Quand la génération Y voyage en faisant fi des politiques d’entreprise

Un peu trop ludique et nombriliste, la génération du millénaire? C’est ce qu’observent des fournisseurs de solutions de voyages corporatifs comme American Express et Concur Technologies, rapporte Bloomberg BusinessWeek.

Ainsi, ceux qui sont nés entre les années 1980 et les années 2000 ne respectent pas toujours les politiques internes de leur employeur, lorsqu’ils voyagent par affaires, préférant se louer un véhicule ou réserver une chambre d’hôtel par leurs propres moyens, sur leur ordinateur portable ou avec une application.

Pour tenter de récupérer cette clientèle, American Express a mis à l’essai une plateforme de réservation de voyages corporatifs qui ressemble plus à Angry Birds et à Foursquare qu’à un site traditionnel.

Ainsi, au lieu d’exiger des employés qu’ils se tapent des dizaines de pages de règlements sur un site Intranet, on leur donne plutôt un avatar et on leur propose un programme de badges et de récompenses (comme avec Foursquare), lorsqu’ils utilisent cette plateforme. À ce jour, une quarantaine d’entreprises se sont montrées intéressées à l’utiliser.

Pour sa part, Concur a développé TripLink, une interface qui fait le lien entre la plateforme de gestion des voyages d’une entreprise et les réservations d’un employé. De la sorte, l’employé peut continuer à n’en faire qu’à sa tête mais à tout le moins, l’entreprise a rapidement accès aux données relatives à ses dépenses.

Évidemment, le plus simple serait de refuser aux employés le remboursement de leurs dépenses, s’ils ne suivent pas les politiques internes ou s’ils n’utilisent pas les plateformes mises à leur disposition.

Mais il semble que la plupart des grandes entreprises rechignent à l’idée de se mettre à dos leurs employés voyageurs, qui font souvent partie de la génération Y, et qui ne sont donc pas prédisposés à adhérer d’emblée aux « vieilles façons de faire »…

Pour lire l’article de Bloomberg BusinessWeek, cliquez ici.

Pour me suivre sur Twitter, c’est par là.




Laisser un commentaire