec la même prudence. Pour les entreprises c’est une autre affaire.

Tu te mêles avec les banques américaines qui sont dans le trou à cause du manque de réglementation. Évidemment sa contredit ton illogisme de non intervention gouvernementale.

Le gouv canadien intervient plus, l’économie est meilleure.

Le gouv américain intervient moins, l’économie est moins bonne.

@gagnon
« C’est une évidence. Payer ses dettes en imprimant de l’argent comme le fait la FED, c’est un remède créditiste. »

Qu’est-ce qui est une évidence? Qu’on se dirige vers une autre crise financière? Pourtant, plus haut tu mentionnes que « on a vécu une période crédit trop facile et maintenant que les critères redeviennent normaux, il est normal que le crédit devienne plus difficile d’accès. »; ce qui m’apparaît tout le contraire d’une crise financière annoncée. Faudrait savoir…

Me semble que pour un dogmatique, ça devrait pas être trop difficile d’être cohérent…

@ Raymond Campagna:

En effet. Avec leur plan de stimulation, qui consiste a imprimer de l’argent, l’occident met la table pour une crise bien plus sévère que celle que l’on vit actuellement.

@ Yvon Fleurent:

Les banques américains n’ont pas été trop déréglementées mais trop réglementé. C’est l’État qui les ont mise dans une position pour faire du crédit facile.

Pendant ce temps au Canada ont a laissé les banques agir librement et la Banque Centrale n’a pas exagérément baissé son taux d’intérêt.

« Les banques américains n’ont pas été trop déréglementées mais trop réglementé. C’est l’État qui les ont mise dans une position pour faire du crédit facile. »

Recommence pas avec ces fadaises, on a déjà réglé la question : Dans un free-for-all endiablé (on appelle ça « laisser-faire » en langage savant), des peddlers de crédits se sont improvisés experts en financement et ont inondé le marché de crédit facile (personne ne les a forcé, l’appât du gain – « greed is good »), pendant que parallèlement, les financiers de WS s’inventaient des joujous qu’ils ne comprenaient pas, se peinturant des cailloux dorés pour finir par se convaincre que c’était de l’or véritable (jusqu’à ce qu’ils s’y cassent les dents)…

« Pendant ce temps au Canada ont (sic) a laissé les banques agir librement et la Banque Centrale n’a pas exagérément baissé son taux d’intérêt. »

Là tu te surpasses:
1- Le système bancaire canadien est un des plus réglementé au monde (bonjour agir librement…);
2- Le taux d’escompte de la BduC n’a jamais été à plus de 1 point d’écart du taux US.

Tu comprends vraiment tout…

«En effet. Avec leur plan de stimulation, qui consiste a imprimer de l’argent, l’occident met la table pour une crise bien plus sévère que celle que l’on vit actuellement.» >>dgagnon

Autre «idéologie» du même prophète qui, il y a un an, annonçait qu’il n’y aurait pas de crise, ni de récession, et que le modèle néocon américain était le roc de Gibraltar du bonheur néocon.

Avec en prime, l’Irlande qui était un phare du capitalisme débridé, mais qui n’éclaire plus et quête la lumière.

Les voyants et les médiums spiritistes ont eu raison plus de fois que le dogmatique éthéré.

@raymong campagna
« Autre «idéologie» du même prophète qui, il y a un an… »

Un an, vous êtes généreux! Il y a six mois à peine, le grand oracle se gaussait encore de ceux qui parlaient de récession aux USA. En fait, il a arrêté de rire seulement quand ça lui a pété à la gueule…

Aujourd’hui, il nous dit que la responsabilité de la crise vient du crédit facile encouragé par les bas taux de la Fed. Sauf que je ne l’ai jamais vu dénoncer cette situation à l’époque. Au contraire, la Fed était assez crédible à ses yeux pour qu’il en cite des prévisions économiques (optimistes à l’époque, bien entendu).

C’est toujours plus facile après coup de trouver des signes avant-coureurs à une situation…

@ Rarmond Campagna

David Gagnon a écrit :
25 août 2008 à 23:57

La santé financière des USa se portent plutôt bien.
Selon le dernier classement des 500 plus grosses corporation de la planète, les USA se classent premier avec 153 entreprises.

David Gagnon a écrit :
26 août 2008 à 21:32

Parce que je peux changer les chose ici en votant pour harper.

David Gagnon a écrit :
23 août 2008 à 18:24

Aux USA, même si le marché de l’emploi diminue, rien ne s’approche des pertes d’emploi vue lors des récession de 91 et 2001.

David Gagnon a écrit :
21 janvier 2008 à 20:29

Pourquoi investir en Irlande ?
À cause de leur modèle économique exemplaire qui a mis de l’avant des politiques ultra-libérales.

@ francis:

En effet, la question a été réglé, tu refuses de voir la réalité même quand Bill Clinton a avoué sa faute.

L’ÉTAT a créé le problème en favorisant l’abondance de crédit avec d’un taux d’intérêt trop bas et avec des garanties sur les prêts hypothécaires.

pendant ce temps au Canada, le gouvernement n’est pas intervenu dans le marché bancaires pour stimuler le crédit et nous n’avons pas eu de crise.

Bref, nos banques ont été plus saine car elles étaient plus soumise au loi du marché que celles des USA.

@ Raymond Campagna:

Quand j’ai dit que les USA n’aurait pas de crise, je croyais (assez naïvement) que l’était laisserait le marché se réguler par lui-même.

Mais l’État a décidé de transformer un simple réajustement de l’économie en crise avec une politique monétaire irresponsable.

Les médias et les gouvernements ont fait d’une simple correction boursière une crise.

Quand les médias ont tenté le même coup (en 1991) ils ont eu peu d’impact car les réseaux d’information continue étaient moins présent.

Tu veux que je te donne le texte sur ce que les médias disaient durant la récession de 91 ?

« Quand j’ai dit que les USA n’aurait pas de crise, je croyais (assez naïvement)… » (DG)

Cré DG

Toujours aussi naïf qu’il le dit comme on le voit.

Difficile d’accuser l’intervention de l’état il n’y a presque rien de fait.

Contrairement à ce qu’il dit les banques canadiennes sont beaucoup plus réglementés que celles des USA.

L’état aux USA n’a pas favorisé le crédit c’est le privé qui l’a fait.

Gagnon n’a jamais été capable de nous fournir les lois et règlements qui ont favorisé le crédit et ce à maintes et maintes reprises.

Les USA ne sont pas interventionnistes comme le Canada nous disait Gagnon. Maintenant il dit le contraire.

Il vire de bord comme il l’a fait dans le temps ou il set passé de gauche à droite.

Il prends les gens et les lecteurs comme si ils n’avaient pas de mémoire.

«Quand j’ai dit que les USA n’aurait pas de crise, je croyais (assez naïvement) que l’était laisserait le marché se réguler par lui-même» >>dgagnon

LOL! LOL! 🙂 🙂 🙂

Pôvre voyant.

«Bref, nos banques ont été plus saine car elles étaient plus soumise au loi du marché que celles des USA.» >> dgagnon

N’importe quoi!

Toujours locataire ou chambreur pour cette raison, sans doute.

@ Yvon Fleurent:

Fannie Mac, Freddie Mae, le CRA et les taux de la FED ce n’est rien ?

Tous des créatures de l’État.

@ Raymond Campagna:

ca.youtube.com/watch?v=118kqCPi6Ow

Fannie Mac, Freddie Mae, est une entreprise privée et avant que Gagnon ne soit né.

Pas drôle de devoir essayer d’induire les autres pour masquer ses erreurs.

Et les banques canadiennes sont en meilleure santé et plus réglementées.

@gagnon

Ton état de confusion mentale est rendu à un niveau avancé (celui du déni)…

D’abord, à te voir t’accrocher à Bill Clinton, tu ressembles à quelqu’un en train de se noyer qui s’accroche au moindre débris à sa portée…

Ensuite, un simple rappel: l’intervention du gouvernement a été rendu nécessaire APRÈS que le capitalisme débridé ait mis le système financier en entier au bord de l’effondrement (éclatement de la bulle immobilière, banques au bord de la faillite) et qu’il soit venu mendier l’aide de l’état…

Autre rappel, quand tu clamais partout que l’économie US allait bien, elle était DÉJÀ en récession (et l’état n’a rien à y voir)…

Alors ne me fais pas encore me rouler par terre (c’est salissant) avec ta «naïveté»; bien que je sois d’accord mais pour d’autres raisons…

@yvon fleurent
« Il prends les gens et les lecteurs comme si ils n’avaient pas de mémoire »

En fait, le problème de gagnon est que son cerveau sublime les arguments auxquels il ne peut répondre (en plus de sa confusion déjà mentionnée entre fait et opinion)…

Ainsi, on lui dit que les taux d’intérêt au Canada ont suivi les taux US (à 1% près), il continue à marteler qu’il n’y a qu’aux USA que le crédit était facile (quand j’ai construit ma maison en 2003, mon hypothèque était à moins de 4%; j’appelle ça du crédit facile).

Il parle de Fannie et Freddy et je lui mentionne qu’ici la SCHL sécurise la même proportion, il n’y répond jamais.

Son argumentation se limite à des mantras depuis longtemps démontrés faux, mais on ne peut argumenter contre la foi révélée…

@ Yvon Fleurent:

Archi faux.

Fannie et Freddie sont des organismes para-publiques.

The government sponsored enterprises (GSEs) are a group of financial services corporations created by the United States Congress. Their function is to enhance the flow of credit to targeted sectors of the economy and to make those segments of the capital market more efficient and transparent. The desired effect of the GSEs is to enhance the availability and reduce the cost of credit to the targeted borrowing sectors: agriculture, home finance and education.

Les GSE rendent des compte devant le congrès.

@ francis:

Clinton a plaider coupable. Mais tu es trop dogmatique pour admettre ton erreur de jugement sur la question.

En passant, une différence de 1% dans les taux d’intérPêt c’est ÉNORME.

Et la SCHL ici n’a jamais décider d’assurer de « subprime », ce que Fannie et Freddie ont fait !

@gagnon
« Clinton a plaidé coupable »

Hhha! On dirait qu’on parle d’un procès…
Un : Clinton n’a pas plaidé aussi « coupable » que tu veux le laisser entendre et il a déclaré bien d’autres choses sur la crise qui atténuent grandement ses « aveux ». Mais comme tu fais toujours du «cherry picking» dans tes sources…
Deux : Tu manques encore le point, je me fous de Clinton, ça reste une OPINION, qui n’est pas corroboré par des FAITS (vas-tu finir par faire la différence). Même un génie comme Norman Einstein devait prouver ses théories…

J’attends toujours que tu fournisses des faits à tes affirmations. Et tu peux laisser faire les niaiseries du genre «La crise actuelle c’est le plus beau fait qui prouve mes affirmations.»; ça c’est le sophisme suprême…

« En passant, une différence de 1% dans les taux d’intérPêt c’est ÉNORME. »
Évidemment, si tu l’affirmes…

« Et la SCHL ici n’a jamais décider d’assurer de “subprime”, ce que Fannie et Freddie ont fait ! »
D’abord, la mode du « subprime » n’a pas beaucoup pris au Canada car le système étant plus réglementé, il y a moins de requins incompétents qui ont pu entrer (les peddlers qui occupaient 50% du marché des subprimes aux USA durant le boom). D’autre part, la SCHL assure TOUS les prêts risqués i.e. ceux qui ne rencontrent pas les standards des banques (assurance pour laquelle il faut payer une prime) et, à ce titre est aussi « à risque » que F&F…

Et Gagnon recommence les mêmes fausses argumentations qu’il nous répète depuis des mois.

« Fannie et Freddie sont des organismes para-publiques.” (DG)

C’est faux Gagnon faux.

Évidemment tu te garde bien de nous montrer que plus bas dans le MÊME article de wiki (qui à besoins de références pour vérification) il est dit :

TRADUCTION :

« En fait, GSE titres ne comportent PAS de garantie explicite du gouvernement. » (Wiki)

« En 2001, alors le directeur du Congressional Budget Office, Dan L. Crippen, témoigne devant le Congrès que «la dette et les titres hypothécaires de GSE sont plus précieuses pour les investisseurs que des valeurs mobilières privées en raison de la PERCEPTION d’une garantie gouvernementale….” (WIKI)

« Cette PERCEPTION a permis à Fannie Mae et Freddie Mac de sauver des milliards de dollars sur les coûts d’emprunt.” (WIKI)

Autrement dit Gagnon le gouvernement n’a jamais été redevable aux GSE FM et FM. Ce n’est qu’une PERCEPTION et tu as dit toi-même que le gouvernement aurait dû les laisser aller en faillite.
Commanditer ne veut pas nécessairement dire garantir Gagnon..

De plus Gagnon la très grande majorité des prêts non solvable ne sont pas passés par FM et FM qui sont privés mais par des institutions financières privés et indépendantes du gouvernement et de plus le gouvernement n’a jamais obligé une seule banque à prêter, jamais.

Ton # 35 est sans rapport avec tes argumentations.

@ francis:

Clinton était le président et il a dit que ses politique immobilière en tant que président ont joué un rôle essentiel dans cette crise.

Clinton plaide coupable, il dit que c’est de sa faute mais francis est trop dogmatique pour admettre ce fait tout simple.

M’enfin, ça vient d’une personne qui considère que des variation de 1% dans les taux d’intérêt de la FED c’est négligeable…

Et si la mode du subprime n’a pas pris au Canada, c’est justement parce que le Canada, contrairement aux USA n’est pas intervenu dans l’économie pour garantir ses prêts toxiques.

@ Yvon Fleurent:

Fannie et Freddie sont des ‘government sponsored enterprise’.

Que sont les ‘government sponsored enterprise’:

The government sponsored enterprises (GSEs) are a group of financial services corporations created by the United States Congress. Their function is to enhance the flow of credit to targeted sectors of the economy and to make those segments of the capital market more efficient and transparent. The desired effect of the GSEs is to enhance the availability and reduce the cost of credit to the targeted borrowing sectors: agriculture, home finance and education.

Qui dirige les ‘government sponsored enterprise’:

Rep. Paul Kanjorski (D-Pa.), who chairs the Financial Services subcommittee on Capital Markets, Insurance and Government Sponsored Enterprises, said on C-SPAN that Democrats have “lost our way” and “shouldn’t be pressed by silly deadlines” of getting the bill into law by the Presidents Day recess.

Et comme l’histoire le montre, les GSE ont une garantit explicite du gouvernement.

T’es pas encore convaincu ?

Cette semaine le gouvernent américains a donné un autre 50 milliards de dollars a Fannie et Freddie.

CQFD.

Gagnon s’enfonce dans la confusion et s’accroche à son épave…

«Clinton plaide coupable» Puisque tu t’acharnes dans la métaphore légaliste, je te dirai qu’aucune procureur n’irait à procès avec une «preuve» aussi mince, soit les seuls «aveux» (très mitigés d’ailleurs, tu reliras tes sources) du présumé «coupable», si ce n’est pas corroboré par d’autres «preuves», que tu n’as jamais fournies d’ailleurs (ou que j’ai facilement démolies). Ta «cause» est inexistante…

Pour la différence des taux d’intérêt, je n’embarque même pas dans le débat négligeable ou non, je dis simplement que comme les taux d’intérêt ont TOUJOURS été inférieurs aux USA (que ça aille bien ou mal), ce n’est pas un facteur qui explique pourquoi la crise a été moins sévère au Canada (principe scientifique simple : si les conditions de base ne varient pas, ce ne peut expliquer une différence de réaction)…

Également, on assiste ici à une nouvelle logique «gagnonienne» : le marché est plus réglementé au Canada, donc plus libre…

«Et comme l’histoire le montre, les GSE ont une garantit explicite du gouvernement. (…). Cette semaine le gouvernent américains a donné un autre 50 milliards de dollars a Fannie et Freddie.»

Encore ta confusion chronologique, F&F n’avait aucune garantie explicite du gouvernement AVANT la crise (seulement une perception erronée du marché, d’où «garantie implicite»). Depuis les bailouts par contre, toutes les banques ont des garanties explicites du gouvernement (donc sont toutes devenues des GSE «améliorées»)…

« T’es pas encore convaincu ? » (Gagnon)

Ce dont je suis convaincu est que tu répètes comme un robot ou un perroquet tes mêmes copier collé que tu ne comprends pas.
===
« Et si la mode du subprime n’a pas pris au Canada, c’est justement parce que le Canada, contrairement aux USA n’est pas intervenu dans l’économie pour garantir ses prêts toxiques.”

Faux Gagnon archi-faux et encore répétition de perroquet.

Le Canada intervient beaucoup plus auprès des banques que les USA et tu t’en plaignais il y à quelques mois, en disant que les USA n’étaient pas interventionnistes comme au Canada.
===

« Et comme l’histoire le montre, les GSE ont une garantit explicite du gouvernement.” (Gagnon)

Faux
Le document que tu cites dit le contraire:
In fact, GSE securities carry no explicit government guarantee. (Wiki from William Poole President of the Federal Reserve Bank of St. Louis)

Traduction :
« Dans les faits, les titres GSE, ne comportent PAS de garantie explicite du gouvernement. » (Wiki)

Le mot explicite, tu ne sais même ce que sa veut dire, de même que le mot PAS.

De plus tu fais dire aux mots ce que tu veux entendre.

FM et FM privés ont le même traitement que GM, privé, et les banques privées.

Pour tes sempiternels articles de journaux, c’est toujours de ta tite politique républicaine dans laquelle tu n’as pas d’affaires. Pas fort comme preuve.

CQFD, est une chose que tu n’es pas capable de faire. Ce que tu sais faire sont des copier collé sans rapport.

@ francis :

Quand un type plaide coupable, la job du procureur est terminé et la cause est entendue.

Mais je suis content que tu admettes enfin que les taux d’intérêts aux USA ont toujours été inférieur. Tu sais pourquoi la FED baisse les taux d’intérêts ?

Pour favoriser le crédit et décourager l’épargne !

Et si F&F n’avait aucune garantie du gouvernement, pourquoi depuis l’été dernier ils ont reçu plus de 300 milliards ?

Parce que ces 2 organisation était sous le contôle du gouvernement, les milieux financier savaient que l’État les sauverait peut-importe leurs erreurs. L’histoire leur a donné raison (malheureusement).

@ Yvon Fleurent:

Le canada intervient moins que les USA dans le marché hypothécaire. Au Canada pas de Fannie, pas de Freddie, pas de CRA et pas de mesure pour augmenter le taux des subprimes.

Et je vois mal comment tu peux nier la garantie de F&F quand ils ont reçu des centaines de milliards du gouvernement.

C’est comme nier que la terre est ronde.

Tu es aussi dans le dénit quand tu dis que F&F ont le même traitement que toutes les autres organisation privé.

F&F ne sont pas des organisation privé mais des GSE.

Et les GSE sont sous le contrôle du congrès:

Rep. Paul Kanjorski (D-Pa.), who chairs the Financial Services subcommittee on Capital Markets, Insurance and Government Sponsored Enterprises, said on C-SPAN that Democrats have “lost our way” and “shouldn’t be pressed by silly deadlines” of getting the bill into law by the Presidents Day recess.

Ni tu que F&F sont des GSE ?

@gagnon
« Quand un type plaide coupable, la job du procureur est terminé et la cause est entendue. »

As-tu entendu parler de Simon Marshall?
J’en conclus que, dans une société de gagnon, un simon marshall pourrirait toujours en prison, car pour les gagnon de ce monde, les opinions ont davantage de poids que les faits. Ce qui nous ramène encore à la devise de la droite : Facts won’t change my positions…

D’autre part, je te comprends de t’accrocher à ton épave puisque:
1- C’est tout ce que tu as comme argument (et ça tient à rien; en passant tu pourrais me sortir la citation où Clinton, je cite, »dit que ses politique immobilière en tant que président ont joué un rôle essentiel dans cette crise »)
2- Ça t’évite de répondre à toutes les questions embêtantes qui traînent plus haut (tactique d’évitement habituelle)…

«Mais je suis content que tu admettes enfin que les taux d’intérêts aux USA ont toujours été inférieur»
Grosse admission en effet, puisque c’est ce que je dis depuis le début, mais toi, tu es incapable de comprendre que s’il en a toujours été ainsi, ce ne peut pas être un facteur différentiel dans la sévérité de la crise au Canada vs US (concept scientifique simple mentionné plus haut)…

Et on répète et répète toujours les mêmes affirmations et copier collé.

« Le canada intervient moins que les USA dans le marché hypothécaire. Au Canada pas de Fannie, pas de Freddie, pas de CRA et pas de mesure pour augmenter le taux des subprimes.” (DG)

Faux,
Mais le spécialistel disait le contraire, il y a peu de te temps.

« Tu es aussi dans le dénit quand tu dis que F&F ont le même traitement que toutes les autres organisation privé.” (DG)

Les banques ont eu le même traitement.

Notre spécialiste très vaillant, nous lance toujours des choses qui n’existent pas pour épater ses disciples et il attend. Ses interlocuteurs eux doivent prouver qu’elles n’existent pas.

Quelle grande pudeur pour s’exposer continuellement, soit pour des fausses affirmations et des préjugés en publique.

Que notre spécialiste répète encore, on n’as pas compris.

@ francis:

Attends…

Tu compares Simon Marshall à Bill Clinton ???

😆 😆 😆

Tu es vraiment désespéré.

Tu comme quand tu admets que les taux sont plus bas aux USA tout en disant que cela n’a pas d’effet sur le crédit.

La FED manipule les taux pour une seul raison: favoriser ou restraindre le crédit (ce qui permet d’influer sur l’inflation via la masse monétaire).

Lâche pas !

@ Yvon Fleurent:

J’ai une question tout simple.

Lit cette phrase:

Rep. Paul Kanjorski (D-Pa.), who chairs the Financial Services subcommittee on Capital Markets, Insurance and Government Sponsored Enterprises, said on C-SPAN that Democrats have “lost our way” and “shouldn’t be pressed by silly deadlines” of getting the bill into law by the Presidents Day recess.

Tu dis que Fannie et Freddie étaient des organiste strictement privé (comme GM). Voir ton commentaire 40.

Alors, si Fannie et Freddie sont des organisation privés sans statu particulier (comme tu l’a affirmé), pourquoi un comité du congrès les contrôlaient ?

Tu peux nous donner la définition d’un GSE ?

Tu peux nous dire su GM est un GSE ?

TU peux nous dire si Fannie et Freddy étaient des GSE ?

Vu que tu aimes jouer au copier collé, je te recolle l’article que tu as recollé, mais c’est la dernière ici.

“The government sponsored enterprises (GSEs) are a group of financial services corporations created by the United States Congress. Their function is to enhance the flow of credit to targeted sectors of the economy and to make those segments of the capital market more efficient and transparent.”

“Some of the GSEs, such as Fannie Mae and Freddie Mac, were —privately— owned but publicly chartered; others, such as the Federal Home Loan Banks, are owned by the corporations that use their services. Their lenders grant them favorable interest rates, and the buyers of their securities offer them high prices, as the implicit involvement of the Federal government gives them a sense of financial security.
____
« In fact, GSE securities carry no explicit government guarantee.
____
In 2001 the then-director of the Congressional Budget Office, Dan L. Crippen, testifed before Congress that the « debt and mortgage-backed securities of GSEs are more valuable to investors than similar private securities because of the perception of a government guarantee. . . This perception has allowed Fannie Mae and Freddie Mac to save billions in borrowing costs. Estimates by the Congressional Budget Office and the Treasury Department put the figure at about $2 billion per year.

Maintenant si tu ne comprends pas, c’est que tu ne sais pas lire.

Tu es rendu comme quand tu disais qu’il n’y avait pas d’anglais comme langue officielle en Californie parce que le bulletin de vote est en plusieurs langues.

@ Yvon Fleurent:

Ne te défiles pas. Je te pose des question très simple alors répond sans dévier du sujet.

Tu dis que Fannie et Freddie étaient des organismes strictement privés (comme GM). Voir ton commentaire 40.

Alors, si Fannie et Freddie sont des organisations privées sans statu particulier (comme tu l’a affirmé), pourquoi un comité du congrès les contrôlaient ?

Tu peux nous donner la définition d’un GSE ?

Tu peux nous dire si GM est un GSE ?

Tu peux nous dire si Fannie et Freddy sont des GSE ?

Allez, tu as assez patiner, réponds maintenant.

Gagnon

C’est tout écrit en haut, tu ne sais pas lire?

Donne toi la réponse que tu veut toi même maintenant.

C’est assez!

Gagnon, t’es prévisible comme une horloge…

«Tu compares Simon Marshall à Bill Clinton ???»

Je savais que tu irais vers la seule voie de sortie qui te reste : le côté littéral de la comparaison. Tu iras voir «métaphore» dans un dictionnaire.

Une personne intelligente comprend facilement que c’était pour illustrer mon point depuis le début, soit qu’une opinion n’est rien si elle n’est appuyé par des faits, que ce soit Bill Clinton, le pape ou david gagnon…

De plus, tu t’es bien gardé de fournir la citation où Clinton « dit que ses politique immobilière en tant que président ont joué un rôle essentiel dans cette crise »
C’est compréhensible, ça n’existe pas, alors tu te défiles et dévies le débat…

Clinton a dit ceci:
«I think the responsibility the Democrats have may rest more in resisting any efforts by Republicans in the Congress or by me when I was President to put some standards and tighten up a little on Fannie Mae and Freddie Mac.»

Ce qui est en fait le contraire de ce que tu affirmes et il faut une imagination débordante pour l’interpréter à ta façon.

En fait je commence à voir que la comparaison avec Simon Marshall s’applique davantage à toi : un type qui fabule des histoires et se convainc qu’elles sont vraies..

«La FED manipule les taux pour une seul raison: favoriser ou restraindre le crédit (ce qui permet d’influer sur l’inflation via la masse monétaire).»

N’est-ce pas exactement ce que fait la Banque du Canada???

Et c’est moi le désespéré; continue à me faire rire, gagnon…

@ Yvon Fleurent:

Tu n’a pas répondu à mes questions:

Tu dis que Fannie et Freddie sont comme n’importe quelle entreprise privée (commentaire #40).

Tu peux nous donner la définition d’un GSE ?

Tu peux nous dire si GM est un GSE ?

Tu peux nous dire si Fannie et Freddy sont des GSE ?

@ francis:

Merci de me donner raison:

« I think the responsibility the Democrats have may rest more in resisting any efforts by Republicans in the Congress or by me when I was President to put some standards and tighten up a little on Fannie Mae and Freddie Mac. »

C’est exactement ce que je dis depuis le début.

Et bien sûr que la Banque du Canada manule ses taux d’intérêt pour influencer le crédit, c’est le seul et unique rôle de TOUTE les banques centrales.

Mais ce que tu sembles ignorer:

http://mjperry.blogspot.com/2008/03/how-about-inflation-targeting-in-us.html

Tu disais quoi ?

Adam S. Posen, deputy director of the Peterson Institute for International Economics, argued that, contrary to popular belief, “there hasn’t been that much deregulation in the last few decades.” Posen believed the crisis has exposed the flaws of ratings agencies, and he suggested doing away with them altogether (in place of relying on credit rating agencies, he advocates a policy of buyer beware). Posen went on to criticize Fannie Mae and Freddie Mac, saying the collapse of the government-sponsored entities should have been no surprise. “If something is half public and half private, it will cheat and it will fail.”

http://www.american.com/archive/2009/is-deregulation-to-blame

@ Yvon Fleurent:

J’ai vu que tu as répondu dans d’autres billets mais que tu as éviter de répondre aux question que je t’ai posé ici.

Alors je t’invite, une fois de plus, a répondre à mes question pour tenter de mettre au clair ton commentaire #40.

Tu me cherches Gagnon?

Voir le #45 Gagnon ou la réponse est claire c’est trop fatiguant copier, recopier, re-recopier et coller, recopier et re-recopier comme toi.

@gagnon
«Merci de me donner raison: (…) C’est exactement ce que je dis depuis le début.»

Hahahahahahhahaahahaha…

Comme ça, tu traduis cette citation par: «mes politique immobilière en tant que président ont joué un rôle essentiel dans cette crise»

Pour te paraphraser, merci de confirmer ce que j’ai dit : imagination débordante…

Un conseil gagnon : fais-toi aider avec les textes en anglais…

Ceci dit, non seulement tu t’accroches à ton épave, mais tu tourne en rond avec elle et ça devient lassant.

Je conclus donc cette discussion stérile avec ma position initiale, concept simple que tu sembles incapable d’intégrer:
Une opinion, de qui que ce soit, qui n’est pas appuyée par des FAITS, ça ne vaut RIEN…

@ Yvon Fleurent:

On attend toujours ta réponse…

Tu peux nous donner la définition d’un GSE ?

Tu peux nous dire si GM est un GSE ?

Tu peux nous dire si Fannie et Freddy sont des GSE ?

@ francis:

Frai ou faux, Clinton a dit que les démocrates n’auraient pas du résister aux efforts de républicains de réformer Fannie et Freddie ?

@gagnon
« Frai (sic) ou faux, Clinton a dit que les démocrates n’auraient pas du résister aux efforts de républicains de réformer Fannie et Freddie ? »

Ah ben, ça change, hein??
1- Gagnon, commentaire #38 « Clinton a dit que ses politique immobilière (sic) en tant que président ont joué un rôle essentiel dans cette crise »; tu trouve que c’est pareil???
2- Clinton s’accuse lui-même ou s’il n’accuse pas plutôt les démocrates?

« … n’auraient pas dû… »
Toujours autant de difficulté avec l’anglais, « …MAY rest… » n’est pas aussi affirmatif, c’est plus un « peut-être » du bout des lèvres…

Et tu sublimes la partie essentielle:
« …any efforts BY Republicans in the Congress OR BY ME when I was President… »

Bref, au contraire de s’accuser lui-même, Clinton prétend avoir voulu lui-même mettre en place des standards, mais contré par le Congrès…

gagnon (encore une fois) pris en flagrant délit de véhiculer des faussetés…

Case closed…

@ francis:

Je pense que c’est ta connaissance de l’anglais qui est malheureusement déficiente…

Clinton dit clairement: moi et les démocrates n’aurions pas du faire obstruction aux républicains quand ils ont voulu réformer Fannie et Freddie.

@gagnon

Pour alimenter ta réflexion sur Fannie et Freddie, tu iras lire ce compte-rendu de la comparution devant le congrès des CEOs de F&F (déc. 2008)

http://www.huffingtonpost.com/2008/12/09/fannie-freddie-testimony-_n_149519.html

Bon, c’est en anglais et je sais que tu as certaines difficultés avec la langue; j’ai donc extrait les parties les plus intéressantes que je vais te traduire gracieusement…

«Internal e-mails and other documents (…) show that former F&F CEOs disregarded recommendations that they avoid riskier types of loans»

Des documents internes montrent que les CEOs de F&F ont ignoré des recommandations d’éviter les types de prêts risqués (loin d’être «obligés» de garantir des prêts risqués, il semble plutôt qu’il y avait des pressions inverses)…

Continuons:
«Likewise, lawmakers pressed Mudd about an internal Fannie Mae presentation from June 2005. It showed the company at a key juncture. Its competitors on Wall Street were starting to reap lucrative fees on investments backed by risky loans. Fannie Mae had to decide whether to compete in that market or take the less risky, but also less profitable, path.

Fannie Mae executives worried at the time about « becoming a niche player » and « becoming less of a market leader » at the time, according to the confidential internal presentation, which noted that mortgage securities sold by Wall Street investors exceeded those sold by Fannie Mae for the first time in 2004.»

Ici tu te feras traduire par un ami…

Mais en résumé, F&F ont eu peur de se faire tasser du marché par les brillants de WS qui étaient en train d’accaparer tout le marché, lucratif à l’époque, des subprimes. Et comme F&F ont des actionnaires (ben oui, ce sont des cies privées) à qui ils devaient des rendements, ils ont suivi la parade…

« »Your whole excuse for going to risky and unreasonable loans that are defaulting at an incredibly high rate is that everyone is doing it., said Rep. Darrell Issa, R-Calif »

Votre seule excuse de faire des prêts risqués et déraisonnables (…) est que tout le monde le faisait… (simple confirmation de ce que j’ai résumé plus haut).

Comprends-tu là, gagnon; c’est le dieu marché qui a «forcé» F&F à s’écarter de leur niche habituelle de prêts sûrs, mais moins payants, et non le méchante «main armée» du gouvernement…

D’ailleurs, si F&F sont «contrôlés» par le Congrès, comme tu le prétend, il serait sûrement facile de trouver des communications internes, des minutes de réunions de ce comité de «contrôle», n’importe quoi, intimant «l’ordre» à F&F de garantir des prêts risqués.

De plus, si ça avait été le cas, les CEOs de F&F auraient sûrement été très heureux de se laver le mains (et leur «honneur») en disant simplement qu’ils ne faisaient que suivre les «instructions» de leur prétendu patron, le gouvernement…

Mais, c’est probablement un complot secret dans lequel tous ces gens sont impliqués…

@gagnon
« Clinton dit clairement: moi et les démocrates n’aurions pas du faire obstruction aux républicains quand ils ont voulu réformer Fannie et Freddie. »

Ce n’est plus de l’imagination débordante, c’est du déni total…

Je te l’ai dit gagnon : fait-toi aider…

@ francis:

Question de bien marqué le coup…

Va voir ce vidéo…

C’est une audience d’un comité du congrès sur Fannie et Freddie.

Dans ce vidéo on voit des républicains dire que la situation est intenable et les démocrates de leur côté disent qu’il n’y a aucun problème chez Fannie et Freddie.

http://www.youtube.com/watch?v=_MGT_cSi7Rs

Tu disais quoi déjà ?