[PUBLIREPORTAGE] Comment l’assurance crédit permet d’écarter le risque

Développer ses ventes au-delà des frontières du Canada offre un grand nombre de possibilités exceptionnelles aux entreprises canadiennes, mais faire des affaires à l’étranger n’est pas la même chose que faire des affaires au pays.

Développer ses ventes au-delà des frontières du Canada offre un grand nombre de possibilités exceptionnelles aux entreprises canadiennes, mais faire des affaires à l’étranger n’est pas la même chose que faire des affaires au pays. Certaines entreprises craignent pour leur bénéfice net lorsque leur client étranger ne veut pas ou ne peut pas payer les biens ou services reçus, situation qui risque fort d’être plus difficile à redresser lorsque l’acheteur se trouve dans un autre pays.

Heureusement, Exportation et développement Canada (EDC) propose aux entreprises canadiennes une vaste gamme de solutions d’assurance crédit. Ces solutions sont souples et abordables même pour les petites entreprises et elles sont accessibles même dans le cas d’une vente unique ou d’un acheteur unique.

Voici comment Ian Scarth, président de SailRail Automated Systems, décrit comment son entreprise utilise l’assurance crédit non seulement pour protéger ses ventes, mais aussi pour favoriser la croissance de ses activités. SailRail, établi à Markham, en Ontario, est un équipementier de niveau 1 depuis plus de 20 ans. L’entreprise offre à plus d’une douzaine d’industries dans le monde des solutions automatisées pour le matériel de manutention et elle figure parmi les chefs de file en matériel ergonomique comme les chariots, les plateaux roulants et les plaques tournantes.

Notre compagnie évolue sur un marché à créneaux, où elle complémente de grandes multinationales en concevant des usines de montage complètes – que ce soit dans l’automobile, les pâtes et papiers, l’informatique ou d’autres grandes industries.

Notre capacité à regrouper nos réseaux de partenaires qui fabriquent les produits conçus grâce à nos capacités techniques novatrices nous rend uniques et concurrentiels. Notre modèle d’affaires nous permet de réaliser la fabrication près de nos clients et d’assurer un service hautement personnalisé pendant tout le cycle de vie du produit.

L’entrée de SailRail dans le monde de l’exportation remonte à la fin des années 1980. La décision a été facile à prendre : elle reposait entièrement sur notre souci du client. Un de nos clients de longue date, qui construisait une usine de montage pour un nouveau produit au Mexique, comptait sur nos solutions de fabrication, et nous l’avons suivi.

Forts de notre présence actuelle aux États-Unis, au Mexique et au Brésil, nous cherchons à étendre nos activités mondiales.

LA SOLUTION AU STRESS

Comme nous exportons 70 % de nos produits aux États-Unis et 10 % au Mexique, un compte impayé peut devenir une source de stress financier pour une entreprise de taille moyenne comme la nôtre.

Nous avons évidemment été touchés par la récession américaine de 2008 et, pour diminuer les coûts, nous avons dû prendre la décision difficile d’abandonner la police d’assurance souscrite auprès d’Exportation et développement Canada (EDC). C’est alors qu’un de nos gros clients a omis de payer pour des travaux terminés, et nous en subissons encore les conséquences aujourd’hui.

Si nous avions eu la police d’assurance comptes clients (appelée également assurance crédit), nous aurions pu éviter bien des ennuis. Dès la reprise de la croissance de l’activité, nous avons souscrit à nouveau notre assurance d’EDC.

L’appui de la Société s’est avéré essentiel à notre progression. En outre, l’assurance crédit est un atout quand nous négocions avec notre banque, qui base souvent ses calculs sur nos actifs, dont les créances représentent une part importante.

Notre relation avec EDC n’est pas seulement une source de sécurité en Amérique du Nord, elle nous donne aussi l’assurance de pouvoir croître sur le marché mondial – et d’être payés pour chaque projet réalisé.

Laisser un commentaire