Power et la Birmanie

Voulez-vous être un investisseur responsable et éthique ou placer votre argent dans des entreprises sans scrupules qui exploitent les enfants, empoisonnent les populations, détruisent la terre et soutiennent des régimes barbares, sanguinaires et corrompus ? C’est curieux, mais je suis sûr que 99,9 % d’entre vous préfèrent la première option.

Voilà pourquoi nous sommes tous tentés de donner raison à ceux qui exercent des pressions sur Power Corporation pour que la pétrolière Total, dont elle est un important actionnaire, se retire du pays autrefois connu sous le nom de Birmanie. Il se peut que ce retrait soit la seule chose juste et bonne à faire et qu’il faille maudire tous les « méchants » de la planète. Dans la catégorie des méchants, les généraux birmans sont des ordures de première classe et leur réaction à la catastrophe qui a frappé leur pays en fait la misérable démonstration.

Il n’empêche, j’ai quand même un petit malaise avec la notion d’investissement éthique. Certes, exploiter des champs de gaz naturel au Myanmar n’est pas très politiquement correct. Sauf que ce gaz sert notamment à électrifier la plus grande ville du pays, Rangoon. Faut-il punir l’ensemble de la population qui subit déjà le joug de la junte ?

De la même manière, le boycottage des vêtements produits là-bas a entraîné des dizaines de milliers de pertes d’emplois et a exacerbé les conditions de vie des Birmans. Croyez-moi, ce ne sont pas les filles des généraux qui travaillaient dans les usines de textile.

On le sait, le régime birman est infâme et totalement antidémocratique. Mais vous en connaissez beaucoup des pays exportateurs de pétrole dont les citoyens sont libres ? Le régime saoudien nie les droits de toutes ses femmes, finance l’expansion du wahhabisme, l’expression la plus intransigeante de l’islam, aucune église n’y est tolérée et l’apostat est passible de la peine de mort. Je n’ai pourtant jamais entendu quelqu’un réclamer le boycottage du pétrole saoudien.

Les Émirats Arabes unis sont riches à craquer, mais à peine le quart de la population en profite parce que les travailleurs immigrés qui font fonctionner le pays n’y ont aucun droit.

L’Iran ? Le Koweït ? La Russie est-elle vraiment une démocratie ? Le Venezuela l’est-il encore ?

Bref, je ne suis pas sûr de bien comprendre la différence entre l’infamie des uns et celle des autres. Si ce n’est que nous avons éperdument besoin du pétrole des uns et pas vraiment du gaz des autres.

Laisser un commentaire

Jean Chrétien (dont la fille est mariée avec un Desmarais) a envoyé ses F18 libérer le Koweit. Une décennie plus tard ils attendent toujours la démocratie…

Je viens d’entendre Bernard Landry dire que Paul Desmarais avait reçu de la France une décoration plus élevée que celle que René Lévesque a reçue

—-
Hier au Téléjournal on a appris que le Québec encaissait 2,3 milliards de taxes sur le pétrole et que ça ne lui coutait que 300 millions en dépenses. Béchard nous ment donc effrontément.

Autre révélation: les cies sont remboursées pour la taxe!!! Un gros 450 millions. Celle-là je ne la comprends pas? Si quelqu’un peut m’expliquer?

« Si ce n’est que nous avons éperdument besoin du pétrole des uns et pas vraiment du gaz des autres.” (Pierre Duhamel)

Vraiment! Attendez un ans ou deux peut être trois et on en reparlera.

Le malheur des pauvres est que des riches s’en foutent. Quand je parle de riches c’est nous, et encore, la richesse et la pauvreté est relative

Pas besoin d’aller si loin regardez les USA avec Cuba, ils font la misère du petit peuple depuis 1960 au nom de la démocratie. Mais la vraie raison est que c’est Cuba qu’ils veulent. Pas le droit d’acheter in cigare cubain aux USA, mais les riches en fument tous. Belle hypocrisie.
==========

Avez-vous lu une des grande réalisation du privé dans la santé?

On fait une petite chirurgie du nez en clinique privé, ça tourne mal.

On fait quoi? On appelle le 911 et on ship ça au publique. La pauvre elle a crevée.

Le privé empoche les profits, le publique lui paye les pots cassés du privé.

http://www.cyberpresse.ca/article/20080527/CPACTUALITES/805270877/1019/CPACTUALITES/?utm_campaign=retention&utm_source=bulletinCBP&utm_medium=email

Belle démonstration que les choses ne sont jamais totalement blanches ou noires dans la vie ! Des nuances s’imposent presque toujours.

À cause des pressions internationales de plusieurs groupes humanitaires, le Bangladesh a été contraint de passer une loi interdisant aux enfants de moins de 14 ans de travailler dans les manufactures. On estime que cette mesure a retiré entre 30 000 et 100 000 enfants de l’industrie du textile.

Qu’est-il arrivé à ces enfants une fois libérés de cette exploitation néolibérale ?

Ces derniers sont maintenant obligés de se prostituer pour gagner leur vie… M’enfin, j’imagine que pour la gauche c’est un progrès social…

« Ces derniers sont maintenant obligés de se prostituer pour gagner leur vie… » -DGagnon-

La droite capitaliste extrémiste de droite s’en balance complètement!

Elle ne leur vient aucunement en aide. C’est pas payant.

Gagnon nous explique les bienfaits du néo-libéralisme

Tu travailles 10 heures par jour 6 jours par semaine pour ta nourriture ou tu te prostitue. T’as compris mon petit!

Pauvres petits du Bangladesh.

@ Raymond Campagna:

La droite capitaliste c’est ce qui permet de rendre les société plus riche et de sortir les jeunes du cercle de la prostituion.

C’est la gauche qui est indifférente aux sort des enfants obligés de vendre leur corps pour survivre.

Il y a 100 ans, les sweatshop et le travail des enfants c’était au Québec. Mais ces sweatshop ont été un passage essentiel pour le développement de nos économies. La génération qui a suivit a pu capitaliser sur le travail de la précédente.

En ce moment, la gogauche demande aux pays en voie de développement de passer outre une étape essentiel par lequel nous avons passé.

Voilà les bienfaits du néolibéralisme. Mes arrières grands-parents ont n’ont pas été à l’école, ils devait travailler étant enfants. Deux génération plus tard, les enfants peuvent aller à l’université.

Bonjour,
Faut-il punir la population de Rangoun qui subit l’oppression de la junte en fermant l’extraction du gaz? Je dis que oui. Tout comme l’aide des ONG dans ce pays, je crois qu’il faudrait laisser tomber… et finalement laisser les gens mourrir(je me désespère en écrivant ceci, mais il le faudrait). Raisonnement difficile à suivre… Pas tant que ça. Ça forcerait la masse de la population à se soulever et à réclamer leur dû. Des millions de gens dans la rue forcerait cette junte à foutre le camps (comme Duvalier à Haïti). La fameuse phrase de Jordi-Bonnet prendrait tout son sens « Vous êtes pas tanné de mourir bande de caves » (Grand théatre de Québec).

@ Marc Vachon:

As-tu oublié ce qui est arrivé à la tentative de révolution en Birmanie il y a quelques mois ?

@Marc Vachon,

Et le soulèvement en Haïti ça donné quoi? Seulement un changement de dictateur. Le peuple n’en a jamais profité.

Les plus populaires